Climat: encore « beaucoup de travail » avant la COP26

Il reste encore « beaucoup de travail » à faire avant la cruciale conférence climat de novembre de Glasgow, a souligné samedi son président Alok Sharma à l’issue d’une réunion préparatoire à cette COP26, à Milan.

« Je ne sous-estime pas la somme de travail requis », a déclaré le Britannique lors d’une conférence de presse, décrivant des discussions « constructives », avec « un vrai sens de l’urgence ».

« Tout le monde a reconnu que Glasgow sera probablement un moment-clé pour fixer les ambitions pour la décennie à venir (…). Il y a eu un consensus sur le fait que nous devons faire plus pour qu’il soit possible de limiter la température à +1,5°C, » a-t-il ajouté.

L’Accord de Paris de 2015 vise à limiter le réchauffement « bien en-deçà » de +2°C, si possible +1,5°C. Mais ces dernières années un certain nombre de pays signataires se sont montrés réticents à reconnaître l’objectif de 1,5°C, notamment l’Arabie saoudite ou la Russie, qui participaient à cette pré-COP à Milan.

Selon la dernière évaluation de l’ONU, les engagements actuels des Etats mèneraient le monde vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C.

Alors que le thermomètre a gagné environ +1,1°C, le monde est déjà frappé par des catastrophes de plus en plus intenses et fréquentes, des inondations aux canicules en passant par les incendies dévastateurs.

« Il ne peut y avoir aucun doute dans l’esprit de personne que nous nous battons pour la survie de l’humanité », a souligné de son côté le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.

« Le monde commence à accepter le fait que nous devons agir, et agir maintenant », a-t-il ajouté, espérant notamment que la Chine et l’Inde, qui n’ont pas soumis à l’ONU leurs nouveaux engagements de réduction de gaz à effet de serre fassent une « contribution substantielle » pour permettre à la planète de ne pas dépasser +1,5°C de réchauffement.

Les ministres d’une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis et la Chine ont participé, sur place ou à distance, à la réunion de Milan pour préparer la COP26, reportée d’un an à cause de la pandémie de Covid-19.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Les COP ne sont que des occasions de discours et de promesses qui n’engagent personne. Aucune n’a été suivie de la moindre inflexion de la courbe d’évolution des émissions de GES. C’est un non évènement.

    Répondre
  • Bonjour,
    OUI… Le monde n’a pas encore pris la mesure de l’enjeu.
    Certains politiques savent ce qu’il faut faire mais ils n’osent pas le dire.
    Parler de relance est synonyme de toujours plus de consommation d’énergie…
    Merci de votre attention

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective