Après la COP26, la France doit rehausser ses objectifs climat, selon le HCC

Dans la foulée de la COP26 de Glasgow, la France doit rehausser ses objectifs climatiques pour 2030, renforcer leurs mises en oeuvre et « reprendre l’initiative à l’international », recommande le Haut Conseil pour le climat dans un avis publié jeudi.

L’organisme indépendant voulu par Emmanuel Macron pour évaluer les politiques climatiques de la France s’est penché sur les décisions prises à la COP26 et leurs implications pour la France.

Malgré les avancées enregistrées lors de ces négociations internationales, « la somme des nouvelles ambitions ne permet pas de limiter le réchauffement à 1,5°C comme c’était l’ambition » de l’Accord de Paris, a commenté la présidente du HCC, Corinne le Quéré, lors d’une visio-conférence.

« La décennie actuelle doit être la décennie de l’action, avec des réductions massives dès maintenant » des émissions de gaz à effet de serre, a-t-elle poursuivi.

A l’échelle française, le HCC recommande de « rehausser les objectifs 2030 de la France et clairement spécifier les enjeux pour tous les secteurs émetteurs, y compris l’aviation et les transports maritimes internationaux » aujourd’hui exclus des engagements.

« L’objectif de réductions d’émissions de la France actuellement à -40% en 2030 par rapport au niveau de 1990 n’est plus à la hauteur des enjeux soulignés à la COP26 », précise le HCC dans son rapport, d’autant que l’Union européenne s’est fixée comme nouvel objectif une baisse de 55%.

Les plans climat ministériels – dont seulement trois sur dix ont été publiés – « doivent être coordonnés au niveau du Premier ministre et être calibrés sur les enjeux climatiques », a insisté Corinne Le Quéré. Il s’agit de « clairement spécifier les enjeux pour tous les secteurs émetteurs », en particulier le transport routier et l’agriculture qui ne voient pas leurs émissions baisser suffisamment, a-t-elle poursuivi.

Corinne Le Quéré a aussi regretté qu’aucun Conseil de défense écologique n’ait été réuni depuis février 2020.

Le HCC préconise aussi de « renforcer la gouvernance et les moyens mis en oeuvre en matière de climat », d' »assurer un suivi des engagements internationaux pris par la France » et enfin de « reprendre l’initiative à l’international sur le climat dans la perspective des futures COP27 en Egypte et COP28 aux Emirats arabes unis, en y associant notamment les acteurs économiques », selon un communiqué.

« On est en train de jouer l’avenir de l’Accord de Paris » et « la France a cette responsabilité de continuer à être très active », a commenté Laurence Tubiana, membre du HCC et l’une des architectes de l’accord de Paris en 2015.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Objectif climat: rendre plus propres les transports et le chauffage.
    Recentrer nos choix sur les domaines polluants.
    Pour l’électricité, en terme de CO2, la France est déjà un exemple.

    Répondre
    • Monsieur Onillon,
      « Pour l’électricité, en terme de CO2, la France est déjà un exemple. »
      Tout à fait exact.
      Il faut aussi noter qu’une part de la baisse des émissions de CO2 se feront par l’électrification des usages (directement via des pompes à chaleur dans le bâtiment, les batteries dans les voitures) , ou indirectement via l’hydrogène pour les camions ou l’industrie).
      Et que l’électricité nécessaire, qui devra doubler d’ici 2050, devra être produite sans CO2, donc pour l’essentiel nucléaire et hydraulique.
      Surtout pas par des mariages contre nature « centrales à gaz plus éolien ou solaires », pour cause d’intermittence de ces « renouvelables ».

      Répondre
  • La France investit dans l’éolien et le solaire qui n’ont aucun effet sur ses émissions. Il y a deux domaines pour lesquels on possède les solutions techniques évidentes et qui seraient très efficaces: 1° L’agroécologie et la relocalisation de notre nourriture 2° l’isolation des bâtiments et leur chauffage. Dans ce dernier domaine la situation actuelle est à mon avis scandaleuse. On est harcelé au téléphone et sur internet par des marchands de solaire ou de pompes à chaleur qui font miroiter des aides qui n’existent que pour les gens très modestes en maison individuelle. Ils se déplacent volontiers pour vous faire sur un coin de table un devis à 15000 ou 20000 euros qu’il faudrait signer de suite, sans réflexion ni comparaison. Avouent ne pas se déplacer pour une amélioration à 5000 euros seulement! Aucune assistance officielle sérieuse et gratuite pour vous faire économiser l’énergie. C’est Gribouille qui s’occupe de la transition! Pour d’autres secteurs le processus est plus long. La relocalisation de certaines productions les feraient alimenter par une électricité bas carbone, ce qui est infiniment plus vertueux que de fabriquer en Chine. Pour les transports l’urgence est de transporter moins par la route. Pour la voiture individuelle on aurait pu commencer par pénaliser lourdement celles qui consomment trop. L’effet serait presque immédiat. La création du HCC était une bonne chose mais comme il est entièrement bénévole et n’a voix au chapitre que pour un rapport annuel son influence est à peu près nulle.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord. Cependant,
      « Pour la voiture individuelle on aurait pu commencer par pénaliser lourdement celles qui consomment trop »
      Vrai, mais en augmentant les taxer sur les carburants, qui est une excellente idée pour le climat, on a récupéré les Gilets Jaunes.
      Pas certain qu’un président en mal de réélection est réellement envie de s’y recoller.

      Ceci dit, on demanderait aux constructeurs automobiles de construire des 2CH modernes consommant 1.5 litres aux cent, ce ne serait pas idiot.

      Répondre
  • Prendre de nouveaux engagements pour l’échéance 2030 comme on l’avait fait lors de la cop21 de Paris en 2015 avec des engagements pour l’échéance 2020 dont on a tenu aucun ?
    Pourquoi pas puisque cela n’engage à rien, comme nous l’avons prouvé en 2020 en se regardant le nombril avec les déchets nucléaires.

    Répondre
    • Vous pourriez préciser de quel problème vous parlez pour les déchets nucléaires ?

      Si c’est qu’on prend trop de retard sue les réacteurs de quatrième génération capables de brûler une partie des déchets des centrales actuelles, je suis parfaitement d’accord avec vous LOL

      Répondre
  • Sans « oublier  » que la France n’émet que moins de 1% des GES mondiaux Sur un échiquier une case sur les 100 .
    Les lobbys font comme si nous étions le Chine ou les US .

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective