“L’Arabie saoudite veut devenir un exportateur majeur d’électricité verte vers l’Europe”

Réseaux, transport, bâtiments : avec leurs yeux de géographes, Louis Boisgibault et Fahad Al Kabbani ont réuni leurs thèses de doctorat à Paris-Sorbonne pour présenter enjeux et solutions dans trois types d’espaces : les métropoles, la ruralité et le désert.

Dans “Transition énergétique dans les métropoles, la ruralité et le désert” (ISTE éditions), les auteurs nous plongent au cœur de cas concrets dans six terrains de recherche très contrastés. Entretien avec Louis Boisgibault.

Comment avez-vous défini vos terrains de recherche ?

Nos terrains de recherche ont été un choix délicat, le plus pertinent possible dans le cadre de nos deux méthodologies doctorales.  Ils représentent une combinaison basée sur nos revues de la littérature, sur l’intérêt propre de chaque terrain.

Ils ont d’abord été proposés à notre directeur de thèse puis validés par les deux jurys de thèse de la Sorbonne. Pour l’ouvrage, nous avons combiné 6 terrains complémentaires, issus de nos deux thèses, pour étudier les 3 espaces que sont les métropoles, la ruralité et le désert.

Les échelles de travail sont différentes mais y-a-t-il eu des points communs dans l’appréhension de la transition énergétique de ces territoires ?

Les échelles sont en effet différentes car nous présentons des projets de tailles diverses. La centrale solaire photovoltaïque de Bokhol, par exemple, a été construite en 2016, c’est à dire en un an,  alors que le complexe solaire de Ouarzazate, qui est beaucoup plus vaste, a débuté sa construction en 2013.

Ouarzazate au Maroc

Les projets saoudiens sont, quant à eux, à venir. Les points communs, dans ces trois exemples,  sont un changement de paradigme sur des territoires ruraux et désertiques qui deviennent valorisés par le déploiement de technologies nouvelles qui sont entrées en phase industrielle.

Cela permet de produire une électricité verte compétitive, pour les 20 prochaines années à minima, en capitalisant sur les ressources propres des territoires.

Par contre, pour les métropoles, l’appréhension de la transition énergétique est différente car elle doit se baser principalement sur l’efficacité énergétique des bâtiments, de l’éclairage public, des transports, des industries urbaines et services et sur la fiabilité des réseaux de distribution des énergies (électricité, gaz, chaleur).

Pour vous, sur quel continent la transition énergétique aura t-elle le plus d’impact ?

Quand on compare les pays, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas tous les mêmes ressources en terme de réserves d’hydrocarbures et que les situation peuvent être très disparates au sein d’un même continent (exemple : le Maroc par rapport à son voisin l’Algérie, riche en hydrocarbures).

En étudiant la péninsule arabique, on comprend que tous les efforts ont été concentrés sur l’exploration, l’extraction et l’exportation du pétrole brut et du gaz naturel depuis la seconde guerre mondiale.

Ce grand espace géographique de 7 états (les 6 pays du Conseil de Coopération du Golfe et le Yémen) couvre 3,1 millions de km2, est homogène. La mutation qui s’y annonce en faveur des énergies décarbonées va être spectaculaire en terme d’impact. Ces pays ont du soleil, de l’argent, des espaces disponibles.

Ils lancent actuellement les appels à projets qui commencent à être visibles. Comme nous l’avons écrit, l’Arabie saoudite a l’ambition de devenir un exportateur majeur d’électricité verte vers l’Europe.

À l’heure de la COP25, pensez-vous que l’accélération de la transition énergétique sera davantage impulsée par les citoyens que par les politiques ?

La COP25 vient de démarrer à Madrid. L’Agence Internationale de l’Energie constate que la demande annuelle mondiale d’énergie a augmenté de 2,3 % en 2018 entraînant une hausse de 1,7 % des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie par rapport à 2017.

La tendance est mauvaise malgré les efforts renforcés depuis la COP21 à Paris. Les politiques prennent conscience de ces enjeux en décrétant l’urgence climatique en Europe, en promulguant des directives et lois nationales.

Pourtant, ces actions ne semblent pas efficaces aux citoyens et aux jeunes, en particulier, qui se mobilisent de manière de plus en plus radicale. Il ne faut pas qu’il y ait de rupture entre les politiques et les citoyens, entre les générations, sur ce sujet si important car l’impulsion doit être commune.

Nous avons écrit cet ouvrage pour ces jeunes du monde, pour expliquer la complexité, pour donner de l’espoir, pour inciter à étudier et à se rendre dans les bibliothèques universitaires.

Ce livre est franco-saoudien par ces deux auteurs, paraît en français et en anglais, avec un diffuseur puissant pour toucher le plus de pays possibles, à partir de Londres et New York, en versions papier et numérique. Notre ambition serait d’être des acteurs de cette accélération.

Quels seront vos prochains terrains d’étude ?

On aimerait suivre le découpage territorial des rapports du GIEC parus cet été  sur le changement climatique. Terres émergées (deuxième rapport spécial) ; océans et cryosphère (troisième rapport spécial). Il faudrait trouver une équipe de recherche à intégrer, qui nous fasse confiance, pour étudier le monde entier.

 

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective