La première hydrolienne fluviale de France installée dans la Loire, à Orléans

C’est à Orléans, dans le département du Loiret, que la première hydrolienne fluviale de France métropolitaine a été installée pour être testée. Immergée dans la Loire, l’hydrolienne doit produire de l’électricité grâce à l’énergie cinétique du fleuve. Composée de deux colonnes à axe de rotation vertical, elle dispose d’une puissance de 40 kW, ce qui lui permettra dans quelques mois d’alimenter une soixantaine de foyers orléanais.

Le 6 novembre dernier, une grue embarquée sur une barge fluviale a immergé dans la Loire, entre deux ponts du centre-ville d’Orléans, la première hydrolienne fluviale de France métropolitaine (une expérimentation similaire est menée en Guyane depuis 2013). Cette machine baptisée Hydrofluv est encore expérimentale : elle doit permettre, d’ici à 2016, d’améliorer cette technologie et de vérifier son faible impact environnemental, d’autant que la Loire est encore un fleuve « sauvage ». Le secteur est classé Natura 2000.

A la différence de l’hydrolienne marine, sa petite sœur fluviale ne dispose pas d’hélices. Elle est constituée de deux colonnes de turbines à axe de rotation vertical, qui accélèrent la vitesse du courant et tournent à une vitesse de 20 à 40 tours par minute. Elle génère une puissance de 40kW. Dans ce secteur, la vitesse du courant est régulière et supérieure à 2 m/s. L’hydrolienne ne repose pas sur le lit du fleuve mais est ancrée sur une barge flottante.

Dans un premier temps l’appareil ne sera pas relié au réseau mais il devrait d’ici quelques mois alimenter une soixantaine de foyers.

L’hydrolienne est la quatrième à être mise au point par la société grenobloise Hydroquest, qui souhaite par cette expérimentation tester la réaction de la nature et des riverains afin d’améliorer la technologie et d’exporter de 300 à 500 machines par an d’ici à 2020. Le test mené à Orléans constitue une vitrine technologique pour la ville et devrait se poursuivre jusqu’en 2016.

Le projet représente un investissement de 2,46 millions d’euros et associe d’autres partenaires tels qu’EDF, la ville d’Orléans, des pôles de compétitivité et des PME. Le marché mondial serait de l’ordre de 12 milliards d’euros pour un total de 3GW qui pourraient être installés notamment en Afrique et sur le continent américain.

Crédit photo : Croquant

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective