Pour un Big bang de la rénovation énergétique des bâtiments

Dans le cadre de notre partenariat avec les Universités d’Eté Smart Buildings for Smart Cities, nous publions la tribune d’Emmanuel François, président de l’association française Smart Buildings for Smart Cities, et Jean-Christophe Vanderhaegen, directeur-général de la Confédération Construction Bruxelles-Capitale, l’entité bruxelloise de la Confédération Construction qui regroupe 15.000 entreprises de construction affiliée.

Nous allons vers un monde toujours plus connecté. Non seulement les individus seront hyper connectés entre eux, mais aussi, à terme, tous les équipements et infrastructures interagiront en temps réel.

De nouvelles perspectives

Et cela ouvre de nouvelles perspectives : s’appuyer sur les rénovations énergétiques pour déployer le numérique dans tous les bâtiments et s’appuyer sur les économies d’énergie pour financer les investissements liés aux équipements numériques.

Le déploiement des bâtiments intelligents, passera immanquablement par la mise en œuvre de solutions smart ouvertes, compatibles et centrées sur l’occupant.

Avec internet, notre monde a fondamentalement changé. Toutes les activités qui étaient concentrées et centralisées peuvent désormais être également déportées. Le travail avec le télétravail, le commerce avec l’e-commerce, la santé avec l’e-Santé, la formation et l’enseignement avec les MOOC, … Il en va de même pour l’énergie avec les énergies renouvelables et la production et stockage local.

Le développement de solutions smart dans les bâtiments constitue dès lors un enjeu majeur dans le cadre de la transition énergétique de notre société.

Dans le cadre du défi climatique, le plus grand potentiel d’économies d’énergie se situe dans la rénovation du bâti existant.

Aujourd’hui, nous avons une opportunité unique d’associer le numérique à la transition énergétique pour déployer de nouveaux services smart permettant de grandement optimaliser la gestion énergétique de nos bâtiments, et ce,à des coûts… marginaux !

Ajuster au mieux la consommation énergétique en fonction des usages

Alors que le bâtiment représente près de 45 % de la consommation énergétique globale, il devient incontournable de lancer un vaste plan de rénovation énergétique des bâtiments.

Si l’isolation de certaines passoires thermiques s’avère être une nécessité, dans beaucoup de cas, celle-ci se heurte trop souvent à la difficulté de dégager les moyens financiers adéquats. Ceci est dû à la fois au problème du retour sur investissement à court terme et d’un déploiement massif sur une courte période.

Il n’en est cependant pas de même de la mise en place de systèmes d’automatisation permettant d’ajuster au mieux la consommation énergétique en fonction des usages et de la présence des occupants dans les bâtiments, avec des performances voisines de 20 %.

Le déploiement de ces solutions smart, et par la même occasion la généralisation des bâtiments intelligents, passera immanquablement par la mise en œuvre de solutions ouvertes, compatibles et centrées sur l’occupant. Le bâtiment intelligent doit devenir une plateforme de services sur laquelle viendront se greffer une multitude solutions numériques.

Le déploiement du Smart passera par la mise en œuvre de solutions centrées sur l’occupant

Aujourd’hui, chaque acteur vient avec son système propre et propriétaire n’offrant aucune ou très peu de mutualisation. On empile alors un système pour l’économie d’énergie, un système pour la sécurité des biens ou des personnes, un autre pour l’assistance aux personnes, etc. avec à la clé une vraie problématique de retour sur investissement.

Dans cette optique, la Smart Building Alliance a développé le référentiel Ready2Services (R2S) qui apporte la garantie d’évolutivité et de pérennité des systèmes en définissant le cadre de confiance numérique du bâtiment, pré requis à tout investissement.

Résultat d’un travail collaboratif associant tous les acteurs de la chaîne de valeur, il s’appuie sur des systèmes ouverts et interopérables. Il permet ainsi la mutualisation d’une infrastructure et d’équipements et systèmes pour plusieurs services au lieu d’un seul actuellement (énergie, santé, confort, sécurité, etc…). C’est fondamental.

Ainsi, il sera possible de bénéficier par la même occasion de l’infrastructure numérique pour déployer d’autres services tels que le contrôle d’accès, la sécurité des biens et des personnes, l’assistance aux personnes dépendantes, le contrôle du bâtiment, etc… à coût réduit.

Ceci présuppose bien entendu une maîtrise parfaite des usages et contextes avec entre l’asservissement du système à la présence et aux ouvertures de fenêtre ainsi qu’une gestion affinée par zones (exposition au soleil, …). Il s’avère que le retour sur investissement ne devrait pas excéder 5 ans et dans de nombreux cas être plus proche de 3 ans.

Par ailleurs, s’il y a encore quelques années nous en étions encore à la validation de ces solutions par des POC (Proof of Concept),des solutions technologiques sont aujourd’hui disponibles en grand nombre et éprouvées.

Avec R2S, le bâtiment devient une plateforme de services et le 1er service est énergétique.

L’efficacité énergétique doit tirer le numérique dans le bâtiment, tout de suite. R2S garantit l’interopérabilité et l’ouverture des systèmes déployés pour d’autres services à coût marginal.

Il y a dès lors une opportunité unique de déployer massivement et sans attendre ces systèmes pour autant qu’ils répondent aux critères d’ouverture et d’interopérabilité et que tous les acteurs de la chaîne de valeur soient impliqués. Chacun y trouvera son intérêt et pourra contribuer à la réussite de ce projet.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Répondre à prime energie cee/energetique Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective