Pouvoir d’achat: l’Etat demande à EDF de vendre plus d’électricité à bas prix

Le gouvernement va demander à EDF de vendre davantage d’électricité à bas prix à ses concurrents, afin de tenir sa promesse de limiter la hausse de la facture d’électricité des Français à 4% en 2022, malgré la flambée des cours, a annoncé jeudi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Le gouvernement, qui avait déjà réduit au maximum la principale taxe sur l’électricité, mesure insuffisante pour contenir cette flambée, va « mettre en oeuvre une mesure complémentaire en augmentant de 20 térawattheures (TWh) le volume d’électricité nucléaire vendu à prix réduit par EDF à ses concurrents, pour le faire passer à titre exceptionnel de 100 à 120 TWh », a annoncé le ministre dans un entretien publié sur le site du Parisien.

Cette mesure coûtera entre 7,7 milliards et 8,4 milliards d’euros à EDF, a estimé Bruno Le Maire.

Fin septembre, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé « un bouclier tarifaire » sur l’énergie avec notamment une limitation à 4% de l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité en 2022.

Les cours, dopés par la reprise économique mondiale, n’ont cessé d’augmenter depuis l’annonce du gouvernement mais celui-ci n’est donc pas revenu sur sa parole.

Il envisageait depuis décembre de relever ce plafond de l’Arenh (« accès régulé à l’électricité nucléaire historique ») pour que les fournisseurs disposent de plus d’électricité bon marché à prix fixe, quitte à augmenter légèrement le prix réglé à EDF.

Alors qu’elle est actuellement vendue à 42 euros du MWh (au lieu de quelque 250 euros sur le marché actuellement) par EDF à ses concurrents, le gouvernement a « proposé de relever ce prix de vente de 42 à 46,2 euros/MWh, ce qui permet de réduire la facture pour EDF », a indiqué Bruno Le Maire.

Le gouvernement avait déjà réduit au maximum la principale taxe sur l’électricité, en la faisant passer de 22,50 euros le mégawattheure (euro/MWh) à 50 centimes, « une décision qui représente une perte fiscale pour l’État de 8 milliards d’euros », a précisé Bruno Le Maire.

Cette mesure « permettait de couvrir environ 15 points de hausse du prix de l’électricité », selon le ministre, très « loin des 35% à venir dans deux semaines ».
ngu/pn/mpm

commentaires

COMMENTAIRES

  • L’aberration continue, que cherche Le Maire ? Pour une fois je suis d’accord avec Le Goffe, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons.

    Répondre
  • On continue à empêcher EDF de rembourser ses dettes, et les anti-nucléaires se scandaliseront plus tard des difficultés d’EDF à financer les 40 nouveaux réacteurs indispensables !!!

    Et tout ça, on rase gratis, dans le but d’amadouer les électeurs avant les élections présidentielles.

    Répondre
    • Cet Arenh, né d’un viol de la souveraineté française, a donné la vie à un avorton qui désormais pourrit la vie de ses parents qu’il rackette pour payer des dealers de came.

      Faute de courage politique, pas de cure de désintoxication en vue !!!

      Répondre
      • Yves Le Goff jusqu’à maintenant si votre prix du kWh subi des rattrapages rétroactifs et des augmentations du prix du kWh c’est bien que vous êtes encore chez EDF et consort à financer cette gabegie de nucléaire polluant ..il y a de vrai fournisseur d’électricité qui n’achète rien à EDF / Atrenh et qui fonctionne sous forme de coopérative .. .

        Répondre
    • Hervé Guéret drôle de réflexion comme d’habitude de quelqu’un qui ne connait même pas les bases du sujet et qui le prouve dans tous les posts alors que la France se targue d’avoir électricité la moins chère .. et que dans tous les cas EDF continue de vendre sa merde très cher … et on ne rase pas gratis puisque ça fait plus de 60 ans que ce sont nos impôts qui payent et que l’on va encore payer toujours plus cher des milliers d’année … jusqu’à maintenant c’est bien ceux qui continuent de fiancer le nucléaire en restant chez EDF et consort qui ont subi les augmentations et rattrapages rétroactifs du prix du kWh sur leurs factures …mais pas moi car mon fournisseur n’achète rien à EDF / Arenh … et le fait de produire facilement une partie de mon électricité journalière avec du PV fait que je paye moins de taxes … et pour rappel le monde entier se sort du fissible et du fossile ..de la pollution , du Co² , des GES ..grâce aux ENR …

      Répondre
  • Tout cela pour que macron se fasse réélire, mais le couvercle de la marmite finira par sauter car les énergies continueront d’augmenter. Ces « 4% de hausse » promis coûte déjà au total plus de 16 milliards d’euros
    Bruno à la manœuvre, qui s’était pris le pieds ds le tapis à propos de l’ARENH face à Zemmour, sait maintenant s’en servir (grâce à ses sbires) pour tenter d’éteindre l’incendie. Du coup, Il affaiblit encore EDF avec une ardoise de 8.4 milliards d’euros et c’est le contribuable qui, « in fine » paiera ultérieurement (après l’élections) !
    Macron avait déjà fait arrêter Fessenheim qui marchait très bien pour des motifs électoraux « verts ». Qu’est-ce qu’il coute cher à la France. C’est un peu plus que le prix des costards de Fillon qui l’ont fait tomber au profit de macron !

    Répondre
    • Michel DUBUS RAPEL du réel du terrain : alors que la France se targue d’avoir électricité la moins chère .. dans tous les cas EDF continue de vendre sa merde très cher … et ça fait plus de 60 ans que ce sont nos impôts qui payent et que l’on va encore payer toujours plus cher des milliers d’année pour cette merde de nucléaire …

      Répondre
    • @Michel DUBUS
      Tout à fait exact, ces politiciens de tous bords devraient un jour se décider à agir comme des hommes politiques, responsables, malgré leurs mandats de 5 ans, de l’état de la France dans 30 ans.
      Tout le problème des démocraties, hélas.

      Répondre
  • L’arenh étant un pur scandale, eh bien on l’aggrave! Voilà la solution géniale! On critiquera ensuite l’endettement d’EDF. L’état étant propriétaire d’EDF à 84% pouvait décider autre chose, comme un plafonnement du prix de vente pour certains clients, pas tous, sans tenir compte du prix du marché. De toute façon c’est le contribuable qui va payer pour soulager le consommateur, ça mériterait plus de débat et de transparence!

    Répondre
    • Jean Pierre Moulard alors que la France se targue d’avoir électricité la moins chère .. ? dans tous les cas EDF continue de vendre sa merde très cher … ça fait plus de 60 ans que ce sont nos impôts qui payent et que l’on va encore payer toujours plus cher des milliers d’année notre merde de nucléaire … jusqu’à maintenant c’est bien ceux qui continuent de financer le nucléaire en restant chez EDF et consort qui ont subi les augmentations et rattrapages rétroactifs du prix du kWh sur leurs factures …mais pas moi car mon fournisseur n’achète rien à EDF / Arenh …

      Répondre
    • Michel DUBUS encore et toujours une réponse de troll stérile … qui pollue sans rien apporter à la discussion

      Répondre
  • en copié collé : encore et toujours une réponse de troll stérile … qui pollue sans rien apporter à la discussion

    Répondre
    • Michel DUBUS encore une fois vous confirmez bien votre inutilité en prouvant bien votre niveau de troll stérile et en vous ridiculisant en public RE: encore et toujours une réponse de troll stérile … qui pollue sans rien apporter à la discussion… la vérité et les faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange tant que ça ? ouvrez enfin les yeux …

      Répondre
  • en copié collé : encore une fois vous confirmez bien votre inutilité en prouvant bien votre niveau de troll stérile et en vous ridiculisant en public RE: encore et toujours une réponse de troll stérile … qui pollue sans rien apporter à la discussion… la vérité et les faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange tant que ça ? ouvrez enfin les yeux …

    Répondre
    • Michel DUBUS encore une fois de plus vous confirmez bien votre inutilité en prouvant bien votre niveau de troll stérile et en vous ridiculisant en public RE: encore et toujours une réponse de troll stérile … qui pollue sans rien apporter à la discussion… la vérité et les faits réels / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange tant que ça ? ouvrez enfin les yeux …

      Répondre
  • J’ai voulu testé le « répétiteur mathématique » isambert qui tourne sur subroutine.!
    Vous lui renvoyez 10 fois son commentaire, il vs le renvoie une 11ème fois avec la même constance. !
    Comme disait Marguerite à peu en ces termes : « c’est une honte pour nous il ns dessert lamentablement ».

    Répondre
    • Michel DUBUS en réalité vosu avez bien prouvé votre niveau de nullité de troll stérile et la vous vous gargarisez de vous être ridiculisé une fois de plus en polluant inutilement le sujet .. le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur els autres : c’est une honte pour nous vous vous desservez lamentablement …

      Répondre
  • Bonjour
    Pauvre EDF. Sous le coupe des écologistes. Jusque quand ?
    Le suffrage universel c’est le suffrage des ignorants que nous sommes tous plus ou moins. Nous avons donc les élus que nous méritons. Ces élus ont nommé au ministère de l’environnement, chez RTE, à l’ADEME … des professionnels du renouvelable intermittent.
    Je ne comprends pas qu’ils ne comprennent pas les choses simples:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    La plupart du temps comme ce matin à 9h00 nous avons
    Filière———-Production—-Installée———–% de l’installée—-prix du MWh produit
    nucléaire——48 465 MW——61 370 MW——–79%——————50€
    éolien————1 121————18 549————— 6%—————-250
    solaire————-456————-12 447————— 3,6%————–250
    Consommation 86 204 MW toujours à 9h00 ce matin
    Importations —- 8 186 MW en grande partie produits par les centrales à lignite allemandes parce que chez eux aussi la production éolienne était faible… (Belle journée d’hiver bien froide donc sans vent)

    C’est triste et en même temps rigolot d’entendre une ministre et certains journalistes dire que le nucléaire ne produit pas assez alors que dans les chiffres ci-dessus l’éolien ne produit que 6% de sa puissance installée. Le nombre d’éoliennes peut être multiplié par 10 ou même 100 que le problème serait presque le même.

    Répondre
    • Stoclin C’est triste et en même temps rigolo de lire les trolls dire que les ENR ne produisent pas assez alors qu’il faudrait déjà les installer en France pour qu’elles produisent .. on a à peine dépassé les 25.4% en 2020 ..et en plus ils postent des chiffres complètement farfelues alors que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire … Je ne comprends pas qu’ils ne comprennent même pas les choses simples et vérifiables par tous ..

      Répondre
    • C’est bien de donner eco2mix en reference et de montrer un prix du MWh sorti d’où ?
      Par ailleurs il y a une chose encore plus simple à comprendre, c’est que le rapport entre les facteurs de charge n’est ni un critere d’intéret économique, ni un critère d’interet technique, mais un critère environemental sans autre intéret que de savoir à l’avance ce sur quoi on peut compter selon la technologie employée et cette indication est la moins fiable pour le nucléaire que pour l’éolien où le solaire car ils sont bien cernés par les prévisions météorologiques alors que la panne d’un réacteur qui impacte une puissance importante est imprévisible.
      Est-ce que votre voiture est moins interessante quand elle ne roule pas à sa vitesse maximale que lorsque vous roulez la pédale d’accélérateur au plancher ?

      Répondre
  • Les prévisions météorologiques ne font pas progresser la production des ENR. Il faut cesser de faire usage de cet argument. Il faut bien une complémentation par un back-up ou de l’importation.

    Répondre
    • Bien sur Cochelin,
      Vous semblez être le seul a avoir cru que de prevoir ça fabriquait de l’énergie.
      Ca sert à savoir sur quoi on peut compter en vent et en solaire et en conséquence mobiliser ce qui manque en se tournant vers les bioénergies que nous n’utiliseront pas en continu comme aujourd’hui mais que nous garderons en réserve pour les périodes de faibles ressources pour les variables, dès que celles-ci seront en mesure d’assurer un nombre de jour par an suffisant pour que les pilotables soient elles mêmes suffisante pour assurer les autres jours de l’année. Voyez nous en sommes encore loin mais vous raisonnez (si l’on peut dire) comme si nous en étions à ce stade du développement de l’équipement, tant en moyens pilotables que variables.
      A l’heure qu’il est aucun pays n’a encore atteint ce stade dans le développement des renouvelables.
      Nous sommes avec le renouvelable exactement dans la même situation que le nucléaire en 1963 avec EDF1 à Chinon quand un Cochelin de l’époque disait le nucléaire ne peut pas être même une partie de la solution de la production électrique tant est ridicule sa puissance de 70MW quand n’importe quelle petit barrage de rivieres dont la France pullule fournit déjà plus du double. Regardez, Sarrans (167 MW) dans l’Aveyron et Kembs dans le département du Haut Rhin(160 MW) depuis déjà 1932. Le barrage du lac du Sautet à cheval sur l’Isère et les Hautes Alpes (74 MW) sur le Drac faisait déjà mieux en 1934, Marèges à cheval sur le Cantal et la Corrèze (140 MW) sur la Dordogne en 1935. La solution hydraulique progresse si vite que votre usine à gaz nucléaire n’est que ridiculisée avec Donzère-Mondragon (348 MW) ou Génissiat (420MW) depuis 1948 et 1952 il y a déjà plus de 10 ans et ce n’est pas fini !
      Voilà où vous en êtes Cochelin …..un bandeau sur les yeux.

      Répondre
    • Cochelin et vous ne pensez même pas qu’il faudrait déjà les développer en France les ENR ? on est à peine à 25.4% d’ENR dans notre mix … .alors que c’est urgent pour la planète , la climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES ..

      Répondre
  • Il semble que c’est vous qui pensiez précédemment que les prévisions météorologiques permettaient de faire face à la demande. Mais lorsque les enr faiblissent comme en ce moment (et après avoir fermé des sources décarbonées comme le nucléaire), ce sont les énergies fossiles qui prennent la relève.
    Et sur cette « transition » : https://www.goodplanet.info/2022/01/12/vincent-mignerot-nous-avons-construit-un-deni-qui-nous-arrange-car-on-aimerait-croire-dans-ce-recit-de-la-transition-energetique-comme-la-solution-aux-crises-environnementales/

    Répondre
    • Un passage clé dans l’article de V. Mignerot
      « La vraie sobriété est la réduction intentionnelle et tendancielle de ses revenus. »

      Un casse tête politique et économique, dans un système fondé sur la promesse attendue de « toujours plus » pour tous.

      D’ailleurs l’UE elle même est fondée sur l’idée, qui relève en réalité d’une utopie, d’une croissance indéfinie permettant un alignement des adhérents de l’Est sur le niveau de vie de l’Ouest.

      Répondre
    • On n’a pas fermé les 10 reacteurs qui sont à l »arret en ce moment Cochelin, vous vous trompez de responsable. Si l’on utilise du fossile et de l’importation c’est parce que le nucléaire est en faillite, ne tien, pas ses promesses, et les 10 GW que nous importions dès 6 heures ce matin c’est ce qu’auraient du produire les 10 réacteurs à l’arret….. pas les éoliennes offhore que l’on n’a pas installé malgré nos engagement de la COP21 en 2015 et qui nous seraient bien utile aujourd’hui car les vents du litoral sont bien là, en Manche, Atlantique Sud Bretagne, Golf de Gascogne et Golf du Lion Bouches du Rhône

      Répondre
      • Rochain
        Je parlais des deux réacteurs fermés en 2019 en France et des quatre en Allemagne le 31 décembre dernier. La situation aurait été moins critique en Europe si ces fermetures n’avaient pas eu lieu.

        Répondre
        • En Allemagne elle n’a rien de critique ils sont même capables de nous secourir à hauteur de l’équivalent de 10 tranches nucléaires comme les 10 reacteurs encore HS aujourd’hui.

          Rt en France si nous avions tenu nos engagements de la cop21 avec notamment les 6 GW d’offshore on ne serait pas non plus en situations critique. Quant aux 2 réacteurs de Fessenheim la responsabilité en revient à Levy et ses mensonges sur la disponibilité de L’EPR qui de Cait les remplacer….. Il serait temps que les professionnels du nucléaire tiennent leurs engagements et cessent de rejeter leur responsabilité sur les autres, notamment sur ceux qui les tirent d’affaire et sur lesquels il bavent injustement depuis 10 ans

          Répondre
          • @SR: ces salauds d’Allemands qui brûlent du lignite pour nous fournir, ces salauds de Chinois qui fabriquent nos ordinateurs et une multitude d’autres choses pour nous, avec de l’électricité au charbon.
            Et nous, qui avons noblement construit tout notre parc nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique.
            Notre filière nucléaire est toujours excellente, et les quelques petits problèmes actuels ne proviennent que de ces satanées pastèques qui nous gouvernent.

          • Marc mettez des smileys quand vous faites de l’humour car il y en a qui vont prendre ça au premier degré ..

  • SR « les vents du litoral sont bien là, en Manche, Atlantique Sud Bretagne, Golf de Gascogne et Golf du Lion Bouches du Rhône »
    Il sont là presque toujours là sur au moins une des 3 façades à cette période de l’année, mais pas hier, qui était une des rares journées presque sans vent. Il y a certes toujours une brise côtière, mais pas de là à atteindre la puissance nominale, et comme en deçà de cela, la puissance délivrée est proportionnelle au cube de la puissance du vent, ça fait pas beaucoup.
    Aujourd’hui, cela reprend un peu, mais ça reste assez faible en offshore. Demain, ce sera revenu à la normale.
    Quand sur windy, (sélectionner « rafales » pour avoir là peu près a vitesse du vent à 200 m de haut), ça reste vert, c’est que le vent est faible. Je l’ai vérifié en observant la puissance délivrée offshore au RU, en Allemagne et au Danemark dans ces conditions.
    Cela dit, une journée comme hier ne constitue pas un problème majeur. Il peut y avoir quelques effacements au niveau de l’industrie, et la biomasse est là pour prendre le relais si elle n’est pas stupidement gaspillée, + les interconnexions.

    Répondre
    • Il reste à définir la capacité de la biomasse pour pallier les insuffisances des enr variables. Mais les quantités devraient être gigantesques.

      Répondre
      • Il ne faut pas comparer ENR et nucléaire sur le même mode d’utilisation.
        Les ENR servent aussi pour le chauffage, la climatisation. Elles serviront demain en partie pour la fabrication d’hydrogène.
        Le rechargement des batteries de voitures peut s’effectuer lors des périodes à forte production d’ENR, tout comme le chauffage de l’eau domestique.
        L’avenir s’articulera autour de cette semi-flexibilité de la demande. Le nucléaire sera toujours là pour assurer une base, avec une importance relative moindre qu’actuellement par rapport aux ENR.
        Je parle de la biomasse, mais le gaz de synthèse peut aussi être utilisé.

        Répondre
          • L’avenir à moyen terme est incertain, tant en ce qui concerne les ENR que le nucléaire, ce pourquoi certains pays ont une politique de diversification des risques en ne misant pas tout sur une filière.
            Regardez la Chine, qui est aujourd’hui plus intelligente que la France: elle diversifie les risques et fait des recherches tout azimuts dans les ENR et le nucléaire.
            Ce que je dénonce, c’est une mauvaise utilisation des ENR en France.
            Au jour d’aujourd’hui, globalement, le développement des ENR peut se poursuivre.
            Tant que le solaire et l’éolien sont à 30 euros le MWh en Espagne ou l’éolien offshore à 50 euros le MWh au RU, ces pays en profitent pour en installer, même si le coût complet ne se limite pas à ça.
            Je ne rentre pas dans le débat entre nouveau nucléaire contre ENR, qui occupe suffisamment de personnes, et je considère que la question énergétique ne se limite pas à cela.

          • Cochelin, cessez ces bêtises de manque de matériaux qui ont tous la propriété d’être recyclable puisqu’on ne les transforme pas en chaleur contrairement à l’uranium qui est le plus rare de tous les matériaux de la planète et dont vous ne vous inquiétez pas.
            Le cuivre comme le fer ou autres restent ce qu’ils sont quoi qu’on en fasse et les fondre pour en refaire autre chose ou la même consommera toujours moins d’énergie que ce qu’il en faut pour les extraire de leur minerai.
            Par ailleurs on ne consolera jamais autant de ces métaux que ce que l’on a déjà consomme dans l’usage qui en était fait précédemment depuis quelquefois plus de deux siècles.
            Ce risque illusoire fait partie des fake news initiées par le lobby nucléaire. Avec quatre choudrons à confiture de ma grand mère il y a de quoi bobiner l’alternateur d’une éolienne de 8 Gw. Et combien croyez vous qu’il nous faudra de ces éoliennes selon vous ? Soyez plus précis puisque vous savez que l’on va manquer de cuivre ?

      • Gigantesque? Merci pour la précision de ce mot qui n’a que l’avantage de vous autosatisfaire.
        Ils seront d’une ampleur inversement proportionnelle aux investissements qui auront été fait pour permettre de n’y avoir recours que le moins souvent possible…. Plutôt que la poésie des mots je préfère l’expression des équations.

        Répondre
        • Très intéressée. Quels étaient donc la taille et le poids des chaudrons à confiture de votre grand mère ?

          Pourquoi utilisait-elle quatre chaudrons ?

          Pour l’alternateur d’une éolienne de 8 GW, quelle quantité de cuivre mettez-vous ?

          Répondre
          • Quand on va trop vite et qu’on est maladroit sur un clavier de téléphone le 40 devient facilement un 4, d’après la taille d’un alternateur à côté d’un homme et une légende d’image parlant de 8Gw j’ai estimé à visto des Naz comme on dit ici un bobinage de l’ordre de 150 kg sur un rotor ferro magnétique de 350 à 400 Kg., maintenant j’avoue que je ne sais pas combien de chaudrons avait exactement ma grand mère mais il y en avait au moins trois au grenier ou s’accumulaient des trésors.

          • M. Rochain vous dites:

            ‘ »un alternateur à côté d’un homme et une légende d’image parlant de 8Gw j’ai estimé à visto des Naz comme on dit ici un bobinage de l’ordre de 150 kg sur un rotor ferro magnétique de 350 à 400 Kg »

            Une machine de 8 Gw…….entrainée par quoi ???
            En outre, selon vos proportions, une machine de 8 Mw aurait alors un rotor de 350 à 400 grammes……….un scoop !!

            Avez-vous perdu à ce point le sens des réalités ?? Dans un sens cela expliquerait vos certitudes quant à la faisabilité du 100% renouvelable!!

          • Yves Le Goff on en est vraiment plus à discuter si 100% d’ENR c’est faisable mais à le mettre en place sur le terrain .. constatez par vous même les avancées sur le terrain dans ce domaine partout dans le monde et les résultats déjà obtenus …

          • Autre coquille….. un alternateur de 8 MW et pas 8 GW évidement (8 tranches nucléaires ca ferait beaucoup pour une éolienne§….. ça se saurait). car en l’occurence il s’agissait d’une nacelle d’éolienne ventre ouvert

    • On est bien d’accord Marc, ça revient mais de toutes les façons l’ensemble des renouvelables a toujours une réponse quand on est équipé en conséquence et comme le plus cher des watts renouvelable se trouve au même prix que ce que sera le nouveau nucléaire, ce sera nécessairement moins cher.
      Nous ne somme que très en retard sur l’équipement que nous devrions déjà avoir, le problème n’est que là.

      Répondre
      • Quel watt renouvelable ? Si vous faites allusion aux intermittentes ou variables, vous devez tenir compte du coût de gestion de cette intermittence. C’est un peu facile de mélanger les sources pilotable avec les sources moins fiables et moins disponibles en temps et en heure, pour assurer une bonne alimentation du réseau.

        Répondre
        • Cochelin, le plus cher des watts renouvelables est le biowatt bien plus pilotable qur’e le watt nucléaire qui  » à rien de pilotable, il est seulement toujours la a une quantité qui est celle produite en mode de base par le réacteur sans pouvoir augmenter si on a besoin de us et sans pouvoir diminuer si on a besoin de moins, de us en plus souvent.
          Le biowatt est toujours présent comme celui du nucleaire mais dans des réservoir et prêt à répondre quand on a besoin de lui. Si on a besoin de lui en us grande quantité on ouvre le robinet plus grand et si on a besoin de moins on le ferme un peu plus…. C’est ça le pilotable, ça fonctionne comme le gaz naturel mais ça ne libère pas de co2 coincé dans le sol depuis des millions d’années.
          Mais vous avez aussi le wattsolaire, moins cher et qui vaut lui aussi plus que le watt nucléaire car il produit lorsqu’on en a le plus besoin, dans la journée, donc jamais à contretemps à 3 heures du matin comme l’éolien ou le nucléaire.
          Il y a des watts us ou moins utiles et plus ou moins cher à produire ce qui crée une hiérarchie utile/coût.
          Compris ?

          Répondre
          • Ces jours-ci, le vent et le solaire en Europe, ce ne sont pas loin de 0 en production, selon les pays. Le nucléaire, c’est 79 % en France, 100 % en Belgique et en Allemagne et 100 % en Espagne. Il est dommage, d’ailleurs, que l’Allemagne vienne de stopper 4 GW de nucléaire car cela aurait été 4 GW de moins de charbon et gaz. Côté fiabilité, même s’il sert de base, le nucléaire est tout de même plus fiable et moins cher qu’un biowatt ou un watt solaire ou éolien absent. https://app.electricitymap.org/zone/FR

          • Pour minimiser le risque qu’il soit absent il faut surtout mettre des PPV et des éoliennes là où il souffle et toujours quelque part , ca resulted’observaton pas de la boule de cristal comme la votre; mais ne vous inquietez pas ce va changer et en Allemagne aussi puisque ce pays vous intersse particulierement. Leur équipement offshore est encore squelettique aujourd’hui mais je crois qu’ils vont mettre les moyens car en mer du Nord et en Baltique le vent est généreux.

          • Cochelin RE : vérifiez que les ENR sont moins chères que le nucléaire / arenh … ne nouvelle fois les bases du sujet qui vous manque : apprenez déjà ce que sont les ENR car si certaines sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire qui est de plus en plus intermittent ..et pour infos les professionnels du réseau on écrit que l’Allemagne qui a déjà dépassé les 50% d’ENR dans leur mix a un réseau plus stable que le notre …

        • Cochelin une nouvelle fois les bases du sujet qui vous manque : apprenez déjà ce que sont les ENR car si certaines sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire qui est de plus en plus intermittent ..et pour infos les professionnels du réseau on écrit que l’Allemagne qui a déjà dépassé les 50% d’ENR dans leur mix a un réseau plus stable que le notre …

          Répondre
  • Le solaire orientable ou semi-pilotable pourrait également être une partie de la solution aux périodes hivernales peu ventées.
    Les panneaux pourraient être couverts lorsque leur production serait inutile et découverts lorsque leur production serait utile.
    Cela ne changerait pas grand-chose au coût parce que leur durée d’exploitation serait ainsi probablement rallongée.
    Ce serait par contre un investissement à très LT, comme un barrage ou une centrale nucléaire.
    Le pompage-turbinage et les batteries répartirait le nécessaire à l’échelle de la journée.
    Concernant l’éolien, la question se pose aussi et est importante. Je ne sais pas si effectuer des écrêtements de 20% sur l’éolien terrestre rallonge d’autant la durée d’exploitation de la machine.

    Répondre
    • Je ne pense pas qu’ecreter les puissances excédentaires solaires ou éoliennes soient une solution dans la mesure ou se sera précisément l’opportunité d’electrolyser pour produire de l’hydrogène. Même avec un rendement de 30% c’est hautement profitable sachant que l’énergie d’origine et gratuite sinon perdue. contrairement à ce que racontent les analphabètes qui s’ebaudissent devant les 10% de rendement du nucléaire 1/3 *.0.3 * 0.98 = 0.098.!

      Répondre
      • Pour le nucléaire, 10 % de l’éergie primaire produite pas la fission, mais 79 % de lapuissance nominale du parc. Concernant l’éolien terrestre, le facteur de charge moyen tourne autour de 25 %, mais comparé à toute la puissance du vent au-dessus des pays, cela ne fait pas beaucoup en %. Et il n’y a pas toujours du vent lorsque l’on a besoin d’électricité comme aujourd’hui où la production est qresque nulle. Cela vous aurait-il échappé ? C’est plutôt un oubli volontaire !

        Répondre
          • La production du nucléaire est bien autour de 79 % du parc nominal qui est de 61,4 GW. Rochain, cela fait bien plus de 79 % https://www.rte-france.com/eco2mix/les-chiffres-cles-de-lelectricite
            Et le rendement du nucléaire est plutôt proche de 30 % que de 10 %. Votre discours sur le facteur de charge tient du galimatias, si vous voyez ce que je veux dire. L’important est la production en temps réel et non la moyenne annuelle.

          • Production 2020 : 500,1TWh
            nucléaire 67,1% soit 335,6 TWh
            Capacité installée 61,4 GW soit pou 8760 heures = 537,9 TWh
            C’est à dire un facteur de charge de 62,4% et non 79%
            Je vous conseille « Une histoire des mathématiques » chez ISTE éditions.

          • Cochelin encore une fois de plus vous prouvez votre nullité sur le sujet car ce qui est important c’est bien la production injectée dans le réseau le facteur de charge n’étant important que pour l’auteur du projet .. quand allez vous au moins comprendre enfin que pour produire il faudrait déjà accélérer le développement des ENR en France car c’est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

          • Je vous parlais du faceur de charge en ce moment de forte demande. Vous parlez du facteur de charge annuel alors que la production est excédentaire une grande partie de l’année. Les réacteurs n’ont alors pas à être maintenus tous en fonctionnement toute l’année. Il est alors normal que le facteur de charge annuel baisse. Vous répondez encore une fois à côté du sujet pour discréditer notre parc nucléare.

          • Arrêtez avec vos bêtises de facteur de charge a la seconde…. Je vous ai expliqué à quoi servait la connaissance dubfacteur de charge :
            SAVOIR CE QUE L’ON PEUT ATTENDRE D’UN DISPOSITIF EN FONCTION DE L’ENDROIT OÙ ON L’INSTALLE en particulier lorsque le dispositif est une éolienne !
            Mais vous avez déjà oublié, rattrapé par vos vieux demons…. Inutile d’insister.

          • @Cochelin: le facteur de charge très élevé de la capacité électrique, lors des périodes froides est une aberration économique et écologique.
            On brûle du gaz à 55% de rendement et du charbon chez nous et chez nos voisins, à 33% de rendement + les pertes réseau pour faire fonctionner des radiateurs électriques classiques, au lieu de brûler du gaz fossile à 80% (ou autre comburant) de rendement dans une chaudière classique.
            Le parc nucléaire vieillissant ne peut plus tenir les 60 GW de puissance en hiver dont une partie devait servir pour le chauffage électrique.
            Ca fait 30 ans que l’on sait que ce système de chauffage est mauvais et que l’on continue ainsi. Les radiateurs électriques classiques sont toujours subventionnés.
            Si au moins les radiateurs étaient des pompes à chaleur, le système nucléaire + éolien + centrale CCG + pompe à chaleur aurait une efficacité correcte.
            La France a probablement le système de chauffage le plus polluant et continue à le subventionner. Elle n’est pas vertueuse dans ce domaine.

        • Cochelin ce qui vous échappe à vous c’est les bases élémentaires : vous ne pensez même pas que pour que les ENR produisent il faudrait déjà les installer en France ..on dépasse à peine 25.4% d’ENR dans notre mix et surtout le plus important c’est l’énergie . pas l’électricité alors au lieu de troller comme les autres trolls parlez vraiment des sujets importants et de ce qui se met déjà en place sir le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation

          Répondre
        • Le facteur de charge de l’éolien terrestre de 25% ne signifie pas grand-chose.
          L’indicateur pertinent est le taux de couverture des besoins de l’éolien à l’échelle du pays, moyennant des écrêtements faibles, indicateur qui tiendrait compte du fait qu’une éolienne à Dunkerque, et une autre à Narbonne, ne produisent pas nécessairement en même temps…
          Le taux de couverture des besoins de l’éolien offshore allemand à l’échelle du pays pour le mois d’octobre 2021, et voir suivants.
          https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&stacking=stacked_absolute_area&legendItems=1100000000&interval=month&month=10&year=2021&source=sw

          Répondre
          • Cochelin, la seule utilité du facteur de charge est de permetre d’avoir une bonne approximation de ce sur quoi on peut compter comme production annuelle pour un dispositif d’une classe déterminée selon l’endroit où il sera installé.
            Beaucoup h »las qui ne comprennent pas très bien les différents criteres caractérisant les dispositifs de production mélangent ou comparent des caractéristiques qui n’ont ni la même utilité, ni la même finalité comme le facteur de charge avec le rendement par exemple.

  • Je dis 20% d’écrêtement de l’éolien terrestre (et 5% sur l’offshore) parce qu’on ne peut pas installer un électrolyseur pour le faire tourner moins de 20% du temps.
    L’énergie n’est jamais gratuite.

    Répondre
  • Pour rappel. Ces derniers jours:

    « l’Etat demande à EDF de vendre plus d’électricité à bas prix » Le 14 janvier 2022

    Il est évident qu’EDF est très mal traitée à tous les niveaux depuis de nombreuses années. L’électricité est un bien commun, plus rien ne fonctionne dans nos maisons sans électricité.

    Concernant le ministère de l’environnement, chez RTE, à l’ADEME … et chez les professionnels du renouvelable intermittent, je ne comprends pas qu’ils ne comprennent pas les choses simples:
    https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    De ce site officiel:
    La plupart du temps comme à 9h00 le 14 janvier 2022 nous pouvons simplement trouver les chiffres suivants :
    Filière————Production—-parc installée—–% de l’installée—-prix du MWh produit
    nucléaire———48 465 MW—–61 370 MW——–——79%————————–50€
    éolien—————1 121———-18 549———————- 6%———————–250
    solaire—————-456—–——-12 447——————— 3,6%————–——250
    Consommation 86 204 MW toujours à 9h00 ce même matin
    Importations —- 8 186 MW en grande partie produits par les centrales à lignite allemandes parce que chez eux aussi la production éolienne était faible… (Belle journée d’hiver bien froide donc sans vent).

    C’est triste et en même temps rigolo d’entendre une ministre de l’industrie et certains journalistes dire que le nucléaire ne produit pas assez alors que dans les chiffres ci-dessus l’éolien ne produit que 6% de sa puissance installée. Le nombre d’éoliennes peut être multiplié par 10 ou même 100 que le problème serait presque le même.

    En conclusion, le renouvelable est un investissement en double car sans vent et sans soleil il faut les productions pilotables (charbon, gaz, hydraulique et nucléaire) pour fournir. C’est d’ailleurs ce que font tous les pays développés. Poussée par les écologistes la France vient de fermer des centrales charbon et nucléaire dont elle aurait bien besoin lors des belles journées froides d’hiver. Il y aurait eu moins d’importation.

    Il est évident que les productions pilotables ne devraient être réduites que lorsque les ENRi plus les stockages correspondants pourront fournir sur des périodes de plusieurs mois. Alors seulement nous pourrons réduire les productions pilotables lorsque les ENRi auront fait leur preuve dans la durée.
    Grâce (pour certains) ou à cause (pour d’autres) du principe de précautions on finira par arrêter toutes les centrales nucléaires. On peut remarquer que les centrales charbon polluent sans troubler la population plus que cela (en Allemagne!)

    Les chiffres ci-dessus ne concernent que la production d’énergie électrique. Comment imaginer la transitions quand on sait que nous consommons encore 4 fois plus d’énergie fossile pour les camions, les tracteurs, l’industrie, le chauffage des maisons…

    Il y aurait tant d’autres choses évidentes à évoquer qui vont réduire inexorablement le niveau de vie mais les « politiques » n’osent pas le dire! (faut-il mentir pour être élu ?)

    Répondre
    • Stoclin C’est triste et en même temps rigolo de lire les trolls dire que les ENR ne produisent pas assez alors qu’il faudrait déjà les installer en France pour qu’elles produisent .. on a à peine dépassé les 25.4% en 2020 ..et en plus ils postent des chiffres complètement farfelues alors que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire … il faudrait aussi apprendre au moins les bases du sujet car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire de plus en plus intermittent … Je ne comprends pas qu’ils ne comprennent même pas les choses simples et vérifiables par tous .. et c’est bien les principes negawatt qui nous sortent de la …

      Répondre
  • EDF vient d’arrêter cinq réacteurs, pourtant relativement jeunes, pour raison de sécurité. Avec de vieux réacteurs, le risque ne fera que s’amplifier et il faudra bien les arrêter avant qu’il ne soit trop tard.

    Le coût complet de production du nucléaire ancien est de 60,8 à 68,4 €/MWh selon l’étendue des éléments pris en considération par la Cour des comptes. Comme chacun sait, ce sera 120 €/MWh pour l’EPR en France et en Angleterre, le jour où un kWh en sortira.

    Pour l’éolien terrestre, c’est 60 à 65 €/MWh, pour les grands sites du solaire, c’est 55 €/MWh. Bien sûr, cela revient plus cher sur une cabane de jardin.

    Et au fait, combien de centrales à gaz ont été construites ces dernières années pour les nuits sans vent (c’est vite dit) et sans soleil (oui, c’est vrai, le clair de lune est trop faible).

    Répondre
  • Le système français nucléaire + ENR sera un bide si ces énergies ne sont pas intelligemment utilisées en complémentarité.
    Tout est à revoir, surtout au niveau des ENR: utilisation de la biomasse en suivi de charge, nouvelles STEP, répartition optimale de l’éolien, avec jusqu’à présent un manque de projets flagrant en Méditerranée. On arrive aux limites de l’intégration du n’importe où, n’importe comment.
    La compensation par les exportations, le gaz et l’hydraulique de barrage atteint ses limites.
    Il faut arrêter le développement de l’éolien là où il est actuellement concentré, pendant plus de 10 ans et se concentrer sur un offshore bien réparti.

    Répondre
commenter

Répondre à Stoclin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective