Laurent Fabius en accord avec Ségolène Royal sur le nucléaire

Invité de la matinale RTL du mercredi 21 janvier, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius est revenu sur les propos de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, qui estimait il y a une semaine qu’il fallait renouveler le parc nucléaire français d’EDF en construisant de nouvelles centrales.

Lors d’une interview donnée à Jean-Michel Aphatie,  sur les ondes de RTL, Laurent Fabius a confirmé la volonté du gouvernement français de réduire la part du nucléaire dans notre mix énergétique : « la France a décidé de diminuer la part du nucléaire dans la production d’électricité. Aujourd’hui nous sommes à 75%, l’objectif est d’aller à 50% ».

Le ministre des Affaires étrangères estime cependant qu’il est nécessaire de faire évoluer les centrales nucléaires actuellement en activité sur le territoire français. « Cela ne nécessite pas l’arrêt des centrales mais une certaine évolution », explique M. Fabius qui rappelle également que l’énergie nucléaire est décarbonée (aucune émission de gaz à effet de serre lors du processus de production d’électricité), un atout certain alors que la lutte contre le réchauffement climatique est une priorité mondiale.

Soutenant les explications de Ségolène Royal, le ministre des Affaires étrangères a expliqué que la réduction de la part du nucléaire dans notre mix énergétique n’était pas un objectif antinomique avec la construction de nouvelles centrales. « Un certain nombre de centrales vont fermer, mais comme on ne va pas faire durer les installations 150 ans, d’autres centrales seront mises en route petit à petit ».

Laurent Fabius a également évoqué l’organisation de la prochaine Conférence Mondiale sur le climat, qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 15 décembre prochains, rappelant que l’objectif principal de ce grand rendez-vous international était « d’obtenir un accord universel pour que la température n’augmente pas de plus de 2 degrés ».

Crédit photo : Parti socialiste

commentaires

COMMENTAIRES

  • Toujours la même langue de bois, du radioactif cette fois. L’ambiguïté du discours sur la « transition énergétique », avec son flou constant sur la diminution du nucléaire et l’augmentation de l’électricité renouvelable.

    La production d’électricité nucléaire est en général de 410 TWh sur une production totale de 545 TWh. La consommation d’électricité est stable depuis plusieurs années et n’augmentera pas d’ici 2025.

    Pour réduire de 140 TWh la production d’électricité nucléaire, il faut réduire d’un tiers la puissance nucléaire disponible, ce qui correspond aux 24 réacteurs les plus anciens, les plus petits et les plus dangereux sur un total de 58 réacteurs.

    Mais il y a aussi cette prétention du nucléaire à réduire les émissions de CO2. Un moyen bien dérisoire à côté des énergies renouvelables.

    http://energeia.voila.net/nucle/sans_nucleaire_co2.htm

    D’autres documents donnés en lien sont encore plus démonstratifs.

    Répondre
    • @Julien
      Si vous avez des explications crédibles pour dire que les 24 réacteurs dont vous parlez sont dangereux, indiquez-les ici. Cela intéressera les experts des l’ASN qui considèrent au contraire que ces réacteurs sont aussi sûrs que les autres.
      Le nucléaire avec l’hydraulique sont les deux seules énergies susceptibles de produire de l’électricité sans émission de CO2. Les autres énergies renouvelables, essentiellement solaire et éolien sont intermittentes. Il faut donc, dès que leur production n’est plus marginale dans le mix, les compenser par des sources pilotables qui sont généralement des centrales au gaz. Plus précisément, pour l’éolien qui ne produit que 25% du temps, ces centrales à gaz prennent le relais les 75% restant en émettant évidemment du CO2. Pour le solaire qui ne produit que 15% du temps, c’est pire.
      Voilà pourquoi, à l’exception de l’hydraulique, les énergies renouvelables ne peuvent pas, comme le nucléaire, éviter des émissions de CO2.
      Et ne me parlez pas de stockage d’énergie pour ces énergies, ça n’existe pas sauf dans les livres.

      Répondre
  • D’abord commençons par isoler les maisons, immeubles, retirer les vieilles voitures, les vieux poëles, chaudières fioul, et réduire la consommation d’énergies, avant de jeter les subventions vers les NRJ renouvelables, et racheter l’électricité verte au prix fort ! Parlons des énergies renouvelables ! Ce ne sont pas les centrales – chaudières à bois biomasse, par ailleurs trop aidées par l’ademe (fonds chaleur qui devraient coûter env. 6 milliards € d’ici 2020 – pour avoir les 23 % d’énergie renouvelable -) , et parfois par régions et cg, qui vont réduire la production de CO2. Les émissions de fumées : particules fines, dioxine, COV , avec HAP .. ne vont pas dans les objectifs des PPA, SRCAE, InVS , l’assignation en justice de La France pour les PM 10 et le coût SS … . Et le bois manque, il n’est pas transporté par bateaux mais par camions ! ( et le bois doit sécher ! ) : http://www.bioenergie-promotion.fr/wp-content/uploads/2013/05/Durabilit%C3%A9-de-limportation-de-bois-%C3%A9nergie-en-Pays-de-la-Loire_Avril-2013.pdf
    Il est envisagé même d’utiliser le bois menu, rémanent voir le projet resobio ! Qui reboisera ? Couper des arbres qui piègent le CO2, pour les brûler .. c’est un pari très osé sur l’avenir ! http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/adm00012738_adm_attache1.pdf Le photovoltaïque ne fonctionnant pas sans soleil, et sans éléments rares ( la Terre devient trop petite ! ) les rendements sont médiocres. Qui recyclera ces panneaux solaires ? Et les éoliennes sans vents … Et construire les éoliennes en mer , au prix où il faudra les réparer et que les abonnées EDF vont payer cette électricité ! Reste pour l’instant ce qui coûte le moins cher  » à la société  » les centrales à gaz, et les centrales nucléaires encore que … si on repart sur les centrales à sodium ou EPR ce sera la catastrophe. Faisons ce que nous savons (encore ) faire ! fonds chaleur = ecotaxe inversée

    Répondre
  • c’est marrant,
    le lobby pronucléaire prend comme excuse bidon l’absence de CO2, mais oublie de préciser que pour chaque TW électricité produit, l’équivalent de 2TW de chaleur sont dispersés directement dans l’atmosphère et l’eau.
    N’est-ce pas contribuer directement au réchauffement de la planète?
    Antoine

    Répondre
    • Vous manquez cruellement de bases scientifiques.
      Pour commencer, l’énergie se mesure en TWh et pas en TW.
      Ensuite, tout moteur thermique, que ce soit celui de votre voiture, une centrale au charbon ou nucléaire, utilise une source froide pour son fonctionnement ; et la chaleur cédée au fleuve ou à la mer dans le cas des centrales est infinitésimale, elle ne peut en aucun cas réchauffer de manière mesurable notre environnement. Rien à voir avec l’effet de serre généré notamment par le gaz carbonique (CO2) des combustibles fossiles (charbon gazole, gaz…).
      Vous voyez donc que l »excuse bidon » du CO2 n’en est pas une, ou alors c’est que vous avez les compétences pour contester les travaux du GIEC, dans ce cas concourrez vite pour le prix Nobel.

      Répondre
  • Les centrales nucléaires subissent , par les matériaux utilisés, un vieillissement inéluctable du béton, et de tous les matériaux. Exemple de rapport de l’ASN alarmant :
    http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Lettre_inspection_Chinon-2.pdf , mais si on plus les matériaux sont fragilisés ..
    D’abord commençons par isoler les maisons, immeubles, retirer les vieilles voitures, les vieux poëles, chaudières fioul, et réduire la consommation d’énergies, avant de jeter les subventions vers les NRJ renouvelables, et racheter l’électricité verte au prix fort ! Parlons des énergies renouvelables ! Ce ne sont pas les centrales – chaudières à bois biomasse, par ailleurs trop aidées par l’ademe (fonds chaleur qui devraient coûter env. 6 milliards € d’ici 2020 – pour avoir les 23 % d’énergie renouvelable -) , et parfois par régions et cg, qui vont réduire la production de CO2. Les émissions de fumées : particules fines, dioxine, COV , avec HAP .. ne vont pas dans les objectifs des PPA, SRCAE, InVS , l’assignation en justice de La France pour les PM 10 et le coût humain et SS … . Et le bois manque, il n’est pas transporté par bateaux mais par camions ! ( et le bois doit sécher ! ) : http://www.bioenergie-promotion.fr/wp-content/uploads/2013/05/Durabilit%C3%A9-de-limportation-de-bois-%C3%A9nergie-en-Pays-de-la-Loire_Avril-2013.pdf

    Répondre
    • Exact, les centrales nucléaires (ou plutôt leurs composants) finissent pas s’user, comme dans toutes les machines.
      C’est la raison pour laquelle on remplace les pièces qui s’usent le plus vite, comme dans une voiture, pour faire fonctionner les centrales le plus longtemps possible, mais en toute sécurité. Car elles représentent un investissement considérable, qui en contrepartie permet d’avoir une électricité dont le prix est imbattable : de deux à dix fois moins cher que les énergies concurrentes, surtout celles dites « renouvelables ».
      De plus l’éolien et le solaire sont intermittents et on n’a pas d’autre solution, pour compenser les périodes sans vent ni soleil, que construire des centrales à gaz qui assurent le relais (75% du temps quand même !) ; et ceci accroît encore plus le prix de revient de ces énergies aléatoires ou intermittentes.
      NB : citer un rapport de l’ASN, qui n’est pas alarmant mais factuel, en utilisant le site de « Sortir du Nucléaire », c’est un comble !!!

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective