La Californie va interdire la vente de voitures à essence d’ici 2035

Toutes les nouvelles voitures vendues en Californie devront être à « zéro émission » polluante, à partir de 2035 au plus tard, selon un texte qui doit être adopté cette semaine dans cet Etat à la pointe des efforts pour une transition énergétique du pays.

La mesure qui doit être débattue jeudi par le Bureau californien chargé de la qualité de l’air (California Air Resources Board, CARB), va officialiser les objectifs fixés en septembre 2020 par le gouverneur démocrate Gavin Newsom, et qui devrait inciter d’autres Etats à faire de même.

Le projet, qui à « 99,9% » de chances d’être approuvé selon l’un des membres du CARB, Daniel Sperling qui s’est exprimé auprès de CNN, prévoit différentes étapes. Les véhicules diesel et essence sont visés.

Ainsi en 2026, un tiers des ventes de voitures en Californie devra concerner des véhicules « zéro émission », autrement dit, seuls des véhicules roulant à l’électricité, à l’hydrogène et certains véhicules hybrides, et il devra s’agir des deux tiers des ventes d’ici 2030.

« C’est monumental », a souligné M. Sperling. « C’est la chose la plus importante que le Bureau californien chargé de la qualité de l’air a faite ces trente dernières années. C’est important non seulement pour la Californie, mais pour le pays et le monde ».

La Californie avec ses plus de 40 millions de consommateurs est le plus grand marché des Etats-Unis et ses normes ont un impact sur la production manufacturière à travers le pays.

General Motors a déjà annoncé en janvier 2021 son intention de ne plus construire d’ici 2035 de voitures à émissions polluantes même si le groupe ne s’est pas ouvertement engagé à n’offrir que des véhicules électriques dans 13 ans.

L’adoption très probable de cette mesure californienne devrait intervenir alors que le président Joe Biden a promulgué la semaine dernière un vaste plan d’investissement sur le climat et la santé, qui comprend une enveloppe de 370 milliards de dollars pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030.

Ces dernières années, de nombreux pays, notamment en Europe, ont tenté de limiter la pollution venant du secteur automobile.

Le Royaume-Uni, Singapour et Israël, se sont engagés à la fin des ventes de nouveaux véhicules essence et diesel d’ici à 2030, et la Norvège a pris cet engagement pour 2025.

L’activité humaine, notamment l’usage des énergies fossiles, a conduit selon les scientifiques au réchauffement de la planète, qui a à son tour contribué à rendre plus fréquents et violents les phénomènes météorologiques extrêmes.

Une des solutions pour lutter contre ce réchauffement consiste donc selon les scientifiques à limiter les émissions polluantes issues des énergies fossiles.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Et les complotistes des lobbys du passé s’imagine que c’est l’Europe (donc l’Allemagne, toujours dans le cadre du complot Bruxellois) qui dicte aux américains ce qu’ils doivent faire, il y a vraiment de quoi rire sur ces forums.

    Répondre
  • Deux « petits détails » qui manquent dans cet exposé :
    – Quid de la pollution lors de la fabrication et (si ça devient possible) le recyclage des batteries ?
    – Par quels moyens sera produite l’électricité décarbonée nécessaire ?
    Dit autrement, quid des centrales thermiques, charbon ou gaz, indispensables en parallèle pour les périodes de météo défavorable ?

    Répondre
      • @Rochain
        « Quand on voit de l’indispensable la où il n’y a que du superflu…… ON S’APPELLE GUERET »

        Voulez-vous dire que la continuité de service de l’alimentation électrique du réseau est un problème superflu ???

        Notre ami Rochain se surpasse.

        Répondre
        • Non Gueret, vous avez bien compris, ce n’est pas la continuité du service qui est superflu, c’est la référence au fossiles pour cela.

          Répondre
  • La connerie c’est contagieux surtout ds la Californie (des bobos du numérique au soleil) .
    Nota) en 2035 les autos avec ou sans batterie seront tjrs tjrs fabriquées avec du fossile (et du gaz de schiste made USA)
    Dommage rochain ne le verra pas à cause des son âge !

    Répondre
    • Il y a ici une belle bande d’ignorants qui s’ignorent, Dubus, et vous n’êtes pas le dernier.
      Tous ce materiel sera fabriqué avec l’énergie dont disposera le fabriquant comme depuis toujours, et non pas nécessairement avec du fossile. Quant à m’enterrer avant 2035 c’est possible mais rien de certain non plus….. il parait qu’il y a même des centenaires.

      Répondre
  • Comme du temps des voitures de location immatriculées dans le 51 en France, beaucoup de Californiens aisés iront dans les états voisins pour acheter leur voiture… et les moins aisés organiseront de la 2nde main …

    C’est Bo, Vive 2035 !!!

    Plus sérieusement une limitation du poids des véhicules thermiques ou électriques serait réellement une bonne solution.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective