guyane-toucan-2-solaire

La Guyane, un territoire au fort potentiel solaire

La Guyane est sortie des radars médiatiques aussi vite que la crise sociale l’avait propulsée en Une des titres et des préoccupations gouvernementales. Trop loin, isolée, différente, la Guyane serait laissée pour compte. Un constat qui ne s’applique pas au secteur énergétique grâce à un effort continue des autorités locales et nationales désireuses de contribuer au développement des énergies renouvelables sur ce territoire. Les initiatives se multiplient et EDF fait preuve d’une grande flexibilité pour tirer profit du potentiel exceptionnel offert par les énergies vertes avec le solaire comme nouveau fer de lance.

Comment faire d’une faiblesse une force ? La Guyane est un des rares territoires français à ne pas bénéficier d’interconnexions électriques avec les Etats voisins. Livrée à elle-même, la Guyane doit importer 80 % de ses ressources en énergie (sous forme d’hydrocarbures) dont le coût n’est pas en adéquation avec le niveau de vie. Cette situation est d’autant plus dommageable que la Guyane peut être considérée comme un paradis des énergies renouvelables.

Une transition énergétique prometteuse en Guyane

La Guyane fait partie des territoires les plus en pointe en matière de transition énergétique comme l’illustre sa Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). Elle prévoit une production électrique issue à 85 % des énergies renouvelables d’ici à 2023. Pour la partie littorale du territoire où se concentrent les plus grandes villes, le mix énergétique en 2015 se répartit entre l’hydraulique (55 %), le photovoltaïque (6 %), la biomasse (1 %), le diesel (19 %), la turbine à combustion (11 %), et les groupes électrogènes (7 %). Cette répartition est intéressante, car elle montre l’importance de l’hydraulique via principalement le barrage de Petit Saut, et le potentiel encore à exploiter pour le photovoltaïque et la biomasse. Ces deux énergies sont présentes en abondance sur l’ensemble du territoire guyanais et des appels d’offres ont été lancés afin de les exploiter au mieux.

L’énergie hydraulique constitue la principale ressource verte actuellement disponible en Guyane. Le barrage de Petit Saut compte sur une puissance de 116 MW, ce qui correspond aux besoins des deux tiers des habitants situés sur la côte. Le principal enjeu pour EDF est de maintenir intactes les capacités de ce barrage, mais les équipes d’EDF doivent aussi assurer une production toujours plus importante d’électricité en raison de l’augmentation de la population. La Guyane doit donc compléter son réseau électrique et ne peut le faire qu’en s’appuyant sur ses atouts.

L’hydroélectricité est incontournable, mais l’avenir est déjà aux autres énergies vertes. La Programmation Pluriannuelle de l’Energie insiste sur le développement de la biomasse, de l’éolien et du solaire. Avec seulement 0,3 % du mix énergétique guyanais en 2010, la biomasse fait figure de parent pauvre des énergies renouvelables. Pourtant les études de l’ONF et la CIRAD montrent que le potentiel est très intéressant avec 40MWe par an pour la seule filière bois. Des problèmes tels que le coût de production et la gestion des stocks freinent encore un développement rapide de la filière, mais des projets sont lancés comme dans la petite localité de Cacao où une centrale biomasse sera mise en service en 2019.

L’éolien est également exploré dans la partie littorale du territoire. Là les vents ne sont pas très importants, mais ont l’avantage d’être réguliers. Les prévisions de mise en circulation de l’énergie produite sont donc plus simples même si les aléas climatiques demeurent la norme. La problématique est assez similaire en ce qui concerne le solaire, mais le potentiel est beaucoup important et les équipes scientifiques et techniques sont très mobilisées afin de surpasser les inconvénients d’une énergie par nature intermittente.

Le solaire : une solution d’avenir qui fait déjà ses preuves

La Guyane est un des territoires français les plus avantagés pour développer une grande industrie solaire. Le gisement solaire moyen est de 1222 kWh/m²/an, soit un chiffre assez proche du record national détenu par la Réunion avec 1492 kWh/m²/an. C’est donc cette filière qui a particulièrement retenu l’attention des rédacteurs de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie. Fin 2015, la Guyane pouvait compter sur 45 MW de panneaux photovoltaïques raccordés au réseau d’électricité. Deux tiers de cette production ne bénéficient pas de système de stockage.

Le stockage de l’énergie solaire est un élément de taille dans son développement. La mise en service, en 2015, de la centrale solaire de Toucan a constitué une étape importante, car en plus de fournir de l’énergie pour 4 000 foyers, cette unité construite et dirigée par EDF dispose d’un dispositif de stockage de trois heures. Lorsqu’un nuage s’éternise un peu et empêche les panneaux photovoltaïques de fonctionner, les batteries prennent le relai. Le même balai se met en marche en fin de journée lorsque l’ensoleillement diminue.

Le projet est une réussite telle que les 55 000 panneaux solaires vont voir fleurir un nouveau projet de centrale appelé Toucan 2, lequel vient d’être sélectionné dans le cadre de l’appel d’offres CRE II. L’installation de 10 MWc qui devrait entrer en service en 2018 sera également équipée d’un dispositif de stockage et d’un système de pilotage à distance des équipements électriques. Ce sont 8 000 foyers supplémentaires qui jouiront d’une électricité verte grâce aux 100 000 panneaux de cette nouvelle centrale. David Augeix, Directeur Région Sud d’EDF Energies Nouvelles, s’est réjoui de cette nouvelle réalisation « qui utilise le stockage de l’énergie, une solution technologique de pointe [et qui contribue] à l’atteinte des objectifs fixés pour la Guyane en matière d’énergies renouvelables, ainsi qu’à l’autonomie énergétique du département ».

La mairie de Montsinéry-Tonnégrande, co-constructeur de Toucan 2 avec EDF Energies Nouvelles, peut également s’enorgueillir des « efforts de soutien au déploiement de la transition énergétique sur son territoire ». Des efforts nécessaires à tous les échelons, car sans l’impulsion de l’Etat qui a décidé au début de l’année de mettre en place un tarif d’achat pour le photovoltaïque spécifique à la Guyane, à la Corse et à l’Outre-mer, le développement de ce secteur serait beaucoup moins rapide. Désormais bien lancée dans l’aventure des énergies renouvelables, la Guyane devrait atteindre tous ses objectifs et être une belle plateforme de l’excellence française en matière énergétique et environnementale.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective