Climat: la France demande à l’UE de reconnaître l’apport du nucléaire

Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a demandé vendredi à ses homologues de l’UE de reconnaître l’apport de l’énergie nucléaire dans la lutte contre le changement climatique et d’inclure cette filière dans une liste d’investissements « durables » pour en faciliter le financement.

« Soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche idéologique et nous échouerons, soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche scientifique et dans ce cas nous réussirons. Mais cela signifie reconnaître la valeur ajoutée de l’énergie nucléaire », a déclaré M. Le Maire, lors d’une réunion à Kranj (Slovénie).

La Commission européenne doit proposer avant la fin de l’année une liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l’environnement (« taxonomie verte »).

Cette classification ouvrira l’accès à la finance verte et donnera un avantage compétitif aux filières reconnues, un enjeu crucial en vue du renouvellement du parc nucléaire français.

Le sujet divise les Etats membres. Si la France, la Pologne et la République tchèque défendent l’atome, des pays comme l’Allemagne et l’Autriche y sont farouchement opposés, à l’instar de nombreuses ONG qui y voient une technologie risquée.

La « taxonomie » proposée par Bruxelles pourra être rejetée par les eurodéputés ou une majorité d’Etats membres.

« Je veux juste rappeler aux autres Etats membres et aux citoyens européens que deux rapports d’experts sont arrivés à la même conclusion, à savoir que l’énergie nucléaire est nécessaire pour lutter contre le changement climatique », a plaidé Bruno Le Maire.

En juin 2019, un groupe d’experts sur la finance durable avait conclu que l’énergie nucléaire, qui n’émet pratiquement pas de CO2, pouvait « contribuer à atténuer le changement climatique » – mais sans conclure sur ses dommages environnementaux potentiels.

Dans un rapport rendu fin mars, le service scientifique de la Commission européenne (Centre commun de recherche, CCR) a estimé qu' »aucune analyse ne fournit de preuves scientifiques que l’énergie nucléaire porte atteinte à la santé humaine ou à l’environnement davantage que les autres énergies » susceptibles d’intégrer la taxonomie.

« Il n’y a aucune raison pour que l’énergie nucléaire ne soit pas incluse d’ici la fin de l’année dans la taxonomie européenne », a martelé M. Le Maire.

commentaires

COMMENTAIRES

  • C’est bien que lemaire leur demande le droit de reconnaitre que le nucléaire travaille pour la planéte , mais une question qui sont les gens en face à la comissio européenne qui ne savent rien des énergies utilisées et leur conséquence aussi bien sur le climat que sur l’environnement , nous pensions nos acteurs politiques trés peu compétents en la matiére , mais alors cerise sur le gateau , les acteurs de la commision européenne sont encore plus lamentables , la question est combien sont ils à nous diriger aussi peu instruits dans tous les domaines ou ils se permettent de nous imposer leur choix ????
    leur caste est immature , non instruite , rééllemment incompétente , et nous on leur mange dans la main sortons de l’UE et vite!!!

    Répondre
  • Ils sont bien moins bête que ce que vous croyez et surtout qui croyez vous être vous même pour juger des compétences techniques et scientifiques de la commission européenne ? Curieusement on ne trouve pas votre nom dans l’index de la liste des ingénieurs et scientifiques de France….. un oubli sans doute ?
    Il s’agit de savoir, non pas si le nucléaire émet beaucoup ou peu de GES mais de savoir si c’est un outil utilisant ou susceptible d’utiliser une ressource renouvelable afin de savoir s’il fallait aider les investissements dans ce domaine. Et à cette question la réponse est non à moins que par votre grande science vous démontriez qu’il est possible de produire de l’uranium renouvelable puisque c’est le combustible des centrales nucléaire.
    Voyez vous, dans ce choix, il n’est même pas question de tenir compte du délai de construction de 12 à 15 ans d’un réacteur nucléaire qui arriverait trop tardivement devant l’urgence à traiter le problème des GES…. ce n’est qu’une question de renouvelable où pas, pour savoir les investissements à favoriser. Pourquoi favoriser un type d’investissement qui ne produira un résultat que dans 15 ans quand on peut obtenir 13 ans plus tôt le même résultat avec des moyens qui ne demandent que deux ans pour être opérationnel.
    Et Le Maire a lui-même une conduite dogmatique lorsqu’il dit qu’il ne faut pas avoir un raisonnement idéologique en prétendant qu’il n’y a aucune raison pour que le nucléaire ne soit pas retenu. La raison elle tient dans les 4 lignes du deuxième paragraphe de mon message et les arguments de Le Maire ne sont que de la poésie face à la rigueur scientifique de la commission européenne. Et j’espère que Le Maire a bien conscience d’être de mauvaise foi en débitant son laïus, sinon c’est bien triste d’être ministre de l’économie et être aussi ignorant. Bien que nous ayons bien eu un ministre de l’éducation nationale qui ne savait pas faire une règle de trois, c’est même sans doute pour cela qu’il a rejoint les immortels de l’Institut de France

    Répondre
  • Il n’y a que rochain le « supercompétent », lui le « bardé » de diplôme qui écrase le petit peuple de sa suffisance et de ses insultes. MAIS :
    J’ai repris quelques entrefilets de transitions et énergies relatant l’intervention de Thierry Breton (août 21) sur la Taxomie :
    « L’énergie nucléaire est considérée comme un élément indispensable à la transition énergétique comme le disent le GIEC et l’Agence internationale de l’énergie (AIE)». La Chine, les États-Unis et la Russie l’ont bien compris !
    Le nucléaire n’émet que 12 grammes de CO² par kWh produit, contre 490 grammes pour le gaz naturel, qui figure pourtant dans ces énergies estampillées « vertes »… parce que les pays qui se détournent du nucléaire comme l’Allemagne ou la Belgique en ont besoin »
    En effet ils se servent du gaz et s’en serviront de manière très importante via le gazoduc North stream2 comme back-up pour tenir leur réseau élec « la tête hors de l’eau » en périodes anticycloniques hivernales. En effet dans ces périodes là, la fourniture des ENRi frise les 0.5% de leur puissance installée (voir le mix fourni le 8 janvier 21 sur RTE) Le résultat était similaire en Allemagne …
    « La Commission européenne et le Parlement sont sous pression et sous influence des partis écologistes et de nombreuses ONG farouchement opposées au nucléaire, même si cela se traduit pas par une augmentation des émissions de gaz à effet de serre ». Mais ils seraient prêt à inclure le gaz nat (fossile) dans ces énergies estampillées « vertes » pour sauver l’Allemagne de l’impasse due à ses ENRi.

    Répondre
    • Toujours aussi neuneu le Dubus qui confond le gaz naturel avec la centrale qui peut le bruler aussi bien que le biogaz…
      Quant aux entrefilets disant que le nucléaire est indispensable ,inutile de se donner la peine de chercher, les sites d’opinions en inventent tous les jours.

      Répondre
  • Encore une insulte et une pirouette de diversion (en jouant sur les mots) avec son biogaz des calendes grecques.
    Le Pb des ENRi (production ~ de zéro) en périodes anticycloniques hivernales est occulté par ce triste sire.

    Répondre
    • Tien le us stupide de la bande d’idiots qui adorent se faire traiter de con revient à la charge avec des preuves de ses allégations toujours aussi absentes…. Et même bien plus absentes que les longues périodes anticycloniques accompagnées d’un Soleil lui aussi absent durant ces mois nocturnes qui s’en chaînes les uns à la suites des autres sans le moindre souffle de vent sur toute la planète….
      Vraiment, quel con !

      Répondre
  • Merci Michel DUBUS pour vos commentaires qui apportent la contradiction avec des arguments autrement plus scientifiques et claires que notre pseudo ingénieur-astronome qui est plutôt astrologue dans ses explications toujours plus confuses ou contournées pour nous vendre l’énergie certes renouvelable (vent, soleil , biomasse..) mais certainement pas capable de faire face à la demande mondiale seule. Seuls les crédules peuvent y croire.

    Répondre
  • Merci Victor pour vos propos qui viennent bien à-propos !
    Vous faites maintenant parti de la confrérie des cons de rochain (le compétant)) et on est de plus en plus nombreux, çà fait du bien! S’il ne reste qu’un mec intelligent ce sera lui!

    Répondre
  • Rochain toujours aussi agressif et méprisant . Un bon représentant des vendeurs d’éoliennes.

    Répondre
    • Que voulez vous quand la bêtise atteint un tel niveau il n’y a plus que le mépris pour compenser.
      Un enfant de 10 ans comprendrait que le nucléaire n’utilise pas de combustible renouvelable mais la bande de pieds nickelés que vous êtes ici tente de s’en persuader. Le mépris n’est que le pendant de la mauvaise foi démasquée.

      Répondre
      • L’uranium n’est effectivement pas renouvelable, comme les éléments du tableau de Mandeleïev . Si le vent et le soleil sont « renouvelables » (à l’échelle de l’espèce humaine, qq millions d’années/qq milliards d’années pour le soleil) les convertisseurs indispensables que sont les éoliennes et les panneaux photovoltaïques , faits de matériaux issus du tableau de Mandeleïev , ne sont donc pas plus renouvelable que l’uranium. On aura compris que l’argument de la non renouvelabilité de l’uranium est spécieux et un enfant de 10 ans ne peut évidemment pas en juger, sauf les petits génies précoces!

        Répondre
        • Mais n’importe quel petit génie précoce de 10 ans ou moins comprend aussi que l’uranium est transformé en chaleur et qu’une fois fissionné il n’y a plus d’uranium, tandis que comme il est un petit génie de 10 ans et moins, il comprend que le cuivre, le fer, la silice, le néodyme….. bref tout ce qui sert à faire des appareils destinés à capter l’énergie du Soleil, ne sont pas transformés en chaleur, et garde leur intégrité, et que, de ce fait, il sont recyclable dès que l’appareil dans lequel il sont une partie est devenu obsolète, et retrouve un usage dans un autre appareil un peu plus tard, qui lui aussi….et rebelote jusqu’à ce qu’ion finisse par le rendre à la Terre….. là d’où il vient.
          Voilà ce que comprend le petit génie et il synthétise : il y a ce que l’on vole à la Terre et qu’on ne lui rendra pas, et ce qu’on lui emprunte pour un temps.

          Répondre
          • Une nouvelle déclaration de plus en plus fantaisiste, le recyclage perpétuel des matériaux que l’on pourrait in fine restituer à la terre. Joli tour de passe-passe! Que n’imaginerait-on pas pour sauver le soldat Energie renouvelable . Le recyclage des matières premières atteint vite des limites de par la complexité des matériaux composés qu’il devient complexe voir impossible à séparer.

          • Le verres des PPV se recycle à l’infini, comme le cuivre des bobinages des rotors et stator des alternateurs des alternateurs des éoliennes, quand au néodyme des masses amalgamées avec les fer des noyaux un simple traitement de fonderie suffit à les séparées, leurs points de fusion étant différents…aujourd’hui es traitements thermochimiques permettent de séparer les fibres de carbone des résines des pales d’éoliennes.
            La plupart du temps il est aussi compliqué et difficile et même quelquefois plus de séparer le métal convoité du minerai auquel il est amalgamé, et lui même souvent composé de plusieurs natures de roches différentes.
            Ce n’est pas parce que vous ignorez les techniques thermiques, chimiques, mécaniques des spécialistes du recyclage qu’il faut croire qu’eux même ne les connaissent pas. En fait tout, absolument tout, peut se recycler, la seule chose c’est le prix !
            Tant que le produit minier coute moins cher que le produit recyclé, ce dernier s’entasse et sa valeur augmente car le produit minier se raréfie. Un jour les deux courbes de prix se croisent et si le besoin global n’augmente plus (saturation du marché) le produit minier est abandonné au profit du recyclé. Tant que vous ne portez par atteinte à l’intégrité de l’atome lui même un produit est recyclable. De plus les techniques s’affinent tant en efficacité qu’en coût de transformation. Pendant longtemps on n’a pas su recycler les coques de bateaux « Tuperware », comme dit avec dédain un de mes amis amateur de vieilles coques en bois dont sont fait les arbres, par exemple puis un jour la masse de cette matière première gratuite a réveillé les chimistes dont les yeux scintillaient de dollars.
            Le fantaisiste c’est surtout celui qui croit tout savoir sur tout, ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas dans tous les domaines.

  • « Le fantaisiste c’est surtout celui qui croit tout savoir sur tout, ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas dans tous les domaines. »
    Une excellente auto description qui pourrait démontrer un orgueil démesurée et inconscient de son auteur…..
    Le recyclage est certainement incontournable si on veut bien admettre que de nombreuses ressources de notre planète sont finies et non renouvelables. Mais l’énergie nécessaire et les limites de faisabilité du recyclage ne garantissent en rien que les énergies renouvelables le sont dans l’absolu, pour l’instant seules les énergies fossiles permettent de fabriquer tous les convertisseurs de vent, de soleil et de biomasses en électricité; pas sûr d’arriver à boucler le système s’ils étaient eux-même fabriqués par les dites EnR ?

    Répondre
    • En dehors de me baver dessus sans être capable de réfuter mes arguments vous êtes en train de dire que les énergies renouvelables ne seront pas capables de produire à la hauteur de ce que produisent les énergies fossiles….. alors passons aux preuves …. j’attends.
      La Norvège par exemple qui est à 100% renouvelable se sert justement de cette énergie pour trainer le fossile qu’elle exporte partout en Europe…… le contraire de votre schéma !
      Par ailleurs, si ne serait-ce que la couverture du bâtie en France était en PPV cela produirait le double de ce que produit la totalité parc nucléaire en état de marche (ce qui n’est pas le cas avec par exemple 20 réacteurs en carafe en ce moment sur les 56 du parc)

      Répondre
      • Passons les surprenantes déclarations de l’arroseur arrosé, chacun jugera qui est le plus odieux et qui finit par se contredire, ne s’y retrouvant plus dans toute sa logorrhée. D’ailleurs qui peut s’y retrouver?
        Pour la Norvège en effet elle dispose d’une énergie renouvelable quasi 100% grâce à mère nature, l’hydraulique, et une faible population. Peu de Pays dans le monde dispose d’une telle « chance ». De quel schéma parle-t-on?
        Aveuglé sans doute par l’idéologie anti nucléaire, je ne vois aucun argument cohérent quant à la possibilité de boucler le cycle complet du tout EnR : recyclage des matériaux, fabrication de tous les convertisseurs -éoliennes-panneaux photovoltaïques-onduleurs de puissance-…tout ça avec de l’EnR et à l’échelle mondiale! De plus rien de normal à ce qu’une vingtaine de réacteurs sur 58 soient en cours de maintenance, tout industriel arrêtent ses matériels pour la maintenance (trains, raffineries, chaînes de fabrication de tout type…). C’est quand même la garantie d’une bonne gestion économique et de sécurité, vous ne faite jamais réviser votre véhicule?

        Répondre
        • Vous continuez simplement à nier ce que vous ne comprenez pas….vous vous croyez compétant pour limiter la capacité du renouvelable à produire autant, et à plus forte raison plus que ce que l’on produit aujourd’hui en pillant le sous-sol de la planète. Il est clair que vous ignorez la quantité d’énergie que l’on reçoit en permanence du Soleil et que l’on retrouve sous de multiples formes. Vous êtes donc seulement limité en connaissances, ne cherchez pas plus loin. D’ailleurs vous ne cherchez jamais plus loin car il n’y a que 4 réacteurs en maintenance sur les 20 arrétés, les autres le sont pour d’autres raison, dont des pannées fortuites mais aussi pour des limitations de possibilités de production qui les obligeraient à fonctionner en mode dégrader par surabondance en cette période de l’année et qui consommerai leur barres neutrophages de contrôle a vitesse accélérées les rendant ensuit incapable de moduler leur puissance en fonction du besoin de l’équilibre du réseau, et on touche là au limitations du pilotage du nucléaire qui n’est qu’une légende sur le plan pratique.
          La maintenance oui, mais dans la limite du raisonnable en fonction de la disponibilité des équipes compétentes pour l’assurer. 4 sur 5 sont en réalité en jachère allez vous renseigner sur le site du moniteur nucléaire tout cela est bien expliqué en anglais et en français, ce qui vous évitera de dire des bêtises.

          Répondre
          • Toujours de grandes déclarations généralistes noyées dans un flot de verbiage confus sans aucunes réponses précises sur les questions que je me pose, cf toutes mes mes interrogations précédentes. Et comme les arguments précis manquent, il suffit de brandir une sorte de point Godwing en déclarant son interlocuteur sans connaissance, pire un con!
            Quant aux réacteurs arrêtés, quelque soient les raisons, il est rassurant qu’ils le soient et que l’exploitant procèdent à leur réparation ou leur maintenance. Inutile de faire le savant sur un sujet aussi banal que la maintenance d’une usine industrielle.
            Il apparaît bien là que seule une idéologie nucléophobe peut conduire à de telles obsessions: la légende du pilotage, la jachère…

          • Victor vous ne faite que m’attaquer à titre personnel mais pas ce que je dis est prouve… Oui le pilotage des réacteurs est une légende sinon on ne ferait pas marcher le gaz tout les matin lors de l’appel de puissance de l’activité économique…. ca se vérifie facilement : https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
            Et comme tous les dogmatiques vous ne me pardonnerez pas de prouver la réalité de ce que j’affirme…. je deviens l’homme à abattre et calomnier.

          • La victimisation n’est vraiment pas un argument à la hauteur de votre égot. Et vos vérités restent partielles et je me contente de les compléter autant que faire ce peut. Je suis plutôt nucléophile et vous nucléophobe, chacun avance ses arguments et les lecteurs se font leur opinion, il faut vous y faire! C’est cela le débat et inutile de se croire le détenteur de la VÉRITÉ.

    • Non Kersanté, ça c’est ce que s’empressent de répondre les nucleophiles incapables de vérifier quoi que ce soit car ils ne savent même pas quoi regarder bien que toute ces données soient publiques.
      Seulement 1 sur 5 des 20 en carafe sont en maintenance. Les autres sont soit en incident soit dans l’incapacité d’assurer une régulation d’adaptation à la charge en raison de leur stade d’avancement dans la vie du combustible. C’est écrit en toutes lettres en anglais et en français sur le site vous donnant l’état de chaque réacteur. Mais vous êtes manifestement incapable de comprendre de quoi il s’agît et je ne peux que vous conseiller de vous former aux fonctionnement de l’électronucléaire avant de faire des déclaration péremptoires sur les forum qui parlent de sujets auxquels vous ne comprenez rien

      Répondre
  • faut te faire soigner Rochain , tu dis beaucoup trop de bétises en copiant des articles pipots , a au fait en grammaire vous étes trés mauvais , RRRrrrrrrr

    Répondre
    • Pas en grammaire. Mais en orthographe ça je sais et ça vous donne un motif réel de me critiquer. Quant à mes articles pipos ce sont ceux d’organismes officiels comme le ministère de l’énergie de l’Allemagne par exemple.
      Je suis heureux de voir que nous avons en France des génies comme vous, disposant de grandes connaissances sanctionnées par de prestigieux diplôme attestant de competances hors normes et habilité à contester les chiffres des organismes officiels.
      Je suis consterné que l’on puisse être aussi prétentieux tout en étant aussi ignard.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective