Où sont les projets sur les énergies marines en France ?

Le récent Rapport publié par Ocean Energy Europe (OEE) montre un léger regain d’activité pour les énergies marines.

Mais la France est absente des radars « énergies marines », alors que les projets Raz Blanchard, Fromveur à Ouessant ou au Pays basque pourraient être d’actualité, au moment où les investissements dans le secteur des énergies marines augmentent un peu partout en Europe et dans le monde, avec de nombreuses annonces de grands acteurs industriels et des pouvoirs publics.

Les statistiques publiées le 10 mars par Ocean Energy Europe montrent que l’énergie océanique est de retour sur la bonne voie, malgré les restrictions de Covid-19 affectant encore l’activité l’année dernière.

Mais quid de la France, alors que les industriels existent comme Sabella ou HydroQuest, ainsi que des sites d’essais à Paimpol Bréhat et à Bordeaux avec Energie de la Lune dont la coordinatrice des sites est Marlène Kiersnowski, coordinatrice du site d’essais SEENEOH, à l’Ifremer, ou encore à l’Ecole Centrale de Nantes….

Houlomoteur, hydrolien et marémoteur

Les opérateurs des énergies marines ont installé beaucoup plus de capacité en 2021 qu’en 2020, ajoutant respectivement 1,39 MW et 3,12 MW dans le monde.

Alors que l’Europe domine toujours l’activité marémotrice mondiale, de plus en plus de capacité houlomotrice est installée en dehors de l’Europe, souvent grâce à un soutien gouvernemental important.

Entrée d’acteurs industriels importants

Une augmentation des investissements privés et l’entrée d’acteurs industriels importants dans le secteur reflètent l’attrait croissant de l’énergie marine pour les investisseurs, les producteurs d’électricité et les fabricants.

En 2021, le secteur a signé des accords avec GE Renewable Energy, Kawasaki Kisen Kaisha (K-Line), Chubu Electric Power, TechnipFMC et Schneider Electric. Les gouvernements du Royaume-Uni, d’Italie, d’Espagne et des États-Unis ont également engagé de nouveaux financements importants pour l’énergie océanique et les énergies renouvelables innovantes.

L’implantation géographique

Les machines sont dans tous les bassins maritimes européens, ainsi qu’en Asie, en Australasie et en Amérique du Nord et du Sud, portant les ajouts de capacité cumulés mondiaux à près de 65 MW depuis 2010.

Les objectifs européens pour les énergies marines au ralenti

Les nouvelles projections de capacité pour l’Europe en 2022 restent stables, mais manifestement atténuées par rapport aux objectifs de l’Union européenne en matière d’énergie océanique.

Bien qu’elle ait fixé un objectif clair pour 2025, la stratégie de l’UE en matière d’énergies renouvelables offshore n’accélère toujours pas les déploiements à grande échelle comme prévu.

Pour Rémi Gruet, PDG d’Ocean Energy Europe, « développer de nouvelles sources d’énergie décarbonées, indigènes et abordables n’est pas un luxe , c’est une nécessité. L’UE doit lancer dès maintenant sa stratégie en matière d’énergies renouvelables offshore et donner à l’énergie des océans les moyens d’assurer l’indépendance énergétique et la décarbonisation dans le cadre d’un ensemble diversifié d’énergies renouvelables. Les chiffres de 2021 reflètent un secteur fort et adaptable, et montrent que l’énergie des océans fait ses preuves, tant sur le plan technologique qu’en tant qu’investissement ».

commentaires

COMMENTAIRES

  • Plus la France s’engagerait dans le renouvelable moins cela justifierait le nucléaire… Donc en arrière toutes sur le renouvelable !

    Répondre
  • A nouveau des énergies intermittentes, avec les inconvénients majeurs qui vont avec.
    Bien si vous voulez soulager un système de centrales à charbon ou à gaz, mieux que rien,
    inutiles si vous avez développé des réacteurs nucléaires.

    Répondre
  • Le nucléaire se montre rapidement inefficace et sans prévenir contrairement aux conditions météorologiques :
    Aujourd’hui le nucléaire plafonne à 35 GW pour un besoin de 68 GW
    Outre les ressources locales en renouvelables et en Gaz que l’on crame tout de même à hauteur de 8 GW, ensemble toujours insuffisant nous importons 7 GW net, notamment depuis l’Allemagne (ce galeux dont nous vient tout le mal) … non décédément le nucléaire n’est pas une solution, surtout avec un MWh à 313 € quand celui d’Allemagne systématiquement moins cher est à 266 €

    Répondre
    • M. Rochain affirme commander les énergies du vent et du soleil : il est fort ! Alors pourquoi laisse-t-il les panneaux solaires ne rien produire les jours de pluie et la nuit, et les éoliennes rester en berne plusieurs jours de suite en plein hiver ???
      Car même affaibli (arrêt de Fessenheim, Covid, soucis de maintenance) le nucléaire produit plus de 50 % de nos besoins et de manière constante (c’est une énergie pilotable).
      Quant au modèle Allemand à base d’éolien et surtout de gaz russe, chacun se fera une opinion, surtout sous l’angle de la souveraineté énergétique (merci Poutine) de l’écologie (bonjour le CO2) et des prix du gaz (no comment).
      Mais M. Rochain a choisi son camp contre vents et marées : le dogme rend aveugle et sourd !!

      Répondre
      • Studer apprenez au moins les bases du sujet : si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
      • Studer à propos des vieux canulars périmés des gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements / crise… alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR … voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/275278622_10228614864141438_7840001858252995468_n.jpg?_nc_cat=110&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=i_2v7SpPXjcAX-qVeuk&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9WGu8gpQpNLlreBjoAHFrT7OoL0yHDViJM0VdSxm81bA&oe=6231D967

        Répondre
      • Et il en est d’autre que leur dogme n’ont même pas besoin de rendre idiot, ils l’était déjà à la maissance, c’est même pour cela qu’ils ont choisit leur dogme

        Répondre
  • Enfin, on parle des énergies maritimes fiables. Le débat est toujours parasité par les promoteurs éoliens qui veulent vendre leurs machines et profiter du pactole.
    Oui aux choix scientifiques et raisonnės, non au business vert.
    Oui aux énergies utiles, non à l’éolien intermittent.

    Répondre
    • Kamel, ne vous cachez pas derriere des choix scientifiques qui n’ont rien à voir avec votre « faveur » pour des énergies maritimes que vous créditez de fiables. Celles ci font partie d’un bouquet de solution qui sont pour les moins productives aujourd’hui. votre ignorance de l’ensemble du problème et de ses multiples solutions ne vous permet pas d’avoir une vision claire des solutions d’avenir dont les éoliennes sont une composante majeur

      Répondre
        • Cochelin quel problème ? dans les ENR il n’y a rien de polluant ni de dangereux : que des matériaux que nous avons tout autour de nous depuis très longtemps et dans de plus grandes quantités et tout se recycle / revalorise facilement , localement et sans cout pour la collectivité . contrairement au nucléaire ou rien n’est possible et que l’on va encore payer toujours plus cher des milliers d’année …

          Répondre
        • Ces énergies ne rencontrent comme problème que les oppositions des réactionnaires comme vous. Quand a ces métaux elles ne les consomment pas et ne modifie pas leur intégrité, elles ne les transforme pas en chaleur comme l’uranium ce qui les rend recyclables et ils sont par ailleurs infiniment plus abondants que l’uranium. Ce qui en fait le prix c’est surtout l’inexistence provisoire des industries mimieres capables de répondre à une demande en croissance rapide qui ne peux que se multiplier rapidement pour répondre à la demande. Rien de fatal comme nous ne tarderont pas à le connaître avec l’uranium.

          Répondre
          • Qu’y a-t- de réactionnaire dans cette observation des difficultés financières de grand groupes de constructeurs ? Ce serait plutôt du côté de ceux qui refusent de l’admettre.

          • Le réactionaire n’est pas lié à la remarque que vous faites mais au refus d’admettre que l’énergie nouvelle s’oriente vers le renouvelable

          • DF’autant plus qu’Escande pro nucléaire notoire d’après ses articles, invente de toutes pièces des problèmes inexistants…. la preuve c’est que les candidats à l’éolien en mer se bousculent pour répondre aux rares offres
            La seul difficulté de l’éolien en mer comme sur Terre est en France seulement les oopositions des réactionaires…. c’est plus claire comme ça ? Cessez de partir à la peche aux fake news…. vous comprendrez mieux les réalités

          • Voilà Cochelin à l’affut des fluctuations boursieres des entreprises qui agissent dans le renouvelable pour annoncer des difficultés dans le secteurs dès que l’un d’entre eux perd 5$ sur son cours de bourse.
            Mais 5 concurents en lisse pour un appel d’offre ça démontre un état de faillite du secteur ?
            Cessez votre chasse aux fake news….vous perdez votre temps, l’évolution du monde de l’éneergie vous le montre à chaque seconde. interrogez vous pluptot sur la fiabilité du nucléaire avec chaque jour qui passe un réacteur de plus au bord du chemin…. aujourd’hui 22

        • « Le métier est peu rentable » …

          Alors, les promoteurs éoliens ne s’en mettraient pas « plein les poches », comme on le lit partout chez les anti-éoliens ?

          Répondre
          • 🤣et encore une fois de plus les inepties pour gogos sur des subventions qui n’existe que dans l’imagination délirante des irradies du bulbe 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 vérifiez que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire qui lui est bien subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va encore payer toujours plus cher des milliers d’année …

    • Kamel et non lisez mieux: on parle bien des ENR et c’est bien tous les trolls stériles qui polluent le sujet d’Avenir sans rien apporter au sujet

      Répondre
    • Chez nos voisins britanniques, le promoteur EDF a vendu ses deux machines (EPR) qui ne sont pas prêtes de produire la moindre électricité (pas avant 2026-2027) à un tarif d’achat 2,3 fois plus cher que celui des éoliennes en mer qui entreront en service en 2023-2024.

      Un tarif d’achat nucléaire payé pendant 35 ans au lieu de 15 ans pour l’éolien.

      Répondre
  • Marteler « La France est en retard « , c’est de la com. En réalité, soyons fiers d’être les premiers de la classe en matière de production d’électricité. Nous sommes les plus vertueux en terme de CO2.
    Ne nous depechons pas de suivre le mauvais exemple de l’Allemagne.

    Répondre
    • non Onillon surtout ne suivons pas la voie de l’Alleamgne qui nous sauve chaque jour du blackout en nous envoyant en permanence la production équivalente à 8 à 10 réacteurs nucléaire en fonctionnement ce qui n’est pas le cas de notre ressource nucléaire dont je ne siuis pas fier qu’elle soit HS pour 1/3 de ses réacteurs : 21 sur 56 et une fourniture plafond de 35 GW pour un besoin de 68 GW.
      Merci aux autres solutions et à nos voisins de compenser ce manque

      Répondre
      • Trop contents de recevoir lenergie sale de Datteln, centrale construite près de Fessenheim, côté allemand.

        Répondre
        • NON Onillon L’allemagne produit dejà la moitié de son énergie avec les renouvelables et en ce moment c’est bien plus de la moitié ce qui leur permet de venir à notre secour ….. dites merci à l’Allemagne au lieu de cracher dessus, sans eux nous serions à la bougie aujourd’hui

          Répondre
        • Louis ONILLON datlen décidée avant que l’Allemagne ne se sorte du fossile et du nucléaire /¨explosion de Fukushima peut fonctionner en cogénération … à propos des vieux canulars périmés des gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements / crise… alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR … voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/275278622_10228614864141438_7840001858252995468_n.jpg?_nc_cat=110&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=i_2v7SpPXjcAX-qVeuk&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9WGu8gpQpNLlreBjoAHFrT7OoL0yHDViJM0VdSxm81bA&oe=6231D967

          Répondre
        • La décision de construire Datteln-4 date de mai 2004. C’est une unité dont la construction a commencé en 2007 et qui a mis 12,5 ans avant d’entrer en service en 2020 (plus rapide que l’EPR tout de même).

          Cette centrale a un rendement net de 45 %, remplace des centrales anciennes au rendement de 35 % et dispose de filtres qui n’existaient pas sur les générations précédentes. La centrale produit plus d’électricité en consommant moins de charbon.

          Le rendement global est de 60 % avec la cogénération.

          En plus de l’électricité, l’unité alimente en partie le réseau de chaleur de la ville voisine.

          Cette unité a aussi la particularité de fournir une partie de son électricité en 16,7 Hz (au lieu de 50 Hz) pour alimenter le réseau ferroviaire de la Deutsche Bahn.

          Répondre
        • M.Rochain est un pro de l’éolien, ce qui justifie son affection sans faille pour ces machines très juteuses.

          Répondre
          • Louis ONILLON et non il est pro ENR comme le monde entier .. la crise actuelle prouve bien qu’il faut développer de toute urgence les ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole .. c’est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² ….

        • Mais pour vous c’est semble -t-il plus facile de baver sur celui qui nous sauve du blackout et qui, si ça continue ne produira plus de CO2 du tout quand il importera 100% de son électricité !

          Répondre
          • Mais vous ne comprenez donc rien. Si l’Allemagne nous dépanné de temps en temps (ces jours-ci c’est souvent elle qui se fait dépanner par ses voisins, et de 12 GW ce matin), c’est parce qu’elle a conservé 70 GW de thermique fossile.

          • Oh que si je comprends….. Vous supportez tellement mal que nous ayons en permanence besoin de l’Allemagne, et pas seulement ces quelques jours ci mais tout le temps, que vous êtes prêt à inventé n’importe quoi pour justifier que le mérite ne leur revient pas…. Car sans doute aussi importent ils leur prix du MWh bien plus bas que le nôtre en permanence également d.’un pays miraculeux qui leur donne gratuitement ?

          • On peut être le meilleur exportateur de tous les pays du monde….. sauf de celui dont on importe plus que ce qu’on lui vend. Et c’est jours ci et contrairement à ce que voius prétendez, à l’exception d’aujourd’hui où on a un peu exporter ver l’Allemagne (mais beaucoup moins que l’on a importer tout de même), c’était 100% d’import et zero export vers l’Allemagne.

          • Mais ces jours-ci, l’Allemagne importe tous les jours, jusqu’à même 15 GW comme hier. Le reste de votre commentaire n’a aucune importance.

          • Ces jours ci, la France comme d’habitude, importe plus de l’Allemagne que l’inverse. Le reste n’a aucune importance. C’est nous qui serions da’s la panade sans eux et non l’inverse.

          • Vous dites n’importe quoi. La France a pu importer jusqu’à 8,9 GW lundi, 4,4 GW mardi et 2,9 GW ce matin. L’Allemagne importe presque tous les jours, et bien plus que nous. Hier soir, malgré 40 GW de thermique fossile, c’est jusqu’à 15 GW d’importations. Consommation autour de 65 GW. Production autour de 30 GW. Et c’est reparti avec 10 GW ce matin.

    • Louis ONILLON 🤣 🤣🤣 être fier d’être les champions de la pollution et de la production de déchets ultimes ? alors que le nucléaire nous enfonce toujours plus et que le problème principal c’est l’énergie et pas l’électricité … à propos des vieux canulars périmés des gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements / crise… alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR … voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/275278622_10228614864141438_7840001858252995468_n.jpg?_nc_cat=110&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=i_2v7SpPXjcAX-qVeuk&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9WGu8gpQpNLlreBjoAHFrT7OoL0yHDViJM0VdSxm81bA&oe=6231D967

      Répondre
  • Le parc nucléaire en France produit à 57,55 % de sa capacité et nous fournit 52 % de l’électricité vers 8 h, L’éolien, lui, ne produit que 18 % de sa capacité et ne nous est pas d’un grand secours, Le solaire non plus car c’est à moins de 10 % vers 8 h aussi.
    En Allemagne, l’éolien ne tourne qu’autour de 20 %. Le charbon produit autour de 24,8 GW (34,6 % de leur électricité) et le gaz 9 GW. Avec leurs énormes capacité en charbon et gaz qu’elle a conservé, l’Allemagne peuteffectivement nous venir en aide. C’est le choix de la France de réduire son parc thermique pour faire appel à l’Allemagne en cas de problème. Le prix de gros sortant en Allemagne (344) est un peu inférieur à celui de la France (365) car l’Allemagne fait beaucoup appel au lignite peu cher car elle est le première producteur au monde, et à la houille.

    Répondre
    • OUI on a mis toutes nos ressources financieres dans le nucléaire et seulement peuplé 16% de la surface du territoire de la France dans le Nord-Est d’éoliennes. Ert comme le vent en ce moment est ailleurs, forcément l’éolien produit peu. CQFD
      En attendant, merci à l’Allemagne qui nous évite le blackOut.
      Fournir 52 % de l’électricité produite ne veut donc rien dire surtout si on fait en sorte de ne pas produire autrement…. Dans ce cas, ce qu’il faut c’est être capable de fournir 100% du besoin. Alors encore une fois merci à l’Allemagne !

      Répondre
    • Cochelin et on s’en fout des blablas stériles et théories de comptoir pour gogos puisque le principal c’est la production injectée dans le réseau … et c’est bien l’énergie le problème arrêtez avec vos trôlleries sur l’électricité .. même la crise actuelle prouve bien qu’il faut développer de toute urgence les ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole .. c’est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² ….

      Répondre
    • La Tchéquie, pays très nucléarisé, n’est pas mal non plus avec son lignite.

      En 2019, le contenu carbone de l’électricité tchèque était de 431 g CO2/kWh. C’était plus que l’Allemagne (338 g), plus que l’Irlande avec tout son éolien et sans nucléaire (316 g), plus que le Portugal sans nucléaire (244 g), plus que l’Espagne (207 g), plus que le Danemark sans nucléaire (126 g) et que la moyenne européenne (275 g CO2/kWh). Source EEA.

      En 2019, la production d’électricité en Tchéquie a été nucléaire pour 36 % et pour 44 % en charbon + lignite (à 80 % de lignite).

      Répondre
  • L’article cite surtout le houlomoteur qui fait l’objet de quelques installations expérimentales de faible puissance dans le monde. L’Europe y participe bien mais ces techniques semblent limitées par les risques de tempête. Pour les hydroliennes, si le comportement des hydroliennes installées a bien été étudié et modélisé, les projets de champs d’hydroliennes sont au stade de la R&D. Influence des turbulences, influence des machines les unes sur les autres, etc. Les courants marins sont plus constants que les vents, d’où l’intérêt mais l’investissement est important, tant qu’il n’y a pas industrialisation le prix du Mwh est difficile à estimer. Pour le marémoteur, 3 ème technique citée, la France fut pionnière avec l’usine de la Rance et il y en a maintenant d’autres dans le monde. Son taux de charge est de 25% environ et son kwh très compétitif. L’impact écologique sur le milieu et l’envasement son très critiqués. Peu de sites se prêtent à cette technique qui nécessite un fort coefficient de marée et a un impact sur le milieu, à moins de créer des lagunes artificielles. L’idée de fermer la baie du Mont St Michel a été abandonnée! Brigitte Bornemann a tout à fait raison de souligner que tout cela mérite un regain d’intérêt vu l’actualité. Dire, comme certains que la France s’en désintéresse à cause du nucléaire est tout à fait stupide et inexact. D’autant que le nucléaire a subi 20 ans d’un désamour politique qui nous handicape bien aujourd’hui!

    Répondre
    • Je regrette, mais si le nucléaire et ses faux espoirs n’avaient pas dominés ces 20 dernieres années ce n’est pas un EPR que nous aurions aujourd’hui mais des parcs éoliens marins qui ne nous mettraient pas dans la triste situation où nous sommes aujourd’hui à la remorque de nos voisins, notament ceux qui ont précésément abandonné le nucléaire.
      Durant ces 20 ans même mollement mais par sa seule faute ce qui a avancé c’est bien le nucléaire alors que de nos engagement de 2015 à la cop 21 c’est 0 des 6 GW que nous nous étions engagé à rendre opérationnel pour 2020 qui ont été NON-construitsd par exemple. Par ailleurs nous sommes le seul pays d’Europe à ne pas avoir atteint nos objectifs de renouvelable, alors ne venez pas me dire que c’est le nucléaire qui subit un désamour.

      Répondre
    • @ JP M
      Tout à fait d’accord avec : « Dire, comme certains que la France s’en désintéresse à cause du nucléaire est tout à fait STUPIDE & INEXACT ».
      L’engagement sur ce sujet de la cop 21 n’était qu’une connerie et c’est bien de ne pas l’avoir honoré avec le recul !

      Répondre
      • Michel DUBUS et on en voit les résultats catastrophiques actuels vu notre retard accumulé dans le développement des ENR sur le terrain …

        Répondre
    • « Les courants marins sont plus constants que les vents »
      Ils sont beaucoup moins constants, mais infiniment mieux prévisibles.
      Ils changent de sens toutes les six heures, et la puissance disponible (à nouveau variant comme le cube de la vitesse du courant) est donc fatale (non pilotable, quoi qu’en dise Rochain).
      Elle et varie en plus énormément le long de l’année (les célèbres marées d’équinoxe), entre 20 et 120..
      On a donc la puissance disponible physiquement qui varie comme le cube de l’espace 20 –> 120, énorme, donc.
      Du coup, c’est très proche d’une intermittence, un peu comme le solaire.
      En tant qu’intermittentes, elles sont inadaptées pour alimenter un réseau électrique si elles ne sont pas doublées par un système pilotable.
      Et on retombe sur les centrales à gaz.

      Répondre
      • 🤣et encore une fois de plus les inepties pour gogos sur des centrales au gaz qui n’existe que dans l’imagination délirante des irradies du bulbe 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
  • Un des avantages des machines marines serait de fournir une électricité à proximité des zones de fortes densités . Or les populations obéissent de plus en plus à l’attraction des bords de mer
    Quant au retard technique il est indéniable mais c’est le propre des nouveautés surtout quand elle se heurtent aux lobbys en place , nucléaire ou éolien .

    Répondre
  • C’est moins les tempête qui limitent les hydroliennes peut sensibles au fond de l’eau au mouvement des vagues, que le sable qui érode, les organismes qui se collent ou les algues qui bouchent le passage du courant.

    Répondre
  • Cochelin Vous dites vraiment n’importe quoi. pour ne pas parler de notre merde polluante à nous .. laissez les autres qui agissent et s’en sortent et qui en plus nous dépannent vu l’intermittence de plus en plus prononcés de notre nucléaire et réglons nos problèmes à nous car c’est bien la France qui est championne de la pollution et de la production de dechets ultimes .. et c’est bien de notre santé qu’il s’agit …

    Répondre
  • Le plaisancier de Barcelone à la Corse est aussi incompétent en marine qu’en réacteur RNR.

    Les courants marins sont très réguliers et constants. Ce sont eux qui sont utilisés pour des hydroliennes existantes ou en projet, que ce soit en Écosse, au Fromveur (Ouessan).

    Pour un « marin », confondre les courants et les marées !

    A propos, combien de centrales à gaz, avec quelle capacité au total, ont-elles été construites pour « suppléer » aux 18.800 MW éoliens en service ?

    Répondre
  • Les « subventions » aux énergies renouvelables sont positives, nulles ou négatives.

    L’aide publique est la différence entre le prix du marché et le tarif attribué : tarif d’achat ou base du complément de rémunération selon le cas (complément positif ou négatif).

    En décembre 2021, avec un prix du marché de 250 €/MWh aux heures éoliennes, toutes les éoliennes en activité en France en complément de rémunération ont reversé de grosse sommes au compte alloué dans le budget de l’État : de 185 à 190 €/MWh.

    Même chose, avec un prix du marché de 310 €/MWh aux heures solaires, pour les centrales photovoltaïques en complément de marché qui ont reversé 255 à 260 €/MWh au même compte.

    Et un particulier avec sa petite installation sur le toit de sa maison, en tarif d’achat, n’a rien coûté.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective