Partenariat Air Liquide, ADP et Airbus pour préparer l’arrivée de l’avion à hydrogène

Air Liquide, Airbus et le Groupe ADP ont annoncé lundi avoir signé un protocole d’accord pour préparer l’arrivée de l’hydrogène dans les aéroports en 2035, dans le cadre du développement de nouveaux avions zéro émission, dans un communiqué commun.

Ce partenariat porte sur la réalisation d’études d’ingénierie, en vue de créer les infrastructures nécessaires pour accueillir les nouveaux avions, notamment pour les approvisionner en hydrogène liquide.

Les trois groupes partenaires “entendent combiner leurs expertises respectives pour accompagner la décarbonation du transport aérien et définir les besoins concrets et les opportunités qu’apporte l’hydrogène au secteur aéronautique”, avec l’objectif de “contribuer à l’émergence d’une filière française innovante et stratégique pour une aviation mondiale décarbonée”.

Dans un premier temps, une étude portant sur un panel représentatif d’une trentaine d’aéroports dans le monde “permettra de déterminer les différentes configurations du développement et de l’approvisionnement en hydrogène liquide”, est-il indiqué.

Des scénarios et plans détaillés seront ensuite élaborés pour les deux principaux aéroports parisiens, Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, afin de “définir les infrastructures requises, le dimensionnement et l’implantation, lesquels devront prendre en compte l’ensemble des contraintes liées d’une part aux normes de sécurité industrielle et d’autre part à celles de l’aéronautique”.

Ce partenariat “est une étape importante et nécessaire pour préparer la mise en service d’un avion zéro émission d’ici 2035”, résume Antoine Bouvier, directeur de la stratégie d’Airbus, cité dans le communiqué.

Fin mai, onze projets visant à développer une filière hydrogène aéroportuaire en Ile-de-France, allant de son stockage à l’avitaillement de futurs avions “zéro émission”, avaient été retenus à l’issue d’un appel à manifestation d’interêt, avec pour objectif de “premières expérimentations sur site dès 2023”.

L’Etat français a annoncé en juin 2020 qu’il allait consacrer 1,5 milliard d’euros d’ici à 2022 pour “parvenir à un avion neutre en carbone en 2035”.

commentaires

COMMENTAIRES

  • De toute façon, rien ne sera plus comme avant, du temps du Kérosène qui coulait à flot. Pour produire l’électricité nécessaire à fabriquer les quantités équivalentes d’hydrogene nécessaire, il serait peut être plus intéressant de faire un méga aéroport nucléarisé par pays, relié par train TGV à toutes les grandes villes de chaque pays.

    Répondre
  • Il n’est pas dit comment la fabrication d’un avion peut être neutre en carbone.
    On ne parle pas non plus du rendement de la filière hydrogène.
    Comme je viens de le lire, ce serait plus sûr de prévoir des liaisons TGV entre toutes les grandes villes d’Europe …

    Répondre
  • Par électrolyse le rendement de l’H² (au global jusqu’à “la pompe”) est inférieur à 25%” sans tenir compte de sa dangerosité comprimé à 700b. Liquéfié le rendement est encore moindre.
    Pour la mobilité, les réservoirs pour ce type de vecteur H² est 6 fois plus volumineux et 3 fois plus lourd que pour le conventionnel…
    Il peut être installé sur des véhicules lourds (camions, trains, bateaux). Donc c’est à proscrire pour les avions…
    Les lois de la physique ne répondent pas aux objectifs annoncés (propagande)

    Répondre
  • Ces entreprises, leurs boss et décideurs sont autant légers la molécule d’hydrogène!
    La seule solution pour le transport aérien à très faible émission de CO², ce sont les dirigeables (à l’hélium bien sûr… même si l’hydrogène est plus léger… revoir le Zeppling).
    Le Zeppling volait à environ 100Km/h, les vols longs courriers dureraient environ six fois plus longtemps! Mais on a l’obligation de ralentir… et non pas de se relancer dans un avion supersonique pour aller aux USA en 3h!
    L’avantage des plus légers que l’air, c’est que les masses transportée sont moins critiques…

    Répondre
  • Pour Guy Favand, mais pourquoi pas les gros dirigeables. C’est lent, et alors, si on n’est confortable, c’est tres bien. On se repose ou on travaille. Voici revenu le temps de la lenteur. Quel bonheur ! De toute façon, pour le boulot, j’ai fait 2 vols par semaine pendant 40 ans tout ça pour des fois des réunions de 2 heures maxi, et parfois moins, et qui aurait pu être remplacés par des réunions en visio. 80% de réunions imposant un transport en avion supprimés. Et tous les temps morts en aéroports à s’emmerder comme pas possible. Record du monde attente de 24h à Bogota pour un avion dont je n’avais pas compris qu’il décollait que lorsqu’il était totalement rempli. Ce jour-là m’a dégouté définitivement de l’avion, sans parler des jours d’intempéries passées à Orly ou Roissy sur le tarmac à bord de l’avion pour en redescendre 3 heures après et mettre 6 h pour renter chez soi , à cause de la neige , alors que le temps normal par temps sec est de 45′. Et puis, et puis, et puis…..

    Répondre
  • Monsieur Choppin, il s’agit bien des gros dirigeables!
    Plus lents, certes, mais capables d’embarquer des charges utilies bien plus importantes…
    Avec nos connaissances plus précises de la météo et des vents, il serait possible de profiter des ”jets d’altitude” pour réduire la durée des vols… et compte tenu de la surface des ballons, il serait possible de placer des modules photovoltaïqes souples pour alimenter les moteurs électriques. Enfin un transport aérien durable, propre!

    Répondre
    • Bonjour Mr Favand, je crois effectivement que votre proposition de dirigeable de grosse taille est une bonne idée et sans doute le moyen le plus efficace de se déplacer dans les airs , non seulement pour un grand nombre de passager,s mais également pour des charges lourdes, voire les 2 combinées.(cargos mixtes de l’air)
      Je le dis à chaque fois que j’en ai l’occasion : il faut regarder ce qui a été fait dans le passé et que l’absence d’alignement des planètes a rendu obsolete. Aujourd’hui, l’alignement des planètes milite pour les dirigeables, comme il milite pour ma sté Edda-energie pour les gazogenes que nous maitrisons parfaitement bien pour des applications thermiques et electriques ou les 2 combinés, et en fonction de ce qui à l’air de l’extrême vitesse triomphante, mais insoutenable sur le long terme, tout que l’on croyait définitivement d’un autre âge et il y a sans doute plein d’autres chemins à explorer.
      Le seul problème est simple: la majorité pense que tout doit continuer comme avant et qu(il faut trouver un ou plusieurs substituts aux merveilleux combustibles fossiles d’où la frénésie sur l’hydrogene qui autoriserait selon certain la vie sur terre à la même vitesse que le permettait les combustibles fossiles. ça va durer une dizaine d’années encore comme ça, passées à rêver de reproduire l’existant différemment sans rien changer à nos existences et notre mode de vie. C’est impossible. Si nous ne changeons pas définitivement et rapidement de paradigme, nous nous ouvrons comme perspective un grand champ de sueur, de larmes voire de sang. L’analyse doit passer par un renoncement progressif à la facilité et à l’hyper-confort, ce qui implique le développement du numérique qui permet de voyager immobiles, bizarrement accompagné du retour au travail manuel . Il faut commencer à réfléchir aux aspirations des humains avant de foncer tête baissée dans une solution miracle qui s’éloigne dés qu’on s’en approche.Vouloir continuer un rêve comme si rien n’avait changé, c’est à coup sûr aller vers un cauchemar.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective