blockchain

Blockchain : l’énergie, un secteur très prometteur

Le bâtiment, le quartier, la ville, les territoires changent, pris dans l’élan de la transition énergétique et concernés, comme tous les secteurs d’activité, par la transition numérique. Pour Jean-François Nativité, directeur de l’institut Énergie & territoires, alors que la technologie blockchain suscite de forts intérêts dans différents domaines, l’énergie est un des secteurs les plus prometteurs. Interview.

 

Dans le monde numérique, et au-delà, la blockchain, apparue dans le domaine financier, s’est imposée comme le grand sujet de l’année 2016. Rappelez-nous brièvement ce qu’est la blockchain…

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations sécurisée qui fonctionne sans organe de contrôle. Par extension, c’est une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre les utilisateurs depuis sa création. Cette base est distribuée, partagée entre tous les utilisateurs sans intermédiaires, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. Cette technologie a de multiples applications, et l’énergie est aujourd’hui en tête de liste.

Pourquoi l’énergie est justement l’un des secteurs les plus prometteurs ?

Car, concrètement, derrière cette technologie se cache l’autoconsommation. Que cela soit à l’échelle d’un bâtiment, d’un quartier ou d’une ville, demain, nous pourrons, par cette technologie, pouvoir constituer des ensembles de production, d’acheminement et de consommation d’énergie. Ce qui, aujourd’hui, n’est absolument pas le cas. Demain, si la technologie nous permet de faire différemment, il est possible qu’on puisse revenir sur le cadre réglementaire et donc travailler sur les tarifications uniques et des territoires d’expérimentation. Derrière tout cela se joue les différents bouquets énergétiques que nous pourrions adosser à ces systèmes d’autoconsommation.

En France, l’ordonnance de juillet 2015 concernant l’autoconsommation ne permet les échanges d’électricité qu’entre producteurs et consommateurs reliés à un même point de basse tension, autrement dit, à l’intérieur d’un même immeuble ou d’un lotissement. C’est ce que vont tester Bouygues et Microsoft à Lyon Confluence. Mais impossible, pour le moment, de passer à l’échelle supérieure, quartier voire village. Comment surmonter cet obstacle opérationnel selon vous ?

Aujourd’hui, nous ne pouvons passer que par le cadre de l’expérimentation. L’État, avant de modifier son cadre réglementaire, va chercher à expérimenter des bâtiments pour voir comment cela fonctionne, avoir un retour d’expérience. Aujourd’hui, nous n’en sommes qu’au stade des balbutiements. Le test à Lyon confluence est réel et intéressant car l’un des premiers en France. L’idée est de montrer que cela puisse fonctionner pour ensuite, éventuellement, aller voir le législateur pour faire bouger les lignes. Soyons clairs : la maturité technologique n’est pas atteinte. Mais une chose est sûre : à terme, ces problématiques sont prometteuses et les enjeux colossaux. EDF et Enedis ont bien compris ce qu’il se jouait.

La France est-elle en retard dans ce domaine ?

C’est indéniable. Si d’un côté le coût du kilowattheure est intéressant par rapport à l’Allemagne du fait du nucléaire, de l’autre nous avons pris du retard sur les technologies alternatives comme le photovoltaïque ou le biogaz. Mais au niveau de la technologie des blockchain (sur le plan bancaire ou monétaire) en tant que telle, les Français sont plutôt en tête de gondole. Sur l’applicatif et l’expérimentation, nous sommes en effet en retard.

À l’heure de la transition énergétique et de la remise en cause du modèle centralisé, la blockchain apparaît-elle comme une opportunité pour nos territoires ?

Évidemment. C’est l’une des opportunités. Aujourd’hui, les Régions ont un défi colossal à gérer, celui de s’emparer de la question énergétique du fait des fusions territoriales. Je pense à la Nouvelle Aquitaine ou encore l’Occitanie. Malgré la bonne volonté des Régions, la capacité à se projeter est totalement à inventer. Les blockchains sont des outils qui pourraient mutualiser les plateformes entre les Régions. Ces dernières, par leur mission d’animation de communautés, doivent parler aux opérateurs, aux élus et aux citoyens.

Ne risque-t-on pas, du coup, d’accélérer la fracture énergétique ?

L’objectif est d’éviter cette fracture numériques et énergétique entre les villes et la campagne. Mais soyons clairs : elle existe déjà. Le risque est son accélération du fait de l’inaction technologique aussi bien dans les services que dans l’acheminement de production et de consommation énergétiques. C’est là où se jouent les quinze prochaines années. Les décisions politiques qui vont être prises dans les six prochains mois (la question de la construction des bouquets énergétiques, la décentralisation énergétique, le financement…) vont nous impacter inévitablement à court ou moyen terme. Il y a des opportunités à saisir, y compris pour les petits consommateurs que nous sommes, par exemple dans une copropriété, pour pourquoi pas installer des panneaux solaires ou des petites éoliennes. Certains décideurs politiques ont déjà amorcé ce virage en s’appuyant sur des filières technologiques locales. La législation sur la transition énergétique et la loi NOTRe vont accélérer les choses.

 

Le compte Twitter d’Énergie & territoires 

 

 

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective