La fin du charbon ? Pas si simple !

Après avoir signalé que la sortie du nucléaire programmée par l’Allemagne avait conduit à une augmentation de l’électricité produite par ses centrales à charbon, après avoir rappelé que la Pologne tirait 87% de son électricité de son charbon, j’ai fait l’objet de remarques acerbes qui voulaient contester ce triste constat. Je suppose que les mêmes vont me dire que l’Australie qui tire du charbon 75% de son électricité est sur une autre planète !

Cependant il apparait que la panne d’électricité subie l’an dernier par la province d’Australie Méridionale qui avait tout misé sur les énergies renouvelables conduise le pays à réviser sa politique énergétique. Au lieu d’aller très vite vers ces nouvelles énergies, objectif 42%, on reste sur une hypothèse comprise entre 28 et 36% à terme beaucoup plu long. Le grand pays continent est un grand serveur d’émissions de gaz à effet de serre, et c’est, incontestablement, une mauvaise nouvelle pour ceux qui prévoient rapidement la disparition de l’utilisation du charbon sur notre planète.

Le charbon, première énergie primaire pour fabriquer l’électricité

J’en profite pour redire qu’aujourd’hui le charbon est la première énergie primaire utilisée pour fabriquer l’électricité, au cours des 25 dernières années sa part est passée de 41% à 47% à cause de la croissance des pays émergents, la Chine consomme la moitié du charbon mondial avec 73% de son électricité, les USA 40%, l’Europe 26% …et 2% en France !

L’Inde, la Chine, l’Australie et bien d’autres pays vont donc poursuivre la consommation du charbon tout en promettant de le réduire, mais à leur rythme qui n’est pas celui souhaité par les défenseurs du climat.

Que faire ?

La première réponse que je dénonce comme ridicule est de dire, « en France nous allons donner l’exemple et arrêter définitivement les centrales au charbon ». Compte tenu de la faiblesse de notre appareil charbonnier, si notre exemple avait été suivi, cela se saurait, et cet effort a consisté à construire 58 réacteurs nucléaires qui fournissent 75% de notre électricité ! Est-ce cet exemple que nous voulons donner alors que nous disons, par ailleurs, qu’il faut réduire cette part à 50% ?

La deuxième réponse est de demander aux Etats de prendre des engagements. Si dans un pays comme la Chine à la démocratie autoritaire cela peut avoir un sens, dans les autres cela peut faire rire. Qui peut contrôler l’utilisation individuelle du charbon en Inde dans la zone des gisements ? Or les émissions centralisées d’une centrale à charbon par rapport aux poêles individuels correspondent à une réduction de 95% ! Il faut donc, en priorité, aider les pays émergents à construire des centrales à charbon et à éradiquer les poêles !

La troisième réponse pour des pays comme l’Australie qui a peur des pannes c’est de les convaincre de l’utilisation du gaz à la place du charbon pour soutenir les énergies renouvelables en cas de chute du vent, disparition du soleil et manque d’eau dans les réservoirs. La combustion de gaz conduit à la moitié de C02 par rapport au charbon, et le rendement de 38%, comparable à celui du charbon, peut être porté à 60 % avec la cogénération, c’est-à-dire le chauffage des locaux avoisinants.

C’est un hydrocarbure, certes, mais bien des villes envisagent des transports collectifs au GNV, Gaz Naturel de Ville, car plus « propre » que l’essence ou le diesel !

Comment mieux domestiquer le charbon ?

Pendant le même temps les recherches pour arriver à mieux domestiquer le charbon se font dans quatre directions, qui vont, peut-être, donner des résultats satisfaisants un jour. Les réserves de charbon étant très abondantes, et le prix du charbon diminuant, il y a un risque que tel ou tel pays émergent finisse par l’utiliser dans des conditions non satisfaisantes pour le reste de la planète, et résiste à la pression des autres.

Ainsi, me semble-t-il, la Corée du Nord, l’Iran, l’Australie et les USA ne sont pas prêts à envisager un gouvernement écologique de la planète, ils ont et auront des émules si les ressortissants manquent cruellement d’énergie, ils se jetteront sur le charbon pas cher !

La première direction a été celle de la meilleure combustion du charbon, amélioration de la qualité avant de le jeter dans la chaudière, puis température plus importante pour une diminution des émissions. Cela nécessitait la mise au point de matériaux spéciaux pour arriver à ce que les spécialistes ont appelé la combustion « super-critique ». Ceci a été réalisé en France avec une collaboration entre Alstom et EDF, donnant de très bons résultats, mais la vente d’Alstom -énergie à General Electric a vu ce programme partir tout seul en Suisse et nous n’en avons plus de nouvelles !

La deuxième direction est celle de mélanger charbon et résidus ligneux dans la chaudière pour améliorer le mix et favoriser le recyclage de déchets. C’est le programme d’EDF à la centrale de Cordemais près de Nantes, programme qui sera étendu à celle du Havre, les deux centrales à charbon d’EDF devenant ainsi des prototypes de centrales « écologiques » charbon-déchets ligneux.

La troisième direction est celle du piégeage du CO2 émis dans des réservoirs souterrains, c’est en Europe que l’on a commencé à le faire (Sleipner Mer du Nord norvégienne), mais ce sont les USA et la Chine qui poursuivent cette activité dite CCS (Carbon Capture Storage)

Une quatrième direction est d’essayer d’utiliser le CO2 produit par une centrale pour alimenter une culture comme celle des microalgues conduisant à la création de produits utiles pour l’humanité.

Si le charbon est moins cher, il sera utilisé

Je sais que ces explications vont encore me ranger dans la catégorie des gens qui n’ont pas compris où allait le monde, mais je ne résigne pas à accepter de ne pas décrire la réalité. Pas plus que mes contemporains je n’aime particulièrement le charbon, mais je ne partage pas le point de vue selon lequel il suffit de quelques conférences pour éradiquer son utilisation.

Pour les milliards de personnes qui manquent d’énergie électrique si le charbon est moins cher il sera utilisé. Soit nous n’acceptons pas ce point de vue et il faut imaginer un gouvernement du monde sans démocratie qui me fait froid dans le dos, soit nous recherchons avec le monde entier les solutions pour l’utiliser mieux en visant un jour à l’éradiquer quand ce sera l’intérêt de tous.

C’est le mix énergétique qui existe aujourd’hui, et non la « foi » dans les énergies renouvelables universelles, il faut animer le changement progressif de ce mix pour ne pas interrompre le long chemin vers la modernité des pays émergents et des pays qui voudraient bien émerger. Notre devoir n’est pas de dire « stoppez le charbon » mais de dire » diminuez le charbon et utilisez le rationnellement ».

Pour un pays comme l’Australie, pour l’Allemagne, leur économie doit supporter de faire fonctionner des centrales à gaz, pour la Chine, l’Inde …il faut utiliser au mieux les résultats de nos avancées industrielles et non les enterrer comme si on avait honte du produit.

Je ne suis pas un défenseur du charbon, mais celui des enfants des pays qui préféreront utiliser le charbon plutôt que de mourir de faim en manquant en plus d’éducation, car l’électricité est indispensable pour l’étude.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Il est intéressant de voir que l’ONU dans ses comités spécialisés poursuit des travaux d’experts en provenance de pays producteurs de charbon sur le développement de l’utilisation du charbon et du méthane en tant qu’énergie propre.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective