Bruxelles adopte mercredi son label « vert » pour le gaz et le nucléaire

La Commission européenne va adopter mercredi son projet controversé de label « vert » pour les investissements dans certaines centrales nucléaires et à gaz qui contribuent à lutter contre le réchauffement climatique, a annoncé mardi un porte-parole.

Le texte fixe les critères permettant de classer comme « durables » les investissements dans des centrales nucléaires ou à gaz pour la production d’électricité, avec pour objectif d’orienter les fonds privés vers les activités réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Une proposition de texte avait été envoyée aux 27 Etats de l’UE le 31 décembre au soir.

Ces derniers, ainsi qu’un groupe d’experts conseillant la Commission, avaient jusqu’au 21 janvier pour faire remonter leurs remarques.

Mais, selon des sources concordantes, ce projet très clivant, qui divise les Etats membres et a été débattu pendant des mois, s’attirant à la fois les critiques des ONG et celles de spécialistes de la finance, n’a pas bougé dans ses grandes lignes.

Le texte sera adopté mercredi matin lors de la réunion hebdomadaire des commissaires et sera présenté à la presse par le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, et la commissaire au Services financiers, Mairead McGuinness.

La reconnaissance des centrales nucléaires et à gaz dans la lutte contre le changement climatique est défendue par la France et de nombreux pays d’Europe centrale qui font valoir que les énergies renouvelables (éolien, solaire…), déjà labellisées par la Commission, souffrent de production intermittente et ne permettront pas, à elles seules, de répondre aux besoins en électricité.

Mais l’inclusion du nucléaire, qui n’émet pas de CO2, dans les activités pouvant bénéficier de la finance verte, accordée comme pour le gaz à titre transitoire, suscite l’opposition de l’Allemagne et d’une poignée de pays membres, dont l’Autriche et le Luxembourg.

Les anti-nucléaires font valoir que cette technologie pose un risque d’accident et engendre des déchets radioactifs dangereux qui doivent être stockés pendant des milliers d’années.

L’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède, ont par ailleurs publié une lettre commune pour s’opposer à l’inclusion du gaz, une source d’énergie fossile émettrice de CO2.

Les centrales à gaz ne seront cependant labellisables que si elles respectent des critères de performances draconiens et remplacent des modes de production plus polluants, comme les centrales à charbon.

Après la publication du texte mercredi, s’ouvrira une période de quatre mois (qui pourra être prolongée de deux mois), durant laquelle le Parlement européen aura la possibilité de rejeter le projet par un vote à la majorité simple. Le Conseil européen pourrait théoriquement aussi s’y opposer en organisant un vote, mais il lui faudrait pour cela réunir 20 Etats membres, ce qui paraît hors de portée.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Pas de panique…
    Le nucléaire n’ira pas bien loin

    Le dernier rapport sur la situation de l’industrie nucléaire mondiale montre que la capacité nucléaire opérationnelle mondiale n’a augmenté que de 400 MW en 2020, avec une baisse de la production de 4%. En revanche, les énergies renouvelables ont augmenté de 256 GW et la production d’énergie propre de 13%. « L’énergie nucléaire n’est pas pertinente sur le marché actuel de la capacité électrique », a déclaré l’auteur principal du rapport, Mycle Schneider, au magazine pv.
    Renouvelables vs nucléaire : 256-0 – pv magazine International (pv-magazine.com)

    Et pour quelle raison …?
    Car les ENR et le PV principalement, sont moins cher en MWh que le nucléaire:
    https://us5.campaign-archive.com/?u=b29742ead5f80e2c6091e81ba&id=59975e2301

    Les investisseurs ne s’y trompent pas … sauf en France ou l’Economie passe après la centralisation énergétique.
    Tant pis pour les citoyens.? Ce sont eux qui votent il parait.

    Michel Vanquaethem

    Répondre
    • Investisseurs dont vous faites partie, on comprend mieux toute votre prose messianique. A ce jour et dans aucun pays sans les soutiens massifs aux énergies dites renouvelables très peu d’investissements seraient rentables sauf pour quelques niches dans des territoires spécifiques et encore. Pour exemples, l’Allemagne, la Chine et la France subventionnent massivement à coup de taxes qui vont peut-être finir par aveugler les consommateurs. En France les profits financiers en particulier autour de l’éolien vont peut-être finir par vous démasquer alors que l’éolien comme le solaire ne parviendront pas à garantir la stabilité du réseau dans les périodes hivernales sans vent ni soleil et où il faudra compenser jusqu’à 50 à 60 GW par ?
      Et les votants ne seront pas toujours dupes.

      Répondre
      • VICTOR encore une fois apprenez au moins les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde de nucléaire qui est de plus en plus intermittent .. vérifiez aussi que les ENR sont moins chères que notre nucléaire et que c’est bien le nucléaire qui est subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va payer toujours plus cher des milliers d’année…

        Répondre
    • @Michel Vanquaethem 01.02.2022
      Vous devriez rendre compte avec plus de bonne foi de vos références avant d’en faire des « résumés ».
      Dans le document que vous mettez en lien, on peut lire, par exemple :
      « RTE et l’Agence internationale de l’énergie ont validé la faisabilité d’un scénario 100% renouvelable, tout en prévenant qu’il repose sur des « paris technologiques lourds » »
      Qu’en termes élégants ces choses sont dites, car, en français courant dans le texte, cela veut dire que les scénarios de RTE demandent tant de découvertes scientifiques et techniques, de solutions à développer alors qu’on n’en connaît même pas les bases scientifiques nécessaires, que c’est un pari suicidaire, particulièrement en ce qui concerne le stockage de l’électricité..
      En clair, du vent (LOL) pour donner un air de sérieux à des paris poussés par notre ministre de l’écologie, anti-nucléaire de toujours.
      Dit autrement :
      Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
      Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
      1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
      2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
      Et tant qu’on ne saura pas stocker l’électricité de façon écologique (extractions minières, fabrication, durée de vie, recyclabilité, …) que vous le vouliez ou non, éolien et solaire ne peuvent pas être écologiques car devant être associées à des centrales pilotables, au mieux des centrales à gaz.
      Bien entendu, les anti-nucléaire ont été performants pour retarder la mise en route du parc nucléaire dont nous avons besoin. Triste résultat peu glorieux.
      Vous vous rendez compte, Macron à même stoppé le projet Astrid de surgénérateur, commun avec les Japonais !
      Et vous voulez utiliser ce retard pour abandonner LOL Quel manque ce courage.
      La vérité, c’est que nous allons doubler notre consommation d’électricité d’ici 2050, et si nous voulons, comme prévu, 50% de notre production faite par du nucléaire, ces réacteurs produiront autant d’électricité qu’aujourd’hui, ce qui veut dire qu’on aura besoin d’autant de réacteurs qu’aujourd’hui.
      Une grosse cinquantaine, donc, minimum.
      Quant aux 50% restant, on devrait réussir à rester à 10% d’hydraulique (ce qui veut dire doubler la production de nos barrages, énorme, donc) et les 40% par des renouvelables non pilotables.
      Mais en prenant un taux de charge de 25% pour l’ensemble solaire plus éolien (ce qui est généreux vu le taux de 15% pour le solaire) un petit calcul montre que ces 40% de renouvelable se divisent en 10 renouvelables et 30 de gaz !!! Pas glorieux.
      Et du coup, on arrive à nucléaire 50%, hydraulique 10%, renouvelables 10%, centrales à gaz 30%
      Et vous préférez ça à un système majoritairement composé de centrales nucléaires, sans CO2 ?
      Pas moi.
      À lire : https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5UqA7R84bXWwEn87?e=f1qW5x

      Répondre
      • Non ça ce n’est pas en bon français, mais l’interprétation extrémiste de Guéret. La théorie du miracle c’est celle que Guéret défend… Celle des surgénérateur, ou la il faudra it vraiment DES MIRACLES.
        pour les renouvelables il n’y a rien à inventer, les technologies sont déjà toutes là, même si certaine s d’entre elles doivent être améliorées

        Répondre
        • Inéfable Rochain,
          « La théorie du miracle c’est celle que Guéret défend… Celle des surgénérateur, ou la il faudra it vraiment DES MIRACLES »
          Ouai, c’est vrai que la bonne vieille physique paut apparaître miraculeuse.
          Qu’en passant en réacteurs de quatrième génération, tirer 100 fois plus d’énergie que nos centrales actuelles est effectivement miraculeux, et réjouissant.
          Développements en cours entre Japonais, Américains, Russes, Chinois, sur des bases proches de feu notre centrale Super-Phénix. Hélas, nous avons cessé notre projet surgénérateur Astrid.

          « pour les renouvelables il n’y a rien à inventer, les technologies sont déjà toutes là »
          Si vous parlez de l’hydraulique, on est d’accord.
          Mais si vous parlez de l’éolien et du solaire, non pilotables, intermittents, je serais heureux de connaître quelle énergie vous mettez en bac-up pour les nuits sans vent ?
          Là, ce serait un vrai miracle.
          Pourriez-vous en citez-en au moins une de la puissance nécessaire, mais si vous en avez plus, n’hésitez pas.
          Bonne chance.
          Pour les Allemands, c’est simple, ils utiliseront des centrales à gaz, meilleures tout de même que leur charbon ou lignite.

          Répondre
          • @Gueret,
            Ca tiendrait vraiment du miracle si on decouvrait brusquement le remede miracle de votre « 4em » génération qu’une bonne trentaine d’échecs dans une dizaine de pays différents confirment que ce serait mieux que de trouver la pierre philosophale.
            C’est ça la théorie du miracle, et pas ce qui est aujourd’hui aussi banalque de construire des éoliennes, des PPV, des focaliseurs de rayons solaires, des méthaniseurs, des pyrogazéiphicateurs, des hydoliennes, des puits de géothermie….même si certains de ces dispositifs vont encore s’améliorer.

          • ineffable Guéret le troll délirant qui rêve de centrales aux gaz alors que sur le terrain c’est bien les ENR font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire de plus en plus intermittent … le réel du terrain qui se met déjà en place prouve bien le contraire … à propos de vos vieux canulars récurrents de gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/272827264_10228365300222496_8280970686014474682_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=M5IMq4dphFMAX_dCPtn&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-H-cUhhRT1sheGwnXTlkPP7JVrdcQvpOP_6QLp1BbAXg&oe=61FFAD41

      • Hervé Guéret le troll délirant qui rêve de centrale aux gazs alors que sur le terrain c’est bien les ENR font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire de plus en plus intermittent … le réel du terrain qui se met déjà en place prouve bien le contraire … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/272917063_10228364736808411_4346899260295789652_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=xVnD9TqREhoAX9DY2-t&tn=E1GL8r293pwwn5u-&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9PyRAMoQLl3eUk73o05ZtM6SjK-JW27F4No1ifrb07hg&oe=61FEAC0A

        Répondre
    • Ouvrez les yeux et regardez les chiffres : pourquoi la France continue à ponctionner les citoyens ( environ 10 Milliards par an ) pour subventionner le solaire et l’éolien ? Selon la Cour des Comptes ,on en est à 150 Milliards d’Euros. Ca fait combien de centrales nucléaires ? et combien de MWH ? Pour info, Flamanville produira 600 Millions de MWH !
      Si l’on vous croit, il faut supprimer immédiatement ces subventions ( CSPE et TCIPE ) devenues inutiles, et subventionner le nucléaire !

      Répondre
      • Monsieur Abras gardez bien les yeux ouverts mais surtout cessez de répéter les fake news qui circulent sur le réseau sans discernement ce qui vous fait dire n’importe quoi.
        Les 150 milliards don’t vous parlez ne seront que 120 mais surtout, il n’ont pas encore été payés, ce n’est que ce qui sera payé lorsque le programme d’aide au développement des renouvelable sera arrivé à son terme vers 2045 pour les dernier contrat quand le renouvelable produira 50% de l’électricité! Et cet aide au développement d’une filière énergétique ne sera jamais aussi importante que celle que nous avons mise en place pour le développement du nucléaire….. pour finir par construire des réacteurs REP sous licence américaine de Westinghouse.

        Répondre
      • jean abras vérifiez que les ENR sont moins chères que notre nucléaire et que c’est bien le nucléaire qui est subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va payer toujours plus cher des milliers d’année… pas les ENR

        Répondre
  • Personne encore n’a trouvé la réponse pour les « subventions » négatives de l’éolien et du photovoltaïque en « complément de rémunération » ?

    Pourtant, pour aider, il a bien été dit « il faut connaître le Code ».

    Répondre
  • https://www.jean-jaures.org/publication/la-taxonomie-europeenne-et-le-nucleaire-une-claque-pour-lallemagne/
    « La question du classement du nucléaire et du gaz comme des énergies vertes n’est pas qu’un débat technique. Ce qui se joue ici a en réalité moins à voir avec une controverse sur la gestion des risques, le stockage des déchets ou la pollution de l’air qu’avec la défense des intérêts nationaux des pays membres de l’Union européenne (UE), au premier rang desquels se trouvent la France et l’Allemagne. Le compromis qui sera trouvé ne sera pas scientifique, mais bien politique »

    Répondre
    • D’accord. C’est pourquoi le nom même de « taxonomie verte » est à rejeter de même que celui de finance verte! Ce vert là c’est caca d’oie !

      Répondre
  • Rien n’est joué ! C’est le parlement qui aura le dernier mot et pour l’instant, on ne sait pas ce qu’il sera.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective