Energie, métaux: l’Europe s’est montrée « cupide » et non « naïve » face à la Russie, selon Vestager

En confiant en grande partie leur approvisionnement énergétique à la Russie, les Européens se sont montrés « cupides » et non « naïfs », a estimé mardi la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager dans un entretien à plusieurs journaux européens. »

« Nous n’avons pas été naïfs, nous avons été cupides. Notre industrie s’est beaucoup construite autour de l’énergie russe avant tout car elle n’était pas chère », affirme Mme Vestager, qui est aussi vice-présidente de la Commission européenne, dans cette interview publiée en France par Les Echos.

Elle ajoute que l’attitude des Européens est la même « avec la Chine pour de nombreux produits ou avec Taïwan pour les puces, où nous sommes avant tout allés chercher des coûts de production plus bas ».

Mais « il y avait une grosse prime de risque – la dépendance – que nous payons aujourd’hui » avec les conséquences de la guerre en Ukraine, explique la commissaire qui juge qu’il « faudra désormais plutôt payer une prime à la sécurité », notamment en misant sur le gaz naturel liquéfié (GNL), plus cher mais qui pourra apporter « la stabilité et la prédictibilité, qui amèneront des investissements », assure-t-elle.

Concernant l’imposition d’un embargo européen sur le pétrole russe, actuellement bloqué par la Hongrie, Mme Vestager se dit « persuadée qu’un accord sera trouvé ». Mais elle ajoute que « nous ne pouvons pas laisser les Etats les plus dépendants du pétrole russe sur le bord du chemin » et qu’il faut « sécuriser leur approvisionnement ».

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a estimé mardi « très improbable » un accord dans les prochains jours, dans une lettre au président du Conseil européen Charles Michel consultée mardi par l’AFP. La présidence française a pour sa part indiqué dans la foulée qu’un accord était encore possible « dans les jours qui viennent ».

Le ministre allemand de l’Economie et du Climat Robert Habeck a récemment accusé Moscou d’utiliser l’énergie « comme une arme », alors que la première économie européenne est très dépendante du gaz russe.

Sur le sujet des métaux et terres rares dont l’Europe a besoin, notamment pour les batteries automobiles et les panneaux solaires, Mme Vestager plaide pour « de nouveaux partenariats internationaux », plutôt que le développement d’extraction minière sur le sol européen, « car cela prendrait au moins dix ans ».

« Pour les panneaux solaires et les semi-conducteurs, beaucoup de matériaux proviennent aujourd’hui de Chine, de Russie ou d’Ukraine. Il faut là aussi diversifier notre approvisionnement. Nous ne pouvons pas miser uniquement sur l’idée de développer des mines et des raffineries sur notre sol », dit-elle.

La vice-présidente exécutive de la Commission cite notamment le Canada, la Norvège et l’Australie comme pays disposant d' »énormément de matériaux ».

Alors que de nombreuses voix industrielles et même politiques se sont élevées en France pour demander une réforme du marché européen de l’électricité, elle se déclare opposée à une généralisation des mesures de plafonnement du prix de l’électricité obtenues par le Portugal et l’Espagne. « C’est une question qui doit s’étudier au cas par cas », dit-elle. « Nous ne devons surtout pas renationaliser le marché européen de l’électricité, cela mènerait tout droit à des blackouts ».

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    Dans nos maisons et nos hôpitaux, TOUT fonctionne avec de l’électricité.
    L’électricité est donc un bien commun.
    Le bien commun doit être contrôlé et piloté par les états.
    La commission Européenne a encore du chemin à faire avant de comprendre l’importance de l’énergie pilotable et stockable.

    Répondre
  • De quoi se mêlent Vestager et von der leyen sur les embargos à tenir coûte que coûte et sur les stratégies à tenir concernant la transition énergétique :
    Gouverner, c’est prévoir mais ça tombe bien : personne, dans les institutions européennes, n’a été désigné (et encore moins élu) pour gouverner. En conséquence de quoi, absolument rien n’a été prévu, ni avant la guerre, ni maintenant, ni plus tard, pour éviter de se retrouver dans la situation courante.
    Pire, on a même fait tout le contraire.
    Depuis des années, et grâce aux écologistes collectivistes et autres gauchistes de l’énergie infiltrés partout, lobbyisant de tous les côtés et à tous les niveaux de toutes les institutions du pouvoir public, a été bâtie une politique énergétique particulièrement finaude qui a consisté à consciencieusement saboter ce qui marchait très bien (le nucléaire), empêcher une alternative intéressante (le gaz de schiste) et promouvoir activement et à fonds perdus l’éolien et le solaire, intermittents et donc adossés… au gaz et au pétrole qu’on s’est empressés d’aller chercher chez les Russes.
    À présent que l’idiotie de ces mesures apparaît dans toute sa splendeur, les élites qui nous dirigent sans gouverner tentent de corriger le tir : il va falloir s’affranchir de la dépendance russe… en accroissant notre production d’énergie verte ! En somme : doublons les doses de ce qui nous a mis dans cette panade, cela va très bien se passer.
    Si l’on s’arrêtait ici, le constat serait déjà amer. Mais ce n’est pas tout : pour transformer cette ânerie en catastrophe irrécupérable, il faut y ajouter une solide dose d’Utopium Parfumé, ce que s’empresse de faire Ursula Von Der Leyen avec le brio qu’on lui connaît en proposant de surcroît une baisse drastique de notre consommation. Eh oui, rappelle-t-elle :
    Les économies d’énergie sont le moyen le plus rapide et le moins cher pour répondre à la crise énergétique actuelle et réduire les factures.
    Et comme il suffit de l’écrire pour que ça se réalise, on imagine tout de suite que cela va encore mieux se passer que l’idée précédente..
    Ce qui est vrai au niveau de l’UE l’est aussi en france avec celes que macron a mis en place pour la transition écologique….

    Répondre
  • Bonjour
    Mme Vestager dit que:
    « Nous ne devons surtout pas renationaliser le marché européen de l’électricité, cela mènerait tout droit à des blackouts ».
    Je dis qu’
     » Il faut poser le problème avant de poser un acte de foi »
    Croire dans les énergies intermittentes est une bonne solution pour aboutir à des blackouts.

    Répondre
  • Le ministre allemand mentionné fait fort :  » Le ministre allemand de l’Economie et du Climat Robert Habeck a récemment accusé Moscou d’utiliser l’énergie « comme une arme », alors que la première économie européenne est très dépendante du gaz russe.  »
    Tout en sachant que nous livrons maintenant beaucoup d’armes réels aux Ukrainiens qui en font fort bel usage sur des soldats russes et sur leurs équipements. en ajoutant le « guerre » économique contre Moscou donc in fine le commun des mortels russes . (Je ne suis pas forcément contre ces livraisons et ces sanctions) Il est donc logique d’avoir le retour de manivelle !!! Et on peut même dire que Poutine et sa clique ne devaient pas penser à de pareils sanctions et autres livraisons d’armes lors du lancement de son « opération spéciale » venant de l’UE …

    A nous de bien prendre conscience de cela, notamment avec la Chine (pays que j’aime beaucoup par ailleurs) et de sa Garde Rouge au pouvoir !!! Cela est mentionné dans l’article :  » Elle ajoute que l’attitude des Européens est la même « avec la Chine pour de nombreux produits  » –> Quid de la politique du PV en Europe pour les années à venir ???
    Ce que l’industrie chinoise a fait en 15 ans, il faudrait au moins 30 ans aux Européens pour le faire à l’heure actuelle, et même avec une économie de guerre au moins 20 ans !!! Doit-on continuer vers du 100% ENR !??? Moi, je pense que Non (et comme je suis anti-fossiles et surtout Anti-Gaz), reste donc le Nucléaire à mettre en oeuvre en Europe !!!

    Répondre
  • Bonjour,
    J’aimerais tellement que nos gouvernants suivent des cours concernant l’addiction à l’énergie fossile de nos démocratie. Qu’ils se rendent compte de l’aspect relatif de chaque type d’énergie.
    Après les cours, un devoir sur table, doit leur donner le droit ou non de propose des lois et de voter au parlement. (note éliminatoire en dessous de 18 sur 20)

    Répondre
    • @Stoclin,

      Il est certain que les Lobby pétro-gazier (en intégrant les chaines de valeur aval ie automobile et chimie notamment) sont immensément plus puissant que ceux des ENR et du Nucléaire. Avec même des boucles de rétroactions positives entre Gaz et ENRi dans certains cas qui du coup n’incite pas les lobby pétro-gazier à freiner les ENRi mais plutôt à encoruager leur développement…
      Pour le Nucléaire c’est autre chose… Et la série d’ouverture de centrales et de bonnes productions des années 80-90 et au début des années 2000 par le Nucléaire a du faire peur à plus d’un membre du Lobby pétro-gazier à l’époque…

      Répondre
      • APO vous ne vous êtes toujours pas aperçu que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz .. et que le sujet c’est bien l’énergie et pas l’électricité …

        Répondre
  • Bonjour,
    Il n’y a pas trop de doute, les gaziers sont très contents du développement des ENRi…
    Pour le pétrole, pour longtemps encore, et tant qu’il y en a, nous en avons tellement besoin pour nos autos, les tracteurs les camions, les avions, … Nous manifestons de divers manières contre Total ou Shell par exemple, mais pour rentrer chez nous nous passons « faire le plein » !!!

    Répondre
  • « Nous manifestons » Quelques agités du bocal tout au plus intoxiqués par les catastrophistes de tout poil !

    Répondre
    • @Dumas,
      Assez d’accord avec vous. Ces mêmes manifestants feraient bien de manifester devant chez BMW, Mercedes et autres fabricants de « tanks » . Le lobby automobile allemand a fait passer des mesures pour des consommations en rapport avec la masse des véhicules (une forme d’efficacité assez restreinte) mais pas trop dure sur une consommation au km (qui est l’efficacité optimum…)

      De faibles consommations impliquent de faibles productions !!!

      Répondre
  • Acheter pas cher et le moins mauvais du point de vue des nuisances induites n’est pas faire preuve de cupidité mais c’est être rationnel ! Il faut être tombé sur la tête pour promouvoir le gaz de schiste plus cher et plus polluant (transport et extraction) ou bien être atteint d’une russophobie incurable !!!!!

    Répondre
    • @Dumas,
      La France a su (à minima) diversifier ses importations de Gaz (et le fait encore plus pour le pétrole) avant la crise russe !!!
      Quelquepart cela n’est pas adressé aux Français ! Même si tout le monde est mis dans le même panier par la Commissaire Danoise…

      Par contre, ces mêmes arguments doivent être repris pour le solaire ! La Chine nous fera bouffer la poussière dans quelques années, surtout si le Nucléaire est à un niveau très faible !!!

      Entre les Etats, Pas d’Amis juste des Intérêts !!!

      Répondre
commenter

Répondre à Serge Rochain Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective