GE Hydro: l’intersyndicale propose son plan pour pérenniser le site de Grenoble

L’intersyndicale de GE Hydro de Grenoble a présenté jeudi ses propositions alternatives pour pérenniser le site à la direction, qui, sans lâcher son plan social de 345 des 800 postes, accepte une délai supplémentaire de négociation.
Après une journée de réunions, direction et syndicats « n’ont pu arriver à trouver un accord ce jour » mais « la direction souhaite trouver un accord après la reprise du dialogue dès vendredi », selon un communiqué.
Pour la seconde venue à Grenoble d’Yves Rannou, PDG de la branche Hydro du conglomérat américain, les syndicats CFE-CGC, CFDT et CGT ont mis sur la table des « propositions en vue d’une solution négociée » qui permette de « réduire le nombre de suppressions de postes et de « poser le cadre du redéploiement du site », selon le document dont l’AFP a eu copie.
Les représentants du personnel mettent en avant « un dimensionnement adapté à l’avenir de l’entreprise avec un effectif compris en 650 et 700 employés », contre 455 dans le PSE actuel qui, selon eux, condamne le site de conception de turbines à 18-24 mois.
La différence la plus notable est le maintien demandé de l’atelier, voué à disparaître dans le PSE. Il est « indispensable à l’ingénierie de R&D, que ce soit pour tester des prototypes, expérimenter des nouvelles technologies ou faire des premiers de série », a expliqué à l’AFP Grégory Vauclin (CFE-CGC).
Les syndicats demandent aussi une table-ronde avec le gouvernement et la Région pour établir un « plan de redéploiement pour développer l’activité dans le cadre de la transition énergétique », c’est-à-dire de se pencher concrètement sur la filière hydraulique, absente des débats nationaux.
Enfin, condition pour mener à bien les deux autre points, les syndicats demandent un délai de « 2 mois » pour trouver un accord négocié, soit jusqu’au 19 janvier afin de passer aussi la trêve de Noël.
De son côté, Yves Rannou a « confirmé que le plan proposé est le seul qui permet la transformation, la sauvegarde et la pérennité de l’activité Hydro dans sa globalité et sur le site de Grenoble en particulier ».
Toutefois, la direction de GE Hydro « comprend » que les syndicats « ont besoin d’un délai supplémentaire et a proposé l’extension de la période de négociation de 6 semaines à compter du 20 novembre », soit jusqu’à la fin de l’année.
Ce délai doit permettre, entre autres, « l’étude » du PSE en cours et aussi des « propositions alternatives remises par l’intersyndicale ».
sla/dfa/pb

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective