Coronavirus: l’État prend des mesures de soutien à l’électricité renouvelable

Le gouvernement a annoncé mercredi plusieurs mesures pour accompagner les projets de production d’électricité renouvelable, notamment le maintien de certains tarifs d’achat et l’allongement de délais, dans le contexte de la crise liée au coronavirus.

“La crise sanitaire que nous traversons ne doit en aucune façon nous faire renoncer aux objectifs ambitieux en termes de développement des énergies renouvelables”, a déclaré dans un communiqué la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, qui s’est entretenue avec les acteurs de la filière des énergies renouvelables électriques.

L’avancement de nombreux projets de production d’énergie renouvelable étant perturbé, des délais supplémentaires seront accordés pour la mise en service des sites en construction. Un délai forfaitaire sera défini pour chaque filière pour s’adapter au mieux aux situations, quand la situation sanitaire sera stabilisée.

Les tarifs d’achat de l’électricité pour les petits projets de solaire photovoltaïque en toiture, qui devaient baisser au 1er avril, sont en outre gelés pour trois mois.

Enfin, les prochaines périodes d’appels d’offres du ministère seront décalées dans le temps, totalement ou partiellement.

Quelque 288 projets lauréats éoliens et photovoltaïques, pour un volume de plus de 1.700 MW, ont par ailleurs été annoncés mercredi. Ils “sont une preuve tangible de cette mobilisation et permettent de poursuivre les investissements au service du climat et de notre futur système énergétique”, a dit Mme Borne.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    C’est une excellente chose pour continuer à aller dans la bonne direction même si nous n’y allons qu’à pas comptés

    Répondre
  • Avatar

    L’entêtement de Mme Borne est révélateur .Elle refuse ,ou ne peut comprendre , les arguments de ceux qui s’opposent à sa vision des choses .C’est le propre des esprits fermés à tout
    ce qui perturbe les convictions profondes .On voit par ailleurs qu’elle multiplie les mesures pour empêcher toute démarche critique des aménageurs .Un bel exemple de soumission à l’ordre technocratique .

    Répondre
  • Avatar

    Sirius qui brille bien plus faiblement que l’étoile bien connue est certainement plus compétant que Madame Borne pour savoir si c’est une bonne ou une mauvaise chose de favoriser les ENR, et en particulier le solaire.

    Répondre
    • Avatar

      Je ne sais pas si notre ministre soi disant de l’écologie est compétente ,je ne fais que constater son entêtement à ne pas s’informer au delà des vues du lobby éolien.
      PS -je n’entre pas dans le discours agressif et donc déplacé .Affaire d’éducation reçue .

      Répondre
      • Avatar

        Je ne sais pas si vous souhaitez réellement ne pas rentrer dans un monde polémique mais c’est le deuxième message que vous envoyez sur ce forum en parlant de l’entêtement de Madame borne et de sa compétence discutable.
        J’en conclu que vous avez, selon votre propre point de vue, une compétence supérieure à celle de Madame Borne pour pouvoir juger de la sienne…????
        Si vous n’avez pas d’autres arguments à faire valoir que de vous poser en arbitre, je me permet de vous suggérer de vous abstenir de continuer à polluer ce forum avec vos absences d’arguments.

        Répondre
  • Avatar

    Bonjour aux confinés,
    J’ai fait très attention à bien l’écrire. Plutôt bonne nouvelle pour le solaire envers lequel je suis beaucoup moins sévère que les éoliennes. Toujours rien en faveur de la biomasse-électricité, j’ai bien noté au moment-même où je démarre un projet dans les DOM-TOM de gazéïfication (thermo-chimique) + solaire. Centrale mixte, biomasse et soleil simultanément quand les 2 dispos. Des petites instal qui ne seraient pas du tout idiotes en métropole. Seule différence en France, un bien meilleur rdt car on le ferait en cogénération. Le rendement, le grand absent de la politique énergétique telle que pensée aujourd’hui.

    Répondre
    • Avatar

      Parfaitement d’accord avec vous Choppin. La biomasse électricité est bien totalement absente de l’ambition ENR française, ce qui m’incite à penser que le 100% renouvelable n’est pas encore envisagé. En effet, cette source négligée en France représente plus de 8% du mixe électrique en Allemagne qui n’est pourtant pas mieux lotie que la France dans ce domaine. Pourtant ce serait grâce à la biomasse, en l’utilisant comme réserve permanente de ressource par défaut de production de l’éolien et du solaire que l’on pourrait passer sans difficulté les périodes anticycloniques avec couverture nuageuse généralisée qui ne représente pas 10% de la variation météorologique de l’année.

      Répondre
  • Avatar

    Bien d’accord avec Choppin: le rendement des différents systèmes est trop souvent oublié. La cogénération, quelque soit le carburant dispose d’un très bon rendement sous réservé de savoir quoi faire de la chaleur.

    Répondre
    • Avatar

      Oui, bien sûr; Mais sa sans gisement de chaleur à satisfaire il n’y a pas de cogénération possible. Mais s’agissant de petites centrales, ex 300 kWe élec correspondant à 410 kWth, il n’est pas difficile de trouver des besoins thermiques à ce niveau de puissance, sachant qu’on ne dimensionne pas une cogé sur le besoin de chaleur maxi, mais sur le besoin constant sur au moins 6000h/an. Il faut toujours un complément couvrir pour la pointe. Il faut toujours respecter un rdt de cogé de 75%/an sur la période de fonctionnement, donc pas de surdimensionnement possible. Par ailleurs la puissance nominale electrique est concomitante avec les besoins de chaleur maxi. Voilà de façon pratique ce que la France considére comme inintéressant.Y compris quand on fait ça avec du gaz de biomasse. Il n’y a aucun argument rationnel qui tienne la route pour justifier ça.

      Répondre
      • Avatar

        Je suppose
        1) Que cette ressource est seulement ignorée par manque d’information.
        2) Mal défendue par ceux qui ont intérêt à la faire connaitre
        3) seulement envisagée comme une source d’appoint comme le gaz minier et éventuellement come sont remplaçant dans le meilleur des cas et surtout sans voir son rôle de réserve d’énergie alternative au stockage des ENR variables qui ne seraient alors plus qu’un complément pour disposer de la réserve de sécurité.

        Répondre
  • Avatar

    Quand on parle de solaire à 50 g de CO2 eq/kW.h à mettre en place, alors que l’on ferme du nucléaire déjà en place et en bon état à 12 g eq/kW.h, est ce bien sûr que c’est une bonne chose???

    Répondre
  • Avatar

    Arrêtez Guérin avec vos fables sur Fessenheim….
    Quelle compétence avez vous pour affirmer que la centrale était en bon état ? Ce que le lobby nucléaire vous dit de dire…. la compétence du perroquet. Sans compter tous les autres incalculables inconvénients du nucléaire dont je ne vais pas refaire la liste une niem fois

    Répondre
  • Avatar

    Message à tous ceux qui s’intéressent aux renouvelables pilotables. J’ai pendant ce WE une petite video en ligne sur You tube. vous la trouverez facilement en allant sur le site et en tapant “Edda-Energie” dans la barre de recherche. Il s’agit d’une installation thermique en serre chauffée délivrant 2 MW. Il était prévu d’y adjoindre une cogénération (laquelle ne nous pose aucun problème) mais l’attitude du client dont nous nous sommes vite aperçus qu’il n’avait jamais eu l’intention de faire tourner cette installation mais juste d’embaucher les subventions nous a très vite dissuadés. Un drame que vivent beaucoup d’acteurs dans ce domaine des ENR. J’emploie souvent l’expression “chasser les marchands du temple” non pas à cause de mes convictions religieuses, mais parce que c’est une métaphore remarquable.

    Répondre
  • Avatar

    @ M. Chopin
    En effet il faut chasser les marchands du temple . Commençons par le plus riche : le lobby éolien qui se signale par l’ampleur des sommes en jeu , bien supérieures à toutes les petites malversations individuelles .

    Répondre
      • Avatar

        Le nucléaire qui permet aux français d’avoir l’électricité une des moins chère (TTC sur leur facture) et des moins carbonée du monde !

        Répondre
        • Avatar

          Se battre sur les prix est un combat de “l’avant”. On voit bien que quand les politiques assument leur devoir, l’argent n’est pas un obstacle. Le vrai problème est de disposer de moyens de production sûrs, fiables, disponibles en n’importe quelles circonstances, de façon à reconstruire une industrie puissante et créatrice d’emploi de toutes catégories.

          Répondre
          • Avatar

            Le vrai problème est de produire notre énergie en cessant de pomper dans le capital de la Terre ce que l’on ne pourra pas lui rendre, donc prendre notre énergie ailleurs et c’est la philosophie qui a conduit au ENR. Dans l’ordre de ce qu’il faut comprendre, le deuxième point est de cesser de mettre en œuvre des solutions Shadock (terme emprunté à Fluchere), c’est à dire ne pas remuer des milliers de tonnes de minerais pour n’en n’extraire que quelques grammes qui produiront des GWh d’énergie concentrée dans un tout petit volume à répartir ensuite sur un gigantesque territoire pour des utilisateurs qui n’ont besoin chacun que de quelques KWh.
            Quand la solution est en adéquation avec le problème on ne traite que lui-même, et pas tous ceux qui sont créés par l’inadéquation entre le problème et sa solution.

  • Avatar

    Comme d’habitude… Une info bidon car parlant de ttc il suffit de taxer à 400% comme l’essence pour prétendre démontrer que le moins cher des coûts de production est….. le plus cher.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective