« Nous devons penser à de nouvelles façons de créer de l’énergie électrique »

L’énergie électrique est et restera parmi les formes d’énergie de plus en plus demandées dans le monde entier. Nombreuses études concluent qu’à horizon 2050 la demande mondiale en énergie électrique augmentera entre 30% et 40% par rapport au niveau actuel.

En France, des études provenant de sources sérieuses et diverses prouvent bien que les besoins en électricité grimperont à des niveaux très élevés qui ne sont pas couverts à ce jour par des stratégies cohérentes. Par exemple, en France, en septembre dernier, UNIDEN  (Union des Industries utilisatrice d’énergie) calculait que les besoins en électricité utilisé par l’industrie en France passeront de 120 TWh à 380 TWh annuels en 2050 !

Une étude, publiée par Serge Gil sur ‘Le Monde de L’énergie’ en octobre, calculait que les besoins français en électricité seront au niveau de 725 TWh à horizon 2050, compte tenu de la croissance du marché des véhicules électriques ainsi que des besoins de la population (même sans considérer les besoins en électricité pour produire hydrogène).

Nous pouvons continuer ainsi à calculer de nouvelles estimations plus ou moins précises, mais à l’évidence les actuels 537 TWh produits en France à l’année ne suffiront pas et le recours massif à l’énergie solaire et éolienne sera utile mais insuffisant pour faire face à la demande. D’une part parce que ces sources sont intermittentes et de l’autre parce que nous ne pourrons jamais occuper toute la surface de la France d’éoliennes ou de photovoltaïque pour obtenir beaucoup moins des 200TWh d’énergie nécessaires.

Le parc nucléaire devra être renforcé et même le Président français Emmanuel Macron en a fait la première de ses propositions de ‘France 2030’: augmenter la production d’électricité !

La proposition de relancer la production de SMR (Small Modular Reactors), les petites centrales nucléaires, est certainement un bon appui pour offrir de l’énergie à une France dont le développement futur doit être assuré.

Couvrir les besoins

Cependant, toutes ces activités ne seront pas suffisantes pour couvrir les besoins français et les autres pays voisins se trouveront dans une identique situation donc ils ne pourront pas venir en notre secours.

Nous devons tous nous efforcer de penser à des nouvelles façons de créer de l’énergie électrique. Les gouvernements devraient se rendre compte qu’ils sont dans l’obligation de soutenir la recherche dans l’industrie pour que de nouvelles technologies et méthodes soient découvertes au plus tôt pour supporter la croissance de la production d’énergie électrique.

Il y a une dizaine d’année ou plus, les études réalisées par EdF Hydro avaient mis au point un plan de faisabilité des nouvelles STEP (station de pompage). A l’époque il avait été décidé que certains STEP ne pouvaient se construire parce que pas économiquement rentables.

Mais aujourd’hui les temps sont différents et le gouvernement est plus sensible et favorable à construire des infrastructures qui augmenteront un parc de centrales hydrauliques de pompage qui représentent de l’énergie totalement renouvelable à horizon 2050. Il serait temps que le gouvernement réouvre les dossiers des nouveaux STEP.

Je pense que les universités devraient également recevoir des aides publiques pour pousser les études en centrales électriques de tous type, visant à créer une nouvelle vague d’ingénieurs spécialisés dans la création d’énergie électrique.

La France en aura besoin. Je suis ingénieur électricien, spécialiste en centrales électriques, et j’ai l’impression que l’actuel panorama de la création d’électricité se soit cristallisé autour de formes de création limités par le fait d’être renouvelable. Qu’il soit ainsi mais poussons notre imagination vers autres horizons !

Préparer l’avenir

Il faut laisser courir notre imagination et pousser les jeunes générations et l’industrie à penser des nouvelles méthodes de création d’énergie électrique. Parce que si nous voulons tous vivre dans une société projetée dans le futur, alors nous sommes tous obligés de préparer cet avenir.

L’imagination porte les hommes à construire des idées qui naissent des expériences de travail dans l’industrie. Et nous pouvons ainsi chercher et trouver de nouvelles sources d’énergie. Pour ma part, je vous propose deux exemples complètement nouveaux de sources à exploiter.

Un exemple de nouvelle source de création d’électricité peut venir de l’idée d’exploiter l’eau huileuse sous pression qui git dans les gisements pétroliers épuisés pour la faire turbiner en faisant tourner un générateur électrique.

Imaginons d’avoir à disposition un barrage hydroélectrique de montagne plein d’eau non utilisé, mais à l’envers. Imaginez, les industriels qui sont propriétaires d’installations pétrolières en mer ou sur terre pourraient se transformer en producteur d’énergie électrique renouvelable ! En plus, l’électricité ainsi produite serait non intermittente, flexible et à la demande : tout le contraire des limitations qui nous sont imposés par l’utilisation de l’éolien, ou du solaire.

Et pour faire un autre exemple final, parlons maintenant d’utilisation de CO2.

L’industrie propose et vends des contrats de CCS (Carbon Capture and Storage) qui consistent à utiliser des plateformes offshores non plus opérationnelles afin de stocker le gaz dans les gisements épuisés.

Enjeu : l’autonomie

Actuellement, la meilleure méthode de stockage du gaz dans le gisement est obtenue en le mixant avec l’eau huileuse du gisement même. Nous obtenons donc, un réservoir de liquide sous pression qui pourrait être assimilé à nouveau à un barrage de montagne à l’envers. Donc nous pourrions l’exploiter comme une centrale hydraulique.

Compte tenu que la technologie hydroélectrique est maitrisée, nous pourrions dimensionner la turbine adaptée pour exploiter le mix CO2/eau huileuse afin de faire tourner un générateur qui créera l’énergie électrique.

De cette façon nous pourrons donc transformer un CCS existant en CCUS (Carbon Capture Utilisation and Storage) opérationnel pour l’éternité !

Je reste confiant que notre société avancée a toutes les chances pour créer des nouvelles méthodes pour vivre dans une société décarbonée et que la France devienne autonome en production d’énergie électrique en couvrant ses besoins futurs !

commentaires

COMMENTAIRES

  • Merci pour cet article. Tout à fait d’accord avec vous pour penser qu’en ce qui concerne l’énergie électrique qui est l’énergie du futur nous ne nous en sortirons qu’avec des idées entièrement nouvelles issues de la créativité et de l’expérience des acteurs industriels. La pensée éolienne et photovoltaïque est devenue un nouveau conformisme…

    Répondre
  • La technologie de remplacement existe ,elle s’appelle :moteur magnétique.Couplé à un alternateur nous avons de l’énergie électrique qui ne provient pas du réseau et pour plus d’un siècle . Chaque foyer aura son générateur et ce sera bien sur la fin d’EDF .Son inventeur qui veut breveter son >bébé> se retrouve avec une affaire bloquée et classée pour l’instant comme secret .défense.

    Répondre
  • Penser à de nouvelles façons de produire de l’électricité ? Ah et bien, nous ne faisons pas qu’y penser, nous le faisons et nous l’avons d’ailleurs fait entre 73 et 85 en des circonstances à peu près comparables à celles d’aujourd’hui mais avec une seule différence , entre 73 et 85 on savait que ce n’était pas définitif ou au moins on s’en doutait, ce qui ne nous a nullement démotivé, alors qu’aujourd’hui , on sait que c’est définitif. Nous, nous sommes prêts mais hélas nous sommes les seuls à le savoir puisque personne ne nous écoute. Quand je parle de personne, j’entends les « sachants » ou supposés sachants, ceux qui ont le pouvoir d’encourager ou de faire barrage et dont la légitimité est discutable. Notre expérience ne l’est pas.

    Répondre
  • Bonjour,

    Dans l’article, il est écrit que qu’il faut de nouvelles façons de « créer de l’énergie » électrique. Le mot « créer » ne me semble pas adapté.
    Il me semble que l’énergie électrique est toujours produite à partir d’une autre énergie avec un plus ou moins bon rendement; rendement toujours inférieur à 1. C’est d’ailleurs si le rendement était par « bonheur » supérieur à 1 que l’on pourrait parler de création d’énergie?
    Si je me souviens bien:
    – Il faut trois fois plus d’énergie primaire, soit 3kWh, pour produire un 1kWh d’énergie électrique. rendement =0,33 environ
    – Un autre rendement à ne pas oublier: électricité —-> hydrogène —> électricité = 0,25 environ.

    Y aurait-il quelque chose que je j’aurais pas compris en physique ?
    Merci de votre attention

    Répondre
    • @Stoclin, et bien rassurez vous, vous ne dites aucune bêtise. Vos souvenirs sont bons même si en changeant de transformateur d’energie les chiffres varient, mais globalement vous avez une bonne moyenne et vous pouvez donc confrontez vos chiffres à ce qu’on vous propose , l’erreur en + ou en moins sera légère et vous pouvez les utiliser sans vous poser trop de problème.

      Répondre
commenter

Répondre à Ivan SAILLARD Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective