Le gazoduc Force de Sibérie 2 vers la Chine « remplacera » Nord Stream 2, annonce Moscou

Le gazoduc Force de Sibérie 2, en discussion depuis plusieurs années entre Moscou et Pékin, « remplacera » Nord Stream 2, qui devait relier la Russie à l’Europe mais dont la mise en service a été abandonnée depuis le conflit en Ukraine, a déclaré jeudi le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak.

Interrogé dans un entretien à la chaîne de télévision Rossiya-1 sur un remplacement dans la stratégie énergétique russe de l’européen Nord Stream 2 par l’asiatique Force de Sibérie 2, M. Novak a répondu : « Oui ».

Plus tôt dans la journée, le ministre, en marge d’un déplacement en Ouzbékistan, avait affirmé que la Russie et la Chine allaient prochainement signer des accords portant sur la livraison de « 50 milliards de mètres cubes de gaz » par an via le futur gazoduc Force de Sibérie 2.

Ce volume représentera quasiment la capacité maximale de Nord Stream 1 – 55 milliards de m² au total -, à l’arrêt depuis le 2 septembre.

C’est par ce gazoduc stratégique, qui relie la Russie à l’Allemagne, que transitait jusqu’alors un tiers des livraisons de gaz russe à l’Union européenne.

Force de Sibérie 2 alimentera, lui, l’énergivore économie chinoise en partie via la Mongolie. La date de début de construction est fixée à 2024.

Dans la stratégie énergétique de la Russie, il remplacera donc le projet de Nord Stream 2, longtemps soutenu par l’Allemagne mais que les États-Unis regardait d’un très mauvais oeil et que les Occidentaux ont enterré depuis l’offensive russe en Ukraine fin février.

En Europe, les exportations de gaz russe vers l’UE « vont baisser d’environ 50 milliards de m² » en 2022, a ajouté jeudi M. Novak.

Dans le même temps, le ministre russe a indiqué que Gazprom, l’opérateur du gazoduc Force de Sibérie 1 qui relie depuis fin 2019 le champ de Tchaïandina (Yakoutie) au nord-est de la Chine, allait « augmenter ses livraisons » pour atteindre « 20 milliards de m² de gaz » chaque année.

Le raccordement début 2023 du champ de Kovytka, proche du lac Baïkal, au gazoduc contribuera notamment à faciliter cette hausse importante.

En 2025, quand il aura atteint sa capacité maximale, cet important gazoduc produira 61 milliards de mètres cubes par an, soit plus que Nord Stream 1, dont 38 milliards de m² seront destinés à la Chine selon un important contrat signé en 2014 entre Gazprom et son homologue chinois CNPC.

Des accords ont par ailleurs été signés avec Pékin pour la construction d’une nouvelle route de transit partant de Vladivostok (Extrême-Orient russe) vers le nord de la Chine, soit « 10 milliards de m² de gaz supplémentaires », a annoncé jeudi le ministre de l’Énergie.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Mon Dieu, que de CO2 !!!
    On est mal barré.
    Tant qu’il y aura des hydrocarbures dans le sol, les hommes les utiliseront.
    Nos enfants ont des soucis à se faire.

    Répondre
  • C’était écrit d’avance.
    Biden a arrêté le NS2, ce qui, à mon avis, a été une des causes majeures de la guerre en Ukraine.
    Le rapprochement avec la Chine était une évidence.
    La grande perdante est: l’Europe, qui va devoir importer du gaz plus cher (et au passage plus polluant) par méthaniers, et qui va passer quelques mauvais hivers avant d’avoir toutes les infrastructures nécessaires pour cela.

    Répondre
  • @ Marc
    ce n’est rien tout va s’arranger avec la religion secte du renouvelable comme veut ns l’imposer l’UE et ses délégués aveuglés
    Biden est sénile mais il a volé avec ses sbires l’élection des US avec les votes par correspondance amassés avant le jour j de l’élection ! C’est encore une fois un coup de la gôche tjrs prête à tout en démocratie !

    Répondre
    • @Dubus,

      Gauche ou Droite (Démocrate ou Républicain), les Américains voulaient la peau de Nord Stream II et du Gaz « bon marché » russe à disposition de l’industrie européenne. Ils sont en train de l’avoir, avec en prime un rationnement du Gaz pour l’Europe et pas seulement pour le Back-Up des ENRi… La Chimie européenne déjà mal en point va « déguster » et dans la suite du menu de larges pans industriels (dont faire une liste serait hyper fastidieux…).

      L’UE a « trop » fanfaronné comme 1ère économie du monde, on va passer en Numéro 3 en quelques années et si en plus on ne s’entend plus, l’Europe va devenir les « Balkans » du monde… Comme dans toute crise il y aura des gagnants mais beaucoup plus de perdants… Ce n’est pas les éoliennes et les panneaux PV qui nous sortiront du merdier ni le Nucléaire non plus, cela amortira la chute de la « grande domination » européenne sur le monde et notre retour dans la « Normalité » humaine sur Terre. Ca va piquer très fort que ce soit avec des gouvernements de Gauche ou de droite !!! Les conséquences sont bien plus grandes que ce que beaucoup pensent et annoncent !!!

      Répondre
      • Je pense que si Trump avait été aux manettes, il n’aurait pas laissé Poutine amassé ses troupes autour de l’Ukraine sans dire à ce dernier que s’il franchissait la frontière il lui en cuirait au sens propre et figuré…
        Cela ne lui aurait pas empêché de négocier avec Poutine pour le canaliser.
        Sans cette guerre le prix du gaz aurait quand même flambé mais de manière moindre (il avait déjà pratiquement doublé entre 2020 et fév 2022 avec le remplacement des centrales charbon). D’autre part, il n’y aurait pas de risque de pénurie comme actuellement.
        Comme quoi « petite » cause (vol des élections) grands effets démultipliés pour le peuple Ukrainien qui souffre, pour l’UE et son industrie qui courent à la catastrophe et pour le rapprochement de la Russie avec la Chine et l’Inde.
        Biden est comme Roosevelt (malade en fin de vie) devant Staline à Yalta. Il a laissé faire sans en mesurer les conséquences qu’on entrevoit.

        Répondre
        • Trump avait clairement dit qu’il ne s’opposerait pas à NS2 et ses relations avec Poutine étaient bonnes, ce pourquoi le gazoduc a été terminé et était prêt à être mis en service.
          Il avait ses défauts, mais ce n’était pas un fouteur de merde au niveau international. Il a même essayé de négocier avec le dictateur de Corée du Nord.

          Répondre
          • @Marc,

            Vous êtes « gentil » sur l’acceptation du Nord Stream II par Trump !!! Les mesures de rétorsion des entreprises impliquées dans le projet ont fait prendre un retard conséquent à ce projet… (et c’était du temps de l’administration Trump !).

            Ce n’est pas dit que l’éventualité de cette guerre n’est pas été anticipé depuis bien longtemps par l’administration américaine afin de déstabiliser l’industrie européenne qui fait de l’ombre à l’industrie US depuis des décennies…
            En tout cas, les forces ukrainiennes ont été « bien » préparé et formé par les USA…

          • Oui, Trump a essayé d’apaiser les tensions internationales, mais l’administration derrière lui a tout fait pour saboter NS2.
            Quant à un remplacement de Poutine, à ce jour, effectivement, Medvedev n’est pas mieux.
            Je pense aussi que cette guerre a été envisagée depuis longtemps par l’administration américaine et quand je dis cela, certains (naïfs), me qualifient de complotiste.
            Mais l’Europe, qui a laissé également les EU venir foutre la merde chez elle, en faisant tout pour bloquer NS2, et en laissant donc pourrir la situation, est également coupable.
            Mais l’influence des EU a toujours été très forte. C’est à cause de ce modèle américain de l’American Way of Life que l’on a aujourd’hui un tel étalement urbain, de grosses voitures, un tel nombre de personnes obèses, un tel nombre de personnes incultes etc.

        • Trump a « traité » Poutine de « Génie » en début d’invasion… Franchement je ne crois pas qu’il aurait pu faire grand chose, ce quoi est certain c’est que l’administration Biden qui a clairement donner un « GO » à Poutine en disant qu’il n’interviendrait pas directement…

          Enfin pour bruler les Russes, il faut accepter de se bruler soi-même… Malgré leur technologie pas forcément à la hauteur de celles des américains, leur tête nucléaire peuvent être projeté fort loin…

          Les manœuvres russes près de l’Ukraine ne datent pas d’hier et Trump et son administration n’ont pas résolu la crise du Donbass non plus (plus de 8 ans d’age !).

          Répondre
          • Pour ajouter sur le compte de l’administration américaine, qui a favorisé des pseudo-états tel le Kosovo (au grand dam des russes d’ailleurs !), le fait de diviser l’Europe est un atout pour beaucoup de secteurs économiques américains et surtout pour leur puissance. Dans le monde qui vient, avec les tarissements de ressources, pas sur qu’il n’y est pas quelques arrière-pensées pour maintenir le « mode de vie américain » pour les américains, et de surtout pas avoir un concurrent potentiel (type UE)…

            Pourquoi les américains ne sont pas intervenus pour régler les problèmes du Donbass !??? Pourquoi ont-ils laisser végéter soigneusement ce merdier qui est en train de devenir un désastre colossal (en premier lieu pour les Ukrainiens de toutes tendances certes) mais à moyen terme (si cette guerre ne s’arrête pas au plus vite) pour toute l’Europe !!! Certains américains doivent être heureux de voir les stocks d’armement soviétique d’Europe de l’Est s’épuiser à un rythme vertigineux en Ukraine, leur complexe militaro-industriel va avoir un carnet de commande phénoménal…

            La France n’a beau ne pas avoir été trop exposé au Gaz Russe, le fait que l’Allemagne le soit, fait par logique économique pure un « nouveau » concurrent sur l’achat de Gaz (y compris et surtout en provenance de Norvège).

            Les Allemands ont au moins l’honnêteté d’annoncer une récession pour l’an prochain, nos politiques ne le font pas, mais on y est condamné…
            Plus la guerre continue et plus la récession sera sévère. En ce moment, l’UE joue la carte de l’éviction de Poutine, mais son remplaçant pourrait être pire… L’Europe a la corde au cou avec les hydrocarbures russes !

            Vive des formes de décroissance organisées et pas des arrêt buffet dans des portes de verre qui s’annoncent de plus en plus réguliers. (et là le Nucléaire a un role prépondérant à jouer pour toute l’Europe avec des ENR à des niveaux raisonnables et raisonnés).

  • Biden est peut-être sénile, mais pas l’industrie américaine du gaz de schiste, qui doit se frotter les mains, et qui avait peut-être besoin de cours élevés du gaz pour pouvoir effectuer de nouveaux investissements et mieux amortir ceux qui ont déjà été faits.

    Répondre
    • @Marc,

      c’est le « pétrole de schiste » qui était cher en exploitation, le Gaz de Schiste est « bon marché » comparé aux cours mondiaux, mais pas face au gaz Russe…
      L’industrie chimique américaine va faire des « Bonds » en avant, l’industrie chimique Européenne des « bonds en arrière » et la suite va être des cascades inconnues à ce jour…

      Cette guerre est un désastre et la voir sur le biais uniquement de l’électricité est trop « étroit »…

      Répondre
  • Le Gaz russe (bon marché) qui servait à faire tourner l’industrie chimique allemande à des couts raisonnables, va manquer cruellement… Les conséquences à venir, non palpables dans leur globalité vont être terribles pour l’Europe…

    Et ce ne sera pas seulement un problème de Back-up des ENR…
    La majoration des couts de larges pans des industries de base va être un désastre dans un monde globalisé et très marchand ce dont peu de monde perçoit les contours à ce jour.

    Les américains avec un Gaz 10 fois moins cher que les Européens chez eux vont aussi être les « grands » gagnants avec les Chinois et dans une moindre mesure les Indiens.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective