Politique énergétique : cap sur les législatives !

La politique énergétique n’est certes pas le seul critère pour choisir un gouvernement, mais…

Il me semble clair que notre nouveau Président de la République Emmanuel Macron, en matière d’énergies, est dans la continuité avec la ligne Hollande-Royal et il ne faut pas compter sur lui pour amender la pitoyable Loi de Transition Energétique votée quand il était ministre. Il a affirmé sans ambiguïté qu’il arrêterait Fessenheim et qu’il réduirait de 75% à 50% la part de l’électricité d’origine nucléaire au profit de sources renouvelables intermittentes lourdement subventionnées. La présence de Corinne Lepage dans ses soutiens n’a rien de rassurant.

Heureusement, ce n’est pas le Président qui fait les lois, mais le Parlement. C’est donc auprès de nos futurs députés et sénateurs qu’il faut faire passer le message : l’électricité française est déjà peu carbonée et peu chère, ce n’est donc pas elle qu’il faut modifier par la loi de transition énergétique. Nous n’avons pas besoin d’électricité renouvelable intermittente et soutenue par le gaz importé, nous avons besoin de chauffage renouvelable (biomasse et géothermie), de véhicules électriques et de carburants renouvelables.

Nous avons la chance de pouvoir observer chez nos voisins allemands les méfaits d’une transition énergétique mal engagée, et je vous conseille de lire l’article de Guidez, Lauer et Safa dans la Revue Générale Nucléaire de janvier-février 2017, disponible sur https://doi.org/10.1051/rgn/20171056 :

La transition énergétique se traduit dans la pratique par une introduction massive d’énergies renouvelables dans le mix électrique, des énergies pour la plupart intermittentes et non pilotables. Le fait que l’électricité ne soit pas disponible lorsque l’on en a besoin et qu’inversement elle soit produite en grande quantité lorsque la demande est faible entraîne des difficultés de gestion du réseau électrique. S’appuyant sur l’exemple allemand, l’article présente les limites physiques et économiques liées au développement à grande échelle et dans un délai très court de ces énergies intermittentes. Comme le vieil adage l’énonce, les auteurs rappellent que « l’enfer est pavé de bonnes intentions », et que le développement des énergies a eu un certain nombre d’effets pervers comme l’augmentation brutale du prix de l’électricité, pour des résultats faibles en termes écologiques avec une remontée de la production de CO2 depuis 2009.

La loi française sur la transition énergétique et la croissance verte prévoit de ramener à 50 % la part de la production nucléaire dans le mix électrique, en la remplaçant principalement par de la production ENR. Nos voisins allemands se sont engagés sur cette voie dès 2000, avec une grande détermination et des moyens considérables dont la France ne dispose pas. Le bilan de la transition énergétique en Allemagne peut, en 2015, se résumer comme suit :

› Un coût exorbitant pour générer environ 20 % des  650 TWh/an par l’éolien  et le solaire ;
› Pas d’effet sur les émissions de CO2 (le charbon indispensable en back-up contrebalance l’effet de l’introduction des ENR dans un mix où l’énergie nucléaire était déjà décarbonée) ;
› Des problèmes additionnels induits par la gestion de l’intermittence et les injections forcées et aléatoires sur les réseaux ;
› La nécessité de conserver la totalité du parc thermique pour pallier les intermittences des ENR, faute de moyens de stockage crédible ;
› Et en conséquence, une envolée des factures pour les ménages allemands.

/…/ Sur les problèmes liés à l’intermittence des ENR, une récente étude publiée par Hans-Werner Sinn, ancien président de l’Institut allemand des études économiques d’utilité publique conclut sur cette phrase : « Étant donné toutes ces difficultés, il serait avantageux pour la communauté mondiale d’observer prudemment les résultats de l’expérience allemande avant de l’imiter et de démanteler ses réacteurs nucléaires. »

Je terminerai en citant deux extraits d’une note de l’Académie des Sciences datée du 19 avril 2017 : La question de la transition énergétique est-elle bien posée dans les débats actuels ?

« On pourrait penser que les échanges d’énergie au niveau européen pourraient pallier ce problème (l’intermittence du soleil et du vent). Or les nuits sont partout longues à la même période en Europe, et les anticyclones souvent simultanés chez nous et nos voisins. »

« Certes, nous avons appris qu’il était possible de mettre une quantité significative d’énergies renouvelables dans le mix électrique. Et il faut aller dans cette direction, les citoyens le souhaitent. Mais ces derniers doivent aussi être plus exigeants et demander à leurs élus de travailler à des scénarios réalistes qui évitent les idées reçues, et parmi lesquels ils devront faire leurs choix. Ces scénarios réalistes et cohérents doivent dire clairement que le tout renouvelable n’est pas possible et indiquer une trajectoire raisonnable vers une solution énergétique où l’énergie nucléaire aura sa place dans les prochaines décennies si l’on veut maintenir une électricité décarbonée. »

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective