hydrolienne-fluviale-hydrolienne-riviere-hydrolienne-jpg

Une centrale hydrolienne implantée au cœur de la Métropole de Lyon

Plusieurs hydroliennes fluviales vont être immergées dans le Rhône dans les prochaines semaines à Caluire, au nord de Lyon. Cette ferme devrait permettre de produire l’équivalent de la consommation énergétique de 400 foyers.

L’appel à projets de VNF en faveur de l’énergie hydrolienne

VNF est un établissement public créé au début des années 90 afin d’assurer la gestion et le développement du réseau de voies navigables français.

Affiliées au Ministère de la transition écologique, VNF intègre depuis de nombreuses années les problématiques de développement durable et de transition énergétique dans sa stratégie de développement. Notamment dans le cadre de sa mission de développement économique et durable du Domaine Public Fluvial.

VNF est en effet convaincu que le réseau de voies navigables pourrait être mis à contribution pour favoriser l’atteinte des objectifs de la transition énergétique, notamment en offrant un espace propice au déploiement des énergies renouvelables (installation d’unités de production solaires sur berges, mise à contribution d’espaces inexploités pour la production de bois-énergie, installation de centrales hydroélectriques…).

Particulièrement convaincu par l’intérêt de la technologie hydrolienne pour la production d’une électricité 100% renouvelable au sein même de son réseau, VNF a mené en 2015 une étude pour évaluer le potentiel du Rhône, notamment la partie parcourant l’agglomération lyonnaise.

Les résultats de cette étude vont entrainer le lancement d’un appel à projets de fermes hydroliennes portant sur l’installation et l’exploitation d’une centrale dans les eaux du Rhône pendant 18 ans.

Une unité de production renouvelable sur le domaine fluvial français

C’est désormais officiel : le groupement HydroQuest – Hydrowatt a été retenu par VNF pour l’installation de quatre hydroliennes fluviales dans le Rhône.

Ces turbines seront immergées d’ici la fin du mois sur un site situé en amont du pont Poincarré, entre le parc de la Feyssine (commune de Villeurbanne) et le parc de Saint-Clair (commune de Caluire-et-Cuire) de Lyon. Le raccordement de la centrale et sa mise en service interviendront d’ici la fin de l’année.

Lorsqu’elle sera fonctionnelle, cette ferme hydrolienne affichera une puissance cumulée de 320 KW. Elle devrait produire chaque année un GWh d’électricité renouvelable, un volume qui permettra de couvrir les besoins électriques de 400 ménages français et d’éviter le rejet de 300 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Les turbines hydroliennes déployées dans le Rhône présenteront un double axe vertical et un système de relevage automatique.

Selon HydroQuest, cette technologie est particulièrement novatrice car elle permet de tirer parti des courants fluviaux sans aucun travaux de génie civil ni aucune pollution (pas d’émissions de CO2 ou de polluant pour l’eau, aucune nuisance sonore, très faible impact visuel…).

Ces turbines sont en cours de construction à Cherbourg, puis seront assemblées sur le Port de Lyon.

Le début d’une nouvelle filière industrielle ?

En plus des investissements des deux porteurs du projet, les sociétés Hydro Quest et Hydrowatt, le financement de cette ferme est assurée par la banque Triodos et l’Europe (via la Région Auvergne-Rhône-Alpes). La Métropole de Lyon et la Ville de Caluire-et-Cuire ont également participé au montage financier au titre de la valorisation des fleuves et du développement des énergies renouvelables.

“Cette ferme hydrolienne s’inscrit dans la continuité des projets en conditions réelles déjà réalisés par HydroQuest, notamment à Orléans sur la Loire. Elle confirme les débuts prometteurs d’une nouvelle filière industrielle française adaptée aux besoins énergétiques croissants des pays industrialisés comme des pays émergents. Le groupement souhaite développer cette technologie en France et à l’international”, s’est félicité VNF dans son communiqué officiel.

HydroQuest n’en est pas à son coup d’essai en matière d’énergie hydrolienne : la société grenobloise a en effet terminé cet été l’expérimentation de sa turbine HydroQuest River. Elle planche désormais à son déploiement.

Dans le cadre d’un projet avec la Compagnie Nationale du Rhône, HydroQuest devrait d’ailleurs procéder en 2019 à l’immersion de 39 hydroliennes (de 40 à 80 kW) dans les eaux du Rhône, entre Lyon et Genève.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective