La construction des chaufferies nucléaires du futur porte-avions français a débuté

La construction du futur porte-avions nucléaire français a débuté la semaine passée par le coulage d’un élément de la chaufferie nucléaire, 17 ans avant sa livraison prévue, a annoncé mercredi le ministère des Armées.

Cet élément est une “bride de cuve”, sorte de ceinture métallique sur laquelle sont ensuite fixées les vannes et pompes nécessaires au fonctionnement de la chaufferie nucléaire, selon le porte-parole du ministère Hervé Grandjean.

Il s’agit de la “première pièce à être fabriquée, six mois après l’annonce du président” Emmanuel Macron du choix nucléaire pour la propulsion du future porte-avions, destiné à remplacer le Charles de Gaulle en 2038, a-t-il ajouté.

Cette pièce de 270 tonnes a été coulée la semaine passée sur le site d’Industeel au Creusot (Saône-et-Loire) et est en cours de forgeage au sein de Framatome.

Il s’agit d’une “pièce d’épreuve” qui sera soumise à de nombreux tests pour s’assurer de sa résistance et de sa fiabilité avant la fabrication des brides de cuve qui équiperont les deux chaufferies nucléaires du futur porte-avions pendant 40 ans.

Celles-ci seront 50% plus puissantes que celles du Charles de Gaulle et pèseront chacune 2.000 tonnes avec leur enceinte de confinement.

Le navire sera beaucoup plus massif que l’actuel. Il fera 75.000 tonnes pour environ 300 mètres de long, contre 42.000 tonnes pour 261 mètres pour le Charles de Gaulle. Avec un équipage de 2.000 marins, il pourra embarquer 30 avions de combat.

Environ 900 millions d’euros seront consacrés aux études techniques et d’esquisse d’ici à la fin 2025 quand débutera la construction du navire proprement dit, dont 117 millions en 2021.

commentaires

COMMENTAIRES

    • Il y a bien eu une alternative “écolocompatible” à l’appel d’offre mais elle n’a pas été retenue. Elle prévoyait pour alimenter vertueusement l’unité de combat:

      Barge remorquée N°1 (500m x 100m): unités de compression et de stockage du méthane produit par la barge N° 2
      Barge remorquée N°2 (2000m x 200m): unité de production de méthane par 100 000 s vaches ruminantes (fournissant également le lait pour les matelots)
      Barge N°3 (20km x 2 km) pâturage biodynamique fournissant l’alimentation écolo-acceptable des vaches de la barge N°2

      Caractéristiques opérationnelles du groupe naval ainsi doté:
      Vitesse de croisière: 0.5 Nds
      Zone de mission: 45° sud à 45° nord
      Aéronefs : 1 Blériot V (ou Cessna 140 en doublant le nombre de vaches): SCAF même pas t’y rêves!
      Armement de l’aéronef:
      -10 grenades à mains
      -3 sacs de grenailles
      -1 charogne sous chaque aile
      Défense anti aérienne: 500 frondes à main et 1000 arbalètes
      Défense anti sous marine: 50 baleinières dotées chacune de 10 harpons en bois recyclé

      Cette alternative avait pourtant le soutient énergique du gouvernement allemand dont on sait à quel point il est soucieux de l’esprit de défense européenne, mais pour une fois, la Green Deutsche Qualität n’a pas convaincu !!!

      Répondre
      • Blague à part, le nucléaire Gen IV a pris 30 ans de retard à cause des circonvolutions électoralistes des socialistes qui ne savaient pas comment se maintenir au pouvoir autrement qu’en caressant les “verts” dans le sens du poil et en fabriquant de toute pièce l’épouvantail “brun”.

        Pour faire court, la “gauche” du programme commun s’est crashée dans le mur de la réalité en 1984, a sombré dans les abîmes électoraux et n’a dû sa survie qu’à Le Pen Père et à la Chimère Europe.

        Répondre
        • Il faut croire que je picole aussi, puisque je vois assez les choses ainsi.
          Favand, allez débattre sur un forum où l’insulte est de mise. Je recommande “Agoravox”. J’y ai vu des pronucléaires se faire plusieurs fois traiter de “collabos” ou se faire menacer de procès pour fausses nouvelles en énonçant des faits de science physique ne convenant pas à tel ou tel antinuc.

          Répondre
        • M. Favand,

          Votre mise en garde contre le risque que représente l’ingurgitation incontrôlée de breuvages toxiques ne saurait mieux tomber!!

          En effet, s’il reste quelques wh disponibles dans votre système vertueusement autonome de “production” d’énergie électrique, je vous invite à vous connecter sur les sources “d’informations” dont sont abreuvés nos concitoyens.

          Vous découvrirez alors combien nos compatriotes sont saoulés d’élixirs “verts” distillés par des apôtres d’une parole dont ils maîtrisent bien mal l’essence……..tant ils ont été fossilisés par une “bien-pensance” émotionnelle dissociée.

          Ainsi, dans le bêtisier de l’idéologie en cours (et en cour) figurent en bonne place:
          Les routes solaires d’une princesse royale fort peu regardante de l’intérêt du contribuable.
          Les arbres à vent d’un ancien ministre de l’industrie.
          Les hydroliennes bretonnes qui ont fini en eau de boudin.
          Des milliers d’éoliennes pourvoyeuses d’une énergie “gratuite”…….subventionnées au bénéfice d’investisseurs privés
          Des millions de PV pourvoyeurs d’une énergie “gratuite”…..subventionnés au bénéfice d’investisseurs privés.
          Des forages géothermiques alsaciens massivement subventionnés, sources de catastrophes locales.
          Des milliards de cellules Li-Ion élaborées en Chine dans des conditions épouvantables.
          Des millions de tonnes de lignite et des milliards de m3 de CH4, corollaires incontournables de la “variabilité douce” des ENRi.
          etc…..

          Mais à n’en point douter, au terme de cette beuverie médiatique aux enjeux politiques, alimentée par des barmans de l’information incapables de faire la différence entre des exposants -3 et +9, pas plus qu’entre un watt et un watt.heure, les contribuables (ou les épargnants) se réveilleront tôt ou tard avec une gueule de bois d’enfer, bien éloignée du paradis bobo-bisounours.

          Répondre
  • Pourquoi n’entend-on pas les écolos mener campagne contre les réacteurs navals comme ils font contre ceux d’EDF ?
    Question subsidiaire (moins sérieuse, mais logique) : les écolos accepteraient donc un parc nucléaire civil fait de réacteurs navals ?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective