Prix de l’électricité: des arrêts d’usines en France redoutés début 2022

Certains industriels craignent des baisses de production ou des arrêts d’usines en France début 2022, en raison de l’envolée des prix de l’énergie et de la faible allocation d’électricité à prix garanti qu’ils ont reçue du système de régulation Arenh mercredi.

Le mécanisme baptisé Arenh (pour « accès régulé à l’électricité nucléaire historique ») permet depuis 2011 aux fournisseurs alternatifs et aux industriels dits « électro-intensifs » d’acheter de l’électricité nucléaire d’EDF à un prix fixe et plutôt modeste, de 42 euros par MWh.

Ce prix, basé sur les coûts de production du nucléaire en France, est très avantageux par rapport aux cours de l’électricité sur le marché spot (comptant), qui a oscillé entre 200 et 300 euros par MWh ces dernières semaines, et même par rapport au marché à terme 2022 –celui sur lequel s’approvisionnent les industriels lorsqu’ils ne peuvent plus bénéficier de prix régulés– qui cotait 170 euros par MWh jeudi.

Mercredi soir, les gros consommateurs d’électricité, fournisseurs alternatifs et industriels, ont appris qu’ils ne recevraient que 62,37% de leurs demandes d’électricité bon marché en 2022, le plafond disponible de l’Arenh fixé à 100 TWh n’ayant pas été relevé par le gouvernement. Leurs demandes portaient sur 160,36 TWh pour l’année.

« C’est le taux d’écrêtement le plus important jamais connu » a noté l’Union des industries utilisatrices d’électricité (Uniden), dans laquelle on retrouve notamment sidérurgistes, chimistes ou producteurs d’engrais, gros utilisateurs d’électricité.

« Concrètement cela signifie que les industriels électro-intensifs situés en France vont devoir compléter une partie importante de leur approvisionnement sur le marché dès les prochains jours dans les pires conditions de prix qui soient » souligne l’Uniden dans un communiqué.

« Un certain nombre de sites envisagent donc d’adapter leur production en conséquence, jusqu’à l’arrêt complet pour certains profils » affirme l’Uniden.

Déjà plusieurs d’entre eux ont procédé ces dernières semaines à des baisses de production comme l’usine de zinc Nyrstar à Auby (Nord), l’aciérie électrique de LME Beltrame près de Valenciennes (Nord), l’électrolyse de chlore de Kem One à Fos-sur-mer. Sans parler d’Ascoval qui produit de l’acier décarboné, passée à deux doigts de délocaliser une partie de sa production en Allemagne, où l’acier, produit à partir de charbon, coûte moins cher qu’en France, alors qu’il émet beaucoup de CO2.

Les fournisseurs alternatifs d’électricité avaient demandé à l’Etat de relever cette année le plafond de l’Arenh à 150 TWh cette année, mais le gouvernement n’a pas donné suite « officiellement, parce que la Commission européenne s’y serait opposé », note un industriel.

« Devant la gravité de la situation, et pour une durée temporaire, c’est un obstacle qui aurait pu être levé » estime cet industriel.

Initialement, le système Arenh avait été créé et accepté par la Commission européenne pour permettre à des fournisseurs alternatifs d’électricité d’accéder à de l’électricité nucléaire à des prix bas, et donc de faire émerger une concurrence à EDF en France.
im/ico/tho

commentaires

COMMENTAIRES

  • Pourtant on devrait être à l’abri de tous ces risques de black out et autre puisque nous avons le nucléaire….. selon certains grands naïfs.

    Répondre
    • Hélas, nous n’avons pas relancé en temps utile la construction de la quarantaine de réacteurs dont nous aurons besoin.
      Il est temps de le faire, au lieu de se lancer, comme les Allemands mal inspirés, sur des couples éoliennes non pilotables plus centrales à gaz pilotables.
      Et je ne parle pas du solaire, avec un taux de charge désastreux de 15% max.

      Répondre
      • Inutile de discuter tant que vous ne comprendrez pas à quoi sert le facteur de charge, ni ce qui est effectivement important comme unité de mesure pour comparer l’intérêt des différents dispositifs de production.

        Répondre
  • Le plafond disponible de l’Arenh fixé à 100 TWh est resté le même que les années précédentes (volonté du gouvernement).
    Rapport entre Plafond de l’ARENH et Black out ?
    Nota) De plus si les industriels restreignent leur production à cause des prix de l’élec prohibitifs pour eux (régulés et spots), Ils consommeront moins d’électricité !

    Répondre
  • Ils n’ont pas de contrat avec EDF? C’était mieux d’acheter à des non producteurs? Ils ne savaient pas que ça comportait un risque? Il faut les plaindre?

    Répondre
  • Lundi 3 décembre 2021, le nucléaire atteignait 58 GW. Aujourd’hui jeudi 2 décembre 2021, 9 ans plus tard, le nucléaire atteint 43 GW, soit 15 GW de moins. Un écroulement pourtant bien peu médiatisé…

    Répondre
    • Pas 2021 mais 2012 !
      Avec la quinzaine qui a des orteils en éventail, si les réacteurs étaient toujours pilotables cela les ferait les 58 GW de 2012
      Mais il se trouve qu’en ce moment ils ne le sont pas, alors les 15 GW ils sont en sommeil en attendant de pouvoir être réanimer sans qu’on leur demande ensuite de baisser leur production la nuit quand tout le monde dort

      Répondre
  • Ne vous inquiétez pas les gars, avec Ciotti ou Zemmour président de la République, ça va tout changer, vous verrez, on n’aura rapidement plus aucun besoin d’energie car il n’ y aura plus de France ! Elle est pas belle la vie ? A force de faire du « en même temps » une philosophie de gouvernement, on finit par faire du sur-place et le grand remplacement dont parlent les plus fachos, va se produire on va remplacer un état moribonb, par ….le saut dans le vide sans parachute. Et l’homme de gauche profondément démocrate et profondément patriote accuse avec la plus grande virulence les responsabilités énormes de son propre camp qui a s’est laissé glisser avec volupté et dans les délices du pouvoir …de droite !
    Ecoeuré, et loin d’être le seul de la gauche authentique à la droite républicaine qui elle aussi a sombré définitivement. Le futur ;;;;les affaires, pas toujours claires, mais de beaux jours à venir pour les affairistes de tous les bords qui ne pensent qu’à satisfaire leurs propres besoins en oubliant totalement la Nation abandonnée à l’extrême droite. Quelle honte ! Je songe à quitter un pays malade, tres malade, et qui a perdu l’essentiel : sa mémoire.

    Répondre
    • Mais Claude….. quoi de neuf ? Qu’y a-t-il de nouveau par rapport à hier, avant-hier, ou avant-avant hier ?
      Il y a beau temps que les politiciens qui se disent de gauche ou de droite, ou du centre, ou même encore d’ailleurs, n’ont besoin que d’une étiquète pour être entendu, la seule chose qui les intéresse. Etre entendu, c’est l’accès à la première porte du pouvoir, être plus entendu que les autres c’est l’accès à la porte des ministrables, devenir le seul à être entendu c’est l’accès au trône. La gauche, la droite, le centre, tout ça ne veut plus rien dire depuis longtemps, depuis la mort de Jaurès très précisément.

      Répondre
  • Avec le scénario 100 % renouvelables, il est prévu d’adapter la demande à l’offre, c.à.d. de nombreux délestage en vue.

    Répondre
    • Réveillez vous Cochelin, adapter la demande à l’offre est déjà en vigueur aujourd’hui avec le nucléaire comme principal outil de production. A l’heure présente la demande est de 80GW dont seulement 42 fournis par l’outil principal, le nucléaire, soit à peine plus de la moitié et le reste par l’hydro, le gaz, le charbon, (qui sont au max de la puissance installée, et le complément par le vent et l’importation.
      Si la demande augmente, ou que le vent faibli (je vous rassure ce n’est pas pour tout de suite, et que les fournisseurs des pays voisins viennent à faire défaut que fera RTE ? Des délestages car la demande sera supérieure à l’offre ! C’est déjà prévu comme ça.

      Répondre
  • Le sujet initial de ll’article est le prix de l’élec qui risque d’abîmer ce qui reste de notre industrie (massacrée depuis plus de 30 ans par l’état providence) et la meute des gochos converge vers le » mauvais nucléaire et la mauvaise droite ».
    Comme ns disions gamins : « c’est rigolo mais c’est salaud ».
    Ce qui confirme que souvent « la vérité sort de la bouche des enfants » !

    Répondre
  • L’Arenh « accès régulé à l’électricité nucléaire historique » en soit est une véritable imposture, la plus belle des hypocrisies et le plus minable deal politique passé entre la France et la commission européenne, laquelle a accepté pour ne pas renier son idéologie ultra libérale dans la croyance sacrosainte de la concurrence régulée par Le Marché!
    Et bien non l’électricité ne se prête pas si facilement aux « lois » du marché de par sa spécificité essentielle qui impose à tout instant (à chaque mimi seconde) d’équilibrer l’offre et la demande et ce qui est possible avec pratiquement tous les produits consommables et STOCKABLES mais pas l’électricité.
    Sans aller plus loin dans la démonstration cela suffit à comprendre comment la France (EDF) qui disposait d’une électricité importante et très concurrentielle grâce au nucléaire s’est vu imposé par Bruxelle le scandale de l’Arenh l’obligeant à vendre au tarif de 42€ le Mwh son électricité aux pseudos (la plus part ne produisent rien) fournisseurs d’électricité pour créer une pseudo concurrence et ceci pour environ la quart de sa production (100 Twh pour plus de 400 Twh produit).
    Au passage on notera que les 42€ sont bien inférieur aux prix du renouvelable.
    Qui ne voit pas l’entourloupe dont n’arrive pas à sortir la CE et la CRE (commission de régulation de l’électricité) tellement le mécanisme économique est stupide.

    Répondre
commenter

Répondre à Jean Pierre Moulard Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective