L’acquisition géante d’Equans par Bouygues finalisée

Le rachat historique par Bouygues à Engie de sa grande entité de services multitechniques Equans a été finalisé mardi, ont annoncé les deux groupes, permettant au conglomérat de se développer fortement sur le marché porteur de la transition énergétique.

Le géant du BTP aura payé 6,5 milliards d’euros pour cette acquisition, soit 6,1 milliards de titres d’Equans, plus la reprise de la dette de la société à Engie (800 millions d’euros), moins 400 milions d’euros de trésorerie positive, explique-t-il.

Engie indique pour sa part que « cette opération (lui) permet de réduire sa dette nette d’environ 7,1 milliards d’euros ».

L’accord était intervenu entre les deux groupes en novembre 2021.

Ce rachat, le plus important par son montant jamais réalisé par la société Bouygues depuis sa création en 1952 par Francis Bouygues, lui permet « de devenir un leader mondial sur le marché porteur des services multi-techniques dont les activités sont au coeur des transitions environnementale, industrielle et numérique », souligne-t-il mardi dans un communiqué.

Le nouvel ensemble, qui garde le nom Equans et intègre aussi le pôle Energies & Services de Bouygues, représentera environ 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Il regroupera environ la moitié des collaborateurs du groupe Bouygues, soit 97.000 personnes (dont 75.000 venus d’Equans) dans plus de 20 pays, sur des services incluant le génie électrique, climatique, mécanique, les systèmes d’information et de télécommunication, la gestion des installations ainsi que la « ville intelligente ».

« L’acquisition d’Equans constitue une étape majeure dans l’histoire de Bouygues. Nous devenons un leader mondial des services multitechniques, et renforçons la résilience du groupe », a commenté Martin Bouygues, le président du conseil d’administration, cité dans le communiqué.

Le groupe Bouygues voit ainsi son chiffre d’affaires total porté de 38 milliards d’euros à près de 51 milliards d’euros. Ses effectifs atteindront environ 200.000 collaborateurs dans plus de 80 pays.

Historiquement connu pour la construction, Bouygues s’était déjà diversifié dans les télécoms (avec Bouygues Telecom) et les médias (avec TF1). Mais son quatrième pôle « Energies & Services » restait relativement modeste avec un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros.

Du côté du géant français de l’énergie Engie, « la finalisation de cette cession est une étape majeure dans le recentrage d’Engie, et permet au groupe d’investir dans la croissance de ses métiers clés pour continuer d’accélérer la transition énergétique », a commenté sa directrice générale, Catherine MacGregor, dans un communiqué distinct.

Face à Bouygues, d’autres candidats au rachat s’étaient présentés, dont l’entreprise de BTP Eiffage et le fonds américain Bain Capital allié au financier Marc Ladreit de Lacharrière via sa holding Fimalac, ainsi que Spie.

« L’offre de Bouygues était la mieux-disante au regard de l’ensemble des critères retenus par Engie, y compris sur le plan financier », avait expliqué en novembre l’énergéticien, détenu à 23,64% par l’Etat français et qui souhaite se concentrer notamment sur les énergies renouvelables et les réseaux.

commentaires

COMMENTAIRES

  • De quelque côté qu’on soit, pro-ENGIE ou pro-BOUYGUES, le seul positionnement raisonnable est d’être pro-devenir de l’humanité sur terre et de se poser la question de savoir s’il est absolument nécessaire de créer des géants économiques dont « l’influence », un mot qui contient en lui-même toute sa propre dérision, devient petit à petit supérieure à celle de bien des états constitués dans le monde. Le risque au bout du bout : la fin programmée de l' »influence » des hommes sur leur propre possibilité de survie sur terre, la fin de la démocratie en fait. Tout ça finira mal, très mal. L’économie n’a de sens que si elle se met aux service des hommes, et non pas l’inverse. Il me semble qu’il est plus que temps de penser avant de consommer. Merci Mr Lelay Patrick, vous avez fait oeuvre utile en dévoilant avec un cynisme obscène le vide abyssal de votre pensée. Le bonheur de boire son Coca-Cola glacé bien sûr, sans se poser de question, assis confortablement à une jolie terrasse (fermée bien sûr) au Qatar, au hasard. Un charmant port de pêche ! Si, si, bon un peu de pub et hop ! Reposez en paix Mr Lelay, vous avez bien compris que l’homme était un animal comme les autres, et à terme, je pense que les animaux ( un marché colossal ! ) boiront aussi du Coca-Cola. Il suffit pour ça de provoquer l’envie et la publicité doit pouvoir parvenir à atteindre cet objectif essentiel. Comment s’exprimait Stéphane Hessel au cours du dernier millénaire ? Quelque chose comme « Revoltons-nous’ ou « Résistons ». Stéphane, quel est le retour sur investissement ? Ah ? Faut voir !

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective