cop28 quels secteurs technologies sortent renforces accord final - Le Monde de l'Energie

COP28 : quels secteurs et technologies sortent renforcés de l’accord final ?

Une tribune sur la COP28 signée Peter Wilson, ingénieur et expert sectoriel de l’énergie au sein d’Hexagon.

 

La COP28 s’est achevée le 13 décembre dernier par un accord présenté comme « historique », acquis au terme d’âpres négociations. La couverture médiatique s’est beaucoup concentrée sur le choix des mots, l’accord optant finalement pour l’objectif d’une « transition » plutôt qu’une « sortie » des énergies fossiles. Mais, alors que la demande de pétrole et de charbon a atteint de nouveaux records en 2023, la question apparaît largement symbolique.

D’un point de vue climatique, les engagements les plus importants ont fait l’objet d’une moindre attention. Les grandes puissances se sont notamment entendues sur plusieurs technologies identifiées comme essentielles pour réaliser cette transition – du nucléaire à la captation du carbone.

La captation du carbone évacue la question de la sortie des énergies fossiles

Parmi elles, la grand gagnante de l’accord de Dubaï est la CCUS – pour captation, utilisation et stockage du carbone. Non seulement celle-ci est mentionné parmi les « technologies à faibles ou zéro émission » qui doivent être priorisées, mais l’accord final comprend un engagement explicite à sortir du charbon « non atténué », ouvrant la porte à l’utilisation généralisée du CCUS dans sa production.

De quoi s’agit-il ? La CCUS consiste à capturer à la source le CO2 généré par la production d’énergie, son transport ou son usage industriel, à le stocker et à le recycler – par exemple, pour la production de ciment. La généralisation de cette captation pourrait réduire d’environ les émissions de CO2 liées à la production d’énergie, et jusqu’à 38 % celles des usines chimiques.1

Bien que la technologie en soit à ses débuts et ne sera pas suffisante en elle-même, le consensus, parmi les grandes puissances et les acteurs industriels, pour la financer et la mettre en œuvre à grande échelle est notable.

La réduction du méthane nécessite des investissements dans la détection et la maintenance

Le second engagement d’importance touchant aux énergies fossiles est la promesse faite par 50 grandes entreprises du secteur de réduire drastiquement les émissions de méthane.

Le méthane est un gaz dont le potentiel de réchauffement global est plusieurs dizaines de fois plus élevé que le CO2. Il est rejeté dans l’atmosphère lors de la production et du transport du charbon, du pétrole et du gaz. Deux problèmes sont particulièrement visés : les fuites – par exemple dans les pipelines – et l’élimination de l’excès de méthane par combustion (flaring) ou par dégazage (venting) quand il ne peut pas être transporté de façon économique.

L’engagement est significatif : le méthane est un contributeur majeur au changement climatique et pourrait représenter jusqu’à 30 % du réchauffement climatique.2 Pour respecter leur promesse, les entreprises devront mobiliser diverses technologies telles que LDAR (Leak detection and repair) qui mobilise les caméras infrarouges, drones et capteurs pour identifier les fuites, et la maintenance prédictive, par exemple via une plateforme de Gestion des Actifs d’Entreprise (EAM).

La traçabilité et la certification de ces combustibles fossiles plus verts resteront un défi. Mais le fait que les États-Unis et la Chine soient parvenus à s’accorder sur ce point malgré leurs différends politiques suggère un consensus fort pour éliminer le méthane.

​​L’énergie nucléaire renforcée, les énergies renouvelables dans l’incertitude

Les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire sont toutes deux mentionnées parmi les sources d’énergie « à faibles ou zéro émissions » à développer rapidement. Mais le coup d’accélérateur est plus clair pour le nucléaire que pour le solaire ou l’éolien.

Pour les énergies renouvelables, la déclaration finale fixe certes des objectifs ambitieux : tripler les capacités de production mondiales et doubler le taux d’efficacité énergétique d’ici 2030. Mais les principaux obstacles demeurent, des processus d’autorisation trop longs à l’incertitude économique entourant les projets et aux manques dans les réseaux de distribution et smart grids.

En six petites années, à charge donc pour les gouvernements de faciliter les projets et les investissements – et, pour les entreprises du secteur, de rationaliser la conception, la fabrication, la construction des projets pour comprimer les délais des projets et optimiser la rentabilité.

Les perspectives sont plus encourageantes pour l’énergie nucléaire, désormais explicitement admise parmi les sources d’énergie verte. L’Association Mondiale du Nucléaire ne s’y est pas trompé en célébrant « un virage à 180° dans le traitement du nucléaire au fil des COPs, depuis son statut d’unique laissée pour compte du Protocole de Kyoto ».3

En outre, vingt-deux pays soutenant l’énergie nucléaire se sont unis derrière l’objectif de tripler les capacités de production mondiales d’ici 2050 – un engagement qui pourrait ouvrir la voie à de grands investissements publics et soutenir le développement de petits réacteurs modulaires (SMR) entre autres.

L’efficacité énergétique va monter en charge

Enfin, l’accord final place de grands espoirs dans l’efficacité énergétique dans tous les secteurs d’activité.

Les transports reçoivent une mention spécifique, avec l’objectif énoncé d' »accélérer la réduction des émissions du transport routier par une variété de moyens, dont le développement d’infrastructures et de véhicules à émissions nulles ou faibles ». En ligne de mire, les véhicules et bornes électriques, mais aussi l’hydrogène.

Mais la manifestation la plus probable de cette ambition est de voir les normes environnementales se développer dans de nombreux secteurs. L’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) a déjà fait la liste : « Les gouvernements parviendraient à ce doublement de l’efficacité énergétique s’ils adoptaient les normes de l’Afrique du Sud en matière d’éclairage, celles de la Turquie sur la bâtiment, celles de la Chine sur les climatiseurs, de l’UE sur les règles applicables aux moteurs électriques et de l’Inde sur l’industrie lourde ».4

De l’industrie à la construction, les entreprises des secteurs qui contribuent de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre peuvent ainsi s’attendre à de nouvelles vagues de réglementations qui mettront l’accent sur l’efficacité énergétique.

Elles devront investir dans des technologies capables de mesurer leurs émissions, de les centraliser – par exemple, des jumeaux numériques – et de démontrer leurs efforts continus pour réduire leur empreinte. Et, avec des objectifs que les analystes jugent « difficiles, mais réalisables »5 fixés dès 2030, le compte à rebours a déjà commencé.

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Le solaire photovoltaïque n’a pas besoin de COP pour se développer.
    L »autoconsommation, déjà rentable, a juste besoin qu’on ne lui mette pas des bâtons dans les roues.
    Par exemple :la limite d’injection a 6 kW par phase pour les particuliers alors que le même câble en supporte 12 en consommation.
    Ce n’est qu’un exemple qui illustre l’état d’esprit d’Enedis, plus prompt a refaire faire ses réseaux par les producteurs d’électricité photovoltaïque qu’a jouer le jeu de la transition énergétique

    Répondre
    • Pourquoi le PV individuel a besoin d’injecter dans le réseau !?
      Et vu les prix d’injection ET les prix de Marché (surtout au Printemps et en été) aux heures de Production, c’est juste un scandale !!!
      La Limitation d’injection à 6kW est déjà très forte !!! (sauf cas particulier : iles, habitations en bout de ligne dans des zones peu denses, …)

      Le PV Individuel est une ARNAQUE au petit « Français Moyen » – Une de plus diront certains…

      Répondre
      • @APO
        « Pourquoi le PV individuel a besoin d’injecter dans le réseau !? »
        Pour plein de raisons dont:
        le renforcement des réseaux: les syndicats départementaux d’électricité, responsables des réseaux basse tension encourage le photovoltaïque ex:https://www.sydev-vendee.fr/transition-energetique/les-energies-renouvelables/solaire-photovoltaique
        le réseau prévu initialement pour des sources très centralisée a beaucoup de problèmes de bout de ligne.
        l’autoconsommation collective se développe.
        Résumer le PV à une arnaque aujourd’hui, c’est simplement de la méconnaissance.

        Répondre
          • @Cochelin
            « La production solaire PPV n’est pas souvent en phase avec la demande  »
            Votre graphique montre pourtant le contraire, le pic de charge est relativement corrélé avec la production solaire, certes insuffisante.
            De plus piloter un chauffe eau (actuellement décalé sur la nuit alors qu’on en a pas besoin) est basique techniquement L’injection uniquement du PV en journée est possible facilement sur du resistif.

          • @Airsol
            Oui, cela peut quelquefois aider en milieu de journée, comme je le précisais, mais pour la deuxième pointe de consommation, le soir, la production du solaire PPV n’est pas présente.

        • @Airsol,

          Vous me faites franchement rire !!!

          Vous prenez la Vendée en exemple, hors la Vendée est en bout de ligne sur une bonne partie de son territoire ! Avec en plus le cas particulier des stations balnéaires et des environs immédiates dont la population est allègrement multipliée par 10 en été ! Donc Oui dans ce cas le PV individuel en bout de Ligne (dans les stations balnéaires et leurs environs) a une utilité certaine (dans une certaine limite évidemment) car dimensionner le réseau sur les besoins de Pic d’été est couteux… et que l’hiver la consommation est faible…
          Je me souviens être passer chez un ami à la Tranche sur Mer un WE en « basse saison », le village était vide et la plupart des maisons fermées (limite une ville « fantôme »).

          Par contre à l’inverse dans la banlieue nantaise, en été la population est bien moindre et c’est à ce moment que les Panneaux des « pavillons » de banlieue crache dans un réseau qui n’en a pas franchement l’utilité localement SURTOUT à 130 Euros/MW.h avec des prix de Marché parfois proche de 0 voir parfois négatif !!! (La CSPE va éponger et le « Français Moyen » va payer ! On a franchement mieux à faire avec l’argent du « Français Moyen » que d’offrir à quelques-uns des « danseuses » couteuses à la communauté). Et vu qu’en Hiver au Nord du 45ème parallèle le PV est régulièrement inexistant ou à des niveaux très faibles alors que la demande est forte, les réseaux des zones habités à l’année sont dimensionnés pour passer ces pics de consommation donc sont robustes… Dans ce cas le PV n’aide à quasi rien… (Sur un parking de supermarché c’est bien différent avec notamment de la réelle autoconsommation pour les besoins de réfrigération qui en plus sont souvent en rapport avec la production du PV et dans un avenir proche pour des bornes de recharge pour VE, le temps de faire ses courses, faire le plein de son VE de temps à autre a du sens… En plus sur un parking de supermarché le Prix d’injection réseau va être nettement inférieur à 130 Euros/MW.h !!! et les périodes d’injection seront « marginales »).

          @Airsol,
          Où installez-vous majoritairement du PV !? Dans les stations balnéaires Vendéennes (où cela a du sens dans une certaine mesure) ou dans les environ de Nantes (où le besoin réel est en règle générale faible voir nul !!!) !?
          Vous répondrez les 2 et vous vous cacherez derrière un faible % d’installations vertueuses pour mieux justifier le restant de vos activités qui n’apportent rien à la collectivité (surtout avec des Prix d’injection à 130 Euros/MW.h !!!)

          Répondre
          • @APO
            Riez c’est bon pour la santé
            c’est bien connu, il y a plus de panneaux en ville qu’a la campagne..lol
            Si toutefois vous avez des statistiques sérieuses sur le sujet, je suis preneur.
            je n’ai que des inscriptions volontaires de gens qui partagent leur données et la region la moins doté est « l’ile de France »
            Je vous ai fourni la carte
            Pour la baule, il serait preferable que le courant vienne de Nantes ( 60 km) que de Chinon (250 km)

          • @Airsol,

            Et le courant de Nantes à La Baule (en provenance d’une zone pavillonnaire ou il est distribué/injecté en tri-phasé et en monophasé chez la plupart des particuliers ! donc 380-400V sur 3 phases ou 220V sur 2 phases) il va circuler en ligne tri-phasé de 400V sur 60 km ??? (si c’est votre avis @Airsol, revoyez votre copie SVP !)
            Ou en quelques 30 ou 60 kV voir plus avec les installations de Cordemais et le parc éolien de Saint-Nazaire ???
            La Baule, à la différence de la cote Vendéenne ne doit pas poser trop de soucis à Enedis et RTE (Saint-Nazaire et Cordemais sont juste à coté avec de belles Lignes THT… donc un dispatching facile…). Mais vous avez raison, un peu de PV dans La Baule ne pourra/devrait pas faire de mal vu le monde qui s’y trouve en période estival et la faible densité hivernale…

            Les Ondes électromagnétiques pour le transport électriques c’est pas trop loin de la vitesse de la lumière donc l’important ce sont les cables disponibles et pas la distance parcourue (qui peut être plus longue malgré quelques pertes en Ligne…

            (Je ris encore plus fort que la 1ère fois !!!)

            Si votre justificatif d’alimentation de La Baule pour quelques heures par jour, c’est le PV sur des toits de particuliers de la Banlieue Nantaise, vous êtes sacrément gonflé !!! Avec les pertes dans les Transfo à rajouter au 130Euros/MW.h plus le transport cela va dépasser les 200 Euros/MW.h (Hors TAXES évidemment donc près de 250 à 300Euros/MW.h !!! et sans la marge du distributeur de « factures »…). A ce niveau de prix autant davantage subventionner la couverture des parkings de supermarchés avec du PV à plus large échelle donc moins cher…

            Je recite mon propos initial : «  » Et vu les prix d’injection ET les prix de Marché (surtout au Printemps et en été) aux heures de Production, c’est juste un scandale !!!
            La Limitation d’injection à 6kW est déjà très forte !!! (sauf cas particulier : iles, habitations en bout de ligne dans des zones peu denses, …)

            Le PV Individuel est une ARNAQUE au petit « Français Moyen » – Une de plus diront certains… » » (Et je le pense de plus en plus fort chaque jour, surtout en ce moment ou cela ne produit quasi rien mais les propriétaires de PV individuels profitent du réseau qu’ils financent moins que les autres avec leur « pseudo-autoconsommation » Subventionné en plus !!!).

          • * à rajouter à «  »Les Ondes électromagnétiques pour le transport électriques c’est pas trop loin de la vitesse de la lumière donc l’important ce sont les cables disponibles et pas la distance parcourue (qui peut être plus longue malgré quelques pertes en Ligne… » » ET bien entendu le Voltage pour éviter un maximum d’effet Joule !!!

            La surinjection de PV individuel dans le réseau EST un problème majeur (mais dans notre pays ou l’ENRisme a gangrené bien des sphères du pouvoir, il ne faut pas le dire…)

            @Airsol,
            Pour ce qui est de la limite haute de 6kW, c’est plus que « gentil » pour les propriétaires de PV individuel, au delà c’est de l’escroquerie vu les Tarifs d’achat (sauf évidemment de rares cas particuliers à l’échelle du pays…).
            Perso, je mettrais des Tarifs d’achat au Prix du Marché Spot (avec pour être gentil un bonus sur la partie « distribution » faite !). Dans ce cas (et sauf les cas particuliers : Iles et extrémités de Lignes, notamment dans le Sud de la France) on verrait bien les progrès du PV individuel qui va finir par couter encore une fois une fortune au « Français Moyen » surtout avec les « inondations » de production PV allemande à prix bradé qui nous tombe dessus d’Avril à Aout-Septembre…

            Les surproductions agricoles ont créé de la misère dans le monde agricole particulièrement dans les années 80, mais ont favorisé les consommateurs… Les surproductions électriques vont couter cher aux « petits Français Moyens » sans résoudre ni même aider les problèmes des périodes de pointe si on continue l’Arnaque du PV individuel au Nord du 45ème parallèle…

          • @Airsol,

            Sur votre carte on voit clairement (pour la région Ouest que j’ai regardé) que les installations sont bien plus nombreuses en périphérie urbaine qu’à la Campagne… Le contraste est détonnant !!! Nantes et Rennes ont des périphéries immédiates très bien dotés en PV…
            Que la région parisienne ne soit pas trop équipée, vu les logements (pas tant que cela de maisons individuelles même en banlieue par rapport à d’autres lieux !) et surtout les couts des travaux majorés en règle générale dans cette région par rapport au reste de la France, rien d’étonnant…

          • @APO
            Ce qui cartonne en ce moment c’est le 200 kWc agricole, c’est pas du résidentiel, c’est quasi le même tarif de vente.
            on en trouve peu en ville

            il n’y a aucune raison que le nuc ait le droit de passer 12 kW la ou le PV est limité a 6
            Le réseau n’est pas la propriété d’EDF

            vous ne répondez pas sur l’autoconsommation collective ?(au dessus du 45°//, cela va sans dire:)

          • @Airsol
            Oui, cela peut quelquefois aider en milieu de journée, et encore peu en Hiver, mais pour la deuxième pointe de consommation, le soir, la production du solaire PPV n’est pas présente.

          • @Cochelin

            Avez vous remarqué que sur votre lien d’hivers le PV soulage l’utilisation des STEP (plage horaire de production assez parallèle) sauf bien sur , je suis d’accord, pour la pointe du soir.
            Sur votre graphique la pointe du soir est couverte par l’hydraulique économisé en journée grâce en partie au PV

          • @Airsol,

            L’autoconsommation « collective » en Afrique, voir dans certains zones de la péninsule ibérique et dans quelques cas très particuliers en France, cela a du sens… Mais vouloir généraliser cela à des zones pavillonnaires de certaines « mégapoles » françaises, c’est un peu de l’arnaque…
            Le Nord du 45ème parallèle est peu propice au PV, et si du PV est installé il se doit d’être à des prix très compétitifs et comme vous le mentionnez plus bas en // de productions pilotables (type hydraulique).

            Stocker du PV qui de base est à 130 Euros/MW.h cela revient à quel prix pour le « Français Moyen » au kw.h rendu chez lui à la pointe de 19h00 quand les enfants doivent manger…

            @Airsol,
            Que vous souhaitiez imposer le même prix aux particuliers Français que ceux que payent les particuliers Allemands, c’est un choix (dans lequel vous avez des intérêts !)… Ce n’est pas le mien …

            Le PV individuel qui réinjecte à 130 Euros/MW.h sur le réseau est une Arnaque pour le « Français Moyen » et n’apporte quasi rien en hiver pour le réseau !!!
            Le Nucléaire ne rentre pas en 12kW chez les particuliers, c’est l’électricité du réseau (Une savant combinaison maintenue en temps réel face à la consommation avec souvent à 70% de Nucléaire voir plus en soirée !!!) qui est injectée. Aucune « électricité Nucléaire » « pure » n’est injectée chez aucun particulier !!!
            Compare le PV individuel au Nord du 45ème parallèle et le Nucléaire, c’est Bô comme comparaison…

          • @APO
            Vous mélangez allègrement PV individuel en autoconsommation et grosses installations qui n’ont pas la même logique.
            quand vous autoconsommez un kWh qui vous aurait couté 20 ct a l’achat, c’est bien mieux que de le vendre.
            L’autoconsommation collective permet aussi de partager cet avantage.
            Brider un réseau pour freiner le photovoltaïque, puis d’un autre coté le subventionner c’est un peu ubuesque

          • @Airsol,

            Si vous voulez « utiliser » le réseau pour faire des « autoconsommations collectives » virtuelles, c’est un droit ! Mais il va falloir « payer » l’accès ET l’utilisation du réseau (ainsi que tous les mécanismes de stabilisation du réseau, notamment la fréquence), sinon c’est vraiment prendre le reste de la population pour des pigeons…

            L’autre choix est de résilier son abonnement et de décabler sa maison du réseau « local » du distributeur électrique (ENEDIS ne distribue pas 100% de l’électricité en France et n’est pas « propriétaire » du réseau)… Voir de faire son propre réseau collectif « local » avec des décablés des environs… Bon Courage dans ce dernier cas…

          • @APO
            « Mais il va falloir « payer » l’accès ET l’utilisation du réseau  »
            C’est le cas depuis le début du PV, le producteur paie pour sa consommation un turpe et un autre turpe pour ses injections .
            Renseignez vous

          • @Airsol,

            1 – Combien un « vrai » auto-consommateur d’électricité PV paye de TURPE lorsqu’il consomme da propre électricité produite chez lui !?

            2 – Si vous êtes payé à hauteur de 130 Euros/MW.h par MW.h injecté – Combien de TURPE est déduit !?

            Le prix de 20 cent/kW.h soit 200 Euros/MW.h est avec la composante Production – EDF et les autres producteurs- , la composante Distribution – RTE & Enedis et un partage des couts pour que les plus éloignés payent le même prix que ceux qui sont dans des zones des distribution facile – , la composante Taxes – TVA, CSPE & Co (avec la CSPE qui coute des milliards en moyenne glissante depuis 15 ans !!! et a contribué pour payer des dizaines de milliards pour « aider » les producteurs d’ENRi via divers mécanismes depuis 25 ans !). Au final la part « production » ne représente pas la moitié du prix de l’électricité payé par le « Français Moyen »…

          • @APO
            votre question est étrange:
            Le TURPE n’est pas proportionnel a votre consommation, il est fixe, si vous consommez le double de votre voisin, vous paierez pareil (dans des limites domestiques) pareil pour la production.
            La péréquation tarifaire n’est pas dans le prix de base, mais dans la CSPE (de même que les impayés sociaux)

          • @Airsol,

            Sur le TURPE, je ne comprends pas trop votre propos !

            Chaque consommateur paye le « réseau » lorsqu’il consomme 1 kw.h, donc in fine c’est proportionnel à la consommation (Certes il y a l’abonnement avec la puissance souscrite !)

            Qu’est ce que paye comme « part réseau » quelqu’un qui autoconsomme 51% de sa production sur ces 51% !?
            Et sur les 49% réinjectés !? (Il paiera la « puissance souscrite » certes et des « Frais fixes pour injecter » probablement)

            Le problème du PV individuel au Nord de la France, c’est que cela va faire « augmenter » les Frais de Réseaux pour tous, sans diminuer les couts des réseaux installés et entretenus… Donc une augmentation des Frais pour ceux qui n’ont pas de PV et ne peuvent pas en avoir, le tout en subventionnant les autres avec des Tarifs d’Achat à des Niveaux indécents par rapport au Prix de Marché (surtout à la fin du Printemps et en été !)…

            La CSPE va éponger les couts du PV individuel à outrance, ENEDIS et RTE continueront d’investir dans le renforcement des réseaux pour plus d’ENRi dans le Mix et le « Français Moyen sans PV » paiera une GROSSE quote-part de l’ensemble (pendant que les propriétaires de PV individuel se feront des « sous » dans leurs « pavillons » tout en payant moins de Frais de Réseaux !!! – sachant que moultes « écolos » parlent de recompacter les villes pour moins consommer d’énergie mais sont pro-PV individuel qui ne se marie bien qu’avec les « pavillons »/maisons…). On marche sur la tête parfois avec des profiteurs-subventionnés et des CONdamnés payeurs à double peine…

            Nota : Le PV individuel (dans sa forme actuelle) avec du chauffage au Gaz, cela doit être assez économique (il suffit de souscrire à Tempo d’EDF…). C’est Absurde niveau émissions mais économiquement cela doit bien marché avec quelques convecteurs électriques (à accumulation ou pas…) et une bonne programmation.

  • Les Accords des COP étant non contraignants, aucun secteur ne va sortir réellement renforcé ou affaibli… Les Lois du Marché vont continuer de s’imposer !

    Les hydrocarbures vont continuer d’alimenter des industries prospères… (qui seront prospères même dans le cas d’une décroissance des volumes !)
    Le PV va continuer sa croissance avec des zones géographiques où cela est plus que Bienvenu (et d’autres bcp moins – Cf Nord du 45ème parallèle à Haute Dose !!!).
    L’éolien va aussi continuer sa croissance… Il y a des zones où cela est bien utile, d’autres moins …
    Par contre le Nucléaire semble ressortir « Grandi » (et il était temps !!!)

    Répondre
    • @Airsol,

      La subtilité de différence de production du PV entre Cadix (Espagne) et Calais (France) est notable…
      En Hiver le PV produit encore pas mal à Cadix et bien peu à Calais… Hors à cette période les besoins énergétiques sont très nettement accrus à Calais et pas trop à Cadix…
      En été, le PV produit parfois plus à Calais qu’à Cadix, mais à cette époque de l’année il y a peu de consommation à Calais et bien plus à Cadix…

      Entre Perpignan et Paris, la différence de production est notable… Idem entre Montpellier et Caen… etc…
      L’été la population sous le 45ème parallèle en France, croit fortement et les besoins énergétiques par endroit explose de ce fait… Au Nord du 45ème parallèle cela chute massivement en consommation…

      Répondre
      • @APO
        Hier par moins cinq et grand ciel bleu, un 3 kWc ( 15 m2) a fait entre 9 et 10 kWh a Nantes (50% d’une production d’été)
        c’était bien pour soulager le réseau en forte sollicitation avec le chauffage électrique.

        Répondre
        • @Airsol,

          et à 19h00, le niveau de production du PV à combien !? 0 … La « ménagère » qui rentre du travail à 18h00 elle peut compter sur le PV pour préparer à manger !?

          Le PV n’est pas une mauvaise chose en soi (bien au contraire, surtout sous le 45ème parallèle !), le PV individuel subventionné à de prix aberrants au Nord du 45ème parallèle vu l’état des prix de marché 6 mois par an à midi, ça c’est UN gros problème…

          Répondre
  • @APO
    « La surinjection de PV individuel dans le réseau EST un problème majeur »
    Vous avez des sources , ou c’est votre pifometre? le PV individuel n’en est qu’a ses debuts

    Répondre
    • @Airsol,

      Les sources disponibles c’est Eco2Mix et un sacré « brouillard » d’information sur ce que coute réellement à la CSPE le PV qui produit peu et pas longtemps en Hiver (malgré presque 18GW installés) et beaucoup au printemps et en été (avec aux heures de fortes productions des tarifs de Marché régulièrement proche de 0 —> Donc cela doit couter bien cher !!! mais l’information est bien « brouillée »…).
      A 130 Euros/MW.h pour l’injection du PV individuel,@Airsol Quel est le Gain pour la collectivité !? (même en 2022 le PV a couté 1 milliard sur l’ensemble des contrats, donc avec des « fortunes » diverses… Seul l’éolien a rapporté à l’état à ce moment-là…)
      De plus, vu que toute l’Europe (et surtout nos voisins) s’est mise au PV, avec très peu de solutions de stockage efficaces, le prix garanti de Marché aux heures de fortes productions PV le WE va être de 0 de Mai à Aout, et pas trop élevés le reste du temps… QUI VA PAYER le DELTA !?

      Répondre
    • @Airsol,

      Combien a couté le PV individuel depuis ses débuts à la communauté !??? (plusieurs dizaines de milliards…)

      Répondre
  • « il va circuler en ligne tri-phasé de 400V sur 60 km ??? »
    Vous allez encore rire, il parait que les transfos marchent dans les deux sens…..

    Répondre
    • @Airsol,

      Les transfos qui marchent efficacement dans les 2 sens ne sont pas généralisés en France… Dans les vieux transfo, cela engendre des pertes parfois importantes quand ils sont utilisés à contre-sens… donc des surcouts (Cf mon propos complet précédent…).
      Et à 130 Euros/MW.h en 400 V, le prix du transport réel de cette électricité sur de longues distances va couter bien cher, le tout sans garantir de stabilité réseau, notamment sur la Fréquence (comme cela est fait dans les alternateurs des centrales nucléaires…).

      J’ai peu de problème avec du PV individuel qui serait à 42 Euros/MW.h en prix d’injection ou moins… (à 130 Euros, je trouve que c’est de l’arnaque !). Il restera aussi le fait que l’utilisation de matières premières pour produire peu dans les faits est un sacrée gabegie en règle générale au Nord du 45ème parallèle (ailleurs cela peut être très différent !), c’est juste une de plus vous me direz…

      Répondre
      • Le PV individuel aujourd’hui est essentiellement de l’autoconsommation, qui peut etre forte s’il y a peu de panneaux ou une batterie, ce qui commence a bien se developper.
        Dans le cas de kit plug and play que les particuliers installent tout seul, il n’y a pas de rachat car il faut un installateur RGE, la reinjection est donc gratuite, sauf si l’onduleur sait piloter le zero injection, mais ca n’a pas d’interet en dessous de 3 kW .qui est la limite d’injection gratuite.
        Dire qu’il y a encore des raleurs …

        Répondre
        • @Airsol,

          L’autoconsommation revient à moins payer le réseau ! Hors le réseau est nécessaire y compris pour ceux qui autoconsomment par intermittence…
          De prendre un exemple qui est profitable à la communauté pour masquer le cout global que représente le PV individuel pour la CSPE avec ses tarifs d’achat élevés (surtout du fait des productions importantes durant les « belles saisons » ou les besoins électriques est faible !), c’est très subjectif !!!

          Perso, pour moi le tarif d’achat du PV devrait se faire au prix de Marché + un reliquat « d’économie » d’utilisation de réseau…
          Le dimensionnement global des réseaux est fait pour les pointes et c’est là le cout important de celui-ci, plus l’entretien… Si il y a moins d’utilisateurs durant la belle saison donc en volume annuel, mais toujours autant en pointe, les Frais de Réseaux ne vont faire qu’augmenter pour tous… et ce proportionnellement à la consommation (Perso, je trouve cela injuste et très EGOlitaire… surtout quand on subventionne les installations de PV individuels et qu’en plus cela « enlève » des ouvriers qui feraient mieux de renforcer les « équipes » pour isoler les logements français convenablement – le manque de main d’oeuvre force à utiliser du personnel non qualifié et non motivé pour les chantiers d’isolation d’où le Gap entre les gains espérés et la réalité, beaucoup de malfaçons au global… Et en Hiver le PV n’aide que peu au Mix National qui lui est en pointe… ).

          Répondre
          • @Airsol,

            La puissance souscrite est une partie seulement des Frais d’acheminement. Chaque kW.h consommé depuis le réseau et payé à son fournisseur contient une partie qui sera versé à ENEDIS ET à RTE !
            Sur votre extrait : «  » Le prix de la fourniture de l’électricité comprend :
            Les coûts d’approvisionnement, c’est-à-dire les coûts auxquels le fournisseur achète l’électricité. «  » —> Le fournisseur paye aussi le transport de l’électricité !!! Le texte du site EDF est mal rédigé… Le TURPE est à 24% en moyenne et c’est bien spécifié…

            Les auto-consommateurs « soulagent » (ou s’éclipsent du réseau) le plus souvent le réseau quand celui-ci n’en a pas le besoin (sauf quelques exceptions), par contre en période de pointe (très impactante pour le dimensionnement du réseau) les auto-consommateurs sont à nouveau sur le réseau et c’est au « pire des moments » !!! Là tout le monde veut de l’électricité et suffisamment (mais sans payer pour les Frais nécessaires d’après la « théorie d’Airsol »…).

          • @ APO
            Un petit lien serait utile pour argumenter sur la part de transport dans le kWh payé par le fournisseur, qui le retransfèrerait a Enedis et RTE …
            Contestez vous que les auto consommateurs paient deux fois le turpe pout le même réseau?
            une fois comme consommateur, tarif lié a leur puissance souscrite
            une fois comme producteur , tarif lié a leur puissance installée

          • @Airsol,

            Quelques Questions :
            1 – Si on est réellement auto-consommateur, pourquoi doit-on injecter dans le réseau !? On peut autoconsommer sa production… (J’autoconsomme mes légumes… Et Si je devais aller au marché pour vendre des excédents je paierais ma place de marché !)
            2 – Si on est consommateur d’électricité depuis le réseau, Doit-on payer le réseau de distribution qui amène cette électricité !? Avis Perso – Oui !
            3 – Si on est producteur d’électricité sur le réseau, Doit-on payer le réseau de distribution qui « enlève » cette électricité et la distribue !? Avis Perso – Oui !

            @Airsol, Si on se déclare réellement « auto-consommateur » d’électricité, on peut aussi se déconnecter du réseau… Achetez donc des batteries et faites le… In fine, cela en aidera d’autres et offrira plus de garanties au réseau en période de pointe !!!

            Soit on est « producteur » avec consommation partielle de sa production en plus d’être un consommateur « pur » à certaines heures, et donc pour moi il est logique de payer les 2 « positions » – celle de consommateur ET celle de Producteur…
            (Surtout avec du PV qui produit massivement 6 mois par an avec des niveaux de consommation générale faible et faiblement les 6 autres mois quand les consommations sont fortes !)

          • @Airsol,

            Ci-joint un extrait avec le Lien en dessous : «  » La non-discrimination : le tarif payé par les utilisateurs n’est pas lié à leur usage final de l’électricité mais aux coûts qu’ils engendrent sur le réseau. En ce sens, la part de la facture associée aux réseaux varie en fonction de la puissance souscrite et de la quantité d’énergie consommée par les ménages. » »

            Lien : https://observatoire-electricite.fr/politique-energetique/article/prix-de-l-electricite-en-france-l-acheminement-de-l-electricite#:~:text=Les%20co%C3%BBts%20associ%C3%A9s%20%C3%A0%20l,m%C3%A9nages%20en%202021%20%5B2%5D.

            Ce qui est logique, un consommateur avec des besoins ponctuels de grosses puissances doit contribuer au réseau, mais ne peut pas être pénalisé si il en consomme faiblement en volume… Et inversement un consommateur avec une petite puissance souscrite mais de grosses quantités consommés doit aussi payé les réseaux !

            @Airsol,
            Et vos Liens pour votre « Position » ! (SVP !)

  • @ APO
    lien vers le turpe payé par les solaristes:
    https://www.photovoltaique.info/fr/tarifs-dachat-et-autoconsommation/couts-reglementaires/couts-dacces-au-reseau-turpe/#grilles_tarifaires
    Sinon la calculatrice CRE est rigolote:
    https://calculatrice.cre.fr/
    Effectivement le TURPE est complexe avec plusieurs composantes : fixe de gestion, fixe de comptage, variable d’injection et enfin variable d’énergie réactive.
    D’apres photovoltaique.info , seule les variables financent réellement le reseau , ce que ne paient pas les solaristes
    https://www.photovoltaique.info/fr/tarifs-dachat-et-autoconsommation/couts-reglementaires/couts-dacces-au-reseau-turpe/#principes_du_turpe

    sinon même 60 millions ce conso, jusqu’ici tres critique sur le photovoltaïque s’y met:
    https://www.60millions-mag.com/2024/01/17/kits-photovoltaiques-l-energie-solaire-portee-de-main-22496

    Répondre
  • vous avez cependantt raison sur la composante reseau qui n’est pas payées par l’energie reinjectée, seuls les frais fixes et de comptage sont facturés:

    https://www.photovoltaique.info/fr/tarifs-dachat-et-autoconsommation/couts-reglementaires/couts-dacces-au-reseau-turpe/#principes_du_turpe

    Le solaire photovoltaïque a fait des progrès formidables (diviser ses couts par dix en 20 ans), cela n’aurait pas été possible si l’on avait ecouté ses contempteurs

    Quand a couper ses panneaux quand on a plus de besoin, cela me parait illogique, le reseau est aussi un partage dont de plus en plus autoconsommateurs en font beneficier gratuitement les autres:
    https://www.60millions-mag.com/2024/01/17/kits-photovoltaiques-l-energie-solaire-portee-de-main-22496
    60 M a longtemps été critique, mais a fini par s’y mettre.

    Quand au modele economique du reseau, il faudra probablement qu’il evolue.
    Et s’il devenait comme les routes nationales, une charge d’etat?

    Répondre
    • @Airsol,

      Si vous pouviez renseigner (vous êtes expert en installation) le questionnaire pour une maison avec 6kW de PV individuel.
      Quel cout !?

      Nota : Qu’à l’avenir des couts différents du TURPE existent en France suivant les départements et même suivants les « cantons », ce serait logique. Il y a des zones qui ont besoin de PV et d’autres où c’est aberrant et même scandaleux qurtout à 130 Euros/MW.h injecté (sachant que le réseau fait « office » d’éponges des surproduction et de la variation de la consommation… Le réseau est donc un producteur de Services pour le PV individuel (l’inverse est bien moins vrai en règle générale en France, sauf dans les zones isolées et en bout de ligne…).

      @Airsol,

      De Fin Mars à fin Septembre, les Allemands (principalement, mais les Espagnols aussi) vont nous gaver de leurs excédents de PV à des prix défiants toute concurrence ! Pourquoi donc aller faire du PV cher en France !???
      Il faut faire du PV « bon Marché » en France… sinon on va s’assoir sur 1 ACCISE très élevée…

      Répondre
      • Cout d’un 6 kWc
        ca dépend avec quoi on le fait:
        panneaux chinois et onduleur central itou: camelote 4/ 5000 euros (les surstocks ont fait fondre les prix)
        vendu 12 000 par un honnête artisan, deux fois plus par un commercial
        les européen seront 1000 euros de plus le premium 2000
        production d’un 6 kWc a Nantes (au dessus du 45//) 6600 kWh/an soit environ 9 ct sans changement d’onduleur, 10 avec

        Si vous le mettez vous même, il y a des kits a 2000 le 3kWc a poser au sol soit 3.5 ct si vous consommez 100% (impossible sans batteries) ou le double à 50%
        les 50% non consommé seront réinjectés gratos sur le réseau, sauf si vous activez le zéro injection (une pince ampèremétrique mesure et l’onduleur ajuste la production pour éviter la réinjection

        Répondre
    • @Airsol,

      Qui doit payer les compteurs électriques et les frais divers d’entretien !? C’est logique de « payer sa part » !!!
      On ne peut pas vouloir le beurre et l’argent du beurre, voir en plus attendre des choses de la crémière…

      Le PV individuel à 130 Euros/MW.h (maintenant 120 Euros/MW.h de ce que j’ai lu) est bien trop cher pour du PV…

      De plus sans le réseau en éxutoire, les productions du PV individuel risquent de faire « sauter » diverses protections donc de déconnecter l’autoconsommation et les panneaux de l’installation… Donc le réseau est nécessaire pour beaucoup d’installation comme outil de stabilisation ! (de mon point de vue cela devrait être facturé comme « Services » pour les utilisateurs en soi-disant auto-consommation…).

      Dans les DOM-TOM je suis pour le PV individuel y compris à 130 Euros/MW.h vu les couts dans ces zones… (et dans certains zones du Sud de la France isolée et en bout de ligne, je suis pour aussi, cela engendre moins de renforcements de réseaux donc in fine de substencielles économies « collectives », mais dans les zones pavillonnaires des grandes villes je suis ARCHI-contre…).

      Répondre
      • @ APO
        « De plus sans le réseau en éxutoire, les productions du PV individuel risquent de faire « sauter » diverses protections donc de déconnecter l’autoconsommation et les panneaux de l’installation… Donc le réseau est nécessaire pour beaucoup d’installation comme outil de stabilisation !  »

        Pas du tout, si l’on ne sait pas produire sans batteries quand il n’y a pas de soleil, la régulation zéro injection est devenue un standard sur les onduleurs, bien que peu utilisée.

        Répondre
  • Vous avez raison sur le fait que la composante réseau n’est pas facturée dans le turpe auto consommateur, ce qui peut paraitre logique: Le réseau devra surement adapter son modelé économique, pourquoi pas comme les routes nationales?

    Si on avait écouté tous ses contempteurs, le solaire photovoltaïque n’aurait jamais réussie l’exploit de diviser ses cout par dix en 20 ans, pendant que d’autres doublait leurs couts

    en tous cas longtemps critique 60 M s’y est mis:
    https://www.60millions-mag.com/2024/01/17/kits-photovoltaiques-l-energie-solaire-portee-de-main-22496
    Tous ces kits sont a réinjection gratuite sur le réseau, il est possible mais ridicule de les couper sauf entretien reseaeu

    Répondre
    • @Airsol,

      Avec tous ces points d’injection, les techniciens d’ENEDIS vont galérer de plus en plus pour la maintenance et certaines interventions et cela risque même de devenir dangereux pour eux et même pour tout un chacun quand les lignes sont coupées lors de tempêtes… Comment isole t’on les lignes d’une zone pavillonnaire parsemée de PV individuel !?
      (Nouvel Argument – avec principe de Sécurité – CONTRE le PV individuel !!!). Je n’y avais pas pensé plus tôt ! (mais cela risque de faire des blessés et des morts…)

      Je reste pour le PV, mais contre le PV individuel subventionné et hors de prix (cela a déjà couté des dizaines de milliards pour quasi rien en production ! 40 milliards pour la partie avant moratoire !!! ). Du PV sur les parkings de supermarché et sur certains parking publics je suis Archi POUR, surtout avec le développement des VE ! De même que sur les toitures de PME/PMI et pour les Batiments agricoles.

      Nota : Le danger de la couverture PV est spécifié dans une scierie près de chez moi (surtout à l’attention des pompiers) où je vais chercher du Bois de temps à autre…

      Répondre
      • @ APO

        « Comment isole t’on les lignes d’une zone pavillonnaire parsemée de PV individuel !? »

        c’est la norme de base sur un onduleur, il analyse la présence du réseau, s’adapte a la fréquence et tension (pas le choix) et se coupe en cas d’absence de réseau
        Même exigence pour les convertisseurs des batteries avec back up

        Chez Enedis ils commencent a être au courant qu’il y a potentiellement un risque photovoltaïque supplémentaire.
        Le danger c’est l’ignorance, après les techniciens savent faire ne vous inquiétez pas…

        Répondre
        • @Airsol,

          Il est logique qu’il y ait une protection sur les onduleurs. Mais est-elle fiable à 100% !? D’ailleurs est-ce une seule protection !?
          En travaux sur catenaire, en plus d’isolation des points d’injection des « perches » de mise à la terre sont mises en règle génral de chaque coté de la zone de travaux… (Facile sur des cables « nus »). Mais Comment faire sur des cables isolés avec de multiples points d’injection potentiels dans la ligne pour être sur à tout instant !?

          Forcément que les techniciens ENEDIS feront attention. Mais par exemple en Hiver, à 8h00 il n’y a pas de tension délivrée par les panneaux et si une opération de maintenance démarre après controle de l’absence de tension, les techniciens peuvent se voir en situation de risque vers 9h00 ou après…
          Sans parler des entreprises sous-traitantes…

          Répondre
      • @ APO

        « Les Chinois « assemblent » bcp de choses dans bien des domaines mais ne maitrisent pas toutes les chaines « amont » et donc nombre de composants sont expédiés en Chine  »

        Vous pouvez remplacer les chinois , par les américains, les Français ou ce que vous voulez
        Tesla a arrêté certaines usines suite au blocage l’import de composants chinois
        Ce qui distingue les chinois dans le photovoltaïque, c’est qu’ils y ont cru et ont fait des usines là ou on a fait des PME

        l’industrialisation du procédé s’est fait ailleurs par manque d’intérêt.
        il doit y avoir beaucoup de sous45// dans les capitaines d’industrie

        Répondre
        • @Airsol,

          Les Chinois ont encore de larges pans de leur économie soumis à des Plans d’une part… (c’est une économie partiellement planifiée il ne faut pas l’oublier)
          D’autre part, les Chinois connaissent ce que sont les pénuries (alimentaires comme énergétiques…).
          LE PV a réellement du sens chez eux (et ils savent qu’ils manqueront de Fossiles un jour !) et on aura abondamment aidé à « subventionner » leur Grand Plan PV… Le tout sans créer de filières ad ‘hoc à domicile (même si notre économie planifiée d’antan avait fait une usine de PV (trop chère Hélas à l’époque) à Caen il y a plus de 40 ans…)…

          Enfin en vendant à prix cassés ils vont briser beaucoup de concurrents étrangers et créer un monopole Chinois… Et nous, en Europe, on ne fait rien… que poser du PV Chinois…

          Que fait donc la SER également !? (juste option « profit » de court terme pour leur crèmerie… malgré moultes subsides et subventions de l’état…).

          Répondre
    • @Airsol,

      Certes les Européens ont un peu aidé à lancer le PV mondial vers une décrue massive des couts en en consommant bcp et surtout en faisant bcp de travaux de Recherche qui servent maintenant aux Chinois… Mais la France ce n’est que 1% à peine de la population mondiale… et la Chine aurait de toutes les façons fait ce cheminement vers le PV, comme nous le faisions (à petits pas certes) depuis un bon moment.

      La Chine située entre le tropique du cancer et le 45ème parallèle au Nord, c’est un pays « chaud » dans sa partie Sud et même la partie Nord a des étés chauds (donc de grosses conso estivales !)… Le PV y est idéal et va les aider à se décarboner massivement (et le fait déjà).
      Par contre le PV « made in china » est en train de leur donner un Pouvoir géopolitique pour le Futur absolument colossal (bien plus que le Gaz Russe pour les Européens sous peu si on ne fait rien…). C’est en partie ce qui me rend assez hostile à certaines formes de PV et/ou pour une limitation si le PV est majoritairement « Chinois »…
      100 GW de PV, c’est un Flux annuel à garantir de plus de 3 GW à minima de Panneaux PV dans le Futur… Si ce Flux se tarit partiellement ou complètement, QUID !? Sur 3 ou 4 ans cela fait 10 à presque 15 GW de PV « manquants » et une baisse de production significative avec une impossibilité de faire une filière industrielle pendant ce temps … Il faut 15 ans pour faire une telle filière à minima…
      (une usine d’assemblage de téléphone ou d’ordinateurs, cela se fait in fine assez rapidement, DELL a longtemps eu une grosse usine en Irlande d’ordinateurs (j’ai un cousin qui y a longtemps bossé)… Les Chinois « assemblent » bcp de choses dans bien des domaines mais ne maitrisent pas toutes les chaines « amont » et donc nombre de composants sont expédiés en Chine pour faire du « Made in China »… Dans le PV ils maitrisent TOUT à domicile et ils sont en train de prendre une avance énorme et considérable pour devenir un acteur quasi « unique » ET incontournable sur du court/moyen terme !!! – pire bientôt – pour l’image – que le Gaz Russe pour les Allemands… )

      Le PV ça peut être très bien ou pas bien du tout, suivant comment cela est pris (Avis Perso !). Le PV individuel « cher » à 130 Euros/MW.h c’est pas bien du tout (Avis Perso…) car cela « sponsorise » l’industrie chinoise et coute énormément aux Français…

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective