L’Allemagne, ce traître énergétique (Tribune)

L’aversion pour l’énergie nucléaire a conduit l’Allemagne et l’Union européenne à une dépendance déraisonnable vis-à-vis de l’énergie russe.

En octobre dernier, dans une tribune dans ce même média, nous avions mis en garde contre les conséquences pour l’UE de suivre la doctrine allemande en matière de politique énergétique. Après les élections du 26 septembre, le gouvernement d’outre-Rhin, avec le parti écologique, s’est obstinément engagé dans l’EnergieWendeWende signifie « retournement de situation », que nous, francophones, avons traduit par « transition ».

Leur politique consiste à promouvoir « quoiqu’il en coûte » l’énergie éolienne et solaire (dans l’un des pays les moins ensoleillés de l’UE), à mettre fin à la production locale de lignite (le combustible fossile le moins cher du monde) et, surtout, à fermer ses centrales nucléaires en parfait état de marche, qui pourraient encore fonctionner pendant une vingtaine d’années.

Qu’ils veuillent être extrémistes, cela les regarde. Le problème est que, compte tenu de sa puissance économique et donc politique, l’Allemagne a imposé sa doctrine à l’ensemble de l’UE qui l’a transposé en un Pacte vert.

L’Allemagne a conduit la dérive verte

C’est Angela Merkel qui, en 2005, a demandé avec diplomatie que la Commission européenne propose une « feuille de route » pour imposer « quoi qu’il en coûte » l’énergie éolienne et solaire. Bien sûr, de jure, il n’était pas question de mentionner ces deux énergies, mais de facto, étant donné l’opposition farouche des ONG environnementales à toute autre forme d’énergie renouvelable, seules les énergies intermittentes et variables sont tolérées.

La Commission Barroso a obéi et publié cette feuille de route en 2007, grâce à la présidence tournante de la France au cours du second semestre de 2008, Nicolas Sarkozy s’est affairé, peut-être pour faire plaisir à la chancelière, à faire passer en un temps record l’obligation de produire une énergie chère et rare que les citoyens européens devront payer.

Dans la série des arroseurs arrosés, le pays qui voulait abandonner les énergies fossiles et le nucléaire s’est retrouvé à la merci du gaz russe au-delà de toute raison. Pas du gaz, car cela aurait encore pu être géré, par exemple en permettant l’exploitation du gaz de schiste présent en Europe de l’Ouest ! Non, dépendant du gaz de Moscou ! En fait, l’Allemagne a tout faux en matière d’énergie et en paiera lourdement les conséquences l’hiver prochain. L’erreur fondamentale de la doctrine verte, dont le but ultime est d’interdire l’énergie nucléaire, est de ne penser qu’à la production d’électricité dite verte et donc d’interdire l’énergie nucléaire.

Mais la demande d’électricité ne représente en moyenne dans l’UE que 23 % de la demande d’énergie finale. La principale énergie finale en volume est la chaleur, de sorte que 70 % du gaz naturel utilisé sert à la production de chaleur. Comment les Allemands vont-ils chauffer leurs maisons et comment leurs usines — grandes et petites — vont-elles produire la chaleur dont tous les processus industriels ont besoin ?

La dépendance énergétique de l’Allemagne et de l’UE

Cette aversion pour l’énergie nucléaire a conduit à une dépendance déraisonnable vis-à-vis de l’énergie russe. En 2019, l’Allemagne a importé 84 milliards de mètres cubes, dont 51 milliards de m³ en provenance de Russie. Le gazoduc Nord Stream 1, qui contourne l’Ukraine, le Belarus et la Pologne en traversant la mer Baltique et qui est en service depuis 2011, peut transporter 55 Gm³ et le nouveau Nord Stream 2 autant.

Heureusement, pour l’UE, la dépendance à l’égard de l’énergie russe est moins prononcée, mais l’UE et la Russie sont néanmoins bel et bien liées. Le gaz russe représente 45 % des importations des États membres de l’UE. Ses importations sont de l’ordre de 150 à 170 milliards de m³ par an, en fonction de la rigueur des hivers.

Le pétrole et les produits pétroliers russes représentent 33 % de nos importations, le charbon 26 % et l’uranium 20 %. L’importation de gazole russe ne doit pas être sous-estimée, car les difficultés administratives et les contraintes environnementales excessives de l’UE ont mis à mal l’industrie du raffinage du pétrole en Europe, et en France en particulier.

Des erreurs à répétition

Mais la situation la plus étrange pour une économie aussi importante est qu’elle n’a pas construit un seul terminal gazier pour recevoir les méthaniers transportant du gaz naturel liquéfié (GNL) permettant de s’approvisionner sur le marché mondial, alors que la doctrine évidente pour disposer d’une énergie abondante et bon marché est de diversifier les sources. Les écologistes se sont opposés avec succès aux différents projets présentés, exigeant du courage dans la mise en œuvre de l’EnergieWende.

Pour eux, un tel terminal aurait signifié la perpétuation de l’importation d’énergie fossile : deux gazoducs oui, des terminaux gaziers non, surprenant raisonnement. Presque tous les États membres maritimes de l’UE possèdent un ou plusieurs terminaux GNL. La France compte 3 ports d’importation de GNL, l’Italie également 3 et l’Espagne 7. Comment pouvons-nous accepter des leçons de vertu énergétique de la part d’aussi piètres stratèges ?

Bien que le territoire allemand soit saturé d’éoliennes et de panneaux solaires, l’Allemagne a dû admettre que sa foi dans les énergies intermittentes et variables avait ses limites. Quelle solution a-t-elle trouvée ? Développer la stratégie de l’hydrogène alors que cette molécule ne peut être produite qu’à partir d’énergie et que la thermodynamique enseigne qu’industriellement elle doit être produite à partir d’énergie fossile et non par électrolyse de l’eau, l’Allemagne s’est donc préparée à importer de l’hydrogène de… Russie grâce à ses gazoducs Nord Stream.

Le Parlement européen s’est empressé d’accepter cette aberration environnementale, économique et géopolitique. On croit rêver ! S’il n’y avait eu cette guerre elle allait nous enfoncer à sa suite dans l’utopie hydrogène. Notons que sans rire la Commission européenne prétend (REPowerEU) que l’UE « peut atteindre l’indépendance vis-à-vis du gaz russe bien avant la fin de la décennie ». Comment ? Avec son utopique stratégie hydrogène ?

Ne perdons pas de vue que la première économie d’Europe ne possède pas de grande compagnie pétrolière contrairement à la plupart des grands États membres (Pays-Bas, Shell ; Royaume-Uni, Shell et BP ; France, TotalEnergies ; Espagne, Repsol ; Italie, ENI, etc.) L’Allemagne n’a rien de tout cela ! Pourquoi ?

Parce que les actifs pétroliers du Second Reich ont été confisqués comme dommages de guerre à la suite du traité de Versailles en 1919. L’Allemagne ne s’est jamais remise dans la course au pétrole qui, quoi qu’on en dise, reste résolument la première source d’énergie primaire dans le monde et aussi dans l’UE, comme le montre si clairement et douloureusement la crise actuelle. C’est ce qui explique sa volonté d’imposer aux autres les énergies renouvelables qu’elle pensait dominer, mais les Chinois l’ont précédée. Oui, l’Allemagne a pensé à elle avant tout.

Mais le donneur de leçons devra repenser son plan. Les promesses de Joe Biden de livrer davantage de gaz de schiste (que les Allemands ont vilipendé en prenant la tête de la cabale européenne pour en interdire la prospection), la livraison supplémentaire de 1 à 1,4 milliard de mètres cubes de gaz de Norvège (1 % des ventes de la Russie) ne permettront pas d’éviter d’importer du gaz russe. L’Allemagne devra payer son inévitable gaz russe en roubles, comme l’exige désormais Vladimir Poutine, même si Moscou qui ne peut l’exiger contractuellement dit que l’application ne sera pas immédiate.

La traîtrise allemande

L’écologiste Robert Habeck, vice-chancelier et ministre de l’Économie et du Climat, s’est rendu au Qatar le 20 mars afin de négocier un contrat à long terme pour la livraison de GNL à l’Allemagne. Des photos montrant l’écologiste s’inclinant respectueusement devant le cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani ont montré aux Allemands la traitrise. En effet, on n’est plus dans l’EnergieWende, mais dans l’EnergieVerrat (une traitrise).

Dans sa quête de maîtrise de l’énergie, elle n’a pas attendu que l’UE se mobilise pour tenter de trouver une solution, elle s’est empressée de faire cavalier seul. Comme on l’a déjà écrit, en matière d’énergie, sachant que tout découle de l’énergie — absolument tout — l’Allemagne n’a qu’un seul objectif, être le leader incontesté ou entraîner les autres dans sa chute. En géopolitique, et en géopolitique énergétique en particulier, il n’y a pas de morale. C’est chacun pour soi.

L’Allemagne nous a entraînés dans le chaos énergétique : une énergie électrique chère et incertaine. Elle a imposé son « Pacte vert » à l’UE, ce qui nous a amenés là où nous sommes maintenant, un désastre économique pour l’industrie européenne et une souffrance pour toute la population. Dans l’article mentionné au début, nous avons écrit que l’Allemagne nous mène vers une EnergieKatastrophe. Nous y sommes.

Comment pouvons-nous en sortir ?

D’abord en acceptant la réalité : la multiplication des investissements dans les énergies intermittentes est le problème, pas la solution. Il faut donc arrêter tous les programmes qui vont nous rendre encore plus dépendants du gaz russe.

Ensuite, il faut conserver partout la possibilité de prolonger la vie des centrales nucléaires, y compris, bien évidemment en Allemagne car ce serait la manifestation de la prise de conscience collective de l’impasse du « Pacte Vert ». De nouvelles installations nucléaires devront être décidées partout, les Belges comme les Italiens s’y préparent.

Enfin il faut revenir sur le concept fondamental d’indépendance énergétique qui doit être à la base de la politique de tous les Etats et donc de l’Union européenne, ce qui n’est pas incompatible avec la nécessité de limiter les gaspillages en augmentant les rendements partout où on peut le rendre possible.

Un marché mondialisé aux provenances multiples comme celui du pétrole et du gaz naturel liquéfié, comme celui de l’uranium est un gage d’indépendance pour les pays consommateurs, les monopoles ou quasi-monopoles qui ont été recherchés ou acceptés sont inacceptables.

Les orientations des instances allemandes et européennes vers des solutions uniques, les éoliennes, le gaz russe, le véhicule électrique, les panneaux solaires et les batteries électriques chinois… nous annoncent des catastrophes en cascade. Nous en vivons une qui pénalise tous les citoyens européens, évitons au moins de leur faire connaitre les suivantes !

commentaires

COMMENTAIRES

  • encore et toujours tous les vieux canulars périmes pour gogos contrairement à ce qui se passe en réel sur le terrain … et il va y avoir tous les trolls stériles qui vont encore reprendre ce genre de désinformation …

    Répondre
      • On ne m’attend pas, on m’entend ! La bave du crapaud nucléocrate est constellée de contre-verités d’un bout à l’autre c’est d’un ridicule à tous les étages au point qu’à chaque paragraphe on croit qu’il est impoddible de l’être plus au suivant! Eh bien non, c’est pire !
        Voulà autant d’arguments que dans votre propre message !

        Répondre
  • Message évident de Loïk Le Floch-Prigent, toujours aussi fin et compétent.
    On en revient toujours aux mêmes évidences :
    L’alimentation électrique d’un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
    Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
    1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
    2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales pilotables en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
    Et ces centrales pilotables sont en général à gaz, « moins pires » pour le climat.

    Comme nous avons pris un retard considérable sur le renouvellement et l’extension de nos centrales nucléaires, nous sommes condamnés à admettre une certaine quantité de packs « centrales à gaz assistées par de l’éolien et du solaire » les jours favorables.
    Hélas.
    Ceci est déjà un désastre sur le plan financier, puisque, si on compte tous les frais annexes, le nucléaire est clairement le moins cher.
    Mais que, en plus, on nous défigure les paysages et perturbe la paix de nos citoyens, c’est la cerise sur le gâteau !!!

    Ce que j’espère, c’est qu’à la fin de leur courte durée de vie (25 ans), nous aurons remonté la pente sur notre capacité à construire des centrales nucléaires bien françaises, et qu’on les remplacera par du nucléaire.

    Répondre
  • Notez qu’on a laissé faire les Allemands d’étrange manière :
    Au lieu de fixer des objectifs de résultats, taux ou tonnage de CO2 émis, ce qui nous mettait dans une excellente situation avec notre nucléaire, l’UE a fixé des objectifs de moyens, pourcentage de l’électricité obtenu avec des moyens renouvelables.
    Un scandale de stupidité.
    Heureusement que, sur ces objectifs contraires aux intérêts de notre pays, nous sommes en retard.
    J’espère qu’on va relancer à marche forcée notre nucléaire, y compris de quatrième génération dès que possible.

    Répondre
  • Quel plaisir de voir que la parole se libère !
    L’Allemagne n’est certainement pas un modèle en terme d’écologie et d’énergie.

    Répondre
    • Un repris de justice, avec toutes ses casseroles dans le domaine de l’énergie, n’est pas le mieux placé pour faire de la morale énergétique.

      Répondre
      • « un repris de justice » dites-vous. Il y a eu des condamnations (en tant que PDG du groupe ELF) mais vous semblez ignorer pourquoi. Il n’y a pas eu d’enrichissement personnel et beaucoup d’entreprises de l’énergie ont trempé dans des affaires de commissions occultes et de rétrocommissions. Toutes n’ont pas été condamées pour autant. Qui êtes-vous donc, Marguerite, pour discréditer un individu avec aussi peu de connaissance du dossier ?

        Répondre
  • Quand l’homme des hydrocarbure s’en prend à notre sauveur, celui qui nous évite le blackout a cause de notre erreur, celle d’avoir cru que le nucléaire etait une solution. L’Allemagne nous abonde quotidiennement de son électricité ce qui fait que je peux continuer à dénoncer les mensonges des nucléocrates avec des arguments tous vérifiables (allez voir un peu comme nos voisisns vont une fois de plus nous sauver de la mouise en nous maintenant la tête hors de l’eau grace à leur électricité essentiellement d’origine renouvelable.) comme celui ci. Aujourd’hui nous importons de tous nos voisins sans exception regardez au lieu de baver sur eux !

    Répondre
    • Sacré Rochain LOL
      Je viens de vérifier à l’instant, la France exporte sur l’Allemagne 89 MW, malgré les gros ennuis de nos centrales nucléaires.
      Retards de maintenance dus au Covid, incidents de corrosion en cours de traitement …

      Et les Anglais viennent d’annoncer le lancement d’un projet de 14 nouveaux réacteurs.
      Évidemment, sinon, avec les éoliennes, marines ou pas, intermittentes, donc nécessitant des centrales à gaz pour les jours de météo défavorable, impossible d’atteindre le zéro CO2.

      Répondre
      • 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣🤣 vérifiez une fois pour toute que sur le terrain c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire de plus en plus intermittent .que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et à part le bio gaz qui est bien une ENR …c’est encore vos délires de trolls stériles qui inventent des centrales au gaz qui n’existent que dans votre imagination d’irradie dont votre gourou vous a abreuvé avec ses canulars que vous avez gobe sans rien vérifier car vous n’avez aucune personnalité 😂sortez vous enfin des vieux canulars périmes pour gogos : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
  • Mr Le Floch Prigent se compromet un peu plus en accolant ce terme de « traitrise » à notre voisin courageux.
    Oui, courageux car face a deux maux, le nucléaire et l’énergie carbonée, l’Allemagne a choisi le moindre et pris de chemin des ENR que notre France a vue barré par une intense défense du nucléaire depuis 40 ans, lobby puissant, trans-gouvernements successifs.
    Depuis le plan MESMER de 1974, les tenants du nucléaire n’ont eu de cesse que d’empêcher toute avancée d’autre moyen de production des électrons, je peux en témoigner, agissant sur le terrain depuis 1980 et ayant vu nombre ne mes projets combattus férocement. Hors l’électron nucléaire, point de salut ! Et vive le « tout électrique » quitte a torturer les coefficients de calculs thermique des différents obligations réglementaires réglementations thermiques RT.
    Est-ce pour des raisons de « bien commun » souhaité par nos concitoyens, est-ce pour des raisons corporatistes agissant pour le maintien des forts avantages des tenant de cette énergie, salaires, retraites, puissance donnée par la maitrise de l’énergie centralisée, etc… Libre à vous d’arbitrer.
    Ce que je sais c’est que la question des déchets n’étant pas résolue et qu’elle est peut être impossible à résoudre.
    Ce choix du maintien du nucléaire est criminel pour les générations futures. Recherchez les articles scientifiques sur les mutations génétiques causées à nagasaki, Tchernobyl, Fukushima, suivez les travaux de la généticienne R Goncharova et vous saurez.
    Non, l’Allemagne ne peut être traitée de « traitre » mais je soumets a vos consciences la formule de Berthold BRECHT au sujet du nazisme, la proposant pour nos réflexions sur le nucléaire :
    « Celui qui ne sait pas est un ignorant, mais celui qui sait et qui ne fait rien est un criminel »
    Michel Vanquaethem

    Répondre
    • Cessez de vendre de la peur avec les conséquences des mutations génétiques de Nagasaki, Hiroshima ou Tchernobyl ! Ces conséquences délétères n’apparaissent pas dans les générations suivantes. Ceci est attesté par de nombreuses études scientifiques.

      Répondre
      • Cochelin qui faute de vrais arguments se jette maintenant dans le négationnisme nauséabond …vous etes de plus en plus lamentable … aucun respect pour toutes les victimes de cette merde polluante de nucléaire .. . allez y à Tchernobyl ou à Fukushima … il y a des villas gratuites pour tous les trolls qui veulent assumer leurs cancers …

        Répondre
        • Vous êtes à côté de la plaque, comme d’habitude. Il est question ici de mutations génétiques induites dans les générations suivantes liées aux contaminations d’explosions ou accidents nucléaires. Vos commentaires sont toujours d’une nullité sidérante. Aucune preuve n’est avancée. Toujours des condamnations ou des incantations hallucinantes !

          Répondre
          • cochelin donc vos valises sont prêtes et vous allez vous installer à Tchernobyl ou à Fukushima pour aller jusqu’au bout de votre négationnisme lamentable ..

          • Vous n’avez pas compris qu’il est question ici de MUTATIONS GÉNÉTIQUES DANS LES GÉNÉRATIONS SUIVANTES. Est-ce bien clair ? Pourquoi irai-je déménager dans ces régions ?

        • Jean Girard allez dire ça à la population d’Arlit et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres … le négationnisme tue encore .. sortez vous enfin des vieux canulars périmés pour gogos et ayez un minimum de respect pour toutes les victimes du nucléaire polluant à tous les stades, qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’etre humain…

          Répondre
        • @Jean Girard
          Avec des chiffrers tellements faux que cela saute au yeux quand dans le tableau que le solaire c’est 0,2% de l’énergie mondiale, l’éolien 1,6%, alors que le nucléaire serait de 5,9% de l’énergie mondiale !!!!!
          Inutile de revenir vous êtes dores et déjà disqualifié

          Répondre
          • Apparemment, ce sont des chiffres antérieurs à 2009, et d’après Wikipedia, l’éolien mondial représentait 1,6% de l’électricité en 2010, ces chiffres sont donc crédibles. Du reste, cet article ne concerne pas la production d’électricité, mais la dangerosité des sources d’énergie. Et si vous lisez bien, l’éolien et le PPV ont de bons scores, lisez un peu plus loin que ce que votre aversion atomique vous dicte.

          • Denis Margot on est quand meme en 2022 … et en 2020 le nucléaire est à 4.3% de l’énergie dans le monde ..donnez les derniers chiffres….

          • Mon aversion ne concerne que les chiffres faux car sortir en 2022 des chiffres antérieurs à 2009 ne m’incite pas à aller audelà.
            Si ce zozo est capable de sortir des chiffres aussi abérants en regard de ceux que l’on connait, même sur ce qui n’est pas le sujet principal, considérant les chiffres si peu importants, il est tout aussi capable de nous enfumer avec ceux de ce sujet.
            Si le motif etait de me reprocher ma soi-disant aversion pour le nucléaire, c’est que vous êtes tout aussi tordu que l’auteur de ces chiffres faux et adorez tous mélanger… vos divagations ne m’interessent pas!

          • @Rochain : Des chiffres anciens ne sont pas faux, ils sont justes anciens. Vous voyez le mal où il n’est pas. Il n’y a rien de négatif à utiliser un article ancien pour illustrer des faits qui sont assez peu dépendants de la date. La dangerosité des sources d’énergie ne doit pas varier beaucoup à 10 ans près ou alors vous avez peut-être des sources plus récentes, juste pour savoir qui est le zozo entre lui et vous ? Je comprends par ailleurs que mes divagations ne vous intéressent pas et que vous ne vous intéressez qu’aux vôtres, mais ça, j’avais compris.

          • Vous n’avez rien en magasin de 1912 ?
            Arrétez de me prendre pour une bille, on ne donne pas des chiffres vieux de 20 ou 30 ans, surtout sans préciser qu’ils sont obsolete ce qui montrerait clairement qu’ils ne veulent rien dire au moins. Quel mensuetude à l’égard des aneries des nucléophiles !!! Je reste pantois ! vous n’en supporteriez pas le 1/100 em de ma part sans crier à la tentative de tromperie !

          • @Rochain : soyez pantois si ça vous amuse, mais il semble plutôt que vous sombriez dans la paranoïa. Il s’agit d’un article daté de 2009 (pas de 1912) qui cite des informations sur la dangerosité des sources d’énergie. Il n’est ni pro N, ni anti ÉPPV, il cite des données (principalement US) sur les décès associés aux sources d’énergie (et encore une fois, les données propres aux ÉPPV sont satisfaisantes !). Il aurait sans doute mieux valu qu’il date de 2022, mais ce n’est pas le cas et je ne vois pas en quoi c’est un problème pour ce type d’information. Vous pouvez contester ces données, mais il faut alors être solide, citer vos sources, et ne pas se contenter de vos jérémiades pour les contester.

          • Denis Margot arrêtez de vous ridiculiser avec des archives périmés et obsolètes .. .mettez les à jour et revenez discuter sérieusement …

  • Parmi les INVENTIONS SCIENTIFIQUES de le Floch on trouve :
    « Développer la stratégie de l’hydrogène alors que cette molécule ne peut être produite qu’à partir d’énergie et que la thermodynamique enseigne qu’industriellement elle doit être produite à partir d’énergie fossile et non par électrolyse de l’eau »

    Bien sur la « science thermodinamique » d’après cet ignorant manifeste, dit par quelle moyen on doit convertir une forme d’énergie en une autre forme d’énergie et qu’en dehors de ce moyen on fait une erreur ! Et dire que tous les neuneux nucléophiles vont gober un truc pareil ! C’est plus que consternant !

    Répondre
  • Le flop Prigean :
    « Qu’ils veuillent être extrémistes, cela les regarde. »
    Il n’y a pas plus extramiste que le nucléaire français ; dans 15 ans plus aucun de nos voisins frontalier n’utiliseront le nucléaire tous ceux qui y avaient recours ont décider de ne pas poursuivre dans cette voie. Nous serons les marginaux de la région, qui donc est extrémiste ?

    Répondre
  • Toujours le FLOP Prigent :
     » l’Allemagne a imposé sa doctrine à l’ensemble de l’UE qui l’a transposé en un Pacte vert. »

    Ainsi, c’est l’Allemagne qui a décidé que la Belgique, la Suisse, et l’Espagne devaient abandonner le nucléaire, de même qu’elle a interdit à l’Italie d’y avoir acces en son temps en 1987 quand la question s’est posée, mais comme elle a influencé les trois referendum sur le sujet, l’Italie a decidé de ne pas poursuivre dans cette voie ! Il y a de quoi se tordre de rire devant de pareilles allégations.

    Répondre
  • Encore Le FLOP Prigent :
    « Leur politique consiste à promouvoir « quoiqu’il en coûte » l’énergie éolienne et solaire (dans l’un des pays les moins ensoleillés de l’UE), à mettre fin à la production locale de lignite (le combustible fossile le moins cher du monde) »

    Que l’Allemagne soit moins ensoleillée que le croissant méditerranéen, n’est évidement pas un scoop, même pour des allemands, ne les empêche pas de produire par ce moyen 4 fois et demi plus d’électricité que nous par ce même moyen, voilà qui prouve bien (une de plus) combien on bride le développement des renouvealbles en France. Merci le Floch d’attirer l’attention sur cette turpitude française. mais vous n’étiez pas non plus obligé de leur reprocher de mettre fin à la production locale de lignite ?

    Répondre
  • Encore le FLOP Prigent :
    « étant donné l’opposition farouche des ONG environnementales à toute autre forme d’énergie renouvelable, seules les énergies intermittentes et variables sont tolérées ».

    Mais non mais non monsieur le Prigent amnésique, pas que intermittents et variables (les intermittents ce n’est que les réacteurs nucléaires, 27 qui ne fonctionnent pas aujourd’hui en France sur les 56), les permanents pilotables renouvealbles sont égalements acceptés, pas d’opposition pour eux, vous les avez oublié, c’est dur la sénilité.

    Répondre
  • Encore et toujours le Flop Prigent :
    « Nicolas Sarkozy s’est affairé, peut-être pour faire plaisir à la chancelière, à faire passer en un temps record l’obligation de produire une énergie chère et rare que les citoyens européens devront payer. »
    Tien Sarko fait partie de la fameuse bande des écolos qui promeuvent les renouvealbles ? Monsieur le Flock ne fait pas les courses dirait-on, sinon il s’appercevrai que la production nucléaire de l’électricité est la plus chere du monde… en tous cas de l’Europe car si on suit heure par heure et jour par jour le prix de production sur les marchés de l’électricité, on s’apperçoit vite que le MWh venant de France est presque systématiquement le plus chere et que ce « traitre d’Allemand » est presque toujours le moins cher… et en tous cas TOUJOURS moins cher que le français, et le plus souvent moité moins cher. Allez donc voir la rubrique Données de marché sur eco2mix : https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-de-marche
    Ce matin à 8 heures par exemple le MWh français s’affichait à 448,9€ tandis que ce salaud d’allemand était à 232,03 €
    Voila bien qui prouve une des nombreuses vertus du nucléaire ?????????????????? non ??????????
    Je préfere les chiffres des sites officiels que les blablas dogmatiques de le FLOP et de ses copains du lobby nucléaire qui sont nombreux ici et doivent se délecter de mon analyse de leur gourou

    Répondre
  • Toujours et encore le FLOP Prigent :
    « En fait, l’Allemagne a tout faux en matière d’énergie et en paiera lourdement les conséquences l’hiver prochain. L’erreur fondamentale de la doctrine verte, dont le but ultime est d’interdire l’énergie nucléaire, est de ne penser qu’à la production d’électricité dite verte et donc d’interdire l’énergie nucléaire. »

    L’hiver prochain (c’est comme demain on rase gratis ça). Nous c’est pas le prochain qu’on passera difficilement c’est celui que nous sommes en train de vivre en ce moment même (ce qui ne veut pas dire que l’hiver prochain tout ira bie, loin de là, ce sera même pire à mon avis, mais moi j’admets que je peux me tromper, on n’est pas à l’abri d’un miracle :-). Si nos voisins qui ont tourné le dos au nucléaire n’étaient pas là pour nous secourir (à l’heure présente nous importans depuis chez tous nos vosins, même over-sea, d’Angleterre, de belgique, d’allemagne, de Suisse, d’Italie, et d’Espagne, pas un ne manquant à l’appel, et sans eux nous serions dans le blackout total, nous les champions d’Europe des bonnes stratégies regardrez, ce que je dis se vérifie facilement par comparaison aux blasblas du Flop Prigent, c’est ici :
    https://www.rte-france.com/eco2mix/les-echanges-commerciaux-aux-frontieres
    Et ça, ça ne se conteste pas. mais les nombreux nucléophiles du forum feront semblant de ne pas avoir lu mon message et feront également semblant de ne pas avoir été regarder ce site de RTE que l’on ne peux pas soupçonner être de collusion avec l’Allemagne….. quoi que, Le FLOP met bien Sarko chez les écolos… tout est possible dans le monde du dogmatisme surtout quand il est nucléaire.
    Ca va bien Onillon, vous n’êtes pas décu ? Vous m’attendiez je crois ?

    Répondre
  • Mais non. Si l’électricité est souvent moins chère en Allemagne, c’est grâce à leur important parc fossile thermique (en majorité lignite dont ils sont les premiers producteurs au monde) et dont ils usent abondamment. Les prix de gros sont plutôt liés aux quantités l’électricité disponible sur le marché. La France a un faible parc thermique et, lié à une plus faible disponibilité du parc nucléaire, est contrainte à importer. Ce qui rend le MWh plus cher.

    Répondre
    • C’est RTE qui dit que l’électricité produite en Alleamgne est moins cher mais c’est Cochelin qui dit pourquoi … le gouvernement allemand est aux ordres de Cochelin.
      Cessez de faire le pantin Cochelin les chiffres parlent, si le nucléaire produisaient moins cher, quel que soient les façons multiples dont l’Allemagne produit son électricité, la France seraient moins cher dans tous les cas !
      Sortez de l’école maternelle Cochelin, devenez au moins addo pour saisir les raisonnement les plus basiques.

      Répondre
        • Cochelin tours en train de délirer alors qu’il n’a même pas compris que pour vendre quelque chose il faudrait l’avoir en surplus . c’est les bases élémentaires et ça semble vous échapper complètement …

          Répondre
          • ISAMBERT.
            Le surplus, en Allemagne, est permis par la houille et la lignite. N’avez-vous pas encore compris depuis le temps que l’on vous le dit ? Mais lorsqu’il n’y a pas de surplus (cela arrive de temps en temps, pour différentes raisons), alors les importations reprennent et les prix de gros explosent. C’est très facile à vérifier, là encore sur le site de Fraunhofer.

          • cochelin moi qui à vous lire croyez que c’était EDF qui exportait , on m’aurait donc menti ? .. et l’éolien Allemand alors il fait quoi … et les autres ENR ? … c’est bizarre comme vous vous contredisez constamment comme tous les autres trolls dans tous les post …

          • ISAMBERT
            Personne n’a dit que EDF exportait en permanence, mais c’est entre 40 et 60 TWh net à l’année pour ces dernières années. Il n’y a aucune contradiction si vous savez lire les rapports annuels de RTE. Et lors des exportation, les prix de gros chutent, comme c’est le cas de tous les pays.

          • Cochelin vous ressassez encore le passé mais on parle bien du présent .. vous pouvez enfin actualiser vos infos … et vous tournez enfin vers l’Avenir …

          • ISAMBERT
            Possédez-vous des bilan annuels pour 2022 ? J’en doute. Par contre le bilan 2021 pour l’Allemagne est catastrophique et celui de la France plutôt bon en matière d’émissions de CO2.

          • cochelin vous n’êtes vraiment pour que pour les vieux canulars périmés pour gogos alors que l’on vous a déjà prouvé que les chiffres sur le Co² ont été tronques au départ , sont obsolètes et ne prennent pas en compte les GES et la pollution que l’on subit réellement sur le terrain … et vous parlez d’energie ou d’electricité ? l’Allemagne eux agissent et s’en sortent pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes

          • Daniel COCHELIN avec les chiffres tronques et obsolètes sur le Co² qui ne prennent pas en compte les GES et la pollution que l’on subit tous les jours partout en France et vous ne parlez toujours pas d’énergie .. car en France on est champion de la pollution et de la production de GES et de déchets ultimes. Vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau d’être condamné pour son inaction contre la pollution et pourquoi EDF est de plus en plus souvent condamné par les tribunaux alors que c’est bien de notre santé qu’il s’agit … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/277560851_10228772026550400_2907451885179998429_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=TPEsTh_AH3YAX_dwxiS&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8C2mKX9Cfr62OoZqPumNDF0iXdBCEgvZB-KeI3rVffhw&oe=62528F63

          • Mais pourquoi ne parlez-vous pas des condamnations de certains de nos voisins pour des pollutions autrement plus préjudiciable à la santé humaine ? Quelle obsession de toujours cibler la France, qui est un des pays les moins pollués en Europe !

          • Cochelin pourquoi regardez les autres qui agissent et s’en sortent alors que c’est bien la France qui s’enfonce toujours plus et qui est championne de la pollution , des GES et de la production de dechets ultimes et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit

          • Mais où voyez-vous que les autres s’en sortent mieux que nous malgré les dépenses monumentales dans les ENR ?

          • Cochelin vous ne pouvez pas comprendre car il faudrait vous sortir de vos délires de trolls stériles pour constater les avancées sur le terrain … et ça vous obligerait de remettre toutes vos inepties en question …

        • comme dhabitude Cochelin essaie de trouver des élucubration pour ne pas avoir à reconnaitre ce qui se constate :
          Le prix du nucléaire est systématiquement plus cher que n’importe quelle autre source d’énergie et il n’y a paq besoin de faire des pirouettes et inventer des théories qui qu’elle qu’elle puissent être ne change rien à cette réalité….. c’est vous qui faites l’idiot, et le triste idiot même !

          Répondre
          • Mais ce qui compte, c’est le coût final sur la facture l’électricité pour les consommateurs et, en France, celui-ci est moins cher que celui de nos voisins. Le coût du kWh nucléaire n’a que peu de chose à vois là-dedans.

          • Cochelin vous savez bien que l’on a jamais paye le vrai cout du nucléaire sur nos factures mais avec nos impôts .. de plus vous allez voir les rattrapages rétroactifs pour ceux qui sont encore chez EDF … et vérifiez que l’on a pas le kWh le moins cher et que l’écart se réduit de plus en plus …

          • @Cochelin,
            NON! Lorsqu’il; est question de savoir quel est le moyen de faire l’électricité la moins cher ce qui compte ce n’est pas ce qu’un état à décider d’ajouter au prix de la fourniture qui compte, mais le prix de la fourniture elle-même puisque quelle que soit la façon dont elle est produite il pourra lui faire supporter la même chose dans tous les cas et surtout n’importe quoi y compris les frais médicaux dus aux accidents de chasse ou le montant de la prime annuelle au premier ministre ou encore les frais de propagande du parti politique au pouvoir, et même éventuellement le petit cadeau à Cochelin pour service rendu à la SFEN …. vous serez ainsi l’égal de Michel Gay !

          • Où voyez vous que je parle d’impots ? Ca n’a aucun sens ce que vous dites….. je dis que ce qui compte lorsqu’il s’agit de savoir avec quel technologie de production on obtient l’électricité la moins chere c’est en comparant les prix de la fourniture elle-même telle qu’on l’optient sur le marchée où l’électricité est vendue pas les producteurs, pas en comparant les prix TTC toutes charges comprises des factures qui sont des postes indépendants du coût de la fourniture et où les états mettent n’importe quoi, notamment ce qui n’a rien à voir avec l’électricité elle même !
            Mais j’ai l’impression que vous ne comprendre jamais ça !

          • Je répondais à isambert qui écrivait plus haut que le nucléaire était financé par nos impôts.

          • Il y a bien des charges de service public qui majorent les factures des consommateurs. 5 milliards d’euros par an en France pour les ENR et encore plus en Allemagne avec l’EEG. Sans compter les frais de réseau liés aux ENR et des infrastructures de transport qui s’y rajoutent.

  • REreREreRE le Flop :
    « Comment les Allemands vont-ils chauffer leurs maisons et comment leurs usines — grandes et petites — vont-elles produire la chaleur dont tous les processus industriels ont besoin ? »

    Le FLOP va conseiller l’Allemagne pour se sortir de son ambarras de dépendance au gaz russe pour le 1/3 de son approvisionnement . Mais peut-être devrait-il conseiller Macron sur notre dépendance à 25% au même gaz russe. Car nous sommes dans une bien plus triste panade avec nos 25% que la allemands avec leurs 33% …. il n’est qu’a voir comme ils sont embarassés pour nous sortir du trou actuellement. La coupure de ce gaz russe ne semble pas beaucoup les géner actuellement, mais si cela devait s’aggraver, pensez vous qu’ils se cacrifieraient pour sauver la France du blackout ? Je crainds qu’ils choississent de se sauver eux même d’abord et nous coupent leur soutien. Nous serons donc les premiers touchés par les problèmes que l’Allemagne pourrait rencontrer…. La question que devrait se poser le FLOP prigent c’est d’abord « Comment les français vont-ils chauffer leurs maisons avec leurs radiateurs électriques ? »

    Répondre
    • Cessez de répandre des chiffres faux. Cela vous arrange pour accréditer votre idéologie.  » L’Allemagne importe 55 % de son gaz et 42 % de son pétrole à la Russie, contre 17 % et 9 % pour la France. En outre, l’Allemagne est d’autant plus dépendante des exportations du régime de Vladimir Poutine que son mix énergétique repose plus fortement sur le gaz naturel et le charbon que la France, avec respectivement 28 % de l’énergie finale consommée contre 20 % pour le gaz et 10 % contre 3 % pour le charbon. De plus, l’Allemagne est de façon générale plus dépendante de ses importations d’énergie. En effet, le taux de dépendance énergétique, qui calcule la part d’énergie importée par rapport à l’énergie totale consommée, montre que l’Allemagne importe 67,6 % de son énergie, avec 1/3 de l’énergie finale consommée en Allemagne provenant de la Russie, si l’on prend en compte les importations de gaz naturel, de pétrole et de charbon. À titre de comparaison, la France n’importe même pas la moitié de son énergie (47,6 %), et en prenant en compte les importations de gaz, de pétrole et de charbon russes, moins de 10 % de l’énergie française proviendrait de la Russie. » https://www.publicsenat.fr/article/societe/la-co-dependance-energetique-de-l-europe-et-de-la-russie-en-chiffres-197461#:~:text=Globalement%2C%20et%20pour%20des%20raisons,et%209%20%25%20pour%20la%20France.

      Répondre
        • Vous avez encore tout faux :
          – M. Le Floch-Prigent n’est pas mon gourou.
          – Celui-ci n’a pas écrit que la France dépendait du gaz Russe pour 25 %. L’Allemagne, par contre, dépendait, en 2019, de 60 % (51 milliards de m3 de gaz russe pour une consommation totale de 84 milliards). Fais plutôt confiance au rapport parlementaire du Sénat que de raconter n’importe quoi !

          Répondre
      • Le mode de calcul du taux d’indépendance énergétique de la France, qui était valable jusque vers 1980, est devenu un mythe destiné à donner de l’importance au nucléaire. D’autres pays sont plus honnêtes et ne comptent pas la chaleur produite par l’uranium comme une énergie d’origine nationale.

        Mais la dernière mine d’uranium française a été fermée en 2001 à Jouac. Déjà à cette date, la France devait importer de l’uranium puisque sa production ne suffisait pas à satisfaire sa consommation.

        L’indépendance énergétique réelle de la France en 2019 se limite à 12% de l’énergie primaire : 29,8 Mtep sur un total de 248,7 Mtep et 218,9 Mtep provenant des importations.

        L’uranium utilisé, qui compte pour 104,0 Mtep dans l’énergie primaire officielle est importé en totalité (pour produire seulement 34 Mtep d’électricité), ainsi que 100% du charbon (surtout utilisé pour la sidérurgie), 100% du gaz naturel et 98,6% des produits pétroliers.

        Les seules ressources d’origine nationale sont 0,9 Mtep de produits pétroliers (sur un total de 68,1 Mtep), 8,8 Mtep d’électricité renouvelable et 20,0 Mtep de thermique renouvelable (sur un total de 21,9 Mtep).

        Le nucléaire n’étant présent que dans la production d’électricité, on voit bien qu’il n’a jamais suffi à réduire la consommation d’énergies fossiles pour produire de l’électricité dans le monde.

        Par contre, depuis plusieurs années déjà et pour commencer, les énergies renouvelables ont entraîné un déclin relatif des fossiles dans la production d’électricité, passés de 68,0% en 2007 à 62,8% en 2019, alors que le nucléaire déclinait aussi de 13,7% à 10,4%.

        C’est qu’en douze ans, les renouvelables sont passés de 17,7% à 26,0% de la production mondiale d’électricité.

        En énergie, la production d’électricité d’origine fossile a baissé pour la première fois en 2019, de peu certes (120 TWh), mais plus encore en 2020. La progression du gaz n’a pas suffi à compenser la régression du charbon. Et il en sera de même en 2021 selon les plus récentes estimations.

        Répondre
        • @Marguerite : Étonnant cette constance dans votre laïus sur l’indépendance énergétique du nucléaire. Il est de notoriété que la notion d’indépendance énergétique est une notion associée aux énergies fossiles et que pour le nucléaire, ça n’a pas grand sens, mais il faut croire que la pensée unique laisse aussi ses traces parmi les adorateurs des ENRi. La Suisse et la Belgique produisent les meilleurs chocolats, mais ils ne produisent aucune fève de cacao. Est-ce grave, docteur ?

          Répondre
          • @Margot
            Mais les Suisses et les Belges, breaucoup plus réalistes que les français, n’ont jamais prétendu avoir leur indépendance dans la fabrication du chocolat.

  • Cochelin en clair cette fois elle importe car on arrive pas à assurer nos besoins vu l’intermittence de notre merde de nucléaire et le retard pris dans le développement des ENR en France et revends 2 fois plus cher l’electricité .. même la vous ne vous rendez même pas compte du ridicule de vos propos …

    Répondre
    • Effectivement. En cette période, nous importons car vous n’avez pas encore compris que nous n’avons pas l’importante du parc thermique fossile de nos voisins (houille et/ou lignite et gaz). Mais cela coûte globalement et finalement moins cher aux consommateurs Français dans leur facture. Cherchez à bous informer plutôt que d’écrire des insanités !

      Répondre
  • Rerererere Flop Prigent :
    « Le pétrole et les produits pétroliers russes représentent 33 % de nos importations, le charbon 26 % et l’uranium 20 %. »
    Comme on poeut le voir les allemands se sont lias de façon déraisonnable aux Russes mais nous, non on peut se passer des russes sans probleme…. mais surtout pas des allemands.
    33% de nos hydrocarbues ! Une paille ! Voyez comme nous avons été clairvoyants ! C’est même pour ça qu’il n’y a que la moitié de la puissance de notre parc nucléaire qui est à l’arret total ! En 2050 on sera manifestement toujours désorganisé par le Covid-19 depuis ….2019 puisque depuis cette date ça empire, il y a de plus en plus de réacteurs qui tombent au bord de la route. Nous en sommes à 26 dont les 4 plus puissants, et l’EPR qui patine toujours…. tout va bien en France monsieur le flop !

    Répondre
    • Arrêtes arrêtes n’en jetez plus la cour est pleine ! Gare au coup de sang pour les vieux de 80 ans !
      Ce qui est vrai c’est que la vérité sort de la bouche de Loïk et fait tilter !
      Pour compléter un extrait repris d’un autre article qui montre et démontre que les Allemands en particulier ont une dépendance déraisonnable vis à vis des énergies russes :
      « Le gouvernement fait ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité d’approvisionnement en Allemagne, et ceci inclut de ne pas exposer les infrastructures d’énergie à des décisions arbitraires du Kremlin », a expliqué M. Habeck lors d’une conférence de presse ».
      « Les droits de vote des propriétaires de Gazprom Germania sont transférés à l’agence fédérale des réseaux », la Bundesnetzagentur, qui « peut prendre toutes les décisions nécessaires pour GARANTIR L’APPROVISIONNEMENT », a détaillé le ministre.
      Vendredi, le géant russe avait annoncé dans un communiqué avoir « mis fin le 31 mars à sa participation dans Gazprom Germania et l’ensemble des actifs de celle-ci » sans détailler la nouvelle structure de propriété.
      Berlin dit toutefois avoir « eu connaissance »d’une « volonté de liquidation » de Gazprom Germania.
      Cette « incertitude sur la propriété » de Gazprom Germania et la nécessité de « garantir la sécurité de l’approvisionnement » en énergie du pays a poussé le ministère à prendre cette mesure exceptionnelle

      Répondre
    • Le parc nucléaire Français est à 52 %, et l’éolien à 24 % ( thermique fossile 10 %) et en Allemagne l’éolien est à 34 % (et leur parc thermique fossile à 37,2 %).. Quel est le plus performant ?

      Répondre
      • Le nucléaire français produit moins de 32 GW quand le besoin est à 72 soit 44%.

        La performance se mesure à ce qu’on produit par rapport à ce dont on a besoin.
        La logique de Cochelin : le nucléaire produit 1 Watt j’ai besoin de 100 watts j’importe donc 99 Watts… Mais le nucléaire représente 100 % de la production…
        C’est compréhensible comme ça Cochelin ? « , c’est à votre portée ?

        Répondre
        • Le nucléaire français produit moins de 32 GW quand le besoin est à 72.
          La puissance installée du nucléaire en France est de 60 GW ! Après c’est du bla bla pour cochelin
          ce que j’écrivais le 1er avril :
          Pour faire plaisir à SR quand je lis les rapports de l’ASN et de l’IRSN des corrosions sous contrainte (CSC) des tuyauteries du circuit primaire principal de réacteurs, les contrôles non destructifs et destructifs vont être laborieux et très longs. Ils vont s’étendre sur 2022 et 2023 et la puissance du parc nucléaire de 60 000 MW risque de tourner à 50 % pendant un sacré bout de temps, s’il n’y a pas de dérogation

          Répondre
  • Bonjour,
    Je connais un parc éolien dans la Somme (12 éoliennes de 2,3MW)
    Il a été mis en service en 2009, on vient de nous dire en février 2022 :
    – que le parc n’est plus rentable après 12,5 ans de fonctionnement,
    – qu’il faut signer un nouveau bail de 50 ans pour pouvoir faire une nouvelle étude
    – que le projet pourrait concerner des éoliennes de 6 MW ou plus ?
    – que l’implantation ne peut se faire au même endroit que les précédentes.
    – que le génie-civil sous 1m (béton) reste en place et n’est pas adapté.
    – que les indemnités ne sont pas attachées à une formule de révision standard.
    – que les voisins n’ont aucune indemnité…
    Alors que le parc existant est toujours sous le coup de poursuites judiciaires depuis environ7 ans.

    Ajoutons à cela :
    – que les éoliennes ne produisent en moyenne qu’à peine 1/4 du temps, rarement au bon moment.
    – que 3/4 du temps il faut compenser par des énergies fossiles gaz et charbon
    – que donc il s’agit d’un investissement en double (qui peut se le permettre à part l’état ?)
    – que les éoliennes sont subventionnées (voir nos factures d’électricité).
    – que…
    Pour ceux qui voudraient en savoir plus :
    – Productions en temps réel d’électricité en France.
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    – Productions en temps réel d’électricité en Europe.
    https://www.electricitymap.org/zone/DE

    Répondre
    • Stoclin toujours avec les vieux canulars pour gogos . jamais vous ne vérifiez els vrais infos du terrain ? évidement qu’il faut anticiper et voir si on peut mettre plus de puissance au meme endroit pour produire plus .. et vous pensez vraiment qu’ils vont faire venir un concasseur pour laisser du béton dans le trou alors qu’ils vont s’en resservir pour la nouvelle assise … et que ça fait partie du budget de démantèlement prévu au début du projet … rappel pour les autres inepties récurrentes l’éolien est bien une partie des ENR et il faut développer de toute urgence les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • La référence à eco2mix démontre surtout que cet eolien qui ne fonctionne tait jais, ou presque, fournit 12 % de la production électrique, soit comme 8 réacteurs nucléaire en état de marche…. ce qui est de plus en plus rare

      Répondre
    • Pas plus honnête que l’ingénieur du gaz (spécialiste des réacteurs RNR) à ce que l’on voit.

      Alors, mêmes questions :
      Quelle est la capacité totale des centrales à gaz construites pour « compenser » les 18.800 MW d’éoliennes en France, dont 13.000 MW construites entre fin 2010 et fin 2021 ?

      Et par quoi ont été « compensés » les 8.500 MW de fossiles qui ont disparu entre 2010 et 2020 ?

      Depuis septembre 2021, toutes les éoliennes en complément de rémunération renflouent les caisses de l’État, et il en est de mêle pour le photovoltaïque en complément de rémunération. Vous savez bien : les « subventions » négatives.

      A propos, toujours pas trouvé le code ?

      Plusieurs fois il a dit qu’il faut connaître le code …. le Code de l’énergie.
      Le code commence par un « 3 » et comporte des subdivisions.

      Répondre
      • Avec marguerite c’est je chipote, tu chipotes etc.. avec des stats de 3ème ordre alors qu’il ou elle ne veut pas voir ce qui suit et est de premier ordre :
        Rappel
        En pointe, lors des périodes de grands froids l’Allemagne et la France demandent respectivement une puissance de 100 GW et de 90 GW.
        Conclusion pour tout pays
        Pour éviter tout black-out il faut avoir une puissance instantanée en pilotable dépassant les pics de consommation maxima hivernaux constatés (voir ci-dessus) et ce quelque soit le niveau d’ENR intermittentes installées qui développent une puissance quasi nulle dans ces périodes de grands froids.
        Pour l’avenir avec les consommations qui vont ne faire qu’augmenter les pics de conso iront dans le même sens et le pilotable disponible devra suivre.
        Donc pour éviter tout black-out à venir et d’apporter un maximum de garantie en étant sérieux, il est nécessaire de dimensionner et d’avoir disponible (c.-à-d. en état) un parc de pilotable à base de nucléaire, d’hydraulique+STEP et/ou de gaz (fossile) quelque le niveau atteint d’ENR intermittentes.
        Avec le guerre en Ukraine et ses conséquences (risque de pénurie), il ne faut que compter très modérément sur les autres pays au niveau des énergies car tout le monde risque « d’être à genou » au même moment lors des « patates anticycloniques » européennes que nous connaissons et que nous connaitrons encore.
        La réalité est que nous n’avons pour l’instant pas de technologie de stockage pour pallier l’intermittence et que nous n’en aurons probablement jamais. Le choix n’est pas entre nucléaire et renouvelable, il est entre nucléaire et fossile.
        Aucun modèle, si sophistiqué soit-il, n’infirmera cette réflexion de bon sens.

        Répondre
        • Michel DUBUS encore un long monologue stérile car vous oubliez les bases : si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire donc vu la crise actuelle et l’urgence climatique le choix est bien des ENR en appliquant les principes Negawatt .. Aucun modèle, si sophistiqué soit-il, n’infirmera cette réflexion de bon sens.

          Répondre
          • Parlez-vous ici d’électricité ou d’énergie ? En tout cas, la France s’en tire globalement mieux que la plupart de ses voisins sur le plan énergétique et des émissions de CO2, en incluant les émissions liées aux importations de produits manufacturés.

          • Cochelin donc vous allez enfin nous poster les 2 tableau pour que l’on compare année après année ceux qui agissent et s’en sortent et ceux qui s’enfoncent toujours plus

          • Cochelin regardez ce que l’Allemagne est déjà entrain de mettre en place pour se sortir au plus vite du fossile / charbon / petrole / gaz … avec les ENR

          • Cochelin mais eux agissent et s’en sortent et ils ont même accéléré le développement des ENR sur le terrain

          • Oui l’Allemagne a développé plus que nous les ENR mais l’année 2021 a été très mauvaise en matière de production(ENR). Et des émissions largement reparties à la hausse.
            Mais la suite s’avère très compliquée, malgré des projets spectculaires. Je vous rappelle qu’aucune nouvelle éolienne n´a été raccordée au réseau en 2021 https://allemagne-energies.com/tag/eolien-terrestre/

          • Cochelin dois aussi vous rappelez que les 2 dernières années ont été difficile pour tout le monde … vous savez pourquoi ou je dois vous le dire aussi … et contrairement à vos inepties perpétuelles l’éolien en Allemagne c’est bien développé en 2021 : « … Au cours de l´année 1925 MW ont été raccordés au réseau, soit 484 éoliennes y compris le repowering (remplacement d´anciennes machines par des turbines plus puissantes et plus productives) de 64 éoliennes (244 MW). En tenant compte du démantèlement de 230 éoliennes (233 MW), l´ augmentation nette s´élève à 254 éoliennes (1692 MW). Cela signifie une légère amélioration par rapport au déploiement en 2020 (environ 1200 MW), cf. figure 1…. » https://allemagne-energies.com/2022/02/03/bilan-2021-de-leolien-en-allemagne/

          • @Cochelin,
            Plus le temps passe et plus votre position devient indéfendable, le sens de l’histoire est en marche, malgrès les incidents de parcours que vous présentez toujours (mais vous n’êtes pas le seul, tous les nucléophiles réagissent ainsi, à court terme) comme un retournement, un changement de situation durable… regardez ça la comparaison est claire le sens de la pente reprend sa courbe volontariste quoi que vous puissiez écrire et quoi qu’il arrive :

            https://www.moteurnature.com/31349-energies-renouvelables-allemagne-montre-toujours-exemple

            Pourtant, quand les nucléophiles parlent de l’électricité allemande ils parlent toujours du charbon. Et je prend les paris que lorsqu’il n’y aura plus un seul watt produit par une centrale à charbon dont la derniere sera fermée depuis plus d’un an on trouvera encore une foule de nucléophiles pour parler de l’électricité allemande produite par les centrales à charbon, et certains iront jusqu’à dire qu’ils en ouvrent de nouvelles !

          • Rectification : Aucune éolienne en mer n’a été installée, et très peu sur terre. A lire sur le site allemagne-energies

          • Vous ne faites que confirmer ce que j’écrivais pour l’Allemagne, mais vous oubliez que : « Selon les chiffres de Deutsche WindGuard, les éoliennes terrestres ont produit environ 96 TWh en 2021. Cela correspond à une baisse de 14 % par rapport à 2020 du fait de conditions météorologiques défavorables. En particulier le premier trimestre 2021 a connu une période assez peu venteuse.
            Leur contribution à la production brute d´électricité du pays s´élève à un peu plus de 16%. Le facteur de charge est estimé à environ 20 %, soit environ 1745 heures équivalent pleine puissance (hepp) sous l´hypothèse d´une puissance moyenne de 55 GW au réseau. Il s´agit du plus mauvais résultat depuis 2016.
            Mais en mer : « Au 31 décembre 2021, une capacité de 7 784 MW était en exploitation, soit 1501 éoliennes. Aucune nouvelle éolienne n´a été raccordée au réseau en 2021. Une capacité de 24 MW a été rajoutée par suite de la mise à niveau de 132 éoliennes existantes. Selon les chiffres de Deutsche WindGuard /1/, la production s´élève à 26,1 TWh en 2021. Cela correspond à une baisse de 10% par rapport à 2020 en raison de conditions météorologiques moins favorables et notamment l´absence de tempêtes hivernales. »
            En France, nous n’avons eu que peu de conséquences de la baisse de production des ENR et la production globale peu carbonée s’ est même accrue : « La production d’électricité en France a été assurée à plus de 92% par des sources n’émettant pas de gaz à effet de serre. L’intensité carbone du mix électrique français demeure donc l’une des plus faibles du monde (intensité carbone de 36 gCO2/kWh, soit 6 fois moins que la moyenne européenne).  » https://www.rte-france.com/actualites/bilan-electrique-2021#:~:text=RTE%20publie%2C%20ce%2025%20f%C3%A9vrier,de%20leur%20niveau%20de%202019. Contre seulement 41.9 % de production décarbonée (ENR + nucléaire) en Allemagne.

          • Cochelin vous vous ridiculisez toujours plus à chaque post .. vous allez concurrencez l’autre troll d’Hervé Gueret qui nous invente des centrales au gaz partout alors que la crise a déjà disqualifié le fissible et le fossile et qu’il ne s’en est même pas rendu compte .. vous n’arrivez même pas à imaginer que pour produire il faudrait déjà les installer en France les ENR .. .. et vous continuez de vous gargariser stupidement avec les chiffres de l’électricité alors que la France est très mauvaise aussi avec l’énergie et que l’on est les champions de la pollution , des GES et de la production de déchets ultimes …

          • Tiens ! Rochain renvoie vers un site prouvant que la France a un contenu carbone (sur un trimestre) nettement moins carboné que l’Allemagne. Au premier trimestre 2022, 11,9 % du mix vient du thermique fossile(essentiellement du gaz) pour la France contre 42,3 % (essentiellement du charbon) pour l’Allemagne. Et pour les productions décarbonées, 88,1 % pour la France contre 57,7 % pour l’Allemagne. Mais un trimestre ne signifie pas grand chose. Attendons un peu.
            L’Allemagne n’est pas prête à se passer de charbon puisqu’il est question de réactiver des tranches récemment arrêtées pour faire face aux difficultés à venir.

          • Non Cochelin, je renvois sur un site qui titre que l’Alleamgne montre toujours l’exemple, et le prouve en montrant la part croissante des renouvealble, notamment qu’elle produit plus que le fossile, effaçant l’aléa ponctuel de la fin de 2021 où le fossile s’était un peu rebiffé ce qui vous avait fait croire à un retournement de tendance durable de l’évolution en Allemagne. Et là encore, votre viscérale opposition aux renouvelables vous fait lire un détail annecdotique permament comme étant la cause de la référence que j’ai faite à ce site. Vous ne lisez et ne retenez jamais le plus important, mais ce qui vous donnerait raison si c’était vraiment l’important d’un message……. Vous connaissez ce dit-on attribué à un philosophe chinois « Quand le sage montre la Lune, l’imbécile regarde de doigt » ?

          • Cochelin toujours en train de critiquer stérilement ceux qui agissent et s’en sortent pour ne pas parler de notre merde en France et de notre santé à nous … vous savez que la France fait pareil avec le charbon et même pire avec le nucléaire .. pour les inepties récurrentes je renvoie à tous les autres posts qui prouvent bien que Cochelin se vautre lamentablement dans les vieux canulars pour gogos …

          • Rochain
            L’imbécile c’est celui qui croit avoir décelé dans mes propos mon opposition viscérale aux renouvelables et invente cette idée pour se valoriser et dénigrer en permanence l’utilité du nucléaire dans la décarbonation de l’électricité.

  • Dubus: « La réalité est que nous n’avons pour l’instant pas de technologie de stockage pour pallier l’intermittence et que nous n’en aurons probablement jamais. »
    Le stockage journalier est tout à fait faisable, ne serait-ce qu’avec des STEP que l’on peut installer partout où il y a du relief (cf les Ardennes et il y en a même… en Lituanie !), et même sur du plat en creusant un réservoir en profondeur, et en utilisant les matériaux extraits pour construire une digue pour le bassin supérieur.
    Le stockage à LT semble pouvoir se faire uniquement par voie chimique (hydrogène) ou par la chaleur. Dans les deux cas, le rendement n’est que de 30%, avec un objectif à 40% maximum. C’est possible d’un point de vue technique, mais très coûteux, et à mon avis plus ou moins envisageable selon les pays et l’évolution du coût des ENR.
    Solaire + éolien + fossile est une solution temporaire, vouée, à LT, à être complétée par les moyens de stockage nécessaires, ou à disparaître.

    Répondre
        • Cochelin, vous êtes très fort pour aller débusquer des cas d’exception en piochant jusque dans l’année passée pour trouver le cas que vous montez en épingle comme une preuve ….. de l’exceptionnel.
          Une statégie se juge sur le long terme dans sa pente âs sur les exceptions, apprenez que dans la mesure on exclu toujours les extremes. Et sur le long terme ce que l’on voit c’est la décrépitude grandissante de notre parc nucléaire et l’aide systématique de nos voisins pour nous sortir du trou. Ce que l’on voit aussi c’est que l’électricité nucléaire est la plus chere, pas une seule seconde l’Allemagne ce galeux dont nous vient tout le mal n’a été plus cher et même au niveau du prix francais et à 8 heures ce matin le prix de notre KW etait à plus du double de celui de l’Allemagne.
          Acheter notre électricité à l’Allemagne c’est aussi subventionner le nucléaire dans lequel on a investi 64,1GW de puissance avec un facteur de charge de 90 à 95% dans le contrat et qui ne fournissant que la moitié de ce qu’il doit produire devrait à ses frais acheter l’électricité de remplacement, et je suis bien tranquille on ne va pas augmenter la dette de EDF (sur le poste nucléaire) de cette charge. Le nucléaire est la source d’électricité la plus subventionnée !

          Répondre
          • Mais votre lien vers le site moteurnature, plus haut, montre une situation exceptionnelle au premier trimestre 2022 ! Vous êtes pris dans votre propre piège.

          • Elle n’est exceptionnelle qu’à vos yeux Cochelin, car elle s’inscrit dans la pente de la courbe où l’exceptionnel n’a été que l’accident de la fin de 2021. Vous êtes toujours aussi aveugle car vous ne voulez pas voir !

        • Cochelin déjà ânonner plusieurs fois . c’est bien pour ça que les Allemands accélère le développement des ENR sur le terrain pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution , les GES et la production de déchets ultimes que l’on en peut même plus envoyer en Sibérie .. Vous êtes toujours à blablater stérilement sur ceux qui agissent et s’en sortent pour ne pas parler de la merde dans laquelle on s’enfonce toujours plus en France …

          Répondre
    • Excellente nouvelle, mais avant de devenir 100% autonomes et décarbonés (la décarbonation étant l’objectif ultime, n’est-ce pas), à quel moment planifient-ils de réduire leurs émissions de GES pour, disons, simplement rejoindre le niveau de l’électricité française ? Sachant qu’ils en émettent environ 500% de plus, ça pourrait représenter un jalon intéressant. La France pourrait peut-être les aider en adoptant des pratiques qui ont fait leurs preuves chez eux, comme installer un peu partout des É ou des PPV.

      Répondre
      • Denis Margot ça y est on a un nouveau troll qui oublie lui aussi les bases du sujet à savoir l’énergie et non pas l’électricité et qui ne connait même pas la réalité du terrain avec les chiffres tronques et obsolètes sur le Co² qui ne prennent pas en compte les GES et la pollution que l’on subit tous les jours partout en France .. car en France on est champion de la pollution et de la production de GES et de déchets ultimes. Vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau d’être condamné pour son inaction contre la pollution et pourquoi EDF est de plus en plus souvent condamné par les tribunaux alors que c’est bien de notre santé qu’il s’agit … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/277560851_10228772026550400_2907451885179998429_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=TPEsTh_AH3YAX_dwxiS&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8C2mKX9Cfr62OoZqPumNDF0iXdBCEgvZB-KeI3rVffhw&oe=62528F63

        Répondre
      • Denis Margot à propos des vieux canulars sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR … pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution , les GES , les Co² , les dechets ultimes …

        Répondre
        • À Régis Isambert, ou quel que soit le système d’Idiotie Artificielle qui se cache derrière : je ne répondrai pas à votre salade insipide truffée de fautes, d’insultes, de vulgarités, de contre-vérités, d’incantations et de répétitions. Mais continuez d’intervenir, vous ridiculisez votre cause en la défendant avec votre charabia abscons.

          Répondre
          • Denis Margot parce qu’en plus de ne pas connaitre le sujet vous ne savez même pas lire et comprendre le français pour vérifier les faits postés alors que tout est bien public et c’est à la portée de tous … mais continuez de nier stupidement comme les autres trolls stériles ça ne changera pas le réel du terrain

    • Ce sont des effets d’annonces comme on en a d’habitude. Attendons pour voir. En attendant plusieurs tranches au lignite vont être réactivées pour faire face à la nouvelle situation énergétique.

      Répondre
  • Je ne mets pas en doute les données de ce site. Cela ne permet pas de cautionner les objectifs de 100 % d’ENR (d’éléctricité ou d’énergie finale ?) en 2035.
    La situation en France s’est aussi beaucoup améliorée depuis de nombreuses années, et même beaucoup plus tôt. Les déboires du nucléaire ne sont pas encore une catastrophe. 88 % d’électricité décarbonée en 2022 https://energy-charts.info/charts/energy_pie/chart.htm?l=fr&c=FR contre 58 % en Allemagne. Et l’écart devrait encore se creuser dans l’année à l’avantage de la France.

    Répondre
    • Demain on rase gratis en France pendant que ce sera la Bérézina en Alleamgne comme annoncé en permanence depuis des années, des années à travers lesquelles ils sont toujours venu au secours de la brillante France qui s’est enfoncé années après années dans le trou creusé par son nucléaire dont le facteur de charge diminue et se réduit à peau de chagrin bientôt au niveau de celui de l’éolien offshore.

      Répondre
    • Cochelin: « 88 % d’électricité décarbonée en 2022 contre 58 % en Allemagne »
      Des chiffres à corriger des importations / exportations.
      Nos voisins ont brûlé beaucoup de combustibles fossiles pour nous alimenter en électricité.

      Répondre
      • Oui. Vous avez raison car nos voisins (saus la Suisse) ont conservé un parc thermique bien plus important que nous.
        Concernant la France et l’Allemagne, effectivement il est raisonnable de tenir compte des imports/exports pour le calcul du % d’électricité décarbonée dans le mix. Mais c’est aussi valable pour les bilans annuels. Pour la France qui est le plus grand pays exportateur en Europe, le contenu carbone réel du kWh électrique à l’année est encore plus faible que celui annoncé par RTE dans son bilan annuel puisque celui-ci ne tient pas compte de ces imports/exports. Il est établi sur la production totale du pays et non sur la consommation.

        Répondre
          • Vous n’avez pas encore précisé quelle compétence vous aviez pour contester les données du GIEC, reconnues mondialement, sur les émissions équivalentes de CO2 par filière.

          • ne faite pas l’idiot Cochelin, vous savez tres bien que ce n’est pas les données du GIEC que je conteste mais ce que la magouille de deux politiciens français Longuet et de Rugy ont ordonné de mettre dans la base de données de l’ADEME à la place de ce que l’ADEME y avait mis elle même sur la base d’une étude scientifique, en escamotant en plus la médiane estimée par le GIEC qu’ils avaient convenu d’inclure également dans la base et qui ne l’a pas été.
            J’ai les preuves de tout cela et je les ai déjà donné plussieurs fois …..cessez d’essayez de triturer la vérité comme le font ces poiticiens verreux. Avec moi ça ne parche pas vous recevrez systématiquement votre claque en retour.J’ai toujours à portée de main l’enregistrement gravé dans le marbre des minutes du sénat !
            https://www.senat.fr/questions/base/2019/qSEQ190209117.html

          • cochelin vous n’êtes vraiment bon que pour ânonner les vieux canulars périmés pour gogos alors que l’on vous a déjà prouvé que les chiffres sur le Co² ont été tronques au départ , sont obsolètes et ne prennent pas en compte les GES et la pollution que l’on subit réellement sur le terrain … et vous parlez d’énergie ou d’électricité ? l’Allemagne eux agissent et s’en sortent pendant que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes 🤣 alors que c’est bien la France qui est championne de la pollution, des GES et de la production de déchets ultimes 🤣vérifiez les faits postés juste avant votre post … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² …

          • @Rochain : En quoi cet extrait du sénat valide-t-il votre théorie ? Vous vous racontez des histoires, cet extrait ne cautionne pas votre thèse complotiste, elle indique que le ministre de la transition écologique (Rugy) reconnaît une erreur dans le document de l’ADEME. Rugy, opposé au nucléaire, comme l’ADEME, confirme qu’une erreur (opportune ?) a été avalisée par l’ADEME. On peut faire confiance à l’ADEME, si cette erreur n’était pas vraie, pour ruer dans les brancards et crier haro sur le ministre et remuer la galaxie écolo, ce qu’ils n’ont pas fait (depuis 2019). On sait maintenant que ces 66 g ne proviennent pas d’une ACV, mais d’une moyenne établie par un opposant au nucléaire, l’ADEME n’a pas fait preuve de sérieux en avalisant cette valeur. Ce chiffre est un pur fantasme et vous continuez d’y croire parce que ça valorise vos investissements dans les PPV et ça correspond à votre religion. Libre à vous, mais svp, cessez de nous balancer à longueur de posts des accusations mensongères. Si vous êtes si sûr de vous, engagez une action en justice, invitez vos amis écolos, ils seront ravis de démontrer une fois pour toutes la supercherie nucléaire. Dans le cas contraire, vous participez à une entreprise de diffamation, et c’est condamnable.

          • Denis Margot la aussi vous prouvez encore que vous ne maitrisez même pas les bases du sujet pour ne rien vérifier .. approfondissez le sujet car non ceux de l’Ademe d’origine sur le Co² ont été modifié ensuite ..et depuis le monde a évolué … .d’autant plus que le principal problème est l’énergie et pas l’électricité et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz ….

          • Les choses sont claires dans ce rapport du Sénat : « Deux facteurs d’émissions sont effectivement donnés dans le projet de PPE pour l’impact carbone de la filière nucléaire dans ce projet de document : 12 gCO2/kWh d’après le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et 66 gCO2/kWh d’après la Base Carbone de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Le dernier chiffre relève d’une erreur typographique, qui sera corrigée dans la version finale de la PPE. Celle-ci présentera donc deux valeurs : 12 gCO2/kWh d’après le GIEC et 6 gCO2/kWh d’après la Base Carbone de l’ADEME. » Il y a cohérence. Quelques explications pour ceux qui jouent les idiots ne veulent rien comprendre : https://www.lopinion.fr/economie/les-petits-arrangements-avec-la-verite-de-sortir-du-nucleaire-la-tribune-de-bernard-durand

          • Cochelin a toujours ressassé sur les vieux canulars périmés pour gogos pour ne pas parler des vrais problèmes de fonds … en plus ils sont obsolètes car depuis le monde a évolué … .d’autant plus que le principal problème est l’énergie et pas l’électricité et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz …. 🤣 alors que c’est bien la France qui est championne de la pollution, des GES et de la production de déchets ultimes 🤣vérifiez les faits postés juste avant votre post … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² …

          • @ Cochelin,
            1) Sauf que l’erreur typographique exsiterait déjà dans la thése de Sovacoll !
            2) quelle aurait pour effet de déplacer la ligne dans le tableau classé par ordre croissant des émissions de CO2
            Il est clair qu’il n’y a jamais eu d’erreur typographique et ceux qui feignent d’y croire sont les mêmes voyous que ceux à l’origine de la magouille !

    • @Cochelin,
      Tandis que chez nous qui importons 24h/24 de l’électricité d’Allemagne (entre autres de nos voisins) pour ne pas être confronté au blackout, la situation est mirobolante !!!!!!!
      Vous êtes vraiment drole Cochelin, on est en train de se noyer et par votre voix, on donne des conseils de natation à celui qui nous maintient la tête hors de l’eau !
      Fermez là au moins !

      Répondre
    • Cochelin vosu parlez de l’alerte de RTE pour la France ….? si l’Allemagne a des problèmes ce sera surtout catastrophique pour la France ….

      Répondre
      • M. Isambert.
        Cessez de vous focaliser sur les peu de condamnations de la France pour quelques cas de pollution insignifiants pour regarder ce qui se passe un peu plus loin : https://www.spiegel.de/wirtschaft/unternehmen/ember-ranking-zu-kohlekraftwerken-7-der-10-klimaschaedlichsten-europas-in-deutschland-a-c8bb86f5-6a68-40c5-85d5-02d42bcc0fdf  » Les sept centrales allemandes parmi les dix centrales au charbon les plus sales ont émis un total de 106,3 mégatonnes de gaz à effet de serre en 2021. La centrale au charbon de RWE à Niederaussem a enregistré une augmentation significative des émissions de 36% l’année dernière. Dans l’ensemble, la Pologne et l’Allemagne étaient responsables de 53 % des émissions dans le secteur de l’électricité de l’UE. » De par nos importations en provenance d’Allemagne, nous n’avons participé que marginalement à ces pollutions.

        Répondre
        • Cochelin je vous remet les faits face à vos inepties de trolls car on parle bien de notre santé à nous pas de ceux qui agissent et s’en sortent .. toujours à ressasser sur les vieux canulars périmés pour gogos pour ne pas parler des vrais problèmes de fonds … en plus ils sont obsolètes car depuis le monde a évolué … .d’autant plus que le principal problème est l’énergie et pas l’électricité et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz …. 🤣 alors que c’est bien la France qui est championne de la pollution, des GES et de la production de déchets ultimes 🤣vérifiez les faits postés juste avant votre post … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² …

          Répondre
      • Mais la France ne dépend pas uniquement que de l’Allemagne et a d’autres voisins équipés d’importants parcs thermique à gaz, ou de la Suisse avec ses importantes réserves hydrauliques.

        Répondre
  • Cochelin: « Et sur l’année, nous sommes largement exportateurs ».
    Pas cette année 2022. Je n’ai pas le chiffre précis, mais un coup d’oeil sur le site « rte production » pour les périodes de janvier-février et mars-avril permet de visualiser un solde importateur net.

    Répondre
    • Cochelin ne regarde jamais la réalité, il a des convictions
      Mêmes les autres années, nous exportons uniquement la nuit, tant que des voisins en ont besoin mais ça ne durera pas.

      Répondre
      • Il est faux d’écrire que nous n’exportions que la nuit les années précédentes. L’examen des données de RTE ne le confirme pas.
        Et nous ne sommes qu’en début Avril. L’année n’est pas terminée.
        Les exportations nettes devraient être plus faibles en 2022. Mais attendons la fin de l’année pour les chiffres définitifs.

        Répondre
        • En période diurne nous somme toujours en sous production par rapport à la concomlation et le nucléaire fourni toujours la même hose….. Alors dites moi quand nous exportons ?

          Répondre
  • Précisez les périodes qui vous intéressent.
    Vous écriviez ce matin : « Mêmes les autres années, nous exportons uniquement la nuit, tant que des voisins en ont besoin mais ça ne durera pas. » Je vous renvoie aux données RTE qui montrent qu’un grande partie de l’année, nous exportions même en journée les autres années : https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere#
    Pour ce qui est de cette année 2022 et jusqu’à maintenant, les exportations sont rares, si c’est cela que vous voulez me faire reconnaitre.

    Répondre
  • Comment un site comme le Monde de l’énergie peut-il faire appel à quelqu’un comme Loïk Le Floch-Prigent qui a un parcours judiciaire particulièrement chargé ?

    Ses séjours à Fresnes n’ont visiblement pas amélioré ses réflexions.

    Il est notoirement incompétent dans les énergies renouvelables et on doit subir régulièrement ses « tribunes » superficielles remplies d’âneries, pour ne pas dire de fake news

    Rappelons qu’il a été président de Gaz de France de 1993 à 1996 et que les importations de gaz russe ont augmenté durant cette courte période de 13,56%

    On pourrait également remonter aux erreurs commises par Elf Aquitaine dont il a été président de 1989 à 1993. S’est-il soucié du climat à cette époque alors que l’industrie pétrolière parmi d’autres savait depuis longtemps ? Qu’a t-il fait pour l’efficacité énergétique ? La réduction des pollutions ? Il a défendu le gaz de schiste alors qu’il fallait défendre la géothermie bien plus durable etc

    Ce n’est évidemment pas en 2007 que l’Union européenne comme d’autres pays ont pris le virage des renouvelables mais bien avant et pour plusieurs d’entre-eux notamment après les crises pétrolières du début des années 70

    Le nucléaire avait eu des objectifs très ambitieux au plan mondial qu’il n’a pas pu tenir en raison notamment de coûts élevés et donc manque de compétitivité.

    En 1997 l’Union européenne a visé un objectif de 12 % d’énergie renouvelable dans la consommation intérieure brute à l’horizon 2010.

    Ce n’était pas spécifique à l’Europe et c’était principalement sur la base d’analyses scientifiques qui restent d’actualité puisque les renouvelables sont plus durables et universelles que le nucléaire. Il suffit de relire les motifs évoqués à l’époque

    Angela Merkel n’est arrivée qu’en 2005.

    C’est en outre le Parlement européen qui a appelé, à une majorité écrasante, à un objectif de 25 % pour la part des sources d’énergie renouvelables dans la consommation globale d’énergie de l’UE pour 2020.

    J’ai bien connu cette période et les scientifiques et directeurs de R&D qui comme moi ont travaillé sur ces sujets et on peut confirmer que la génération qui nous a précédé et dont on peut encore retrouver sur le net les critiques du monopole électrique en France et en particulier la politique clairement affichée dans les documents de cette époque comme « tout nucléaire », se sont plaint à juste titre de l’absorption ou disparition de projets et financements pour les autres énergies peu carbonées au profit du nucléaire et qui ont aboutit aux retards, aux coûts, à la dépendance, au manque d’innovation et de parts export et à la gabegie énergétique que l’on connaît avec un nucléaire qui n’est plus assez compétitif face cette fois aux renouvelables, un manque d’efficacité énergétique notoire de la France avec des déséquilibres (merci au passage d’avoir rappelé la part chaleur mais on fait des réseaux de chaleur avec une part de solaire thermique qui peut atteindre 100% à l’année au Nord de l’Europe comme au Canada et beaucoup d’entreprises peuvent également utiliser du solaire thermique notamment, voir NewHeat parmi d’autres et ses clients), une thermosensibilité record mondial et quelques 8 millions de personnes en précarité énergétique « électrique » sur les 12 millions en précarité énergétique.

    Une des nombreuses manières de réduire le plus rapidement possible au meilleur coût la dépendance aux énergies fossiles en diminuant dans le même temps le plus possible les émissions de Ges. Exemple parmi d’autres de résultats de multiples modélisations aux Etats Unis :

    La Californie, 5e puissance économique mondiale, a prévu de passer à 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050 comme de nombreux pays, dont plusieurs y sont déjà ou proches de l’être

    Les tendances économiques toujours favorables des renouvelables lui permettent d’accélérer la tendance et elle vient de relever son objectif d’énergies renouvelables à 73 % d’ici 2032

    15 GW de stockage sont prévus, ce qui rendra l’électricité californienne à 82% non émettrice d’ici 10 ans avec réduction de 46 millions de tonnes métriques de C02/an

    Le plan prévoit un rejet presque total des turbines à gaz (dont le prix est pourtant peu cher localement, ce qui confirme la compétitivité grandissante des renouvelables comme du stockage malgré les aléas ponctuels des coûts face aux tensions sur les prix de matières premières), 1,7 GW d’éolien offshore, le développement de la géothermie qui, avec les évolutions technologiques en cours, voit ses prix baisser (souvent les forages profonds représentent 50% du coût de cette technologie qui peut désormais s’appliquer pratiquement partout : voir par exemple l’évolution des systèmes EGS – Enhanced Geothermal Systems et parmi d’autres les avancées des forages par micro-ondes qui accroîssent les perspectives de cette technologie qui peut fournir de l’énergie aussi longtemps que la planète durera)

    Ce choix est le résultat de modélisations approfondies (j’en ai lu qui font plus de 1000 pages !) prenant en compte les expériences et les prix des installations, en s’ouvrant à de nouvelles technologies telles que le stockage à long terme (LDES) et par des consultations avec chaque fournisseur d’énergie.

    Cela abouti au système à faibles émissions le moins cher et le plus fiable qu’il soit possible de planifier aujourd’hui. En tant que tel, il sert de modèle à tous les autres États américains et d’autres dans le monde pour se diriger vers la décarbonisation – méthodiquement et logiquement, et au moindre coût.

    La CPUC (California Public Utilities Commission) souligne que conformément au projet de loi 350 du Sénat, a été élaboré un processus de planification intégrée des ressources (IRP) pour s’assurer que le secteur électrique de la Californie atteint ses objectifs de réduction des GES tout en maintenant la fiabilité aux coûts les plus bas possibles.

    Cela devrait également accélérer les récents changements de direction de nombreux grands services publics appartenant à des investisseurs américains, qui se concentraient auparavant uniquement sur les combustibles fossiles, qui s’orientent désormais clairement dans la direction que la Californie a tracée et dont elle démontre la pertinence vers le 100% énergies renouvelables

    Il y a donc des Etats et pays qui font les mêmes choix que les allemands, il y aurait donc lieu de ne pas faire des analyses erronées et superficielles mais au contraire d’approfondir le sujet et le potentiel de toutes les énergies renouvelables.

    En outre les allemands décarbonent plus vite le monde avec les ventes de leurs technologies renouvelables que nous avec nos ventes d’EPR et çà leur rapporte beaucoup.

    Quelle hypocrisie en outre quand on a largement importé de l’énergie peu chère d’Allemagne en raison des prix du charbon

    On savait depuis longtemps que des pays comme l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique, Singapour etc étaient les plus durs à faire passer aux 100% renouvelables. Par contre la France est en situation plus facile de le faire et elle prend du retard avec son mix centralisé sur le nucléaire plutôt qu’une approche optimale de l’énergie.

    Il faut être arriéré pour toujours citer le gaz fossiles en complément du solaire et éolien. Etudiez sérieusement et entre autres le sujet du LDES (Long duration energy storage) par exemple car la France est en train de se faire dépasser là aussi et encore avec des intervenants aussi attardés dans les avancées énergétiques et qu’il serait plus utile d’évoquer plutôt que d’écrire des tribunes sur des bases erronées et en définitive sans intérêt.

    Quant au nucléaire on constate que ce n’est pas de tout repos en cas de conflit et indéfendable. Que l’uranium (dont le bilan d’émissions se dégrade fortement au fil du temps via son exploitation ce que tout énergéticien sérieux devrait savoir) et le thorium dureront moins longtemps que les renouvelables et qu’ils trouvent des applications plus utiles entre autres dans le domaine spatial.

    Donc Loïk Le Floch-Prigent devrait s’informer auprès de sources scientifiques et relire l’histoire de l’énergie au lieu de nous écrire régulièrement des tribunes de propagande à la Poutine qui évidemment n’apportent rien à vouloir tromper sur les réalités des faits et ne vont pas faire avancer les choses

    https://www.cpuc.ca.gov/news-and-updates/all-news/cpuc-approves-long-term-plans-to-meet-electricity-reliability-and-climate-goals

    .

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective