acceleration-mix-charbon-eoliennes-allemagne-incroyable-echec-Energiewende

L’accélération du mix charbon-éoliennes de l’Allemagne ou l’incroyable échec de l’Energiewende

Une tribune signé par Fabien Bouglé, expert en politiques énergétique.

Robert Habeck, Ministre « vert » allemand de l’Economie vient d’annoncer publiquement, qu’à défaut du gaz d’origine russe, l’Allemagne allait être contrainte de relancer en urgence ses centrales au charbon. Cette annonce suivait celle qui excluait de reporter l’arrêt des 3 réacteurs nucléaires allemands encore en activité , qui, en principe, doivent s’arrêter fin 2022, malgré la demande du patronat d’en reporter la fermeture.

La relance du charbon par nos voisins n’est pas exclusivement dû à la limitation par la Russie de ses approvisionnements en gaz, qui, avant la guerre en Ukraine, représentaient plus de 50% des besoins en Allemagne. Non, la faible activité, en 2021, des éoliennes intermittentes allemandes, dont la production avait chuté de près de 14% par rapport à 2020, les avait contraints d’augmenter de 25% la production d’électricité au charbon et à la lignite, qui était ainsi redevenu leur première source d’électricité.

Le modèle éoliennes-énergie fossile de l’Allemagne

La guerre n’a fait qu’accélérer un phénomène de dépendance de l’Allemagne aux éoliennes ou aux panneaux solaires, qui nécessitent le complément des centrales fossiles, et ne sert qu’à camoufler l’échec retentissant de l’Energiewende, dénoncé depuis plusieurs années par la Cour fédérale des finances. En effet, à plusieurs reprises elle s’était alertée dans ses rapports sur ce modèle qui allait conduire à une explosion des factures d’électricité des Allemands, et à une multiplication des coupures d’électricité. Et nous y sommes !

Bien avant la guerre, le magazine Newsweek avait titré un article retentissant le 27 octobre 2021, « Les pannes d’éoliennes à l’origine de la crise énergétique en Europe sont un avertissement pour l’Amérique », soulignant que le choc gazier était dû à la multiplication en Europe des éoliennes couplées au gaz ou au charbon, dans un contexte de reprise économique post-covid. Les observateurs d’outre-Atlantique avaient parfaitement identifié que la multiplication des éoliennes créait une forte dépendance aux énergies fossiles, conduisant à une inflation énergétique.

La guerre n‘a fait qu’accélérer et augmenter le besoin en énergies fossiles de substitution au gaz russe, comme le charbon ou la lignite, conduisant à une explosion de la facture énergétique, déclenchant mécaniquement une terrible spirale inflationniste.

Le plus incroyable est que l’Allemagne continue de dénigrer le nucléaire français décarboné, allant jusqu’à militer dans les institutions européennes pour qu’il ne soit pas reconnu dans la taxonomie des activités vertueuses pour le climat, alors que son bilan carbone n’est que de 3,7 g de CO2 /kWh selon une récente études des experts d’EDF. Cela place le nucléaire comme la source d’électricité la plus vertueuse dans le monde pour le climat, alors que le charbon produit 1 000 g de Co2/kwh et des particules fines contenant mercure et uranium, polluant les autres pays européen par les fumées des hautes cheminées des centrales allemandes.

Nucléaire français vs Energiewende allemande

La France, qui émet environ 50 g de co2/ kwh d’électricité, est un des pays les plus vertueux en Europe pour les faibles émissions de son mix électrique : elle se trouve paradoxalement mise en accusation par l’Allemagne, qui avec 500 g de CO2/kwh, a un mix électrique 10 fois plus polluant. C’est donc le pays qui a le bonnet d’âne en Europe qui reproche au meilleur élève européen de ne pas suivre son modèle désastreux pour la planète et le climat.

Du reste la France, dont les dirigeants sont toujours sous contrôle de puissants réseaux d’influence allemands, vient malheureusement d’annoncer la relance d’une centrale au charbon sur son sol, et souhaite accélérer l’installation des éoliennes, s’inspirant sans discernement du modèle d’Energiewende de nos voisins.

Par une incroyable perte de lucidité ou par naïveté – sous prétexte de fédéralisme européen – les dirigeants français s’engouffrent dans une politique dictée par l’Allemagne. Dans son discours de Belfort, tout en annonçant à minima la relance salutaire du nucléaire, le Président Macron envisageait en même temps une incroyable multiplication des éoliennes maritimes ou terrestres et des panneaux solaires dont aucun ne sont fabriqués en France.

Notre pays continue d’acheter des éoliennes en Allemagne, qui n’hésite pas à commander des avions de chasse américains ou des vols de fusée SpaceX. Et lorsque les réseaux d’influence allemands font voter récemment deux commissions du Parlement européen contre l’intégration du nucléaire dans la taxonomie verte européenne, le Président Macron laisse passer cette agression, sans aucune réaction politique de fermeté.

Mais cette attitude climato-hypocrite de l’Allemagne n’est pas une découverte pour la France. Déjà en 2019 la sénatrice Anne-Catherine Loisier avait dévoilé un rapport de l’Agoraenergiewende intitulé « L’Energiewende et la transition énergétique à l’horizon 2030 », qui se réjouissait que « […] si des capacités nucléaires sont retirées du mix français, la compétitivité des centrales à charbon maintenues dans le système en Allemagne est améliorée. »

Depuis la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la France, qui exportait 12 térawattheures d’électricité décarbonée par an à l’Allemagne, se trouve contrainte de devoir importer la même quantité de ce pays, alors qu’il s’agit d’une électricité sale et très polluante.

Un incroyable échec

Il est temps pour nos gouvernants de tirer un trait sur le modèle allemand de l’Energiewende, qui mène l’Europe dans une situation de chaos énergétique, par forte dépendance aux fossiles et une spirale inflationniste incontrôlée.

Il est temps de prendre acte que le modèle de nos voisins allemands est un incroyable échec.

Il est temps enfin de prendre conscience que nous avons un formidable atout avec notre patrimoine électrique nucléaire qui permet d’assurer notre souveraineté électrique en contrôlant la facture énergétique des ménages et des entreprises tout en ayant un impact particulièrement faible sur nos émissions de gaz à effet de serre.

Nos centrales nucléaires – si on veut bien se donner la peine de les entretenir correctement – ont cette capacité de produire une électricité stable et puissante assurant à nos concitoyens la fiabilité de nos fournitures d’électricité.

A l’heure où les principaux patrons des entreprises énergétique appellent les français à la baisse de leur consommation en raison des risques de pénuries électriques, que la politique d’apprenti-sorcier inspirée de l’Energiewende allemand a contribué, à organiser, il est vraiment temps d’envisager une disruption énergétique basée sur un nouveau plan massif du nucléaire français, suite naturelle du plan Messmer de 1974.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Ce Monsieur Bouglé ne fait que révéler….. sa propre face caché d’honnête militant nucléaire en se saisissant d’un incident de parcours qui ne peut, au pire, que retarder la marche de l’Allemagne vers le 100% renouvelable. Comme il aimerait que ce soit vraiment l’échec de l’energiewende….. alors vite il faut l’annoncer avant que le pretexte, qui peut le laisser supposer, ne disparaisse, après il serait trop tard, plus crédible, avec la reprise de la marche dans la direction choisie par l’Allemagne après Fukushima.
    C’est assez consternant, pour ne pas dire minable.

    Répondre
    • @Romain Serge : Il est plus facile de dénigrer Monsieur Bouglé que de proposer des contre-arguments. La guerre en Ukraine peut effectivement être vue, pour l’Energiewende, comme un incident de parcours. Mais il me semble qu’il reste incontestable pour tout observateur honnête que l’Allemagne, en décidant l’abandon du nucléaire, s’est rendue dépendante (sur une longue durée) aux éoliennes ou aux panneaux solaires, qui nécessitent le complément des centrales fossiles. A long terme, si l’on parvient à mettre au point un stockage de masse de l’électricité, économique et non polluant, l’Energiewende aura toutes ses chances. Mais on en est loin. Le progrès de nos sociétés modernes n’a été rendu possible que par la mise à disposition d’une énergie abondante et bon marché mais polluante, le charbon puis le pétrole (cf. tvx de Jean-Marc Jancovici). Le nucléaire pose d’autres problèmes, de sécurité particulièrement (comme bcp d’industries, en particulier la chimie). Le progrès n’a pas nécessairement rendu l’humanité plus humaine partout ! Saisissons la crise actuelle pour interroger notre modèle de croissance occidental, qui a surtout profité à l’Occident et qui ne pourra pas être mis en oeuvre par le reste du monde, sur la base du charbon et du pétrole, sans dommages graves pour la planète. Acceptons le principe que le nucléaire est un « moindre mal » pour les 20 ans à venir, le temps nécessaire pour adopter un mode de vie moins énergivore, sans trop provoquer de drames humains. Voilà un projet politique qui pourrait fédérer pro et anti-nucléaires, qu’ils soient allemands ou français.

      Répondre
        • @Thierry Deneux,
          Vous en voulez un autre en matiere d’incroyable échec du nucléaire français ? C’est là :
          https://nuclear-monitor.fr/index.html#/

          29 réacteurs en panne sur 56, une réussite incontestable !
          Heureusement que les allemands dans un échec incroyable de leur energiewende viennent à notre secours nous qui volons de succes en succes avec notre nucléaire, avec l’ancien comme avec ce nouvel EPR qui n’en fini plus de voir son prix augmenté et de ne pas arriver à produire quoi que ce soit !
          Vous en voulez d’autres ?

          Répondre
    • Bof, Rochain, cet article ne fait que rappeler la vérité de base : éolien et, pire encore, solaire, sont des énergies intermittentes.
      Leur taux de charge est particulièrement instructif pour la France, vers 25% pour les éoliennes terrestres, 40% pour les flottantes, 15% pour le solaire.
      Lorsque les conditions météo sont défavorables, tout l’hiver pour le solaire, la nuit évidemment, vent insuffisant (plus de la moitié du temps), il faut se replier sur une énergie pilotable, hydraulique, un peu de bio truc, et bien rapidement centrales classiques à gaz, lignite ou charbon.
      Pas à chier, il n’y a pas d’autre solution.
      Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le système fonctionne à l’envers de ce que disent Marguerite (c’est son job), et nos amuseurs habituels : On installe des centrales pilotables, et lorsque la météo est porteuse, les énergies intermittentes permettent de diminuer les pollutions des centrales pilotables.

      Répondre
      • 🤣😂🤣🤣😂 ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain 🤣😂🤣🤣😂 : la crise actuelle prouve bien qu’ il faut develloper de toute Urgence ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
    • Monsieur Rochain, vous arrive-t-il de faire une pause dans vos délires ?
      ah si ! lorsque les 100% renouvelables que vous encensez seront effectivement déployés et à quel prix, il vous arrivera de faire des pauses lorsque un anticyclone plombera les éoliennes et que vous n’aurez plus de courant pour déverser votre fiel ….

      Répondre
      • Ptiloup 😂🤣😂 un nouveau troll qui vient se ridiculiser en publïc en prouvant qu’il ne connait même pas les bases du sujet .. 😂🤣😂 allez une fois de plus la réalité du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz ….

        Répondre
      • Et vous, il vous arrive de dire autre chose que des calomnies sur mon compte ?
        Que voulez vous que j’y fasse si vous êtes trop con pour considérez qu’il n’est pas normal que 30 réacteurs nucléaires sur 56 soient en panne?

        Répondre
        • M’enfin, Rochain,
          « Que voulez vous que j’y fasse si vous êtes trop con … »
          Toujours cette grossièreté latente !!!
          Non, ce n’est pas normal que la moitié de nos réacteurs soient arrêtés.
          C’est le résultat du manque de volonté politique de nos dirigeants depuis des décennies, sous l’influence en particulier des supposés écolos, beaucoup plus motivés par leur anti nucléaire viscéral que par leur intérêt pour le climat.
          Sinon, ils afficheraient un soutien sans faille pour le nucléaire, seule source de production d’électricité décarbonée, avec bien entendu chez nous un peu d’hydraulique et un micro poil de bio-truc.

          Conclusion, il convient de mettre les bouchées doubles pour rattraper de retard scandaleux.
          Et vous proposez de baisser les bras !!!
          Fumiste, quoi.
          Bon, puisque vous le dites, un peu con aussi, c’est vrai.

          Répondre
          • 🤣😂🤣🤣😂 ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain 🤣😂🤣🤣😂 : la crise actuelle prouve bien qu’ il faut développer de toute Urgence ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain…vous pouvez voir la réalité du terrain : depuis quelques mois maintenant, la France importe massivement de l’électricité de tous ses voisins ! Elle est ou l’indépendance nucléaire alors qu’en plus l’uranium vient de l’étranger et que les déchets partent en Sibérie : https://www.rte-france.com/eco2mix/les-echanges-commerciaux-aux-frontieres?

          • Monsieur Deneux, oui les Alleamnds se sontrendus dépendant de l’éolien et du solaire et de…. bref toutes les énergies reniuvelables tandis que la France s’est rendue dépendante de l’étranger dont nous importons, 10 GW à midi par exemple, soit plus du tiers de ce qu’arrive à produire notre nucléaire qui lui dépend à 100% de l’étranger, et sur ces 10 GG venant de chez nos voisins l’Alleamgne est pour moitié. Vous noterez aussi que les Alleamnds produisent environ 40 GW à partir de PPV au moment où ils sont le plus necessaires, quand l’activité économique est active, mais surtout qu’à coté de cette puissance rien qu’en solaire, la puissance maximale de notre nucléaire fait vraiment pale figure avec ses 24 GW. Et il n’y a pas que notre nucléaire qui fait pale figure car notre puissance PPV ne réussi qu’à hauteur de 10 GW et dans les pales figures j’ajouterai donc celle de M. Bouglé, la votre, et celle d’un tas de petits ignorants qui fanfaronnent en permanence au nom d’un nucléaire en régression pour ne pas dire en faillite.écrasés par la puissance croissante des renouvelables qui n’ont pas plus besoin du fossile, que le nucléaire et aujourd’hui même beaucoup moins que lui !

    • M. Bouglé énonce des évidences : le 100 % renouvelable est une imbécillité de première grandeur : en hiver quand il pleut ou neige une journée sans vent, comment se procure-t-on de l’énergie ? En faisant marcher des centrales nucléaires, seule solution intelligente.pour le moment ! Je vous invite à écouter sur TV libertés une interview de M. Le Floch Prigent, dont on ne peut contester la compétence et qui n’est pas, que je sache, un abominable représentant de l’extrême droite. il énonce entre autres choses une évidence historique : l’humanité a progressé depuis Néandertal en poursuivant la mise en œuvre d’une énergie abondante et bon marché. Les abrutis allemands et autres écolos qui ne font que les imiter bêtement veulent exactement le contraire, en nous menaçant d’ une énergie rare et hors de prix. La décroissance est donc leur credo. Libre à vous de leur emboîter le pas, mais permettez moi de vous dire que c’est suicidaire.

      Répondre
      • Brun, la preuve que ce sont des evidences c’est que vous le dites…. mais vous serez moins stupide quand vous arréterez de prendre les autres pour des imbéciles. Dans le genre de votre stupidité vous avez aussi celle-ci :
        Le nucléaire ne peut pas fonctionner, c’est uen évidence car quand c’est en panne ça ne fonctionne pas. et c’est le cas plus d’une fois sur deux ! on en voit la preuve tous les jours un réacteur sur deux est en panne, c’est plus fréquent qu’une panne de vent en même temps sur toute la France et en même temps une nuit de 24 heures également sur toute la France !
        Alors vouez vous petit crétin, quand je commence à lire ce genre de connerie digne d’un idiot de la pire espece je ne vais pas plus loin que la premiere phrase

        Répondre
  • la rélaité du terrain c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires … à propos des vieux canulars périmés pour gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292432684_10229463193629145_8194031814268133863_n.jpg?_nc_cat=105&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=MOb_7jLHMosAX-QaDhM&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT9mL61EHMA5Yx04x-9zNKpQQW4kv7zfAskV1doKB3QYfg&oe=62CDB65F

    Répondre
  • Lorsque la fermeture d’un réacteur nucléaire est programmée plusieurs années à l’avance, la gestion de celui-ci est planifiée aussi bien pour la maintenance que pour l’approvisionnement en combustible.

    Celui-ci en particulier, qui concerne un tiers ou un quart des assemblages de combustible, est spécifique à la situation de chaque réacteur et au niveau de consommation du combustible déjà présent dans le réacteur.

    Les fabricants d’assemblages combustibles ne sont pas interchangeables au pied levé. Les commandes se font très longtemps à l’avance et une nouvelle commande ne peut que prendre la suite dans la file d’attente.

    Les propriétaires eux-mêmes des réacteurs concernés ont bien précisé qu’il était impossible de revenir sur le calendrier d’arrêt définitif de ceux-ci.

    Tout le bavardage des suppôts du nucléaire n’est qu’enfumage trompeur.

    Répondre
  • Tient un commentaire de M. Rochain que l’on retrouve partout sur la toile toujours à nous expliquer que le nucléaire c’est plus dans l’air et que le tout ENR c’est super. Pourtant depuis 40 ans la France est l’un des pays qui grâce au nucléaire produit son électricité avec un coût au plus bas, avec un impact carbone extrêmement bas, l’un des plus bas au monde rapporté à sa population. Vous pouvez vérifier jour après jours, semaine après semaine, mois après mois, année après année sur le site suivant :
    https://app.electricitymap.org/map

    Le gros problème des ENR, vous le savez M. Rochain c’est qu’ils sont intermittent cette intermittence ne peut être palier qu’avec des énergies fossiles (ou des barrages hydro mais faut il en avoir à disposition !!) car aucun stockage n’est possible en grande quantité, dès lors votre bilan carbone n’est plus bon. C’est bien ce qu’il se passe en Allemagne. Qui a d’ailleurs multiplié les moyens de production électrique pour se retrouver avec 225 GW de moyen de production confondu dont 140 GW D’ENR. La France avec 135 GW, tout confondu, installés, se suffit à elle même et exporte. Le coût d’exploitation français est donc bien inférieur à celui de nos voisins en terme d’installation et d’entretien. Et je ne compare pas les durées de vie d’une éolienne et d’une centrale. Le Tout ENR n’existe pas et n’existera jamais à l’échelle d’un pays comme la France ou l’Allemagne, seul des Norvégiens et les Québécois l’on fait avec l’hydroélectricité.

    Cela fait 30 ans que les Allemands essayent de parvenir au tout ENR, ils en sont encore loin.
    La France en 15 ans grâce au nucléaire est parvenu à produire 3 à 8 fois moins de CO² que son voisin.
    en dépensant beaucoup moins, en produisant moins cher et en étant moins dépendant aux énergies fossiles.
    Ce que je dis est factuel.

    Quand vous parlez de conjoncture vous n’êtes pas sans savoir que le COVID a désorganisé ainsi que les tergiversations (pertes de compétences) de nos gouvernants l’entretien de nos centrales, ce qui est une aubaine pour les détracteurs comme vous du nucléaire.
    Vos arguments ne vont pas tenir bien longtemps d’ici quelques mois une grande parti des réacteurs seront repartis et Flamanville donnera toute sa mesure et vous ne pourrez plus vous en servir de chimère (les EPR fonctionnent en Chine 2018-2019)

    Quant à l’économie le nucléaire c’est 220 000 emplois + 200 000 induits l’éolien en France c’est 10 000 emplois au mieux
    pour l’éolien. Le nucléaire s’exporte et n’est pas délocalisable contrairement aux Eoliennes fabriqués en Allemagne, Danemark ou Espagne mais qui finiront par toutes, venir de Chine ou le dumping social règne en maitre, c’est ce qu’il s’est passé avec les panneaux photovoltaïques, ils viennent tous de chine et il faut 30 ans pour amortir le bilan carbone car fabriqué avec de l’électricité charbonnée.

    M. ISAMBERT L’uranium effectivement est importé (Kazakhstan, du Niger, du Canada, de l’Australie et de l’Ouzbékistan) comme un grand nombre de produit aujourd’hui (balance de notre commerce extérieur à -85 milliards !!!) mais il permet un stockage peu encombrant, un transport peu couteux, notre stock est de 10 ans. Nous importons 10 656 tonnes par an 280 Camions par an, combiens de camion pour le charbon le Fuel et le Gaz ? Sans parler du transport, du démantèlement, du recyclage (assez douteux concernant les pâles) des éoliennes. Eoliennes importées et intermittentes (et oui toujours) et des centrales à gaz ou charbon nécessaires. il faut stocker le Gaz, (des millions de M3) le charbon et les transporter non seulement cela coute cher mais en plus cela pollue bien plus que l’uranium et je ne parle pas de l’emprunte au sol.
    Quand au stockage c’est 3 mois !!!! et l’indépendance elle est ou la dedans ?

    Je vois arriver le problème des déchets : 40 % des déchets en France viennent des l’hôpitaux, qui veut fermer les hôpitaux ?
    il n’y a qu’une faible quantité de déchets radio-actif qui ne sont pas « dé-polluable »
    Voir les articles suivants :

    https://www.sfen.org/rgn/dechets-radioactifs-verite-faits-exactitude-chiffres/?gclid=EAIaIQobChMI1_bN35bp-AIVDah3Ch1RqQzlEAAYAiAAEgILgvD_BwE

    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/avec-le-laser-on-peut-reduire-la-radioactivite-d-un-million-d-annees-a-30-minutes-gerard-mourou-prix-nobel-de-physique-792642.html

    Répondre
    • Franck DELOINCE😂🤣😂 les faits réels : c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires … à propos des vieux canulars périmés pour gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292432684_10229463193629145_8194031814268133863_n.jpg?_nc_cat=105&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=z7Uevuqnzy8AX86guuu&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT_xRZiBidot3NIIxBU7Atc9y3TkK45t8hR2qSsINSoXNQ&oe=62D1AADF

      Répondre
    • Bravo pour cet argumentaire précis, documenté et factuel, qui contraste quelque peu (beaucoup ?) avec les « arguments » très discutables et toujours entachés de contre-vérités grossières du « grand Maître » Rochain et de son enfant de chœur, Isambert, qui lui sert régulièrement la messe… en n’oubliant jamais de mettre à jour notre catalogue de noms d’oiseaux….
      Pour appuyer vos dires en ce qui concerne l’approvisionnement en uranium de la France, qui sert d’épouvantail aux ennemis viscéraux du nucléaire, je précise que la part du « combustible » (Uranium) dans le coût de production du Mwh électrique, n’est que de l’ordre de 5 à 7%, contre 70 à 80% pour le gaz, le fuel, ou le charbon… Très utilisé par le « modèle » Allemand, en particulier !… (et sans doute plus compte tenu de « l’aide » de Poutine !)
      Je me permets d’ajouter que si, effectivement, et exceptionnellement, la France a dû, en 2021, importer une partie non négligeable de ses besoins en électricité, il s’agit bien d’une conjoncture exceptionnelle, notre pays ayant été ces vingt dernières années, l’un des plus importants exportateur d’électricité, en particulier, en direction de l’Allemagne ! Mais MM. Rochain et Isambert semblent avoir très peu de mémoire !

      Répondre
  • La production éolienne en Allemagne a baissé de 11 % (et pas de 14 %) en 2021 comparé à 2020. Les variations aussi bien mensuelles qu’annuelles sont connues et prises en compte dans toutes les évaluations relatives à une production d’électricité 100 % renouvelable, aussi bien en France qu’en Allemagne ou ailleurs.

    En Espagne, la production d’électricité éolienne a augmenté de 10,5 % entre 2020 et 2021, alors que la capacité installée n’a augmenté que de 3 %. Ce qui montre qu’il existe un foisonnement au niveau européen, pour l’essentiel entre les différentes latitudes plus qu’au niveau des longitudes.

    En Norvège, cette production a augmenté de 18,5 % entre ces mêmes dates, alors que la capacité installée n’a augmenté que de 15 %. En Italie, la production a augmenté de 11 % et la capacité installée de seulement 2 %.

    Les bonimenteurs cueilleurs de cerises se gardent bien de citer les années et/ou les pays qui contredisent leurs fallacieuses légendes.

    Répondre
  • L’auteur ne manque pas de falsifier l’étude de mars 2018 Iddri/Agora pour tromper le lecteur.

    En effet, le document ne se focalise pas sur l’Allemagne, ni sur la France, mais indique :
    « En effet, l’éviction de capacités nucléaires décarbonées du système électrique européen améliore la compétitivité des centrales électriques, notamment à charbon, dans les autres pays. »

    La production nucléaire perdue de Fessenheim (10,4 TWh/an en moyenne pour les deux réacteurs) a été compensée au préalable par une augmentation de 12,5 TWh de la production annuelle d’électricité solaire et éolienne entre 2017 et 2019.

    Par ailleurs, le nucléaire n’assure en rien notre « souveraineté électrique » puisque tout l’uranium est importé depuis la fermeture de la dernière mine d’uranium à Jouac en 2001.

    Le nucléaire ne limite pas plus la « facture énergétique des ménages … » puisque l’électricité ne représente qu’une partie de l’énergie consommée aussi bien par les ménages que par le pays tout entier.

    Ensuite, le coût complet de production de l’électricité nucléaire n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années, pour atteindre de 60,8 à 68,4 €/MWh pour le nucléaire ancien, comme l’analyse la Cour des comptes.

    Répondre
    • M’enfin, Marguerite,
      « La production nucléaire perdue de Fessenheim (10,4 TWh/an en moyenne pour les deux réacteurs) a été compensée au préalable par une augmentation de 12,5 TWh de la production annuelle d’électricité solaire et éolienne entre 2017 et 2019. »
      Toujours des explications fausses, et que vous savez parfaitement fausses.
      Il est impossible de « compenser » une diminution de source pilotable par une augmentation de source intermittente !!!
      Et c’est le cœur du problème, qui explique pourquoi, surtout pour la France, nous ne pourrons utiliser de façon utile et efficace qu’une petite part d’intermittents si nous ne voulons plus consommer de gaz.

      Répondre
      • 🤣😂🤣🤣😂 ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain 🤣😂🤣🤣😂 : la crise actuelle prouve bien qu’ il faut develloper de toute Urgence ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
  • Ce billet n’est qu’un tissu de fake news d’un bout à l’autre alors que de nombreux points qui y sont évoqués sont facilement controlable sur des sites officiels et se trouvent être l’inverse de ce qu’il raconte. Par exemple , la France n’a jamais été exportatrice en solde positif vers l’Allemagne. Aussi loin que l’on remonte dans le temps la France a toujours acheté plus délectricité à l’Alleamgne qu’elle ne lui en a vendu, c’est dans tous les rapports de la commission européenne, et même dans les documents en commun entre la France et l’Alleamgne, et le reste est à l’avenant.
    On n’a affaire qu’à un affabulateur !
    On peurt voir figure 13 que nous achetons plus à m’Alleamgne qu’elle ne nous vend d’électricité et figure 10 que le prix de l’électricté allemande est depuis toujours inférieur en Allemagne à celui de la France…..
    https://allemagne-energies.com/bilans-energetiques/

    Répondre
    • Tout cela est possible grâce à leur énorme parc fossile (75 GW) que ce pays a conservé et qu’il utilise à presque 50 % de leur mix électrique. Vous ne le rappelez pas car c’est un peu gênant pour vous (et pour eux).

      Répondre
      • Cochelin c’est genant pour vous car dans votre obscurantisme vous en oubliez toujours les faits réels : c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires … à propos des vieux canulars périmés pour gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292432684_10229463193629145_8194031814268133863_n.jpg?_nc_cat=105&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=z7Uevuqnzy8AX86guuu&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT_xRZiBidot3NIIxBU7Atc9y3TkK45t8hR2qSsINSoXNQ&oe=62D1AADF

        Répondre
      • Ce qui est gênant pour vous c’est qu’il faille être intelligent pour comprendre qu’ exploiter ses ressources locales est une nécessité pour devenir 100% renouvelable.

        Selon votre intelligence étriquée pour reconnaître que le 100% renouvelable est possible il faudrait que ce soit, sans le Soleil, sans le vent, sans l’hydraulique, sans la géothermie. Sans la bioénergie. Les marées, les courants, la houle… Bref sans les ressources qui le permettent…
        Comment peut on être aussi sot ?

        Répondre
        • J’admire Rochain qui valorise le foisonnement du vent pour défendre les éoliennes ou le solaire, intermittents, mais prône la production locale.
          Petite contradiction ?

          Répondre
          • j’admire la bêtise récurrente d’Herve Gueret qui faute de comprendre les bases du sujet s’enfonce toujours plus avec toutes ses inepties de gogos dans chaque post alors que la réalité du terrain est vérifiable par tous …je remet une fois de plus la réalité du terrain qui s’accélère suite à la crise actuelle : l’éolien et le solaire sont bien une partie des ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • @Hervé,

            Non, ce n’est pas une contradiction de Serge (Maillot Jaune des commentaires et aussi Maillot à pois rouges et maillot vert, plus leader catégorie Vermeil !!!).
            –> C’est juste une Grande Diction contractée d’un Grand esprit à la vue trop éloignée des problèmes réels et des ordres de Grandeur…

          • Le problème réel c’est que ce sont nos voisins, notamment allemands qui nous sauvent tous les jours du black Out en raison de notere nucléaire incapable de fournir ne serait-ce que la 45% du besoin, ça se mesure sur éco2mix, rien à voir avec vos fantasmes qui eux n’ont aucune mesure

      • Ca vous fait si mal que ça de dire que j’ai totalement raison ?
        Ce n’est qu’un tissu de fakes point barre !
        Je vais vous en fiche moi du « ….un tout petit peu raison  » !

        Répondre
  • Les idéologues de l’éolien solution miracle et de l’antinucléaire se déchainent quand leur modèle s’écroule. C’est normal, on s’y attendait. Inutile de leur opposer quelque argument que se soit, on se ferait insulter comme d’habitude.

    Répondre
    • Pour l’instent, c’est le nucléaire qui s’écroule : 27 GW de production sur 61,5 installés !
      Ce n’est pas la bafouille d’un escroc qui peut faire écrouler quoi que ce soit et surtout pas le renouvelable.

      Répondre
      • à S. Rochain:
        Je me permets de rappeler, une fois de plus, au grand génie universel de l’énergie et de la physique, en général, que l’on ne produit pas de Gw (unité de PUISSANCE), mais des Gwh (gigawattheure, unité d’ENERGIE)
        Je sais bien que, pour diverses raisons, les avocats des ENRi préfèrent parler de puissance que d’énergie… Mais ce n’est pas une raison pour « tordre » les bases de la science ?
        Mais, je constate avec plaisir que le « catalogue d’oiseaux » de S.R., est suivi de peu, sur ce terrain, par Isambert, qui, lui aussi, à court de véritables arguments, manipule avec une dextérité admirable, l’insulte grossière vis à vis de ceux qui ne partagent pas tous ses rêves !…
        Je cite, pour mémoire, un extrait d’un récent message d’Isambert: « ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain » . CON vainquant ? Non ?
        Pour tous les contempteurs idéologiques du nucléaire, le dénigrement grossier des adversaires tient lieu, en effet, d’arguments….
        Attention ! les « terreplatistes » sont de retour !…

        Répondre
          • @Serge,

            Vous êtes un « riche idéologue » de la pensée qui ne voit pas très large…

            Au fait, pour combien d’années encore comptez-vous porter le maillot Jaune de Leader des commentaires !?

        • Daniel SCHRICKE 🤣😂 vous pouvez nier stupidement ça ne changera pas la réalité des faits et le réel du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier 🤣😂

          Répondre
          • Les « pro-ENR antinucléaires » ont de nombreux arguments très recevables et les ENR ont toute leur place dans le mix énergétique de la France. Mais leur crédibilité serait plus grande 1) s’ils se montraient polis et 2) s’ils montraient qu’ils avaient compris la différence entre un raisonnement en énergie et en puissance. De même, ceux qui se polarisent sur le solde globalement importateur de la France vis à vis de l’Allemagne, en énergie, doivent aussi regarder le solde global de la France la même année, qui lui est exportateur en 2020 (+ 43,2 TWh) et en 2021 (+ 43,1 TWh).

          • Et vous vous aurir’rz tout à gagner à cesser de nous insulter en nous prenant pour des imbeciles
            Et croire que vous détenez la vérité avec un nucléaire qui fait la preuve de son inegicatite tous les jours en France.
            Et qui bavent en permanence sur l’Allemagne qui nous sort du trou dans klequel on s’est mis tout seul
            Et et et….
            Ras le bol des donneurs de leçons prétentieux comme vous !

    • En 1996, avec une production de 2.410 TWh, le nucléaire représentait 17,5 % de l’électricité d’électricité dans le monde. En 2006, la production nucléaire était de 2.804 TWh (son maximum historique) et représentait encore 14,6 % de la production mondiale.

      En 2021, le nucléaire n’a produit que 2.800 TWh dans le monde, soit 9,8 % de l’électricité mondiale. Belle progression du nucléaire de 16,2 % en 25 ans.

      Sur la même période de 25 ans, la population mondiale a augmenté de 35 % et la production d’électricité a augmenté de 106 % (x par 2,06).

      En 2021, l’ensemble des énergies renouvelables a produit 2,83 fois plus d’électricité que le nucléaire dans le monde. A eux seuls, éolien et solaire ont produit plus d’électricité que le nucléaire : + 3,4 % en brut et + 7,7 % en net, ce qui est réellement envoyé sur le réseau.

      Le nucléaire consomme environ 5 % de sa propre production en usage interne, non disponible pour le réseau.

      Le modèle qui s’écroule, c’est bien celui du nucléaire.

      Répondre
      • J’entends bien les arguments de Marguerite pour le renouvelable. Mais il n’est pas réaliste d’imaginer pouvoir « remplacer toute la production nucléaire par une production renouvelable ». Car il faut raisonner en énergie (là, OK, Marguerite a raison) ET en puissance : là, c’est bcp moins sûr! Ayant fait toute ma carrière dans les réseaux électriques, je sais que ceux-ci ne pourront JAMAIS être considérés comme une plaque électrique permettant d’interconnecter à tout moment toutes les sources d’énergie et de faire transiter tous les flux d’énergie : si les puissances transitées à un instant donné dépassent la capacité de transit du réseau, le réseau se protège ! Le réseau 400 kV français est prévu pour répartir en toute sécurité toute la production nucléaire sur tout le territoire français, avec une bonne capacité d’échange avec les pays voisins. Si les exportations d’énergie ne sont plus au RdV à cause de la grande indisponibilité du parc nucléaire actuel, il est injuste d’en rendre responsable le nucléaire en soi. Si tout le nucléaire français doit un jour être remplacé par une production renouvelable, non seulement je peine à imaginer le nombre d’éoliennes qui devra alors couvrir le territoire français, mais surtout, comment ferons-nous face à un bon anticyclone installé sur l’Europe en plein hiver avec absence de vent pendant plusieurs jours? Il faudra nécessairement doubler la puissance installée en éoliennes par une puissance équivalente, mobilisable rapidement. En dehors du nucléaire, il n’y a pour l’instant que le charbon, le pétrole ou le gaz…

        Répondre
        • @ Thierry Deneux
           » Il faudra nécessairement doubler la puissance installée en éoliennes par une puissance équivalente, mobilisable rapidement. En dehors du nucléaire, il n’y a pour l’instant que le charbon, le pétrole ou le gaz »
          Tout à fait d’accord avec vs, de plus vs êtes un professionnel qui a travaillé ds le domaine des réseaux élec à contrario de certains et certaines qui obstruent ce site sans réelle compétence !

          Répondre
          • Michel Dubus c’est fou le nombre de troll stérile qui se ridiculisent constamment en public alors qu’ils ne comprennent même pas les bases du sujet et que la réalité du terrain peut être constaté par tout le monde très facilement .. . l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          • Dubus : « Il faudra nécessairement doubler la puissance installée en éoliennes par une puissance équivalente, »
            Parce que pour vous, toutes les éoliennes seront forcément arrétées en même temps ! On voit là l’expert pour faire….. du vent !

        • Thierry Deneux le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292124423_10229446258885787_5721808760934915177_n.jpg?_nc_cat=110&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=9e5MYDviM9AAX96zLWm&_nc_oc=AQlMlE5vK0kkaOSSN8SZHRLysw_ixebLbMVPmbWO4i-FYhMrEUF06FADQX4eiQKpKMEYVifAVXw-kD_nVMTL8gy3&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-b2PcaeZ6PXZDjEXW3cKBTLzTUHJko4Qfnlu4hybXYpQ&oe=62D29F10

          Répondre
  • Consternant, ce prétendu expert en politiques énergétiques. Sa seule politique est anti-renouvelables et surtout anti-éolienne. Partant de là, il faut donc cibler l’Allemagne dont les objectifs sont ambitieux mais pourtant généralement tenus, avec au passage les emplois qui vont avec. Ce n’est pas le cas de la France , en retard sur l’ensemble des objectifs environnementaux, de la qualité de l’air jusqu’à la part d’électricité d’origine renouvelable.
    Ce monsieur et bien d’autres font partie des freins qui mettent notre pays en retard et harcèlent les différends projets par tous moyens. Nous devrions avoir 3GW d’éolien offshore en service, c’est loin d’être le cas et ca fait pas loin de 12 TWh qui manquent à l’appel.
    La crise ukrainienne est un révélateur de nos fragilités et comme d’autres pays d’Europe, nous allons aussi faire tourner des centrales à charbon puisque notre « fabuleux » nucléaire est de moins en moins capable d’assurer sereinement la base et même dans les plus beaux rêves de M. Bouglé, la relance qu’il espère ne peut se produire avant 10 voire 20 ans. Alors on fait quoi ?
    On pleure qu’il y ait encore des débats de ce genre alors que notre pays a tous les atouts pour mener une vraie transition et même meilleure que celle de nos voisins mais on y a va à pas de loup alors qu’il faudrait de pas de géant et qu’en plus, à chaque pas il y a des malfaisants qui freinent.
    L’avenir ne peut être qu’au renouvelables, j’en suis persuadé. C’est de la simple sagesse !!

    Répondre
    • Ce n’est pas 3 GW que nous devions avoir installé à fin 2020 selon nos engagements de la cop 21, c’est 6 GW ! Mais il fallait surtout ne pas manger d’avance le pain du futur EPR !
      Nous payons déjà ces erreurs aujourd’hui, et ce n’est as fini.

      Répondre
  • @ JP Moularden prenons un peu de recul :
    Remplacer le fossile par des ENR i et des batteries cela revient à boucher le trou du fossile par un autre trou (largement aussi important si ce n’est plus) qui découle des besoins en matériaux pour le renouvelable et batteries en Back-up et VE. Ce qui va défigurer la planète (avec de vrais trous colossaux !).
    La pollution que cela va engendrée au niveau aIr, eau et terre va générer au sein des populations des révoltes (avec beaucoup de morts) et les états seront bien obligés d’arrêter ces processus dévastateurs au non de l’énergie propre des occidentaux.
    Les estimations des technocrates de l’AIE (pour eux 60 % à 88 % de l’électricité mondiale sera du renouvelable en 2050) n’en tiennent pas compte et du coup tout cela ne tient pas la route quand on prend un peu de hauteur avec du bon sens (sans idéologie bien sûr) !
    D’autre part, la lecture du rapport Meadows est fort intéressante notamment sur la sobriété à venir ds un monde fini, on retrouve cette approche avec « beaucoup d’étoffe » sur les réserves en matières premières, sur l’énergie nécessaires et sur les impacts environnementaux ds une vidéo de la conférence de O Vidal (https://www.youtube.com/watch?v=TxT7HD4rzP4- ) que je vs recommande
    Ce que prédit O Vidal me paraît raisonnable et surtout à prendre en compte dans la réflexion sur le mix électrique en particulier ».
    Bien à vous

    Répondre
    • Michel DUBUS qui nous ressort encore et toujours les vieux canulars périmés pour gogos alors que c’est bien le nucléaire qui est polluant à tous les stades et qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’etre humain en ne représentant plus que 4% de l’energie dans la monde et ça baisse inexorablement .. meme en France …. . et en oubliant toujours que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … vérifiez que dans les ENR il n’y a rien de polluant ni de dangereux que des matériaux que nous avons depuis très longtemps tout autour de nous dans la vie de tous les jours en de plus grandes quantités et que tout se recycle / revalorise localement , facilement et sans cout pour la collectivité .. comparez avec le nucléaire … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292451506_10229469454625666_8404938347551928230_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=68y8A2o2m8oAX9AMXRb&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8r_maI0_vqzhw4rlxAA17SzSs3OM0C07oMHf-3IQRgXw&oe=62CD39AD

      Répondre
    • Le trou des fossile comme celui de l’uranium ne peut que grossir indéfiniment puisque ces matériaux sont simplement transformés en chaleur alors que le cuivre, l’aluminium et autres métaux utilisés our faire une éolienne sont la pour produire durant 40 ou 50 ans sans que leur intégrité ne soit attaquée, ils sont e utilisables et recyclables… C’est ce que les ignorants dans votre genre n’arrivent pas à comprendre ! Vous êtes manifestement irrécupérable comme tous vos comparses. Vous ‘iez les statistiques officielles et êtes inaptes à un raisonnement de CM2 !

      Répondre
      • Les populations qui en prennent plein la gueule pour ta soi-disante énergie propre, tu t’assieds dessus écolo de mes deux !

        Répondre
        • Tien les insultes reviennent. Pourtant les populations qui de France profitent bien de la générosité de l’Allemagne en nous évitant le clack out! Quelles sont ces populations qui en prennent plein la gueule en dehors de l’ Ukraine et je ne vois pas ce que j’ai à voir la dedans, je n’ai aucun lien de parenté avec Poutine. Et l’Europe don’t je suis un habitant à montrée sa solidarité avec l’Ukraine… Et vous ? N’avez vous pas contesté la prise de position de l’Europe face à la Russie qui en retour la privé de ses ressources minières ?

          Répondre
        • Michel DUBUS tu parles des ravages du nucléaire sur la faune, la flore et l’etre humain ..Les populations qui en prennent plein la gueule pour ton énergie polluante pour des milliers d’année , tu t’assieds dessus pro nucléaire de mes deux ! …. Michel DUBUS qui nous ressort encore et toujours les vieux canulars périmés pour gogos alors que c’est bien le nucléaire qui est polluant à tous les stades et qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’etre humain en ne représentant plus que 4% de l’energie dans la monde et ça baisse inexorablement .. meme en France …. . et en oubliant toujours que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … vérifiez que dans les ENR il n’y a rien de polluant ni de dangereux que des matériaux que nous avons depuis très longtemps tout autour de nous dans la vie de tous les jours en de plus grandes quantités et que tout se recycle / revalorise localement , facilement et sans cout pour la collectivité .. comparez avec le nucléaire … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292451506_10229469454625666_8404938347551928230_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=68y8A2o2m8oAX9AMXRb&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8r_maI0_vqzhw4rlxAA17SzSs3OM0C07oMHf-3IQRgXw&oe=62CD39AD

          Répondre
  • Ces salauds d’Allemands qui vont remettre en route des centrales au charbon pour nous fournir en permanence et tout cet hiver, et encore, ils vont même pas nous faire éviter les délestages !
    Ce combat est d’arrière garde.
    Si le nucléaire français s’est fait bouffer au niveau européen, c’est notamment parce que l’EPR n’arrive pas à démarrer.
    La filière française « n’avait qu’à » construire des réacteurs PN4 comme les derniers construits, lorsque Siemens s’est retiré de l’EPR. Mais elle s’est vue plus haut que tout et a annoncé, complètement hors sol, qu’elle allait construire le premier EPR en 5 ans. On connait le résultat.
    C’est tout un contexte sociétal et industriel qui n’est plus le même que dans les années 70.
    La Chine est le nouveau leader du nucléaire, et de loin, (et d’ailleurs, aussi des ENRv).

    Répondre
  • Comparer l’année 2021 à 2020 est une autre façon de tromper son monde. Une comparaison honnête se fait avec 2019, une année « normale ».

    Par rapport à 2019, la production de charbon + lignite a baissé en Allemagne de 6,5 TWh et de 4 %, alors que celle de gaz + pétrole baissait légèrement. Dans la production totale d’électricité, charbon + lignite ont aussi baissé, légèrement, en pourcentage.

    En France, c’est la baisse flagrante de la production nucléaire qui entraîne une augmentation du recours aux fossiles et aux importations, d’Allemagne en particulier qui doit augmenter sa production par tous les moyens pour aider la France.

    Alors que la production d’électricité en France était de 335 TWh en 2020 et de 360 TWh en 2021, EDF estime qu’elle ne sera que de 280 à 300 TWh en 2022 et de 300 à 330 TWh en 2023.

    Dans le même temps, la production d’électricité au charbon va être réactivée à St-Avold et maintenue à Cordemais pour plusieurs années (ses cheminées de 220 m de hauteur ne gêne pas la vue des anti-éoliens).

    Répondre
  • Bien sûr, le petit couplet habituel sur le CO2, avec le nucléaire français qui serait vertueux. Pourtant, si l’on s’intéresse au CO2 et aux gaz à effet de serre en général, la production d’électricité (seule) ne représente que 20,4 % des émissions de GES dans le monde.

    Si l’on voulait remplacer la production mondiale d’électricité au charbon (10.240 TWh et 36 % de la production mondiale en 2021) par du nucléaire (2.800 TWh et 9,8 %), il faudrait multiplier la production nucléaire par 3,65 (toutes choses égales par ailleurs).

    Ce qui nécessiterait de porter la capacité nucléaire de 390 GW (fin 2021) à 1.430 GW. L’agence mondiale du nucléaire ne l’imagine même pas dans son scénario le plus fou pour 2050, qui se limite à 790 GW (390 GW dans la variante inverse). En 1975, la propagande nucléaire était de disposer de 3.600 GW à 5.300 GW en l’an 2000. On sait ce que cela a donné : 351 GW.

    Répondre
  • Par contre, remplacer toute la production nucléaire par une production renouvelable est réaliste et n’aurait aucune influence sur les émissions mondiales de GES.

    Cette solution est possible à court terme (toutes choses égales par ailleurs), puisque l’agence internationale de l’énergie estime que la production d’électricité renouvelable augmenterait de 6.500 TWh à 15.200 TWh entre 2020 et 2030, selon les scénarios.

    Bien évidemment, ce n’est qu’une hypothèse d’école puisqu’il n’existe pas à ce jour une unique « plaque électrique » au niveau mondial. Mais c’est une bonne indication de l’évolution en cours depuis la dernière décennie.

    Répondre
    • M’enfin, Marguerite,
      « Par contre, remplacer toute la production nucléaire par une production renouvelable est réaliste »
      Ah oui LOL Pour la France, il n’est pas envisageable de faire grossir de façon importante les sources pilotables renouvelables (pour l’essentiel hydraulique).
      On en conclut que les seuls renouvelables possibles en grande puissance sont l’éolien et, pis, le solaire.
      Pour lesquels on n’a pas d’autre solution que de les soutenir par des centrales à flamme. Les « moins pires » étant au gaz.

      Remplacer notre production nucléaire par des renouvelables en France est parfaitement impossible.
      Et vous le savez parfaitement.

      Répondre
      • 🤣😂🤣🤣😂 ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain 🤣😂🤣🤣😂 : la crise actuelle prouve bien qu’ il faut développer de toute Urgence ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain…vous pouvez voir la réalité du terrain : depuis quelques mois maintenant, la France importe massivement de l’électricité de tous ses voisins ! Elle est ou l’indépendance nucléaire alors qu’en plus l’uranium vient de l’étranger et que les déchets partent en Sibérie : https://www.rte-france.com/eco2mix/les-echanges-commerciaux-aux-frontieres?

        Répondre
  • @ marguerite
    « En France, c’est la baisse flagrante de la production nucléaire qui entraîne une augmentation du recours aux fossiles et aux importations, d’Allemagne en particulier qui doit augmenter sa production par tous les moyens pour aider la France »
    En clair si l’Allemagne augmente sa capacité en fossile c’est pour sauver la France de son nucléaire (déficient de manière définitive !)
    Comme si la messe est dite de ce qui se passe en France.et que ses centrales nucléaires historiques seront tjrs au même point ds 3 ans.
    Elle se fout de nous la drôlière dogmatique !
    D’autre part, arrêtons de proclamer que les Teutons sont charitables (ils le sont avec un œil car ils ont tjrs pensé à eux et rien qu’à eux !)
    Enfin ils ne garantiront rien cet hiver quand ils se retrouveront en culotte courte au niveau des pilotables fossiles en pénurie suite aux embargos à gogo de la Van der Leyen.

    Répondre
    • Le nucléaire français est à -12 GW par rapport à l’année dernière à la même époque.
      Heureusement que les ENRv sont là pour combler en partie ce trou.
      Certes, ça devrait aller mieux d’ici 3 ans, mais la falaise se rapproche. Le prolongement de 50 à 60 ans n’est pas du tout acquis, et d’autres problèmes liés au vieillissement du parc peuvent arriver d’ici-là.

      Répondre
    • Oui, ces salauds d’allemands continuent chaque jour à nous venir en aide, sourds à vos calomnies et sans même attendre les prochaines conditions hivernales pour cela. On ne pardonnera jamais à l’Allemagne le bien qu’ils nous font ! Mais On ce n’est jamais que la petite minorité dont vous faites partie.

      Répondre
  • Au lieu de faire des ronds dans l’eau entre Barcelone et la Corse, ce plaisancier bien connu pourrait contourner la péninsule ibérique et monter vers les mers froides jusqu’au Skagerrak (en quittant la mer du Nord), puis descendre dans le Kattegat (en direction de la Baltique).

    A l’entrée du Grand Belt (Storebælt), il trouvera une île, Samsø, où il pourra s’instruire sur les énergies renouvelables auprès de la Samsø Energy Academy.

    https://unfccc.int/climate-action/un-global-climate-action-awards/climate-leaders/samso

    Bien que ne disposant d’aucune ressource hydraulique, cette île danoise est entièrement autonome en électricité et le sera pour la totalité de son énergie (avec chaleur et transports) dans quelques années.

    S’il ne se perd pas ensuite dans le Samsø Labyrinten, le plus grand labyrinthe du monde, lieu fort agréable au demeurant, ce plaisancier pourra éventuellement nous faire part de ce qu’il aura appris.

    Répondre
    • Le tout ENR, à partir du solaire, de l’éolien des batteries et de l’hydrogène reste un défi.
      Sa possibilité dépend du coût de base du solaire et de l’éolien, avec une incidence multipliée par plus de 4, au final sur le coût de l’hydrogène, ou plus précisément de l’ammoniac.
      Ce coût de base du solaire et de l’éolien dépend grandement du coût des matériaux, et de l’intensité d’utilisation des matériaux rares dans ces équipements.
      Au niveau du chauffage, un des grands oubliés de la transition énergétique est le solaire thermique à stockage annuel, qui mérite d’être redéveloppé dans les écoquartiers, mais qui ne semble pas possible en zone urbaine dense.

      Répondre
      • Le coût et la supposée rareté des matériaux pour faire les dispositifs de captation des énergies renouvelables est le dernier prétexte à la mode pour tenter de faire croire que c’est un problème. Il n’y a rien de rare dans tous ces matériaux tous assez voisins du cuivre dont on ne s’ est jamais soucié depuis des siècles en. Puisant sans vergogne dans les réserves naturelles sans même organiser le recyclage.

        Répondre
        • Force est de constater que le coût de base des ENRv est tout de même remonté depuis 2 ans, en lien avec la hausse du cours des matières premières.

          Répondre
          • Et cela prouve qiuoi selon vous ?

            Cela démontre qu’en raison du succées des renouvelables, on a de plus en plus recours à des matériaux pour lesquels l’industrie miniere n’était pas prete et pour la plupart de ces spécialités elles ronronaient pour fournir juste le necessaire pour !
            Concernant le cobalt par exemple, colorer les émails de poterie d’un bleu….cobalt ce pourquoi l’extraction artisanale justifiait les seuls ongles des petits gabonais. Ils ont été virés des veines connues et remplacés par des tracto-pelles à mazout, mais on ne s’apperçoit que très récemment que ça ne suffit pas qu’il faut ouvrir de nouvelles mines, alors on lache les prospecteurs qui sont simplement en train d’apprndre leur métier de chercheur de cobalt…C’est-à-dire reconnaitre les minéraux de surface plus abondants et surtout plus visibles qui sont associé au cobalt dans les couche inférieures, ce qu’ils savent faire depuis deux siècles pour le charbon, le fer, le cuivre, la bauxite et d’autres métaux de grands usage dans le monde que l’on est en train de quitter. Il faut du temps pour réanimer une industrie miniere endormée sur ses lauriers depuis l’époque de la prospection des minerais uranifères.
            Cette élevation du prix est la conséquence d’une brusque demande de matériaux nouveaux (en quantité) qu’on ne sait pas fournir encore à la hauteur de la demande et non à l’atteinte des dernieres ressources qiue l’on connaitra bientôt pour les précédents.
            Si demain il devait se faire une forte demande de calcium, l’industrie miniere serait incapable de la fournir et les prix flamberaient pour les quelques centaines de tonnes aujourd’hui disponibles, bien qu’il s’agisse du 4em metal par ordre d’abondance dans la croute terrestre, à égalité avec le fer.
            Des materiaux indispensables, ou simplement utiles pour la transition écologique selon les chimies du jour qui utilisent, nickel,cuivre, néodyme, lanthane, lithium et cobalt nerisquent pas de manquer avant longtemps car ils sont tous classés entre la 24 em rang et le 30 em par ordre d’abondance, c’est à dire largement dans le premier tiers abondant de la croute terrestre.
            Et ceux qui lancent ces alertes le savent très bien mais ils passent sous silence l’uranium un milion de fois moins abondant et qui n’est pas recyclable.
            Tout y passera pour terroriser les populations afin de les faire militer pour le nucléaire, mais la caravane renouvelable passera…… et la France n’aura qu’accentrué son retard.

          • @ marc
            Avez vs regardé la vidéo de la conférence de O Vidal (https://www.youtube.com/watch?v=TxT7HD4rzP4- ) sur les réserves en matières premières, sur l’énergie nécessaires et sur les impacts environnementaux (même avec le recyclage) ?
            « In fine » que pensez vs des impacts en 2050 et + sur les populations de la planètes de manière holistique ?

          • et Michel DUBUS 🤣😂🤣😂 toujours bon à anonner tous les vieux canulars périmés pour gogos alors qu’on lui a déjà prouve qu’il ne raconte que des inepties et les gogos comme vous gobent tout sans rien vérifier du réel et ensuite se ridiculisent en public en les anonant 😂😂🤣🤣

          • @Marc,
            Voilà sur ce sujet quelqu’une qui sait ce quelle dit sur ce sujet. Ce n’est pas les mineraux qui manquent c’est d’aller les chercher là où il sont, il faut réveiller la prospection comme je le disais dans un précédent message et ouvrire des mines, et j’ajoute même commencer à creuser les foncations des usines de recyclage de ces métaux.qui vont vite devenir abondants dans le circuit commercial.:
            https://www.connaissancedesenergies.org/afp/activites-minieres-il-faut-plus-dacteurs-europeens-selon-la-pdg-deramet-220708?sstc=u12444nl131927

          • MD: « « In fine » que pensez vs des impacts en 2050 et + sur les populations de la planètes de manière holistique ? »
            Je crois que, dans la plupart des cas, la rente que représente ces ressources minières incitera les états qui en possèdent à les exploiter, malgré les externalités négatives.

          • @Marc
            Et que pensez vous de l’incroyable echec de Bouglé qui tente de faire croire que l’Allemagne est dans une mauvaise passe mais que la France est au sommet de sa gloire avec plus de la moitié de son nucléaire en carafe et qui importe chaque jour d’Allemagne notamment, de quoi faire bouillir sa marmite, jusqu’à 5 GW aujourd’hui, et maintenant même la nuit ?

      • Marc arrétez enfin avec les vieux canulars des trolls : c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la … l’hydrogène avec le surplus des ENR c’est aussi une partie de la solution pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et oui le solaire thermique est aussi une ENR …

        Répondre
  • Mais nous ne sommes pas, non plus, les plus mal placés dans les pays de l’OCDE. Bien au contraire. La faiblesse de l’industrie française ne permet pas de se lancer dans des grands programmes d’investissement dans les ENR contrairement à d’autres.

    Répondre
    • Cochelin 😂🤣😂 toujours à s’enfoncer dans les inepties toujours plus grosses 😂🤣😂 .. on a pas l’argent pour les ENR mais on s’enfonce toujours plus dans la gabegie du nucléaire alors que les ENR ne sont pas financés par nos impôts et sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire 😂🤣😂

      Répondre
    • Non ? Ben finalement oui, vous avez raison, les grands travaux c’est une commande de l’état pour 6 machines qui ont fait la preuve de leur échec dans leur rendement, leur prix, et leur délai de construction !
      On peut donc s’attendre à 6 fois 19, G€ soit une facture de 114,6 G€
      On pourrait en planter des éoliennes et des hectars de PPV avec ça, bien plus que ce que font ces sociétés partout dans le monde.
      D’ailleurs ce serait bien d’allouer le même budget à EDF-EN. Dans deux ans on n’aura plus besoin de nos voisins pour nous éviter le blackout.

      Répondre
        • Vous ne faites que rabâcher.
          Dans deux ans les allemands et comme ceux qui marchent dans la voie du renouvelable auront encore avancé dans cette voie et par exemple les allemands auront largement dépassé les 50 % de renouvelable, leur nucléaire sera à zéro et le charbon en voie de marginalisation….
          En France on nous annoncera des retards et des dépassement de budget dans la construction des EPR… que nous avons entre 33 et 35 réacteurs HS en moyenne et que nous importons 70% de notre électricité de chez nos voisins en hiver et 30% en été, et que nous sommes en train de recouvrir des centrales à charbon… Et vous raconterez que si on avait fait ce qu’il fallait avec le nucléaire on en serait pas là et que c’est la faute des renouvelables…. Évidemment.

          Répondre
    • Cochelin qui continue toujours de se ridiculiser en s’enfonçant à chaque posts alors que j’ai déja posté les chiffres actuels … vous pouvez voir la réalité du terrain : depuis quelques mois maintenant, la France importe massivement de l’électricité de tous ses voisins ! Elle est ou l’indépendance nucléaire alors qu’en plus l’uranium vient de l’étranger et que les déchets partent en Sibérie : https://www.rte-france.com/eco2mix/les-echanges-commerciaux-aux-frontieres?

      Répondre
    • N’importe quoi ? Mais non Cochelin ça se voit sur la premiere page du site que vous citez en référenceLa France vers l’allemagne c’est 12,1 TWh d’exportation tandis que limportation de l’Alleamgne vers la France c’est 22,2 TWh…. presque le double ! Vous ne comprendez donc rien à ce que vous lisez ?

      Répondre
    • La moitié de ce que nous importons vient d’Allemagne, que vous n’arrétez pas de critiquer parce qu’il ne fait pas ce que vous voulez qu’il fasse…..des centrales nucléaires ! Les dictateurs nucléocrates ne tolèrent pas de ne pas voir imposer leurs idées rétrogrades.qui sont d’ailleurs en train de faire la preuve de leur incurie sur tous les fronts…. le vieux nucléaire en panne chronique a moitié HS, et le nouveau qui dépasse systématiquement ses budget de 4 ordres de grandeur comme ses délais de construction sans arriver pour autant à démarer !

      Répondre
      • Les teutons produisent, certes avec une partie dégueulasse au charbon, mais sans eux, la France serait actuellement dans le noir ! Ils vont garder pendant longtemps un mix ENR + charbon, auquel la France va d’ailleurs faire fortement appel.
        Quant au nucléaire français, il semble dans un état inquiétant, pour des raisons profondes politiques, sociétales, et industrielles.
        Je ne suis pas sûr qu’il revienne à 60 GW de production effective dans 3 ans, au mois de janvier !

        Répondre
        • Mais la partie degueulasse diminue régulierement et dans 3 ans cette partie degueulasse ne fonctionnera peut être plus que pour soutenir la France, ce qui permettra à quelques uns de nos collistier de continuer à baver sur l’Allemagne et son émission de CO2

          Répondre
          • Si l’Allemagne atteint le 100% ENR dans 30 ans, ça sera déjà un miracle.
            Il arrivera un moment où pour remplacer 1 TWh issu du charbon, elle faudra produire 3 à 4 TWh issus de renouvelables et du stockage sous forme chimique de l’énergie.

            Quant à la France, elle devra « gérer l’effondrement ». Il me semble trop tard pour l’éviter.
            Le fait majeur va être la falaise nucléaire, avec dans le même temps, la hausse structurelle du prix des énergies fossiles liée à leur raréfaction. Cela nécessiterait un effort industriel énorme, avec un changement de paradigme qui n’est pas réalisé.
            Donc on y va (droit dans le mur).

          • @Marc
            Pour remplacer 1 TWh issu du charbon il ne faudra toujours qu’un TWh de n’importe quoi d’autre. Ce qui changera c’est que pour remplacer les premiers TWh de charbon il suffisait d’investir X € alors que pour remplacers les derniers TWh de charbon il faudra investir 3X €, mais dans le même temps le prix du TWh de charbon lui même sera multiplié par Y pour cause de prix de revient de l’extraction de plus en plus élevée. Les prix compartifs des derniers TWh de charbon comparés aux prix des TWh de remplacement ENR ne seront que dans un rapport de X-Y.
            Quant à la France pour éviter la catastrophe qui s’annonce il faudra trois micracles consécutifs :
            Que les délais annoncés des EPR soit parfaitement respectés ET qu’il n »y ait aucune dérive sur le prix annoncé, ce à quoi EDF ne nous a pas du tout habitué d’une part, et que d’autre part le jouvence de l’ancien parc soit conduite en totalité en moins de deux ans et sans plus de dérive de son coût. J’ajouterai même une autrième condition mais sans la considérer comme miraculeuse tout de même, qu’avant ces deux années, nous ne soyons pas victime d’un de ces accidents « impossibles » mais qui arrivent parfois.

          • Au niveau du changement de paradigme, nécessaire aussi en Allemagne, cela bouge un peu en Allemagne.
            Apparemment, pas beaucoup au niveau du consumérisme, mais dans le fait d’accepter les éoliennes terrestres dans des zones plus proches des habitations.

          • Les accidents impossibles mais qui arrivent parfois concernent aussi les barrages.
            D’ailleurs, cela s’est même produit… en France.

          • Oui j’ai mêmes des raisons personnelles de me souvenir de Malpasset et du drame de Frejus.
            Mais le temps effacé tout, tant qu’il ne s’agit que de phénomènes ne touchant qu’une génération et deux tout au plus comme ce tragique accident.
            Pour les catastrophes nucléaire, c’est bien plus que deux générations qui sont impactées

          • Mais non. La partie la plus « dégueulasse », le charbon, devient la source la plus importante d’élecicité en Allemagne, en augmentation depuis l’année passée, et cette année c’est partie pour être encore en augmentation, d’abord sur le premier trimestre, puis le premier semestre et probablement pour toute cette année. Nous importations ne représentent qu’une faible partie. https://www.destatis.de/DE/Presse/Pressemitteilungen/2022/06/PD22_233_43312.html

          • https://lenergeek.com/2022/07/06/allemagne-renouvelables-fournissent-49-lectricite-premier-semestre-2022/

            Vous racontez touours n’importe quoi du moment que ça conforte votre dogme !

            Et à la fin de l’année ce sera 51% et l’année prochaine 55% et l’année d’après 63 %…. ……
            Vous êtes pathétique dans votre désir de voir l’Alleamgne rater son pari , mais chaque baton mis dans leur roue accélere leur désir et les moyens mis en oeuvre pour cela, de sortir du couple maléfique nucléaire-charbon

          • C’est pourtant ce que vous faites, en permanence à la recherche de sites propagandistes anti renouvelables….et curieusement vous ne trouvez jamais même par hasard les articles qui se contentent de relever une situation sans éprouver le besoi nde baver comme les votres qui ne sont que des opinions et pas des chiffres comme celui-ci que je vous envoie pour la 3em fois :
            https://lenergeek.com/2022/07/06/allemagne-renouvelables-fournissent-49-lectricite-premier-semestre-2022/

          • Rochain.
            Je connais l’article de LENERGEEK, relayant celui du BEWD. Il s’agit de la production publique. Pour la production totale, le site FRAUNHOFER donne d’autres chiffres (incluant le secteur privé) sur leur site dont j’ai déjà publié l’adresse plusieurs fois mais que vous ne voulez pas lire, ni le site de DESTATIS mentionné plus haut : https://energy-charts.info/charts/energy_pie/chart.htm?l=fr&c=DE&source=total&interval=year&datetimepicker=23.06.2022&year=2022
            La production conventionnelle a baissé, due à la baisse du nucléaire. Mais la part du charbon a progressé et visible sur le site de FRAUNHOFER en comptabilisant et comparant les productions mensuelles d’une année sur l’autre. Cela ne s’appelle pas « baver » mais rappeler des faits.

        • @ marc
          Les teutons seront ds le noir comme ns (car ils seront en pénurie de fossile bientôt) notamment fin 22 et début 23 lors des périodes anticyclonique hivernales.
          Je prends les paris !

          Répondre
    • Vous ne savez même pas lire vos propres references, Cochelin ! C’est sur la premiere page de votre référence ! Nous importons presque deux fois plus d’électricité de l’Allemagne que nous n’y exportons pour 2021, comme les autres années d’ailleurs…… et c’est moi qui donne des chiffres faux ?

      Répondre
      • @Marc
        Je suis bien tranquille de ce côté là, si les populations se révoltent en formant des cortèges de protestation, Cochelin ne tardera pas à envoyer les titres de Der spiegel et de quelques autres de ces canards teutons qui en feront leure une….. j’attends 🤔

        Répondre
  • SR: sur ce que je pense de l’article ?
    Rien: je ne rentre pas dans les polémiques.
    Le nucléaire marche très bien et a un bel avenir (en Chine, hors EPR, et tant qu’il n’y a pas d’accident majeur).
    Je pense que les lobbyistes du nucléaire français ne font qu’enfoncer le secteur en ne comprenant pas la profondeur et la complexité du problème, au niveau de la différence entre la France d’aujourd’hui et celle des années 70.

    Répondre
  • Le nucléaire français a également très bien marché pendant des décennies, et la filière a même réalisé un exploit industriel dans les années 70/80. Mais aujourd’hui, les choses sont différentes (contexte politique-état stratège, base industrielle, attractivité des différents domaines, niveau scolaire etc). Il existe également d’autres moyens de production d’énergie bas carbone.

    Répondre
    • Pour ce qui concerne le nucléaire lui même il y a la façon de l’utiliser qui est fondamentale.dans les années 70 ou il brillait de tous ses feux on ne lui demandait pas de faire le yo-yo. Le suivi de charge était assuré à 90% par l’hydro et le nucléaire s’en portait très bien. Les arrêts n’étaient motivés que par les maintenances toujours jointes avec le rechargement de combustible et le facteur de charge était toujours compris entre 90vet 95%et en dessous de ce dernier chiffre une enquête était aussitôt diligentée, des comptes étaient demandés au directeur de la centrale.
      L’influence du politique avait seulement été nécessaire à la prise de décision de faire… Ensuite c’était une affaire de spécialiste. On n’en n’est plus là, celui qui dirige n’y connaît rien, ce n’est qu’un politique dont la science se limite à savoir se faire élire.

      Répondre
  • L’erreur, si l’on peut dire, du nucléaire des années 70, est d’être allé trop vite (ce qui semble un comble lorsque l’on compare avec la situation d’aujourd’hui).
    Trop vite d’une certaine manière car le parc se retrouvant complet a généré un arrêt de la construction de réacteurs qui a généré des pertes de compétences. Trop vite dans le passage de Phoenix à Superphoenix. Les Russes ont mis longtemps pour passer du BN600 au BN800, mais, au moins, le BN800 fonctionne, même s’il n’est pas surgénérateur.

    Répondre
    • il serait juste d’ajouter que l’Etat n’a pas vraiment aidé EDF à faire face à ses besoins de financement en lui imposant, depuis 2010, de subventionner ses concurrents qui ne bénéficiaient pas de la « rente du nucléaire ». Ces mêmes concurrents vont-ils aider à financer EDF si la rente devient un boulet ?

      Répondre
      • Elle le fait déjà dans le cadre du complément de rémunération négatif sur la base du prix contractuel en regard du prix de marché beaucoup plus élevé.

        Répondre
      • Thierry Deneux détaillez nous ça car on a toujours entendu par les troll que le nucléaire était pas cher .. on nous aurait donc menti ? 🤣😂🤣 vous savez quand meme pourquoi l’arenh a ete crée ? .. .

        Répondre
    • Je pense que la plus grosse erreur a été de construire trop de réacteurs à des dates si rapprochées ce qui les conduit à être tous vieux en même temps. Avec suivant leur naissance, une longue periode sans aucune justification de construction nouvelle, pédant que cette armada vieillie tout doucement d’années en années.
      Mais l’erreur se double de l’immobilisme pour ne pas dire le frein aux renouvelable qui progresse durant cette longue période. En effet suite à l’échec phenixien on a déjà dans les cartons L’EPR qui affiche son europeanite dans son nom et qui doit sortir en 2012 lorsque le vieux parc sera dans la force de l’âge. Et qu’il suffira de multiplier la preuve étant faite de son efficacité. Mais le temps passe… 2013,14,15…20, 21,.. 2022 ! Il n’est toujours pas là, tant pis, avant qu’on ne le demande des comptes j’en commande 6 comme si nous étions en 2012 en constatant son succès…. De toutes les façons on a bloqué tout le reste, c’est à dire les ENR, alors comme on n’a rien, qu’est ce que je risque ? NOUS EN SOMMES LÀ.!

      Répondre
  • « … le nucléaire … dans les années 70 ou il brillait de tous ses feux on ne lui demandait pas de faire le yo-yo … le facteur de charge était toujours compris entre 90% et 95% … »

    Mieux vaut ne pas raconter n’importe quoi pour montrer que le nucléaire n’est pas une solution souhaitable pour la production d’électricité.

    Dans les années 1970, les principaux réacteurs étaient des UNGG, mis en service entre 1956 et 1971, dont le facteur de charge pour la vie entière a été de 40 % (Chinon A-3 : 360 MW) à 71 % (Chinon A-2 : 180 MW).

    Pour EL-4 Monts d’Arrée, c’était 69 % (70 MW). Pour Chooz A, le premier REP, c’était 66 % (305 MW).

    En 1980, pour les cinq premiers réacteurs REP (hors Chooz A), le facteur de charge a été de 68 % en année complète (déjà en service au 1er janvier).

    Pour mémoire, le facteur de charge sur leur vie entière a été de 40 % pour Phénix et 8 % pour Super-Phénix.

    Notons aussi que Brennilis, arrêté en 1985, et Chooz A, arrêté en 1991, ne sont toujours pas démantelés. (pas plus ).

    Répondre
  • Pas de chance. Seulement trois réacteurs mis en service dans les années 1970 fonctionnent encore : Bugey-2 -3 et -4, depuis 1979. Fessenheim -1 et -2 dataient de 1978. Tous ceux mis en service avant 1978 (déjà cités) ont disparu.

    Si l’on se limite aux réacteurs en service toute l’année (en écartant ceux ayant commencé leur activité en cours d’année) nous avons :
    – rien en 1978 et avant,
    – en 1979 : seulement les deux Fessenheim avec un facteur de charge de 58,8 %
    – en 1980 : les cinq cités, avec un f. c. de 68,1 %
    – en 1981 : les onze plus anciens, avec un f. c. de 66,5 %
    – en 1982 : les dix-neuf plus anciens, avec un f. c. de 58,6 %
    – en 1983 : les mêmes, avec un f.c. de 69,2 %
    – en 1984 : les vingt-quatre plus anciens, avec un f. c. de 76,6 %
    … …
    Pourtant, ces années là, le nucléaire pouvait ronronner en base.
    Le nucléaire produisait 16,6 % de l’électricité en 1979 et 58,9 % en 1984 (en brut)

    Répondre
    • Je ne vois pas où vous voulez en venir ??? Je ne vois pas où est ce « pas de chance ». Ce que je disais c’est que les premiers REP à partir des années 70 avec evidemment continuité dans les années 80 et même 90 affichaient des facteurs de charge qui correspondait à ce qui avait été « vendu » au français et dans la fourchette 90%95% d’après ce qu’on pouvait lire dans les journaux à l’époque où l’on avait aucun moyen de controler la véracité de ces faits, contrairement à aujourd’hui où les sites officiels donnent non seulement les puissance produites au MW pres et même l’état de fonctionnement de chaque réacteur (nucléar monitor n’existait pas). Il n’y avait aucun moyen de pouvoir contester ce que disait les articles doculentaire des journaux qu’ils parlent des puissances, de la production sur un temps déterminé, ou du facteur de charge. Par ailleurs, l’activité économique utilisait beaucoup moins l’électricité qu’aujourd’hui que ce soit dans les usines ou les éclairages de vitrines de magasins et l’écart du besoin entre les heures de la période active de l’activité économique et le reste du temps sauf nuit etait bien moins importante, certainement pas comme aujourd’hui de 15 à 20 GW et l’hydraulique suffisait amplement à assurer cet écart, les réacteurs ne jouaient alors pas au yo-yo et ne tombaient pas en carafe ce qui rendait cohérent les facteurs de caege annoncés et jamais il n’a été fait dans cette période de fin (pour vous faire plaisir puisque vous en faites un fromage) des années 70 au frontieres des années 2000 où on a commencé à faire faire au nucléaire ce pourquoi il n’est pas fait et qui explique très bien la triste situation d’aujourd’hui.
      Est-ce que je me suis bien fait comprendre.?

      Répondre
    • J’aimerai bien savoir d’où vous tenez ces facteurs de charge ?
      Je ne me souviens que du facteur de charge assez lamentable de superphenix et dont on parlait beaucoup car toujours à l’arret durant des mois, chaque redémarage qui ne durait jamais très longtemps faisait un article dans les journaux et donnait l’impression que cette machine passait son temps à démarer.

      Répondre
  • La puissance de chaque réacteur est connue, de même que sa production annuelle depuis sa mise en service commercial. Encore faut-il être en mesure de disposer de l’information, ce qui ne semble guère possible depuis la nébuleuse d’Andromède (galaxie NGC 224).

    En ne considérant que les réacteurs mis en service avant le premier janvier de l’année, le facteur de charge du nucléaire a été de 75,8 % en 1985 – de 65,9 % en 1990 – de 71,7 % en 1995 – de 73,1 % en 2000 – de 77,8 % en 2005 – de 74,2 % en 2010 – de 75,8 % en 2015.

    Nous sommes bien loin du 90 à 95 %, qu’il soit journalistique ou astronomique.

    La baisse du f.c. a commencé en 2016, pour une moyenne de 69,9 % de 2016 à 2019. Ce f.c. a été de 62,1 % en 2020 (hors Fessenheim) et de 67,6 % en 2021 (mieux qu’en 1990).

    En fin de compte, il suffit de disposer de l’information de base et de savoir faire quelques additions et divisions.

    En 2000, la consommation finale d’électricité était de 385 TWh contre 428 TWh en 2021. Seulement 10 % de moins qu’aujourd’hui.

    Répondre
    • Félicitation, excellente analyse que j’aurais aussi pu faire effectivement aussi…. J’ai honte, mais un môme ment de honte passé vite. Donc les 90 à 95 % n’était déjà que des fakes de journalistes pu déjà des mensonges de L’EDF ?
      La chute des FC n’aurait donc commencée qu’en 2016 ? Que ce serait il passé en 2016 et les annees suivantes ? De plus en plus de variables ? Croissance à mettre en parallèle avec les parties de yo-yo croissantes ?
      Vous êtes en pôle position sur cette étude, je vous encourage à continuer… Je suis sur un autre cheval depuis quelque temps et pour un moment.

      Répondre
  • Qui aurait pu prétendre à un facteur de charge de 90-95 % à l’année pour l’ensemble du parc ? Certainement pas EDF, car les régulières périodes de surproduction sur le réseau (la France étant le premier exportateur européen d’électricité) ainsi que les périodes de maintenance (ou de problème technique) imposent de mettre régulièrement des réacteurs à l’arrêt, et contribuent ainsi à une baisse du F.C, le but n’est pas d’exporter à tout prix. Par contre, sur un période de une ou plusieurs semaines, les 95 % pour un réacteur sont toujours possibles. https://nuclear-monitor.fr/#/mix

    Répondre
    • C’est pourtant ce qui était clame par les journaux qui en parlait et faisait partie de arguments pouvant convaincre les français du bon choix du nucléaire. D’ailleurs ça n’avait rien d’invraissemblable dans la mesure où il était expliqué qu’une fous chargé en uranium un réacteur pouvait fonctionner plusieurs années.
      Reste la maintenance mais à ec un facteur de charge même à 95% cela laisse 18 jours par an de maintenance. Croyez vous que le Pékin moyen était en mesure de contester ce chiffre et qu’il soit capable d’affirmer que c’est insuffisant?

      Quant à l’exportation don’t se vante d’être les premiers exportateurs c’était de l’électricité nocturne longtemps produite en excèdent, ce qui n’est même plus le cas aujourd’hui, car on importe même de nuit tellement nous sommes devenus des nécessiteux. Le bilan 2022 et les suivants risque d’être convaincant.
      Aujourd’hui, c’est la première fois depuis que je surveille ce paramètre que nous atteignons 30 réacteurs à l’arrêt tout en important toute la journée ! Ce ne sont pas des arrêts de surproducteurs qui laissent leur moyen de production au garage il faut arrêter de trouver des explications à bracadabran. La situation s’aggrave de semaines en semaines et on ne me fera pas croire qu’on est sur le chemin du rattrapage d’une désorganisation de la maintenance par le covid depuis deux ans !
      Nous vivons les dernières années du nucléaire français et nous les vivons brutalement en faisant croire à un accident de parcours….en faisant l’autruche.

      Répondre
      • Sacré Rochain !!!
        « La situation s’aggrave de semaines en semaines »
        Donc vous proposez de laisser tomber ce secteur de notre industrie, et d’importer dans quelques années des réacteurs chinois ???
        Ou alors, vous proposez pour le futur d’installer des centrales à gaz assistées, les jours de météo favorable, par des éoliennes et, pis, des panneaux solaires !!!
        Pas glorieux, ce défaitisme.

        Répondre
        • j’admire la bêtise récurrente d’Herve Gueret qui faute de comprendre les bases du sujet s’enfonce toujours plus avec toutes ses inepties de gogos dans chaque post alors que la réalité du terrain est vérifiable par tous …je remet une fois de plus la réalité du terrain qui s’accélère suite à la crise actuelle : il faut développer lorgneur toutes les ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
  • N’exagerez pas. Oui, nous importons plus que les autres années mais cela n’impacte qu’à la marge le contenu carbone sur l’ACV de notre électricité, toujours meilleur que la plupart de nos voisins. https://app.electricitymaps.com/zone/FR
    Ceci est incontestable, et cessez de jouer les cassandres à propos du nucléaire. Attendez au moins quelques années, et comparons ensuite avec nos voisins !

    Répondre
    • arretez de croire au pere Noel Cochelin il ne sert à rien et ne flaire que la mauvaise foi de toujours minimiser ce qui est une courbé ascndante pour nos voisins et une descendante pour nous.
      Le prétexte du COVID pour expliquer les malheurs de notre parc nucléaire est complétement eventé. Depuis deux ans si c’était vraiment une affaire de maintenances retardée, cela s’améliorerait constament avec le temps.
      Or c’est l’inverse, c’est de pire en pire c’était une moyenne de 17 à 18 réacteurs arrétés en 2021 et maintenant on en est à 30 !
      Le problème n’est pas que l’importation soit de 5 ou 8 GW, le problème c’est que si l’on importe c’est que nos réacteurs sont bien dans l’incapacité de fonctionner et avec 54% du parc HS on ne peut pas dire que c’est ce que le nucléaire nous avait promis. Et c’est encore pire avec le nouveu nucléaire qui coute entre 5 et 6 fois plus cher que ce que contenait ma promesse avec en plus une arrivée « peut-etre » 10 ans de retard. Et la dessus on constate que pour lui faire son lit on a tout bloqué en dével=oppement renouvelable depuis 2015 car depuis des mois nous sommes en manque alors que le front atlantique est bien ventée et pourrait fournir les 6 GW que nous devrions avoir depuis dejà 2 ans au lieu d’importer. Et nous subissons la double peine avec ce manque et une amande de 500 millions d’euros pour ne pas les avoir installé :
      https://www.lepoint.fr/economie/energies-renouvelables-la-france-prete-a-acquitter-500-millions-d-euros-14-07-2022-2483256_28.php
      Et comme ces aneries ne suffisent pas le chef débile au pouvoir commande 6 de ces machines à faillitte !
      Et vous trouvez que tout va bien et que j’exagere ?
      Oui attendons que nos voisins se ravisent et finissent par dire qu’ils se démerdent ces franchouillards vantards et vaniteux qui veulent nous imposer leiur solution à catastrophes, nous avons besoins de notre énergie pour nous même, pourquoi en ceder même un milliemes à ces idiots vaniteux qui nous bavent dessus à l’ongueur de forums ?

      Répondre
  • « Et comme ces âneries ne suffisent pas le chef débile au pouvoir commande 6 de ces machines à faillite »
    C’est vrai, il n’ose pas afficher la réalité, que nous devrions lancer d’urgence un plan de 50 réacteurs, pas une quinzaine !!!

    Répondre
  • Depuis 2010, le facteur de charge mensuel du nucléaire n’a jamais dépassé 93,4 %. C’était en janvier 2011.

    Le facteur de charge du nucléaire n’a dépassé qu’une seule fois 95 % pendant une semaine depuis le début de 2012, c’était fin janvier 2015.

    Lors de la vague de froid de février 2012, le facteur de charge horaire du nucléaire n’a jamais dépassé 94,6 % (le 1er). Au maximum historique de consommation du 8 février 2012, le facteur de charge horaire du nucléaire était de 94,2 %. Pourquoi donc pas 99 % ou 100 % ?

    Depuis le début de 2022, le facteur de charge journalier du nucléaire n’a jamais dépassé 80,6 %, avec une moyenne de 60,2 % pour les cinq premiers mois.

    Répondre
    • Le facteur de charge n’a de signification que sur une longue période gommant les variations périodiques à fréquence plus élevée que la période de référence. Il est conventionnellement estimé sur l’année.

      Un facteur de charge instantané n’a aucune signification. Pour un réacteur arrêté comme 30 le sont en ce moment il est de zéro.
      Pour un réacteur qui ronronne à sa puissance nominale en mode de base il est de 100%

      Répondre
      • Rochain écrit :
         » Il est conventionnellement estimé sur l’année. » Oui, mais cela n’a aucun sens si la source produit plus que la demande à certaines époque de l’année. Mieux vaux baisser volontairement la production de la source à ce moment. C’est ce qui se produisit assez souvent dans le passé. Le facteur de charge tombe imanquablement à un chiffre inférieur. Ces temps-ci, effectivement, les problèmes de corrosion dans le réacteurs vont encore en abaisser le facteur de charge, mais il sera toujours supérieur aux sources variables : solaire PPV et éolien.

        Répondre
        • arrétez vos circonvolutions Cochelin, vous fatiguez a chercher des poils aux oeufs. Le nucléaire est en train de vous faire la demonstration de sa faillite technique, après avoir fait celle de l’économie…. que vous faut-il de plus ?
          Je sais…. plutôt dire n’importe quoi que reconnaitre son échec, avec des voisins qui après avoir tourné le dos à cette solution passent leur temps à nous sortir du trou dans lequel nous nous sommes mis tout seul en criant à l’ongueur de journée que ces voisins étaient dans l’erreur et que nous seuls étions sur la bonne route.
          Je sais Cochelin, c’est dur , mais au lieu de revenir à la charge en permanence avec des arguties sans consistance taisez vous et faite vous oublier….. c’est le mieux que vous puissiez faire tant que nous ne volons pas au secours de nos voisins en grandes difficultés, avec notre merveilleux nucléaire !

          Répondre
          • OUI Cochelin, avec EN GRANDE PARTIE LEUR ENORME parc thermique comme vous aimez le souligner en rouge mais surtout avec le rouge aveugle, vous savez, celui qui empeche de voir les réalités.
            Celui qui empèche de voir les 35 GW de production uniquement solaire Cochelin, vous savez ces 35 GW en drite ligne du Soleil qui écrasent notre production de 24 GW de nucléaire !
            35 GW de solaire en Allemagne qu’en nous n’en produisons même pas 10 en France, 10 qui font déjà trop d’ombre au nucléaire ! Trop d’ombre aux pouvoir publiques mackés par le nucléaire, trop d’ombre au petit peuple comme vous lui aussi biberonné au nucléaire.
            Cachez vous Cochelin, j’ai honte pour vous

          • Cochelin qui s’enfonce toujours dans la stupidité vient de battre tous les records .. 😂🤣😂 après l’autre troll d’Herve Guéret qui délire constamment sur des centrales thermiques qui n’existent que dans son imagination d’irradié et qui sont en fait déjà en place pour pallier à l’intermittence de plus en plus récurrente de notre nucléaire polluant à tous les stades maintenant Cochelin qui annone en public que le soleil se lève et se couche à 13 h .. 😂🤣😂 enfin on touche du doigt le niveau des trolls qui polluent constamment un sujet urgent d’Avenir alors que la crise actuelle prouve bien l’urgence de développer les ENR …

          • Cochelin, vous en êtes revenu aux arguments les plus primitifs où les nucléophiles croyaient que les partisans des renouvelables ne savaient pas que le Soleil ne brillait pas à midi….. vous en êtes là.
            Et justement oui le nucléaire produit que l’on en ai besoin ou pas (quand il produit) tandis que le solaire produit toujours au moment où l’on en a le plus besoin et ce n’est pas quelques minutes autour de 13 heures comme vous tentez de le faire croire insidieusement. Si à 13 h c’est 35 GW c’est déjà 30 GW à 10 heures et encore 30 GW à 16 heures et déjà 25 GW à 8h30 et encore 25GW à 17h…… tandis que les 25 GW du nucléaire c’est quand l’activité économique est au plus haut, là où il a toujours fait défaut même quand il fonctionnait raisonablement.
            Cochelin inutile de tenter de redorer le blason du nucléaire tant que l’ensemble de nos voisins devront nous venir en aide pour nous éviter le blackout. Vous devriez avoir un peu de pudeur et vous abstenir de présenter leurs résultats remarquables de façon tendentieuse et visant à en diminuer la portée.
            Il y a de vos remarques dont j’ai vraiment honte pour vous. Il est vrai qu’il est des chiens qui mordent la main qui les nourit

  • Pour ceux qui attribuent une part importante au CO2 dans le « dérèglement climatique », le nucléaire n’est pas une solution. « Dérèglement » bien connu et documenté depuis 1845 au moins.

    En 1845 donc, il y a près de deux siècles, le Dr Fuster a publié une étude détaillée sur le climat : « Des changements dans le climat de la France. Histoire de ses révolutions météorologiques ». Disponible sur le site Gallica de la BNF (Bibliothèque Nationale de France) et téléchargeable ici :

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k772359.image : 517 pages et 19,8 Mo.

    On peut lire aussi sur Gallica, le numéro 13 du 29 septembre 1888 de la « Revue scientifique » (revue rose) aux pages 393 à 402, au sujet des « variations séculaires de la température ».

    Le « dérèglement du temps » est une vieille rengaine. Mme de Sévigné l’écrivait le 19 juillet 1675 au sujet de la procession solennelle « c’étoit pour faire cesser la pluie, et pour demander le chaud » et le 24 juillet « … car sans elle nous apercevions comme vous que le procédé du soleil et des saisons étoit changé … ». [La Pléiade, Correspondance, tome III / sur Gallica (commentée) : lettre 418 p.517 et 419 p 523.]

    Répondre
  • La participation du nucléaire pour remplacer les fossiles dans la production mondiale d’électricité est des plus modestes, face à l’essor des renouvelables, éolien et solaire ne particulier.

    En 2021, la production nucléaire est toujours inférieure à son niveau historique de 2006, alors que la production renouvelable dans son ensemble a été multipliée par 2,3. Mais le plus intéressant est la période récente.

    Au cours des cinq dernières années, entre 2016 et 2021, la production mondiale d’électricité nucléaire n’a augmenté que de 185 TWh.

    Celle des renouvelables a augmenté de 2.070 TWh, dont 900 TWh pour l’éolien et 705 TWh pour le solaire.

    Pour la première fois, éolien + solaire ont dépassé le nucléaire pour la production mondiale d’électricité.

    En Chine, l’éolien a dépassé le nucléaire dès 2012.

    En 2021, le nucléaire chinois a produit 29 TWh de plus qu’en 2019, mais l’éolien a produit 125 TWh de plus et le solaire 51 TWh de plus.

    En 2021, la production chinoise d’électricité était de 407 TWh pour le nucléaire – de 655 TWh pour l’éolien – de 327 TWh pour le solaire.

    Répondre
  • « 10 qui font déjà trop d’ombre au nucléaire ! Trop d’ombre aux pouvoir publiques mackés par le nucléaire, trop d’ombre au petit peuple comme vous lui aussi biberonné au nucléaire.
    Cachez vous Cochelin, j’ai honte pour vous »
    Que de conneries SR !
    « Les cons c’est à ça qu’on le les reconnaît, ça ose tout » (Michel Audiard)
    « TU parles trop » relis les paroles de cette chanson du début des années 60, elles te vont comme un gant..

    Répondre
    • Michel DUBUS « Les cons c’est à ça qu’on le les reconnaît, ça ose tout » (Michel Audiard)
      « TU parles trop » relis les paroles de cette chanson du début des années 60, elles te vont comme un gant..

      la vérité et les faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça dérange les trolls stériles qui ne sont même pas gêner de se ridiculiser en public … 😂😂🤣

      Répondre
    • Merci pour cette splendide avancée dans votre art de la connerie qui se repete sur tous vos messages, c’est même à ça qu’on vous reconnait Dubus.
      L’art et la maniere de feindre ne pas comprendre que malgrè sa latitude défavorable, l’Allemagne produit 3 fois et demi plus que nous en solaire et surtout une fois et demi plus que TOUTE NOTRE PUISSANCE NUCLEAIRE !!!! continuez à dire que les renouvelables ne produisent rien, vous empilez des TW de ridicule à vouloir faire le malin en singeant Audiard, ce que vous n’êtes même pas capable de faire intelligement !

      Répondre
    • Affichez au moins le contenu carbone sur l’ACV du kWh Allemand et comparez avec celui de la France, malgré nos importations ! Et combien leur a coûté leur parc solaire PPV ? QQes centaines de milliards d’euros. Et les conséquences sur le coût TTC pour les consommateurs Allemands ? Je n’ignore pas leur production (diurne)PPV car il y a beaucoup de soleil, mais sur l’année, le F.C. est bien faible. Le charbon compte pour un bon %age dans leur mix et est augmentation depuis deux ans.
      « Production d’électricité au 1er trimestre 2022 : le charbon reste la source d’énergie la plus importante. Comme au même trimestre de l’année précédente, le charbon a été la source d’énergie la plus importante pour la production d’électricité au 1er trimestre 2022. Par rapport au 1er trimestre 2021, l’apport d’électricité au charbon a augmenté de 12,5% pour atteindre 31,5% de la quantité d’électricité injectée dans le réseau. Au 1er trimestre 2021, la part était de 29,0%. En revanche, la production d’électricité à partir du gaz naturel a diminué de 17,0% en glissement annuel pour atteindre 13,0% de la quantité d’électricité injectée dans le réseau (T1 2021: 15,2%). » https://www.destatis.de/DE/Presse/Pressemitteilungen/2022/06/PD22_233_43312.html

      Répondre
  • « … un plan de 50 réacteurs … »

    Si, il y a quarante ans, des réacteurs ont pu être mis en service en cinq à six ans après leur « premier béton », ce n’était déjà plus le cas à partir de 1989, avec des durées supérieures à huit ans, malgré toute l’expérience qui n’avait pas disparu.

    L’expérience était encore présente à l’époque, mais il a fallu 16 ans et 15 ans pour Chooz B1 et B2 mis en service en 2000. Les choses se sont un peu améliorées pour Civaux-1 et -2, mis en service en 2002 (13 et 11 ans), mais cela est resté très lent.

    Si l’EPR d’Olkiluoto (le vrai prototype) est mis en service commercial en décembre 2022, cela fera une durée de 17,5 ans depuis le premier béton. Pour Flamanville, ce sera 16 ans fin 2023.

    Selon le discours officiel, bien qu’aucun débat n’ait eu lieu au parlement à ce sujet, le premier EPR2 éventuel entrerait en service en 2035. Des sources « bien informées » mentionnent plutôt 2039 pour le premier et 2051 pour le sixième.

    Selon les industriels du nucléaire, il n’est pas possible de faire mieux, par manque de ressources financières, matérielles et humaines.

    A ce rythme, cela nous mène à l’an 2140 pour le cinquantième réacteur.

    On peut rêvassez sur les flots bleus, mais un jour il faut remettre les pieds sur terre.

    Répondre
  • Le 13 juillet 2022 à 8h30, les milliers éoliennes de la France ont fourni 2% du total de la production d’électricité. Ce chiffre minuscule démontre que ces machines pharaoniques sont incapables de fabriquer de l’électricité lorsque le pays en a besoin, leur production intermittente dépendant du vent et non de leur gigantisme ou de leur nombre. Même si on doublait ou triplait celui-ci le résultat serait le quasiment identique
    Ah mais cela va pas plaire au troll Rochain

    Répondre
    • Comme d’habitude, des propos insultants demontrant la bétise de son hauteur qui ignore tout de l’éolien et du renouvelable en général.
      En effet, le 13 janvier il n’y avait pas de vent dans les hauts de France et le grand Est où son implantées 61% des éoliennes de France sur seulement 16 % de la surface du territoire. En revanche il y avait beaucoup de vent dans le golf du Lion et sur le litoral Atlantique de la Gironde à la fontiere espagnol, c’est-à-dire là ou il n’y a aucune éolienne. Voila qui démontre l’ingorance remarquable de ce Girard qui ignore qu’il faut qu’il y ait du vent et également des éoliennes pour produire de l’électricité, si l’un des deux est absent le resultat est nul, et son affirmation est donc ridicule.
      Mais il aurait pu tout aussi bien choisir le 24 juin où nos deux petites régions bien garnies en éoliennes on fourni 14% de la production d’électricité…. mais bien sûr cela n’arrangeait ni son dogme ni son inobjectivité.

      Répondre
    • Girard aurait aussi pu choisir la date du 19 juin où les éoliennes des hauts de France et du Grand Est on conjointement fournies jusqu’à 9719 MW de puissance soit pres du tiers de ce qu’a été capable de fournir la totalité du parc nucléaire qui plafonnait à ce moment à 24614 MW !
      Moi aussi je peux choisir des dates qui « m’arrangeraient » si je voulais passer mon temps à ridiculiser le nucléaire, ce qui est particulierement facile aujourd’hui.étant donné son état de décrépitude qui s’accroit avec le temps, l’excuse du Covid devenant de moins en moins crédible avec le temps qui passe.

      Répondre
  • Toujours les mêmes cretins insultants à débiter leurs certitudes certifiées par leurs liens alors que toutes les politiques nous ont menées dans le mur d’une planète qui va devenir invivable. Et tous ces crétins certifiés avec leurs 100% , entre autre, d’ENR qui n’arriveront jamais, ne seront pas la pour y voir la souffrance que tout cela engendra…

    Répondre
    • Brunet Toujours les mêmes crétins insultants à débiter leurs certitudes de la préhistoire en niant ce qui se développe et même s’accélère sur le terrain alors que c’est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution ,les GES , le Co² … RAPPEL de la réalité du terrain : le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/295678679_10229604167833412_6232668743974637942_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=u4QbY_uIXHMAX_gr0HK&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT_Jebb_-6ZyaBzkFiryPakeTj8_53om7eiy-f_flmcI4g&oe=62E8A127

      Répondre
      • Oui, incidents provisoires sur les réacteurs. Ça change des 30 dernières années ou la France aidait l’Allemagne, mais ça reviendra.
        Quant à Brunet, il a parfaitement raison, les deux sources renouvelables, éolien et solaire, étant intermittentes, 100% renouvelable est impossible.
        Je doute même que ça puisse dépasser 50 ou 60% en France, faute d’hydraulique suffisant.

        Répondre
        • toujours du babillage du petit qui croit savoir….
          Aussi loin que vous remontez la France a toujours importé plus d’électricité d’Alleamgne qu’elle ne lui en a vendu !
          Mais vous êtes trop fénéant pour chercher l’info vraie…. vous préférez nettement les fakes de comptoir du bistrot du coin que vous fréquentez avec tous ces nuls qui hantent les forums pour y dire n’importe quoi … allez jouer aux billes; petit !

          Répondre
          • Rochain le roi de la désinformation selon son bon plaisir! Non l’Allemagne n’est pas excédentaire dans ces échanges avec la France depuis des années selon Rochain, c’est m^me plutôt le contraire car Rochain est toujours apte à prendre des liens que sur un instant donné sans prendre la peine de publier l’ensemble des données sur le sujet comme d’habitude, la démagogie de ce type est hallucinante…Car en cherchant vite fait dans un moteur on trouve cela: https://energie.lexpansion.com/energies-renouvelables/quand-l-allemagne-importe-son-electricite-de-france_a-33-8329.html En fait il n’y aucune évidence dans la complexité des réseaux aujourd’hui….

          • BRUNET
            Vous faites une désinformation totale en allant rechercher un article d’opinion sans chiffrage, publié en 2015, tout en m’accusant de truquer l’info…..Vvotre article ne démontre rien, ne cite aucun chiffre ni aucune évolution et/ou comparaison portant sur les échanges commerciaux entre la France et l’Allemagne, que du blabla. Vous n’êtes qu’un escroc qui essayez de me faire passer pour tel ! !
            Moi, je vous renvoie aux statistiques officielles qui donnent figure 11 l’évolution par année des échanges entre l’Allemagne et la France et vous y verrez cette courbe depuis 2008 jusqu’à 2020. Vous lirez aussi avec intérêt que le résultat 2021 était déjà connu lors de la publication du rapport 2020 car dans un paragraphe sous le graphique un peu plus bas les auteurs font remarquer la presque égalité des échanges en 2021 car le sens en faveur de l’Alleamgne est exceptionnel.:
            « Les échanges commerciaux ont été presque équilibrés entre les deux pays. La France a importé 12,7 TWh et exporté 11,1 TWh, soit un solde exportateur d´environ 1,6 TWh en légère faveur de l´Allemagne selon /5/ et /6/. »
            Le site qui lui n’est pas un site d’opinion comme le vôtre mais un site statistique :
            https://allemagne-energies.com/2021/01/08/allemagne-lessentiel-des-resultats-energetiques-2020-sous-linfluence-de-la-crise-sanitaire/

          • merci pour cette info. Il faut seulement noter qu’en Allemagne, le développement du réseau de Transport n’arrive pas à suivre le développement des ENR

          • @Deneux
            En effet, c’est effectivement un des points difficile de la transition en Allemagne, les principaux centres de consommation étant dans le Sud et la production dans le Nord. Une transition énergétique cela prend 20 ans quand on a tous les atouts de son coté, ce qui n’est pas le cas de l’Allemagne, une seule façade maritime, peu de grandes vallées propices aux STEP et en facilitant la construction, ensoleillement plus que moyen….. ils ont osé, pas nous, alors que nous avons justement tous les atouts. S’ils réussissent, nous ne pourrons pas échouer, mais encore faut-il y aller.

        • 🤣😂🤣🤣😂 ils ont relâché notre troll stérile d’Herve Gueret qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public en anonant tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe sans jamais rien vérifier du réel du terrain 🤣des défauts connus et caches par EDF depuis 1998..et il appelle ça  » incidents provisoires sur les réacteurs .. » 😂🤣RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain.🤣😂 : la crise actuelle prouve bien qu’ il faut développer de toute Urgence ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain…vous pouvez voir la réalité du terrain : depuis quelques mois maintenant, la France importe massivement de l’électricité de tous ses voisins ! Elle est ou l’indépendance nucléaire alors qu’en plus l’uranium vient de l’étranger et que les déchets partent en Sibérie : https://www.rte-france.com/eco2mix/les-echanges-commerciaux-aux-frontieres?

          Répondre
        • L’Allemagne a toujours eu un solde commercial positif dans ses échange d’électricité avec la France au niveau annuel, y compris en 2011.

          Cela se voyait dans les statistiques de RTE jusqu’en avril 2015, lorsque les échanges commerciaux de l’Allemagne et de la Belgique étaient publiés séparément.

          Le solde est habituellement très important en faveur de l’Allemagne en hiver et plus faible en faveur de la France en été.

          Cela se voit aussi dans les statistiques commerciales de l’Allemagne.

          Attention, ne pas confondre échanges commerciaux et transit aux frontières, puisque l’électricité utilise les lignes disponibles pour aller d’un point à un autre.

          Répondre
        • Rochain ecouter qui que ce soit,j’en rigole encore…. si lui même de manière évidente comme il nous le montre depuis des années que cela en est pathétique !

          Répondre
          • Rochain n’écoute que les sites officiels délivrant des chiffres reflétant la réalité, et bien sur pas les blabla de conviction des Brunet, Moulard, et autres Dubus qui revassent de grandeur et puissance infinie quasiment gratuite et éternelle devant un nucléaire en déconfiture ….. aujourd’hui encore 27 réacteurs en carafe, et un EPR qui se fait attendre depuis 11 ans ajouté à son échec mondial ! Un prix de production de l’électricité française la plus chère d’Europe, etc….tout ça vérifiable sur les seuls sites d’EDF et RTE mis à la disposition de ceux qui veiulent savoir la réalité.

          • brunet qui se ridiculise toujours plus en s’enfonçant dans chaque post car les avancées sur le terrain prouve bien tous les écrits sur les ENR ..la crise actuelle accélérant même leur mise en place ….

  • ENTSOE ne publie pas les échanges commerciaux mais les échanges physiques aux frontières. Et un article qui prend sa source sur un site dont la raison d’être est d’essayer de sauver le nucléaire ne relève pas d’un journalisme sérieux.

    Jusqu’à avril 2015, RTE indiquait chaque mois les échanges commerciaux avec ses voisins, dont l’Allemagne et la Belgique de façon indépendante. Depuis, ces deux pays sont regroupés dans la région CWE avec le Luxembourg et les Pays-Bas (et la France).

    Depuis le début des données publiques (2008), l’Allemagne a toujours eu un solde commercial positif avec la France et avec tous les pays d’une façon générale.

    Y compris en 2011 où, malgré les sarcasmes d’une certaine presse, l’Allemagne ne s’est pas alimentée en énergie nucléaire française et a conservé son solde positif dans les échanges avec la France, exportant beaucoup en hiver et important un peu en été.

    A une époque, RTE disposait d’un « blog » où le sujet avait été abordé et expliquait bien pourquoi les échanges aux frontières ne représentaient pas la réalité des échanges commerciaux : disponibilité des lignes électriques entre le vendeur et l’acheteur.

    Répondre
commenter

Répondre à Thierry Deneux Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective