afrique-solaire-electricite

Afrique subsaharienne : le paiement à l’usage au service du solaire

Plus de 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’ont pas accès à l’électricité. Ce chiffre semble ne pas évoluer depuis de nombreuses années mais avec la chute vertigineuse des solutions solaires et l’important développement du mobile banking sur le continent, une petite révolution a lieu dans le domaine : le déploiement des solutions solaires individuelles hors-réseau avec paiement à l’usage.

L’accès à l’énergie électrique est une condition nécessaire au développement économique et social. L’équipement électrique offre en effet de meilleures conditions de travail aux élèves et aux éducateurs, permet l’accès à l’information via la radio, la télévision ou l’internet et facilite la communication avec les téléphones portables. Avec l’électricité, les centres de santé sont aussi mieux équipés. Essentielle, cette énergie reste très peu disponible sur le continent africain puisque la plupart des pays d’Afrique subsaharienne ont un taux d’accès à l’électricité inférieur à 50%.

Des réseaux nationaux électriques peu développés

La majorité des pays africains produisent leur électricité à l’aide de centrales thermiques, ce qui nécessite, pour la plupart d’entre eux, d’importer des produits fossiles en grande quantité. La vente de l’électricité, fixée à faible coût pour être en lien avec les revenus de la population, ne permet pas aux entreprises nationales d’être suffisamment rentables pour pouvoir investir dans le développement des réseaux électriques pourtant vieillissants. L’investissement nécessaire est estimé à environ 50 milliards de dollars par an pour le continent. La très grande majorité des zones rurales restent ainsi plongées dans le noir après le coucher du soleil puisqu’actuellement seuls 14% de la population rurale d’Afrique subsaharienne a un accès à l’électricité contre 64% de la population urbaine et péri-urbaine.

Une production d’électricité hors-réseau

Ainsi vouées à elles-mêmes pour leurs besoins énergétiques, les populations rurales sont forcées de vivre sans énergie électrique ou de trouver un moyen de production local. Pendant de nombreuses années, l’utilisation des groupes électrogènes a été la seule solution de produire localement l’électricité. Ces groupes présentent l’avantage d’être relativement accessibles à l’achat, argument d’importance pour ces populations à faibles revenus. Les populations déchantent cependant souvent rapidement parce que ces groupes électrogènes nécessitent du gasoil, ce qui demande une logistique d’approvisionnement, et qui se révèlent coûteux sur le long terme et souvent dangereux avec risques d’incendie. Faute d’informations et de moyens financiers de la part des populations, ces systèmes de productions sont souvent mal entretenus, et tombent rapidement en panne.

Systèmes solaires individuels

Avec la baisse importante du prix des cellules photovoltaïques, on trouve de nombreux systèmes solaires individuels sur les marchés locaux. Ces systèmes permettent la recharge de téléphones et un éclairage le soir pour les plus petits d’entre eux et l’alimentation d’un foyer complet pour les plus systèmes les plus puissants. Ces kits solaires présentent l’avantage de tirer parti d’une énergie renouvelable disponible en abondance sur le continent. De nombreux importateurs, installateurs et revendeurs se sont dans lancés dans le domaine mais, faute de règles et de contrôles, du matériel de contrefaçon est disponible à côté du très bon matériel et les acteurs peu scrupuleux sont plus nombreux que les installateurs très bien formés. Pour les populations locales, généralement illettrées et mal informées, l’achat de matériel ressemble à un jeu de hasard.

Pay As You Go ou paiement à l’usage

Des systèmes solaires individuels de qualité sont quand même disponibles sur les marchés locaux, mais, bien que moins onéreux sur le long terme que les groupes électrogènes, ils restent coûteux à l’investissement et inaccessibles pour les populations non bancarisées. Des solutions de micro-crédit ont été mises en place pour l’acquisition de kits solaires individuels mais les risques de non remboursement du crédit freinent leur développement. La solution imaginée par plusieurs opérateurs pour répondre à cette problématique consiste en une solution de paiement à l’usage ou Pay As you Go (PAYG) de kits solaires de faible puissance. Le client verse une somme à l’acquisition (généralement de 10% à 25% du coût du système) puis paye chaque jour une petite somme pour pouvoir utiliser les systèmes électriques installés chez lui. Si le client ne paye pas, le système est bloqué par l’opérateur et inutilisable. Après une à deux années d’utilisation, le client a totalement payé le système et celui-ci est alors complètement débloqué par l’opérateur. Le client devient ainsi propriétaire de son kit solaire et peut l’utiliser comme il le souhaite. L’avantage de cette proposition pour les populations locales est qu’elle leur permet de payer le système de manière progressive.

Couplage avec le mobile banking

Dans ces systèmes de paiement à l’usage, une interaction entre l’opérateur et le client est nécessaire tous les jours pour le paiement quotidien et l’activation correspondante. Dans des zones rurales peu densément peuplées, cette interaction peut être compliquée à mettre en œuvre pour les opérateurs et leur imposer de trop lourdes charges de fonctionnement. C’est, l’essor du mobile banking qui donné une véritable plus-value à ces solutions de Pay As you Go en Afrique subsaharienne. Il est ainsi possible pour la population de payer quotidiennement depuis chez lui et de recevoir de la même manière le déblocage temporaire ou définitif de son système. Plus de 3,8 millions de ces systèmes ont été vendus en 2016 en Afrique subsaharienne dont environ 70% en Afrique de l’Est où ils sont d’abord apparus.

Si ces offres ne peuvent pas être considérées comme un accès complet à l’électricité puisqu’elles ne permettent d’alimenter que des appareils de faible puissance, elles sont néanmoins une solution transitoire pour les nombreux Africains qui vivent encore sans lumière électrique.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective