Albioma, de plus en plus tourné vers les renouvelables, signe une bonne année 2018

Le producteur français d’électricité Albioma, surtout présent outre-mer, a dégagé des résultats en hausse l’an dernier, grâce à la mise en service de nouvelles capacités de production et à des évolutions de certains contrats. Selon un communiqué publié vendredi 08 mars 2019, sur l’ensemble de l’exercice, le bénéfice net atteint 44,2 millions d’euros, en progression de 18% et supérieur aux attentes du consensus d’analystes compilé par FactSet, pour un chiffre d’affaires de 428,3 millions d’euros, en hausse de 6%. La performance opérationnelle (Ebitda) s’inscrit elle en croissance de 18% à 162,6 millions d’euros, en ligne avec ce que visait le groupe en début d’exercice.

Ces résultats s’expliquent en particulier par les avenants de contrats signés avec EDF, qui ont permis à Albioma de compenser les pertes de production engendrées par la mise aux normes en matière de traitement de fumées sur ses installations thermiques.
Par ailleurs, la société a renforcé son parc de production l’an dernier, avec notamment la mise en service fin septembre de la centrale de Galion 2 en Martinique, qui va multiplier par trois la production d’électricité renouvelable sur l’île. « 2018 est une année riche pour Albioma. Marquée par la mise en service de Galion 2 à la Martinique, première centrale 100% bagasse/biomasse en outre-mer, et par de solides performances opérationnelles de nos installations thermiques et solaires », s’est félicité le directeur général du groupe Frédéric Moyne, cité dans un communiqué.

Le groupe souligne notamment la bonne performance opérationnelle de ces centrales au Brésil, malgré une production en légère baisse, et entend poursuivre ses développements dans ce pays.
Pour l’avenir, il compte notamment sur le rachat de l’activité solaire française d’Eneco France, annoncée fin 2018, et la conversion au 100% biomasse de ces centrales thermiques, à commencer par Albioma Caraïbes en Guadeloupe. Le groupe confirme ainsi son ambition d’atteindre un mix énergétique à 80% issu d’énergie renouvelable d’ici 2023, contre 62% déjà atteint fin 2018.
Il compte notamment pour cela mobiliser une partie des 500 à 700 millions d’euros d’investissements prévus à cet horizon.

Pour cette année, le groupe vise un Ebitda compris entre 168 et 178 millions d’euros et un bénéfice net entre 38 et 44 millions d’euros. Et il table sur un Ebitda « de l’ordre de 200 millions d’euros » en 2020.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective