Alstom remporte un contrat de 350 M EUR pour le métro de Sydney

Le constructeur ferroviaire Alstom a annoncé vendredi avoir remporté un contrat d’environ 350 millions d’euros pour le matériel de la deuxième phase du métro automatique de Sydney, en Australie, dont il apportera les rames et la signalisation.

Le groupe français sera concrètement chargé de la conception, la fabrication –en Inde–, les essais et la mise en service de 23 rames de six voitures, ainsi que du système de signalisation.
Alstom avait déjà fourni 22 rames pour la première phase de ce métro au nord-ouest de la métropole australienne, inaugurée en mai.

La deuxième phase, dont la mise en service est prévue pour 2024, comprendra un tunnel sous le port et sous le centre-ville de Sydney, puis la conversion d’une ligne de trains de banlieue existante vers le sud-ouest.

L’ensemble de cette ligne de métro est construite et exploitée par le consortium Northwest Rapid Transit (NRT) –qui comprend notamment l’opérateur du métro de Hong Kong MTR et le groupe de BTP australien John Holland. C’est ce consortium qui a passé la commande à Alstom.

Le contrat “renforce la position d’Alstom en tant que leader sur le marché australien de la fourniture de technologies ferroviaires”, a déclaré Ling Fang, responsable de la région Asie-Pacifique pour le groupe français.

Un tramway construit par Alstom doit ouvrir à Sydney en décembre.
liu/soe/spi

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Bravo à Alstom. On ne peut regretter qu’une chose. Il faudrait dans ce type de contrat qu’un minimum (15 à 20% par exemple) soit fabriqué dans le pays d’origine. Faute de quoi, si tous les contrats sont les mêmes, il se passera chez Alstom ce qui se passe chez EDF, à savoir la perte d’un savoir faire en fabrication et en installations industrielles. On peut très bien expliquer au client final que c’est son intérêt, surtout dans un monde en pleine mutation et dont on a du mal à imaginer sur quoi va déboucher cette mutation, de permettre la conservation d’un savoir-faire de fabrication en l’occurence chez le concepteur du produit. L’autre argument est qu’en perdant la maitrise de la fabrication, on se perd aussi de l’indispensable concertation entre BE et Fab, laquelle est très fructueuse pour le produit final.
    Mr Patrick KRON (mais que vient faire ce R dans son nom ?) a fait un tort terrible à l’industrie française.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective