hiver production électricité

Cet hiver : une production d’électricité insuffisante ?

Profitez bien de l’été car le prochain hiver s’annonce un tantinet rigoureux. Interrogé par TF1, le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité français RTE alerte poliment : « Nous avons, depuis plusieurs années, annoncé qu’une série d’hivers, de 2018 à 2024, seraient délicats (…) Nous nous trouvons, en effet, dans une période charnière, marquée par une série d’événements à gérer – la fermeture des centrales au fioul et à charbon, celle de Fessenheim –, mais aussi le retard quant au développement d’autres modes de production ». 

Et s’il n’y avait que cela. Les reports pour cause de Covid-19 des opérations de maintenance dans les centrales, les problèmes de corrosion observés sur certains réacteurs, ou encore la saga infernale de l’EPR de Flamanville qui n’en finit pas, n’arrangent pas les choses. Rappelons qu’à la mi-mai, 29 des 56 réacteurs en exploitation étaient à l’arrêt… Problématique quand on sait que la production d’électricité en France dépend à 67% du nucléaire. 

Les fossiles à la rescousse ? Pas sûr, car cette plus faible production d’électricité annoncée est évidemment tributaire de la fourniture en fossile. Or, l’heure est à l’incertitude étant donné le contexte géopolitique pour le moins tendu sur le vieux continent. Le directeur de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, a d’ailleurs prévenu que les pays qui ne feront pas suffisamment d’efforts en matière d’efficacité énergétique pourraient manquer de gaz cet hiver.

Les EnR à la rescousse ? En 2020, elles ont participé à hauteur de 26,9 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine. Elles répondront présentes donc, mais elles ne suffiront pas !  

La situation énergétique de la France est telle que des groupes électrogènes au diesel équipant des data centers, des usines ou encore des hôpitaux français pourraient bien prendre le relais. Une solution de secours qui, en pleine période de transition énergétique, fait légèrement tousser. 

Efficacité et écogestes

La production d’électricité cet hiver pourrait donc être insuffisante, au mieux incertaine. Alors que faire ? On met un pull et on attend que ça passe ? C’est déjà un bon réflexe. Mais c’est aussi le moment pour le Gouvernement d’affirmer sa volonté politique et d’accélérer la mise en place de mesures et de mécanismes de soutien pour booster l’efficacité énergétique des entreprises ou encore l’effacement de la consommation d’électricité. 

C’est aussi l’occasion de mettre enfin ce coup d’accélérateur au développement des EnR. Pour répondre à la crise énergétique, le Gouvernement va devoir agir vite et sur un laps de temps très court. Il devra sans doute faire montre du même volontarisme que celui dont il a été capable pour répondre à la crise sanitaire. 

Les particuliers ont aussi leur pierre à apporter au fragile édifice, en adoptant des écogestes. Ces petites initiatives individuelles qui paraissent insignifiantes mais qui, mises bout à bout, ont un impact réel. Pour chacun d’entre nous, il s’agit d’éteindre ses appareils en veille, d’utiliser son électroménager aux heures creuses et, plus difficile encore, de baisser un peu son chauffage ou de ralentir sur les marathons Netflix… A partir de maintenant, l’objectif est clair :  cocher un maximum de cases avant l’hiver. On your mark, set, go. 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    L’article écrit :
    « Les EnR à la rescousse ? En 2020, elles ont participé à hauteur de 26,9 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine. Elles répondront présentes donc, mais elles ne suffiront pas !  »
    – Dans ce texte, la chose la plus importante est le point d’interrogation.
    – Et il est écrit aussi que les EnR représentent 26,9 % de la couverture de la consommation d’électricité. Une moyenne n’a pas de sens quand la consommation est instantanée.
    RTE ne doit pas savoir que la nuit et les jours sans vent les EnR ne servent presque à rien d’autant plus qu’on n’est pas là de stocker l’électricité à la hauteur des besoins.
    En cas de manque d’électricité les responsables sont donc ceux qui font des scénarios de suppression des sources pilotables au profit des EnR éolien et solaire.
    Il semble que ce soit trop évident pour être compris.
    Salutations

    Répondre
    • Stoclin toujours les délires pour gogos car vous ne savez même pas ce que sont les ENR . 😂🤣😅 car en ce moment c’est bien le nucléaire qui est de plus en plus intermittent . 😂🤣😅 vous avez bien vu que justement la crise actuelle accélère le développement des ENR sur le terrain ? Il semble que ce soit trop évident pour être compris. 😂🤣😅

      Répondre
  • Exactement Stoclin: le problème est la gestion des pics de consommation. On peut avoir un réseau avec 100 % d’EnR fatales. Comment fait-on pour augmenter la puissance du vent quand il n’y en a pas? Comment fait-on pour demander aux nuages de laisser place au soleil ou à la Terre d’arrêter de tourner pour que la nuit n’advienne pas tout de suite parce qu’il y a un gros pic de demande et pas assez de vent qu’il faudrait compenser par le soleil? Alors oui, il y a bien sûr le stockage. Mais est-ce suffisant?

    Répondre
    • Comment fait on pour faire produire un réacteur nucléaire quand il est en panne……? DEt en ce moment c’est plus de la moitié de la puissance nucléaire qui est en panne !
      Eh bien on importe, on brule du gaz et on vide les barrages ! Et qu’importe que le gaz soit rare et cher et qu’importe que l’on soit en période de secheresse…..
      Il y a toujours du vent quelque part et le Soleil brille tous les jours et la constance des renouvelable est bien supérieur en ce moment à celle du nucléaire !

      Répondre
  • Cet hiver, compter sur les autres de l’UE quand tous manqueront de gaz, pétrole, voire charbon à cause des embargos volontaristes orchestrés par la van der leyen c’est d’une stupidité colossale !
    L’UE est partie en guerre économique contre la Russie sans avoir vraiment compris quels étaient ses adversaires et sans avoir mis en œuvre les moyens nécessaires pour la gagner. En entretenant une politique énergétique absurde, elle est la principale victime d’une crise qu’elle a, pour une bonne part, contribué à créer.
    Sa politique énergétique qui multiplie les incohérences coûteuses l’a conduit à devenir encore plus dépendante. Elle sera économiquement affaiblie à cause des prix prohibitifs de ses principales sources d’énergie (hors nucléaire et hydraulique), et fragilisée par des rationnements.
    Garder vos réserves de buches pour palier aux black-outs qui ns pendent au nez comme une médaille de st Hubert et c’est pas la CRE et autres organismes, ni les ministresses du macronisme décadent (qui ont participer à la casse du nucléaire) qui pourront y faire quelque chose !

    Répondre
    • @Michel Dubus,

      L’image de l’utilisation de buches (Bois énergie – 1ère ENR de France) est bonne à donner !
      Il faudrait en effet pour éviter des Black-Out de certaines régions qu’à certaines occasions un maximum de personnes se chauffent au Bois… (surtout ceux équipés de pompes à chaleur et de convecteurs électriques… et au moins pour quelques heures…).

      Un black-Out national est encore loin vu les capacités actuelles restantes, mais des black-out régionaux sont plus que possibles… (Bretagne et PACA en premier car il y a peu de sources de production…). J’imagine que des plans de délestage doivent être en cours de préparation/réactualisation (ou vont l’être prochainement) chez RTE, au cas où.
      Il est certain que si certains concitoyens Français sont plongés dans le Noir en plein Hiver, ils pourraient être « fâchés » si les Suisses continuaient d’être alimentés pendant ce temps (et cela les suisses le savent bien…).

      En restant pragmatique, cela serait sur quelques heures pour quelques centaines de milliers de foyers maximum, et avec pas mal d’arrêts pour les électro-intensifs en amont… A voir comment RTE et l’état communiqueront dessus en Septembre/Octobre pour s’y préparer individuellement…

      Répondre
  • @ APO
    Vous êtes un grand naïf au sujet du staff de RTE, d’ailleurs vous avez dit « j’imagine etc ». Avec eux (RTE et état) n’imaginez pas et préparer vs au pire.
    D’autre part le peu d’entreprises dites lourdes qui nous restent vont subir des surcoûts énergétiques monstrueux avec de sérieux potentiels coups de grâce au niveau procès si les black-outs arrivent de manière sauvage.
    Achtung gefahr !

    Répondre
  • @Michel Dubus,
    Oui, je vous l’accorde, je suis un grand naïf sur bien des sujets…
    Personnellement, j’ai mon insert à la maison et du bois sec en plus de ma PAC et j’ai gardé un bruleur à gaz en plus de 3 points à induction sur ma plaque de cuisson. Donc ça devrait aller pour de petites coupures…
    Je regarderais en temps utile pour voir si je stocke de l’eau dans des bidons à la cave, car il est vrai qu’en cas de Black-Out long, peu de gens auront de l’eau courante (et ça c’est chiant… par expérience) et je veillerais à ne pas trop remplir le congélateur…

    Après rien ne sert d’effrayer la population, mais il faut l’informer et organiser dans les communes pour protéger/accompagner les plus vulnérables (et pas du jour au lendelain !)… Le site Eco2Watt de RTE (auquel j’étais habitué, étant breton) a disparu et c’est EcoWatt maintenant… https://www.rte-france.com/actualites/rte-en-partenariat-avec-lademe-lance-ecowatt-meteo-de-lelectricite-pour-une-consommation
    On verra le niveau de « civisme » des Français de manière générale…
    Du Bois-buche à la bonne heure et à la bonne échelle et cela fera pas mal de consommation évitée et un réseau moins tendu !

    Take it easy Michel ! (Certes cela va être très tendu…)

    Répondre
    • APO, puisque c’est votre nom, croyez-vous que tout le monde peut avoir un poêle à bois chez lui? C’est comme c’est gogos qui vivent en ville et qui préconisent d’utiliser les transports en commun.
      L’investissement plus qu’énorme dans les enR ne sert à rien, il va simplement nous compliquer la vie au lieu d’être utiliser pour relancer le nucléaire et la recherche sur les centrales du futur.

      Répondre
  • Il n’y aura pas de « civisme » des Français.
    Seuls des tarifs variables peuvent faire diminuer significativement la consommation.
    L’effondrement aura lieu lorsque le parc historique ne pourra plus être prolongé, et que dans le même temps, la production de pétrole et de gaz déclinera fortement.
    Les ENRv seront là, mais qu’une partie du temps.

    Répondre
    • @Marc,
      Vous avez raison pour une majorité de la population, néanmoins beaucoup de Français font des efforts…
      Si il y a des premiers délestages tôt dans l’Hiver dans certaines régions, cela pourra entrainer plus de civisme ailleurs…

      Pour le prix de l’électricité certes c’est un outil, mais le plus terrible est que beaucoup de gens vulnérables se chauffent avec des convecteurs électriques…

      Et oui, nous courrons vers un système électrique qui sera bien bancale une partie de l’année et ce pour presque quelques décennies (en période sans ENRi). Faudra t’il s’y habituer!? Est ce que la France pourra redresser la pente !?
      C’est très chaud et les effets de rétroactions positives et amplifiant le phénomène peuvent être nombreux (y compris sur certaines ENRi…).

      Répondre
      • Il y a quelques décennies, les gens vivaient, en hiver, avec une température de 5 degrés dans la maison.
        Ils étaient habitués et n’avaient, pour la plupart d’entre eux, même pas froid.
        Il faisait un peu plus chaud devant la cheminée (ouverte), mais juste un mètre devant.
        Aujourd’hui, la plupart des gens crèveraient s’ils devaient revenir à de telles conditions.

        Répondre
        • @Marc
          Vous avez raison il y a quelque décennies on se chauffait moins, mais allez donc jeter un coup d’œil sur l’espérance de vie à cette époque, c’est très parlant. On mourrait beaucoup plus jeune et en bien plus mauvaise santé!!!

          Répondre
    • Les ENRv seront là, à la hauteur de ce que l’on aura investi en réel et passeulement en promesse d’investissement comme c’est le cas depuis la. Cop 21.

      Répondre
  • Nous manquerons d’électricité pour trois raisons essentielles :
    1 – il fallait relancer un programme électronucléaire dès 2005 car gouverner c’est prévoir,
    2 – il ne fallait pas mettre RTE dans les mains de Présidents incompétents depuis 2015 car ils ont laissé arrêter définitivement 10 000 MW de thermique classique qui constituaient la marge de sécurité comme disait le Président Maillard en 2014,
    3 – nous allons manquer de gaz en raison de l’arrêt des livraison russes et de l’explosion d’une usine de liquéfaction aux USA et les français vont se précipiter sur les chauffages d’appoint électriques et ceci personne n’en parle.

    Répondre
  • @ Jean FLUCHERE
    Tout à fait d’accord avec vs
    Pour le point 2, tout cela vient de hollande et ségolène qui ont noyauté les staffs de RTE et de la CRE avec leurs sbires inféodés pour sortir du nucléaire (en le cassant) par idéologie ou plutôt par idiotie. N’oublier pas que macron faisait partie de cette mouvance !

    Répondre
  • Nous manquerons d’électricité pour 3 raisons essentielles :
    1- Notre nucléaire historique est dans un état de décrépitude avancée, conséquence de ce qu’au lieu de le laisser les réacteurs ronronner en mode de base, ce qu’il sait très bien faire et que font les autres pays nucléarisés, on a voulu lui faire faire du yoyo pour assurer un suivi de charge qu’il est incapable d’assurer en le sollicitant trop souvent ce qui a mis la moitié du parc à genoux.
    2- Nous nous étions engagé lors de la cop21 de Paris à multiplier les solutions renouvelables pour l’échéance 2020, notamment par exemple avoir rendu opérationnel 6 GW d’éolien offshore, et nous n’avons rien fait dans aucun des domaines du renouvelables de qui fait que la France est le seul pays d’Europe à ne pas avoir atteint les objectifs que nous nous étions nous mêmes fixés, ce pourquoi nous avons été condamné par l’Europe unanime.
    3- Sur la foi de l’échec des EPR, Macron, particulierement nucléophile mais surtout à l’affut de la moindre voix, s’est précipité avant les élections pour commander 6 EPR sans aucun débat, convaincu que les naïfs français bluffés depuis 60 ans par le lobby nucléaire allaient mécaniquement lui apporter leur voix, mobilisant tous les financements dans cette direction et qui feront défaut à EDF EN pour prendre des parts de marché dans le renouvelable, l’excluant de l’avenir au profit des privés qui monopoliseront les appels d’offres renouvelables.

    Répondre
    • @Serge,

      Et que pensez-vous du retour en force du charbon sur la scène Européenne et sans Limite (Allemagne, Pays-Bas, …) !??

      Pour le Thermique à flamme mentionné plus haut, il y avait pas mal de capacité de Gaz qui ont été ferraillé, pas sur qu’elles marcheraient (faute de Gaz !); pour celles au Fioul et vu leur Age, ils auraient fallu prévoir de pareilles situations et les maintenir pour combien d’heures par an (mais Idem, Y aura t’il du fioul en grande quantité dans 6 mois !?), pour le charbon (il reste Cordemais…)…

      Si coupure, il y a l’hiver prochain (et suivant leur durées), il faudra quand même reparler de l’Hydraulique (et notamment STEP !) ! En plus cela « stocke » de l’eau et on en manque pas mal suivant les régions…

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective