Les évènements marquants de 2021 pour les Smart Grids

Un article signé Think smartgrids, site partenaire.

Quels bilan de l’année 2021 pour les Smart Grids en France et dans le monde ? L’année passée a sans aucun doute initié un tournant dans la transition énergétique avec un essor au niveau mondial des énergies renouvelables et de la mobilité électrique, une accélération de la numérisation des réseaux et la concrétisation de nombreux projets smart grids.

L’Agence internationale de l’énergie pointe cependant l’importance des efforts qui restent à réaliser pour atteindre la neutralité carbone en 2050, notamment en termes d’investissement dans les énergies renouvelables et les réseaux électriques, qui tiennent un rôle central dans la décarbonation du système énergétique.

Pour atteindre l’objectif Net Zéro, l’AIE appelle à un triplement des investissements annuels dans les réseaux intelligents et leur numérisation

Dans son rapport « Net Zero en 2050 : une feuille de route mondiale pour la décarbonation du secteur de l’énergie », l’Agence Internationale de l’Énergie propose une trajectoire concrète pour atteindre l’objectif de neutralité 2050 au niveau mondial. L’AIE imagine un système énergétique reposant en 2050 aux deux tiers sur les énergies renouvelables tandis que la part des énergies fossiles chuterait à « un peu plus d’un cinquième » (contre près de 80% à l’heure actuelle). Pour atteindre l’objectif NetZero, les investissements annuels dans les réseaux intelligents et la numérisation doivent presque tripler pour atteindre en moyenne près de 800 milliards de dollars d’ici la fin des années 2020.

IEA: Smart Grids More efforts needed

Les réseaux électriques intelligents s’invitent à la Cop26

30% des plans d’action nationaux mentionnent des mesures ou des programmes relatifs à l’amélioration des réseaux.

La COP26 a vu la création d’une coalition en faveur des énergies renouvelables, baptisée « Green Grids – One Sun, One World, One Grid ». Trois distributeurs européens d’électricité ont saisi l’occasion de la Cop26 pour lancer, avec l’Université d’Oxford et le japonais Tepco, une initiative autour des réseaux intelligents locaux.

Les réseaux électriques intelligents s’invitent à la Cop26

Etats-Unis : un plan massif d’investissement dans le réseau électrique

Après de nombreuses péripéties, le programme d’investissement dans les infrastructures proposé par le Président Biden a finalement été adopté par le Congrès. Doté de 1200 milliards de dollars, il prévoit des investissements majeurs dans la modernisation du réseau électrique du pays :

  • 5 Mds$ pour améliorer la résilience et prévenir les pannes
  • 6 Mds$ pour des projets de recherche, de développement et de démonstration d’approches innovantes de la résilience
  • 2,5 Mds$ pour la construction et la modernisation des réseaux de transport
  • 500 M$ pour le programme Smart Grid Investment Grant

Renouvelables, stockage, microgrids : le plan de transition énergétique du Président Biden suscite de fortes attentes`

Allemagne : le nouveau gouvernement prend à bras le corps l’enjeu des réseaux électriques

La modernisation des réseaux électriques est le talon d´Achille de la transition énergétique allemande (« Energiewende »). Le gouvernement précèdent avait lancé en 2018 un Plan d’action pour les Réseaux électriques ». Le nouveau gouvernement, qui fait du développement des énergies renouvelables une priorité absolue et prévoit d’avancer a 2030 la sortie du charbon, se propose d’accélérer encore le développement des réseaux électriques : réseaux de transport, autoroutes de l’électricité nord-sud, par un double effort de planification et de simplification des procédures.

Il prévoit l’élaboration d’une « feuille de route pour la stabilité du système électrique » (prévue en 2023), la modernisation et la numérisation des réseaux de distribution, l’accélération du déploiement des compteurs intelligents, « condition préalable aux réseaux intelligents » et de consacrer juridiquement le stockage « comme un pilier à part entière du système énergétique ».

Le nouveau gouvernement allemand veut accélérer la transition énergétique

En France, les EnR ont participé à hauteur de 26,6 % à la couverture de la consommation d’électricité au cours du 3e trimestre

La puissance totale du parc électrique EnR – éolien, solaire, hydroélectricité et bioénergies – s’élèvait, au 30 septembre 2021, à 58 759 MW, en hausse de 2 876 MW sur les trois premiers trimestres de l’année 2021 (3 543 MW sur les douze derniers mois), chiffre déjà supérieur au record annuel de 2017 (qui s’élevait à 2 757 MW), en trois mois de moins.

Au troisième trimestre 2021, 887 MW de nouvelles installations ont été raccordés aux réseaux d’électricité métropolitains, les filières solaire et éolienne comptant respectivement pour 621 MW et pour 279 MW.

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 26,6 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine au cours du troisième trimestre 2021 (et 26 % sur les douze derniers mois) en produisant 25,7 TWh d’électricité renouvelable, chiffre en hausse de 9,4 % par rapport au même trimestre de l’année dernière. Panorama de l’électricité renouvelable au 30 septembre 2021

2.500 000 installations photovoltaïques raccordées au réseau électrique d’Enedis

Avec plus de 500 000 installations photovoltaïques aujourd’hui raccordées (pour une puissance totale de 11 GW, soit l’équivalent de la consommation d’environ 2,9 millions de foyers, représentant la consommation des métropoles de Lyon, Toulouse et Marseille pour le résidentiel), Enedis note une très forte progression des demandes de raccordement en 2021, en particulier pour les installations de grande puissance (centrales solaires au sol et flottantes notamment).

Cette accélération est en ligne avec les objectifs de la PPE puisque celle-ci prévoit que les capacités solaires représentent entre 35 et 44 GW d’ici 2028.

34 millions de compteurs Linky installés fin 2021

Au 31 décembre 2021, 90% du parc de compteurs d’Enedis sera équipé de compteurs communicants Linky, ce qui correspond à 34 millions de compteurs Linky installés entre fin 2015 et fin 2021.

Les derniers compteurs Linky seront déployés par Enedis dans les trois ans à venir pour atteindre une couverture de l’ensemble des clients à fin 2024.

  • le calendrier de déploiement a été respecté malgré la crise sanitaire ;
  • les coûts d’investissement s’élèvent finalement à 4 Md€, soit une économie de 700 M€ par rapport au budget initial du projet ;
  • la performance technique du système de comptage évolué est satisfaisante.

Véhicules électriques : la barre des 50 000 points de recharge ouverts au public dépassée

La France comptait, au 30 novembre 2021, 51 243 points de recharge ouverts au public, soit + 1 329 en un mois. Cela correspond à une augmentation de près de + 3 % entre octobre et novembre… Et de + 57 % depuis janvier 2021 !

Plan de relance : 1,35 milliard d’euros pour l’hydrogène bas carbone

L’hydrogène « vert » pourrait jouer un rôle clé pour la décarbonation de l’industrie et de la mobilité lourde.

Alors qu’à l’heure actuelle, 95% de l’hydrogène est issu de sources fossiles et que les 920 000 tonnes d’hydrogène « gris » utilisés chaque année par la France représentent environ 3% des émissions de CO2 du pays, grâce à l’électrolyse, il est possible de le produire sans émettre de gaz à effet de serre.

L’hydrogène décarboné pourrait même être utilisé pour décarboner les poids lourds, les navires, voire à terme les avions.

1,35 Md€  sont prévus par France Relance, dans le cadre d’une stratégie nationale qui prévoit de consacrer 7 Md€ au développement de l’hydrogène bas carbone d’ici 2030, avec pour objectif d’installer 6,5 GW d’électrolyseurs, d’économiser plus de 6 millions de tonnes de CO2 en 2030 et de générer entre 50 000 et 150 000 emplois directs et indirects en France.

Enedis anticipe l’évolution du réseau public de distribution d’électricité

Pour accompagner les mutations énergétiques du 21e siècle, Enedis anticipe l’évolution du réseau public de distribution d’électricité, à l’échelle territoriale et nationale à travers un rapport de prospective.

Le rapport identifie 4 scénarios.

  • « Stagnation » : stagnation économique et transition écologique ralentie
  • « Continuité » : croissance économique régulière et poursuite des trajectoires définies par la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE)
  • « Transition » : croissance économique régulière, production photovoltaïque prépondérante et sobriété choisie
  • « Rupture » : croissance forte de l’économie, de la population et de la production d’électricité décentralisée, 100 % EnR.

Futurs énergétiques 2050 : six scénarios de RTE autour du mix de production permettant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050

« La France doit simultanément faire face à deux défis : d’une part produire davantage d’électricité en remplacement du pétrole et du gaz fossile et, d’autre part renouveler les moyens de production nucléaire qui vont progressivement atteindre leur limite d’exploitation d’ici 2060. La question est alors : avec quelles technologies produire cette électricité totalement décarbonée ? Energies renouvelables et/ou nouveau nucléaire et dans quelles proportions ? » . Dans l’étude « Futurs énergétiques 2050 », RTE analyse les évolutions de la consommation et compare les six scénarios de systèmes électriques.

 

————–

Créée en avril 2015, Think Smartgrids  (plateforme partenaire) a pour objectif de développer la filière Réseaux Électriques Intelligents (REI) en France et de la promouvoir en Europe comme à l’international.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Complètement stupide de faire évoluer la biomasse en base au lieu qu’elle évolue en complément de l’éolien.
    Il y a du boulot pour redevenir intelligents.
    Le niveau scolaire s’est effondré, et le niveau de culture générale dans la population aussi.
    On est dans l’ère de la silly society, plus que dans le smart grid, qui ne veut pas dire grand-chose, sinon une certaine adaptation de la demande en fonction des enr disponibles.

    Répondre
  • L’utilisation de la biomasse en base entraîne également une baisse inutile et stupide de la production nucléaire en été.

    Répondre
commenter

Répondre à Marc Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective