Airbus présente Zephyr, un drone-satellite à énergie solaire

Le premier exemplaire de production du Zephyr, un drone à énergie solaire qui vole à très haute altitude et effectue les missions d’un satellite, est sorti d’usine à Farnborough et est en train d’effectuer son vol inaugural, a annoncé Airbus mercredi.

Le premier appareil de série du programme, fabriqué dans le tout nouveau site de production d’Airbus Défence and Space à Farnborough (Royaume Uni), a été lancé le 11 juillet d’Arizona (Etats-Unis).

“Le vol inaugural du Zephyr S vise à démontrer les capacités de l’appareil”, selon le groupe.

Ce “pseudolite” à haute altitude (High Altitude Pseudo-Satellites – HAPS) d’une envergure de 25 mètres et d’un poids de 75 kg, entièrement recouvert de panneaux solaires, peut voler jusqu’à une altitude de 70.000 pieds (21 km), au dessus des intempéries et du trafic aérien classique, précise Airbus Defence and Space qui l’a présenté dans le cadre du salon de l’aéronautique de Farnborough.

“Le seul avion de ligne qui ait évolué à cette altitude est le Concorde”, selon Airbus, et seuls les “avions militaires U2 et SR-71 Blackbird étaient capables d’opérer à des niveaux comparables”.

Pour l’heure son vol le plus long sans ravitaillement est de plus de deux semaines et à terme il devrait pouvoir séjourner pendant trois mois dans la stratosphère avant d’être rapatrié avec une phase de descente qui peut durer jusqu’à 30 heures.

Ce pseudolite – ni avion, ni satellite -a “l’endurance d’un satellite et la flexibilité d’un drone”, a expliqué à l’AFP Jana Rosenmann, directrice de la division drones d’Airbus.

Il est doté d’une technologie de batterie de pointe qui stocke l’énergie pendant la journée afin d’alimenter l’appareil la nuit.

Sept exemplaires seront produits en 2018 et 7 autres en 2019, selon Mme Rosenmann.

Cet aéronef réutilisable est destiné à des applications militaires -il a pour premier client l’entité Defence Equipment & Support du ministère britannique de la Défense- mais aussi civiles dans des domaines de la sécurité maritime, la surveillance, le contrôle de la pollution, le contrôle des frontières, la lutte anti-incendie, les radiocommunications numériques sécurisées ou la connectivité Internet, selon Airbus.

Airbus indique collaborer étroitement avec les autorités de régulation du monde entier, en l’absence de réglementation internationale en matière de systèmes aériens sans pilote.
sw/pn/nas

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective